Dune
#1
L'adaptation cinématographique de Dune par Villeneuve devait sortir l'année dernière, mais l'un des quatre cavaliers de l'Apocalypse ayant décidé de faire un galop d'essai, la parution du film n'a eu lieu que mercredi dernier.

Il ne s'agit naturellement que de la première moitié de l'histoire (l'adaptation de Lynch illustre assez bien les problèmes qu'on rencontre en essayant d'adapter l'œuvre de Frank Herbert en un seul film). La coupure se place sans surprise au moment où Paul et Jessica rejoignent les Fremens.

C'est une adaptation très fidèle du livre. On y trouve extrêmement peu de choses qui n'étaient pas dans l'œuvre d'origine.

En revanche, il y a des choses qui étaient dans le livre et qu'on ne retrouve pas dans le film. Il s'était passé la même chose dans l'adaptation par Jackson du Seigneur des Anneaux et c'est sans doute inévitable : on ne peut pas transposer intégralement le contenu d'un livre aussi dense sous forme cinématographique. Ce serait peut-être possible sous forme de série, mais pas en deux films, aussi longs soient-ils (celui-ci fait 2h36). Ce sont bien sûr les scènes et les éléments les moins indispensables qui ont été retirés, et cela concerne surtout le milieu du film (entre l'arrivée sur Arrakis et l'attaque des Harkonnens).

Les personnages m'ont paru fidèles à ce qu'ils sont dans le livre, mais plusieurs d'entre eux sont naturellement moins développés. Dans un livre, la narration et les descriptions - surtout lorsqu'elles emploient le point de vue d'un personnage particulier - permettent de donner assez facilement du relief à de multiples personnages secondaires. Dans un film, c'est plus compliqué. La principale victime dans cette adaptation-ci est sans doute Thufir Hawat.

Pour des raisons similaires, certains des éléments du cadre risquent de ne pas paraître très clairs aux spectateurs qui ne connaissent pas le livre (le danger que présentent les lasers n'est par exemple pas expliqué, de sorte qu'on peut se demander pourquoi les soldats utilisent autant les armes blanches). À moins de surcharger le film d'explications pesantes, je pense qu'il aurait été difficile de tout expliquer correctement.

Les choix esthétiques sont intéressants. Je ne pense pas qu'ils plairont à tout le monde, mais j'ai trouvé qu'ils mettaient bien en valeur le fait qu'Arrakis est un monde brutal et impitoyable.
Répondre
#2
Je regrette quand même le ton très sombre de pas mal de scènes (qui rend la bataille très bordélique et au final moins dramatique que dans celui de Lynch).
Mon amie, a qui j'avais fait un résumé de l'univers n'a pas vu, comme tu le dit Romain l'importance ni même qui était Thufir hawat (on sait que c'est un mentat mais pas que c'est un maitre assassin).
Ils ont même zappé le "après la guilde" lorsqu'ils donnent la date 10191. Quelqu'un qui ne connait pas Dune va penser que cela ce passe 8000 ans après nous.
Le baron ne fera plus faire de cauchemars aux enfants ( moins de pustules et autres trucs dégueux), il reste quand même imposant et menaçant.
Il faut noter l'absence de l'Empereur et de sa fille, les navigateurs de la guilde qu'on ne voit pas tout comme Feyd Rautha. D’ailleurs on ne sent pas trop l'influence de la Guilde sur l'Empereur et sur le reste de la galaxie...

Pourquoi Liet Kynes s'est vu transformé en femme ? #balancetonhomme ?
Pourquoi le terme djihad est transformé en "guerre sainte" ? #balancetontermemusulman ?

Pour les lasers cela n'aurait pris que quelques secondes de plus à incorporer dans la scène ou Paul regarde des infos sur Arrakis.

Mention spéciale aux orni qui sont très cools !!!
Les effets spéciaux sont bien mieux (ex: les boucliers ne sont plus d'hideux blocs orange).
La musique n'est pas mémorable, je préfère celle du film de Lynch.
Les Vers ont l'air bien aussi, notamment la gueule avec ses rangées de dents. (on les verra mieux et plus dans la 2e partie normalement)
Répondre
#3
Vu le contexte politique des 20 dernières années, je pense qu'on peut comprendre que Villeneuve et/ou ses producteurs n'aient pas voulu employer le terme de "djihad", surtout vis-à-vis des spectateurs n'ayant pas lu le livre. "Guerre sainte" me semble un bon substitut (mieux que "croisade", en tout cas).

Les changements apportés au personnage de Liet Kynes ont probablement été imposés par les producteurs. Ça n'apporte rien, mais ce n'est pas non plus dramatique.


Je pense qu'il n'aurait pas été si facile que ça d'insérer des explications sur les lasers, le djihad butlérien, les mentats, etc. Il y a déjà beaucoup d'explications dans ce film et il n'y aurait pas eu besoin d'en rajouter beaucoup pour que ce soit carrément trop. Par ailleurs, il n'est pas facile dans un film d'expliquer élégamment des choses que les personnages savent déjà très bien (avec les informations sur Dune, ça passe, parce que Paul les découvre lui-même).

