[09] La Sorcière des Neiges
#16
(01/03/2013, 11:16)VIC a écrit : Je me suis souvent imaginé en DRH pervers (pléonasme ?) demandant lors d'entretiens d'embauche d'écrire Cthulhu correctement (et voir les yeux des candidats s'écarquiller d'effroi au seul nom de Cthulhu).
Déjà, ça t'évite de recruter Dave Mustaine, Kirk Hammett, James Hetfield et Lars Ulrich (ce qui est sans doute un bon point).

Citation :Heureusement pour l'humanité, je ne suis pas DRH.
Quoique mon test est tout à fait légitime si l'on veut bosser à Chaosium.

À Chaosium, ils ont un DRT (directeur des ressources tentaculaires).
--
Vous êtes mort.
Répondre
#17
Hé hé, doublement bien vu ! Mais je pensais qu'ils l'avaient fait exprès pour des problèmes de droits.
Répondre
#18
(04/03/2013, 15:51)cdang a écrit : Déjà, ça t'évite de recruter Dave Mustaine, Kirk Hammett, James Hetfield et Lars Ulrich (ce qui est sans doute un bon point).

Lorsque Dave Mustaine a écrit le morceau, il l'avait intitulé "When Hell Freezes Over". C'est après son éviction que le reste du groupe a rebaptisé le morceau.
Mustaine mis hors de cause. (sur ce point-là)
Répondre
#19
Bin n'empêche que je me vois pas bosser avec lui quand même (quoi que, il paraît qu'il s'était assagit suite à la naissance de son premier enfant, minideth…)
--
Vous êtes mort.
Répondre
#20
La Sorcière des Neiges ( le titre en VF est nettement supérieur à celui de la VO Caverns of the Snow Witch, si vous voulez mon avis ) a une grande importance historique ( dans l’histoire des ldvh ). Avant, les productions de Ian solo ( enterrons promptement sa contribution au Sorcier… ) allaient du correct ( la Forêt ) au fantabuleux ( le Labyrinthe ); après, ou peut-être après le Combattant de l’Autoroute que je connais mal, il n’a plus commis que d’indicibles bouses. On est donc à un tournant.

Pour moi, il est clair que Ian a été frappé par la Révélation: “rien à cirer, s’il y a mon nom dessus ça se vendra toujours” à laquelle nous devons ( pour ne parler que des plus infâmes ) les choix mortels dès le départ du Temple de la Terreur et des Sombres Cohortes, la difficulté risible de la Crypte du Sorcier et le labyrinthe subforestier de l’Œil d’Émeraude, ainsi que, cerise avariée sur ce gâteau pourri, le kill-them-all de Blood of the Zombies
Imaginez un univers alternatif où Ian aurait continué de travailler consciencieusement.

Ian n’en était qu’à ses premiers pas dans le Côté Obscur et la Sorcière des Neiges contient des éléments intéressants. Elle se compose, à vrai dire, de beaucoup d’éléments assez mal articulés entre eux et Ian, sous le coup de la Révélation, en a pris certains là où il les trouvait. Que je m’explique: la Sorcière est sortie en 1984 ( la version de 190§ dans Warlock en août puis le livre en octobre ), or le Endless Quest La Montagne des Miroirs était sorti en juin 1982, et on y trouvait un géant des glaces, un dragon blanc et de malheureux esclaves elfes brutalisés par des ogres et autres orques; avec un passage sur une rivière aussi. Non, mais c’est juste pour dire.
( Si mes souvenirs sont exacts, il n’y avait d’ailleurs pas plus de Miroirs dans cette montagne que de Cristal dans les cavernes de la sorcière  - Ian aurait donc pompé même cela )

