[36] Les Sombres Cohortes
#1
Je suis surpris qu'il n'y ait pas eu de critique du quasi unique « Sombres Cohortes », alors voila:

Une image: celle d'une armée qui s'ébranle au petit matin
Une saveur: celle d'un bon gobelet de lait de panthère
Un son: Le caacotement d'une drôle de créature polyglotte
Un parfum: celuid'une mauvaise tourte, à partager avec un obèse dans une table taillée sur mesure
Une conversation: avec le grand frère de Zérodieu, secrétaire de Razaak
Une sensation: assez frustante pour le joueur, avec la plupart des batailles avec aucune mise en scène. La bataille finale, avec la gestion de plusieurs moments clés justement, est assez bien rendu.

J'ai aimé: La continuité avec l'Epreuve des Champions. euh... Je crois que c'est le seul livre où on visite Zengis, qui je crois tiens un rôle assez capital dans l'Allansie. On en parle en tout cas dans plusieurs livres, comme la Sorcière des Neiges ou la Tour de la Destruction. Donc c'est bien.
J'ai trouvé bof: Les armées, avec les batailles de 50 peons contre 50 autres peons. Je crois que globallement, on a souvent plus d'armées que nécessaires, ce qui permet de gagner assez facilement les RARES escarmouches du livre
J'ai pas aimé: un one true path des familles, avec une flopée d'objets cachés n'importe où (même dans la niche d'un chien et dans une animalerie je crois), des indices saugrenues (sur un tableau ou l'âge d'un tel ou d'un tel), pour réussir l'Epreuve de l'Oracle (et je ne m'étonnerais pas s'il s'appelle ZéroDieu). Et ça n'a aucune logique !!!


Si vous avez aimé, vous aimerez sans doute: Son prologue, l'épreuve des champions (le héros est maudit, il doit trouver des choses improbables à chaque fois pour s'en sortir), La crypte du sorcier, Retour à la montagne de feu, Le temple de la terreur, tiens ils ont un point commun ceux là ... Et aussi les Seigneurs de la Guerre du monde d'orb (en beaucoup beaucoup moins bien cependant)
Répondre
#2
L'armée que l'on dirige est un élément intéressant, mais malheureusement sous-exploité. Il rend ce DF original, mais ne suffit pas à en faire un bon livre.

La sauce livingstonienne est en effet assez proche de celle du "Temple de la Terreur". D'entrée de jeu, il y a deux chemins possibles, dont l'un est synonyme d'échec assuré. Les objets à rassembler pour triompher sont consternants d'absurdité et leur collecte n'est pas rendue plus agréable par le fait que Livingstone a semé de nombreux pièges un peu partout (je me souviens notamment d'un coffret qui peut nous rendre aveugle si on a la mauvaise idée de l'ouvrir).
Répondre
#3
Je trouve également dommage que les batailles d'escarmouche soient aussi peu exploitées. C'aurait pu donner des moments vraiments intenses, ce qui n'est pas le cas. Car comme vous l'avez dit, la plupart du temps on se retrouve avec une plus grande armée que nos adversairse.

Concernant l'Oracle, tu as bien trouvé les mots qu'il faut: c'est effectivement le frère de Zérodieu. C'est un peu abusé les questions qu'il nouse pose. Enfin, on a l'habitude avec Livingstone maintenant.

Car hormis ça et sa difficulté dans la recherche d'objets, le livre en lui-même est plutôt plaisant à lire, et la ville de Zengis est bien rendue.
Adieu vieux frère, ton nom sera à jamais gravé dans mon coeur. Repose en paix.
~ Force et Honneur.. ~
Répondre
#4
Ce LDVELH est célèbre et excitant par le rôle que l'on y tient : celui de commandant d'une armée de mercenaires résolus à vaincre la horde du démoniaque Agglax. C'est ainsi que nous débutons cette aventure avec 100 fantassins, 20 cavaliers, 50 elfes archers et 50 nains plus la somme de 700 pièces d'or pour recruter des renforts au passage. Tout de suite, on se prent à rêver d'un LDVELH type wargame. Mais de ce côté-là, mieux vaut lorgner sur le 5ème Voie du Tigre.

Cet aspect militaire est galvaudé dans toutes les largeurs.
Heureusement, on a tout de même la sensation de diriger une armée. A part dans Zengis et les Grottes des Météores, nous sommes en permanence accompagnés par notre troupe et le récit y fait maintes fois référence.
C'est ainsi que l'on peut perdre des hommes par l'attaque de prédateurs, par maladie ou suite à d'autres déconvenues diverses et variées. Mais pour le reste, l'intérêt ludique ressort du néant.
La nouvelle règle des combats d'escarmouche est oiseuse à souhait. Puisque les effectifs en présence sont toujours fixes et les règles simplistes, ces combats de masse ne sont que des MATs déguisés sans aspect tactique et ne dissimulant aucun suspense. Dans le même genre, la règle de combats de troupes du Voyage d'Ulysse est meilleure. C'est dire...
Quant à la gestion de l'effectif, elle est en trompe-l'oeil. On peut en effet gagner ou perdre plus ou moins d'hommes selon le parcours effectué. Mais lors de la bataille finale, les conséquences sont nulles puisque on est certain de disposer des effectifs exigés dans le texte, combien malchanceux on ait pu être pendant le voyage.

Pour le reste, il s'agit d'un Ian Livingstone classique, c'est à dire un OTP aux objets et indices disposés de manière absurde, à la structure rappelant Le Temple de la Terreur (deux itinéraires mais l'un forcément perdant) et aux PFA nombreux, arbitraires et lapidaires.
Si l'on reste objectif, le voyage en bateau change agréablement de l'ordinaire, certaines séquences sont bien sympathiques telles que le magasin aux animaux bizarres ou le concours de mangeurs de tourtes.J'ai bien aimé aussi a bataille finale avec les vagues d'ennemis variés qui s'enchaînent.
Mais au passif, des Grottes de Météores très artificielles au milieu de cette aventure, une ville de Zengis qui donne l'impression de regrouper 50 maisons à tout casser (à cause de l'impossibilité de sortir de la rue principale) et une difficulté un peu trop forte.

Quoique sur ce dernier point, l'auteur nous a habitués à pire. Les nombreux objets indispensables ne sont pas très compliqués à trouver (hormis la broche en or qui nécessite un test avec une chance sur
deux d'échouer...), les combats ne sont pas trop ardus, d'autant plus qu'il y a moyen de gagner jusqu'à 3 points d'Habileté de combat supplémentaires au cours de l'aventure. C'est tout de même à relativiser car nous n'avons pas de repas, les occasions de regagner de l'Endurance sont rares. Il me paraît bien compliqué de gagner Les Sombres Cohortes avec 7/14/7 au départ, surtout que les tests de Chance mortels sont assez fréquents.

Enfin, je n'ai pas beaucoup parlé du scénario mais il n'y a pas grand-chose à en dire, c'est très plat et conventionnel (long voyage, quête des objets...).

Dans l'ensemble, j'ai trouvé ce LDVELH un peu au-dessus de la moyenne des Livingstone ce qui en fait pour ma part un Défis Fantastiques très bof, bof.
Répondre
#5
Pour être juste, il y avait deux PNJ, Laas et Max (cette dernière étant une femme, comme son nom ne l'indique pas), que je trouvais sympathiques dans l'aventure, bien que fort peu développés.

Show ContentSpoiler:


L'Oracle, en revanche, est un personnage insupportable qu'on aurait plus de plaisir à occire que le grand méchant de l'histoire.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)