C'est décevant malgré tout de voir l'univers de Dune présenté de façon moins complexe et moins riche que dans le roman (et c'est d'autant plus visible qu'il y a une volonté manifeste d'être aussi fidèle au livre que possible). Mais je pense qu'on touche là aux limites de l'adaptation cinématographique : il y a des choses qu'on ne peut pas ne pas sacrifier.
Répondre
#4
J'ai eu un ressenti très bizarre, de vu et de déjà vu.

Pour ma connaissance, j'ai vu le film de Lynch deux fois en vingt-cinq ans et lu le premier tome en VF il y a cinq ou six ans (d'ailleurs, Outremer, on en avait parlé je me souviens dans le métro quand tu m'as vu le sortir et tu m'avais expliqué des trucs sympas, par exemple que Duncan est un peu le fil rouge de la saga).

Donc je suis un peu le cul entre deux chaises en regardant cette version de Villeneuve : je ne suis pas un novice, mais je me sens un peu perdu quand je suis dans des discussions de fans parce que je ne me souviens jamais qui est Halleck, Thufir ou Duncan.

Au niveau mythologie (je n'aime pas dire "Lore" comme les djeun'z), il ne faut pas perdre le novice et c'est nécessaire et suffisant. Il y a peut-être un manque, c'est de comprendre les enjeux de l'Empereur, pourquoi a-t-il mis les Atréides sur Dune si c'est pour les défoncer avec les Harkonnen (j'ai un doute, c'est expliqué ? L'Empereur a peur des Atréides justement ?).

Disons qu'il n'y a pas de prise de risque majeure, les scènes sont celles du bouquin, s'enchainant (la session d'entrainement avec Halleck, la Boite) bien sûr que c'est vital et nécessaire, mais mon ressenti est qu'il y aurait pu avoir une prise de risque, non pas esthétique comme la version de Lynch, mais au niveau du montage et de la réorganisation des scènes, peut-être plus d'encarts pour expliquer l'univers, quitte à piocher des infos encyclopédiques dans d'autres bouquins.  Par exemple pour la scène de l'entrainement, même si elle est très attendue des fans j'imagine, était-elle vraiment nécessaire ? N'aurait-on pas pu gagner ces minutes pour expliquer ou exposer d'autres choses ? Villeneuve l'a rendu utile et efficace pour exposer les boucliers, Bleu = ça résite. Rouge = je suis dans la merde, voire je suis déjà mort, ce qui est très bien retranscri en permanence pendant tout le film. Mais bon était-ce vraiment un prétexte pour dire "cette scène est utile sinon vous ne comprendrez pas le code couleur des boucliers ?"

Cela a l'air con, mais je me suis fait chier, j'ai trop eu cette sensation de "Déjà vu". Lynch a pris un risque esthétique, résultat le film de 1984 est culte, les fans du bouquin le détestent autant qu'ils l'adorent. Comme le Dracula de Coppola, il est expérimental et intéressant à voir. Pour cette version, Villeneuve aurait pu tenter un remaniement des scènes, quitte à anticiper, exposer plus la mythologie, peut-être piocher des scènes "d'Archives" qu'on peut trouver dans les autres bouquins.

Bref, j'ai pas passé un mauvais moment bien sûr, très content de l'avoir vu au ciné mais je m'attendais à un peu plus quand même.
Il ne faut pas attendre d'être heureux pour sourire... il faut sourire pour être heureux.
Répondre
#5
Pour ma part, je n'ai lu que le "messie de dune" (le 3eme), il y a pres de 20ans, et j'ai été marqué à vie par les pouvoirs des danseurs visages et des gholas du Bene Tleilax (qui, si tout roule, apparaitra seulement dans le 3eme film d'une trilogie)
J'ai trouvé le film rythmé "malgré tout" (il y a toujours une péripétie après 5-6 minutes d'exposition) en 2h36, on ne s'ennuie jamais trop longtemps, même si je décrirais le film comme une production de "national geographic : dossier spécial Arrakis".

Pour ce film, autant la scène du duel pour expliquer les boucliers était "nécessaire", autant pour les lasers, c'est un peu incompréhensible ->parce que des lasers sont utilisés plus tard pour découper une porte ou comme bombardement aérien : c'est bien à ce moment là qu'on risque le + de toucher un bouclier lambda.

Le changement de sexe de Liet Kynes n'était pas utile, mais ça n'a pas changé grand chose : ce qui était important avec ce personnage était son rôle, pas son sexe.
Ce qui était inutile pour le film par contre, c'est les minutes prises pour "la danse des sables" : peut être marrant à imaginer, mais ridicule à voir sur grand écran. Et les voir gravir une dune en dansant... bof
Répondre
#6
Je n'ai jamais réussi à accrocher avec l'univers de Dune, que j'ai toujours trouvé... "foutraque", avec visuellement un mélange d'un peu tout, surtout avec le film de David Lynch. Réussite esthétique (particulière mais esthétique quand-même), avec au casting Sting ou Sian Phillips, actrice que j'aime énormément. Mais j'ai pas accroché et avec le livre non plus, étrange pour un fan d'univers désertique comme moi.

J'ai été tenté un moment par ce nouvel opus mais l'affiche m'a rebuté, me faisant automatiquement (trop) penser à Star Wars.
Je vais attendre et je regarderai les scènes marquantes en diagonale sur You Tube un jour prochain.
Anywhere out of the world
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)