L’idée de départ n’était pas sans grandeur: vaincre une sorcière déterminée à provoquer un nouvel âge glaciaire qui contrôle le gros de ses troupes par des colliers étrangleurs, ça en jette, et loin d’en avoir fini on se retrouve ensuite, twist, à s’efforcer désespérément de survivre à sa malédiction…
Au chapitre des innovations, on note aussi que pendant une partie du livre on aura 2 sidekicks, ex-esclaves de la sorcière, à savoir l’elfe Redwing et le nain Stubb. Personnellement je m’en serais bien passé, mais tout le monde n’est pas de mon avis.
Pour le cadre: neige furieuse d’abord, cavernes de glace ensuite. C’est surtout une fois que nous sommes seul face à la malédiction que le livre prend sa vraie grandeur, avec un beau dernier § qui après tant d’épreuves évoque une renaissance spirituelle…
Dans la version de 190§ parue dans Warlock, après avoir tué la sorcière on revenait les poches pleines et bien décidé à se faire payer quand même les 50 po par Big Jim Sun, vu qu’un marché est un marché. On peut préférer cette fin. ( Étant donné à quel point les illustrations de cette version-là sont infâmes, je comprends très bien qu’une récompense ait paru nécessaire pour celui qui en venait à bout )

Hélas ! Tout ce matériel prometteur est largement gâché.

Commençons par l’argument de base: il faut sauver l’Allansia d’un âge nouvel glaciaire déclenché par la sorcière. Nous l’apprenons de la bouche d’un trappeur mourant sur qui nous tombons et qui a marqué l’entrée du repaire de la méchante avec un bout de fourrure ( sans qu’aucun de ses sbires n’ait rien remarqué ). On se demande bien comment il peut connaître ce plan maléfique vu que c’est l’unique fois qu’on en entendra parler, au plus peut-on trouver dans les cavernes une idole animée de glace en forme de démon. C’est un peu light.
On pourrait concevoir des soupçons sur ce trappeur sur qui nous tombons si opportunément - que c’est un sorcier maléfique déguisé qui nous utilise pour éliminer une concurrente par exemple - mais il n’y a réellement rien d’autre à incriminer que le jem’enfoutisme de Ian.

Ce jem’enfoutisme se manifeste avec un éclat insoutenable dans le “coup de la masse” ( “coup du warhammer” pour ceux qui ont la VO ). Nous devons OBLIGATOIREMENT vaincre un illusioniste, et quand nous l’avons vaincu le Génie qu’il tenait en esclavage nous offre OBLIGATOIREMENT la capacité devenir une fois invisible. Par la suite, on nous demande si nous avons une masse: si oui on a un combat contre un ennemi HAB 11 END 14, si non ON NOUS DEMANDE SI NOUS AVONS LIBÉRÉ CE F*CKING GÉNIE, et si oui ( bien obligé ), LÀ le Génie nous rend invisible. C’est tellement foutraque qu’il a fallu du Génie à Ian pour inventer ça.
Naturellement, c’est le seul et unique endroit où on a l’opportunité de devenir invisible.
Et qu’on ne me dise pas que c’est une erreur. Quand on fait une erreur, on la corrige. Ce gag était déjà présent dans la version courte du n°2 de Warlock, la Sorcière a été rééditée encore et encore, et Ian n’en a jamais changé une virgule. C’est un “Va te faire” à la face du lecteur, et pas autre chose.

Il y a aussi cette pièce tout près du repaire de la sorcière où elle fait garder par un monstre minable
Show Content
( on découvre quel ingrédient exotique utiliser sur l’inspiration du moment, tout comme pour la dent de Ver des Sables dans le Temple de la Terreur )
Show Content
- quoi de plus logique ? Ça doit être la cousine de Balthus Dire, ça n’est pas possible autrement…
( Je veux bien croire par contre que
Show Content
)
Tant qu’à faire je rajoute un passage d’une critique en anglais qui m’a bien fait rire
Show Content

Quant au coup de l’Homme-Oiseau, c’est le plus affligeant de ce LDVH - le plus symptômatique de la maladie qui avait commencé à ronger le cerveau de Ian. Se retrouvant avec un paragraphe à remplir pour atteindre le total fatidique de 400 ( et cela malgré tous ceux qu’il avait dépensés pour le coffre aux bottes d’elfe ), son réflexe ne fut pas celui d’un médiocre quelconque: “je vais ajouter un combat arbitraire contre un adversaire d’Habileté 6”; il fut, car il était Ian, “Je vais ajouter un combat arbitraire contre un adversaire d’Habileté 12 que rien ne peut éviter et je vais demander à Gary&Edward d’y mettre l’illustration la plus ignoble possible ( entre les ailes de chauve-souris et le sourire de pédophile dégénéré, il est gâté l’homme-oiseau ). Et pour bien montrer que je n’ai pas réfléchi une minute, les deux boulets que traîne, pardon, compagnons du héros ne lui prêteront pas la moindre assistance.”
Cela, alors que le § aurait pu être consacré à effectuer des achats à Pont-de-Pierre, genre provisions ou peut-être carrément de la magie si Yaztro’ est en visite. Pour utiliser cet or que nous avons fauché à la sorcière. Mais non, on ne peut pas. Ian a décrété qu’on ne peut pas.

Ian essaye de nous faire croire qu’après avoir tué la sorcière nous manquons nous faire lyncher par des hordes de monstres avides de vengeance, je trouve que notre perso accepte cela un peu bien facilement. Effectivement puisqu’elle n’est pas vraiment morte les colliers fonctionnent encore, mais nous ne nous en doutons pas. La sorcière étant morte, ses esclaves libérés ne devraient-ils pas piller et s’enfuir ou quelque chose dans ce genre ? Notre homme ne se pose pas la question. Il est vrai qu’à ce stade on ne s’étonne plus de rien.
C’est là un talent bien utile pour ne pas périr d’ennui devant les scènes de la soi-disant issue secrète, un entassement chaotique de portes, de monstres, de pièges et de trésors ( Sainte Quadrinité Gygaxienne ) sans le moindre effort de cohérence. L’inutilité de nos compagnons échoue à nous arracher un sourire.
Vous croyiez en avoir fini avec la Sorcière ? Ha ha, pas du tout mon gaillard ! Vous la retrouvez sur votre chemin et elle vous impose une partie de papier-cailloux-ciseaux !
Si, si.
Cessons ce jeu. De toute évidence, il aurait fallu que la Sorcière nous maudisse comme nous la tuons et éliminer tout ce passage ridicule, en outre cela aurait épargné à notre sidekick elfe d’attendre plusieurs jours pour nous avouer que nous allions mourir.
( et ça aurait donné de la profondeur au nain de service, qui aurait voulu utiliser ses derniers jours pour sauver Pont-de-Pierre )


Quelques réflexions en vrac qui n’épuisent pas le sujet:

Le plan des “Cavernes de Cristal” ( mis à part le golem de quartz, je n’ai vu aucun cristal nulle part, mais n’ergotons pas ) n’a pas dû coûter énorméments d’efforts à Ian: c’est une enfilade de pièces avec quelques pièces supplémentaires qui ne mènent nulle part. C’est à les complexifier et les étendre qu’il aurait fallu consacrer une partie de ces nouveaux paragraphes.

Il y a une pléthore de tests de Chance avec, si je ne faulx, un eul endroit où en récupérer; dans l’antre de la Sorcière où on se fait souvent meuler en HAB et en END quand on les rate, et surtout vers la fin où ils sont ridicules ( je me souviens avec une rancune particulière de celui où si on est malchanceux on doit livrer 2 assauts contre un minable Faucon de la Mort H4E5 - c’est le 3° livre où Ian nous ressort ces volailles et encore heureux que ce sera le dernier ); or il y a un risque aux passages de la dernière rivière et si on A les bottes d'elfe il y a un dernier test mortel en sus.

Le coup de l’herboriste est excellent à ceci près que je m’explique mal notre surprise qu’on nous demande de payer, nous venons de tuer un yéti pour 50 pièces d’or et pas par charité chrétienne il me semble, avec ça qu’on s’est largement servi dans le trésor de la Sorcière; personnellement je demanderais bien plus…

En massacrant l’homme-orc on trouve… de quoi faire du feu ? ah bon, on était parti chasser le yéti en haute montagne ( où il fait froid ) en plein hiver ( où les nuits sont longues ), et on s’était aventuré dans un labyrinthe de cavernes souterraines ( où il fait noir ) sans ça.
En un sens ça témoigne des efforts de Ian pour établir une continuité: on est bien le même type qui part dans le désert du Temple de la Terreur sans eau.

Il y a aussi cet épisode dont Ian ( au contraire de ses lecteurs ) ne se lasse jamais, un objet +1 en HAB et un objet -1, offerts au premier venu. KOLOSSALE différence, ce sont cette fois une lance et une épée ! C’est bien Ian, tu te renouvelles.

En revanche, le coup de la malédiction elle-même est certes amené avec de gros sabots mais acceptable, de même que le choix tordu qui permet de survivre assez longtemps pour espérer la lever: cela reflète le fait que nous sommes frappé d’une malédiction VRAIMENT puissante. Le coup est dur, mais juste.


Au niveau des illustrations elles sont extrêmement inégales, certaines sont étranges et fascinantes ( le Spectre de la Nuit, la Sentinelle d’Or, l’antre du Guérisseur avec ses masques… ), beaucoup sont plus que correctes et les autres… j’ai déjà mentionné l’homme-oiseau, mais il y a aussi le yéti qui a les grands yeux pitoyables d’un bébé phoque, la sorcière coiffée d’un bonnet de bébé et le Brain Slayer ( me rappelle pas le nom en VF ) où Gary&Edward s’efforcent de prouver que Ian n’a TOTALEMENT PAS copié le Mind Flayer d’AD&D: en effet c’est le seul humanoïde à tête de pieuvre de l’Histoire connue et inconnue à avoir des oreilles, longues et pointues et ornées de grosses boucles de joyaux pour qu’on les remarque bien.

“ Prince, c’est là ce qu’on appelle un fail.”
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#21
et bientôt en version android/Ios
Répondre
#22
maintenant que j'y pense, ça aurait été infiniment plus cool si on avait été poursuivi par la Sorcière dans les pics enneigés: elle nous aurait fait traquer par sa meute de léopards des neiges le jour et serait venue en personne la nuit…

Tu es entré sur mon territoire petit aventurier, tu vas subir ma loi - la loi de la chasse !

et on aurait eu des choix tactiques, genre se dissimuler ou essayer de prendre l'initiative et contre-attaquer
( chasses du comte Zaroff, Kogaratsu 5: Par-delà les cendres, etc )

Bon, Ian a préféré mettre une méchante qui attend les aventuriers au fond de son trou et joue à papiers-caillou-ciseaux.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#23
(11/05/2014, 23:59)ashimbabbar a écrit : Bon, Ian a préféré mettre une méchante qui attend les aventuriers au fond de son trou et joue à papiers-caillou-ciseaux.

Lool Ça résume bien le bouquin oui.
Un remake ou une suite pourrait être intéressant. Les grands sorciers maléfiques ne meurent jamais vraiment, n'est-ce pas Zagor ? Smile
Répondre
#24
Je m'apprêtais à rédiger une diatribe cinglante contre cette aventure mal fichue, où les rares bonnes idées sont mal exploitées et dans laquelle les références aux autres livres me font l'impression d'un manque d'inspiration flagrant doublé d'une vague excuse pour justifier l'indigence du reste. Mais entre temps, j'ai lu ashimbabbar et il vous en convaincra mieux que moi.
Pour moi, ce tome n'a d'intérêt dans une bibliothèque que pour avoir une belle série complète. Je ne l'ouvre même pas pour les illustrations car je les trouve hideuses.
Segna, adepte de Slangg...
[Image: vampire_icone.png] La Traboule de Segna
Répondre
#25
(18/05/2014, 22:16)Segna a écrit : Je m'apprêtais à rédiger une diatribe cinglante contre cette aventure mal fichue, où les rares bonnes idées sont mal exploitées et dans laquelle les références aux autres livres me font l'impression d'un manque d'inspiration flagrant doublé d'une vague excuse pour justifier l'indigence du reste. Mais entre temps, j'ai lu ashimbabbar et il vous en convaincra mieux que moi.
Copin
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#26
Tu n'as pas peur d'enlacer un vampire, comme ça ? TwistedJeSors
Qu'on se rassure cependant, il n'y a pas que Livingstone que je trouve mauvais, je fourbis mes armes pour en pourfendre quelques autres, mouahahahahahahah !
Segna, adepte de Slangg...
[Image: vampire_icone.png] La Traboule de Segna
Répondre
#27
Un bouquin ambigu, avec de bonnes choses mais qui reste plombé par les habituels défauts du père Livingstone. Bref, c'est de la daube mais il y a du goût quand-même ici et là.
Niveau scénario, tonton Ian s'est un peu bougé pour sortir de ses One True Path habituels et nous ménage quelques surprises : l'aventure n'est jamais où on l'attend... On part pour complètement autre chose avant d'aller se peler les cacahouètes pour vaincre la sorcière et une fois cette dernière zigouillée, emballée et congelée, on croit avoir fini, on regarde l'épaisseur du livre en se disant :"Déjà ? Il reste bien des pages pourtant... Merde, j'ai dû prendre le chemin le plus court..." Hé bien non, on est à nouveau forcé de poursuivre l'aventure pour une toute autre raison. Voilà qui change du sempiternel donjon où l'on frappe à la porte en disant :"Bonjour, c'est l'aventurier. Il est où le gentil monmonstre à son papa ?"
Le scénario a de la gueule avec une sorcière qui veut plonger le monde dans une nouvelle ère glaciaire et la couverture de Christos Achilleos donne envie (Dommage que les illustrations intérieures, elles, donnent envie de refermer le bouquin...) Le coup des fameux colliers est assez original.
Mais bon... La première partie est insipide au possible, c'est reparti pour le donjon classique et fadasse habituel, la seule différence étant qu'on se les pèle. On rêvait d'une fantastique forteresse de glace creusée dans un iceberg immense ou dans la montagne, sorte de Pétra des neiges, on se voyait traqué le long des couloirs glacés par des panthères des neiges sous la lumière de coupes de feu bleuté suspendues aux voûtes étincelantes... Non. Ian continue avec ses donjons interchangeables sans aucune atmosphère et il faut beaucoup d'imagination pour se voir, enveloppé de fourrures, un glaive à garde d'os couvert de sang gelé au poing, aux aguets dans l'ombre bleue d'un pilier de glace, un filet de vapeur s'échappant de nos lèvres gercées...
La seconde partie est franchement plus attrayante d'autant plus qu'elle est comme je l'ai dit inattendue. On a deux compagnons avec nous, on se retrouve à l'air libre et il nous faut trouver ce fameux guérisseur. C'est mieux, mais c'est pas le nirvana non plus... Pas vraiment de sentiment d'urgence, de course contre le temps, on en viendrait presque à oublier cette fameuse malédiction :
- Bienvenue mon fils. Je suis le guérisseur et je vais te défaire de cette terrible malédiction...
- Hum ? Ah oui, la malédiction... Je l'avais oublié celle-là...

Au final, tout n'est pas à jeter dans cet opus mais ça reste au niveau des bonnes intentions mal exploitées. Une étincelle, un frémissement et pshhhiiiiit...
Anywhere out of the world
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)