[03] Objectif : Apocalypse
#1
L'histoire se déroule cette fois-ci sur la côte ouest des Etats-Unis en 1989. Ce thème contemporain est le gros point fort du livre car peu de LDVELH proposent de jouer à notre époque. Le côté ingénu du Pérennien que l'on joue est bien mis en avant, on est à chaque fois surpris, agacé ou amusé par les inventions de l'homme moderne et ses habitudes de vie. L'auteur en profite pour tirer à boulets rouges sur la cupidité de ses contemporains et les fast-foods ou pour dévoiler son amour des belles bagnoles (on a l'occasion de conduire 3 bolides différents) et des fruits de mer ; le ton est donc ironique mais reste léger.
On doit gérer plusieurs cartes de crédit bien fournies, dépenser pour son habillement et la nourriture, pour se trouver un véhicule. Peu de détails sont laissés au hasard afin d'augmenter le réalisme de l'histoire. Le style est toujours aussi bon, les paragraphes toujours aussi longs (encore plus que dans les tomes précédents). Tout ça est par contre très linéaire et les quelques changements de paragraphes dépendent de lancers de dés, du sexe choisi par le lecteur ou n'ont alors aucune incidence sur le déroulement de l'enquête. C'est plutôt frustrant.
Il n'empêche que je ne me suis pas lassé de recommencer l'histoire à chaque fois que je mourrais, ce qui s'est produit de nombreuses fois. Ce ne sont pas tant les combats qui sont difficiles (avec un haut score de maîtrise, ils sont inoffensifs) mais plutôt les PFA qui sont fréquents et on a vite fait de choisir une mauvaise décision. A noter en plus un test obligatoire dans les premiers paragraphes ou on a environ 5 chances sur 12 de mourir (un GROS mât).
Une jouabilité qui laisse un peu à désirer donc, surtout que les compétences ne servent quasiment plus et qu'on a même droit à une série de gros combats sur la fin qui mettra rapidement un terme à ceux dont la Maîtrise est seulement moyenne.
L'histoire se laisse néanmoins facilement lire et propose plusieurs personnages intéressants, dont notre allié journaliste aussi cupide que séduisant. La noblesse d'âme des Pérenniens est souvent mise en opposition avec celle tristement "moderne" de cet énergumène. L'enquête est plaisante à suivre même si elle ne sollicite que rarement l'intelligence du lecteur et ne sort pas des sentiers déjà battus par les James Bond and co. On a droit à toute la panoplie du genre : fusillades, courses de voiture, analyses de substances, bluff avec des témoins, déguisement pour infiltrer la base ennemie, cascades motorisées. C'est plutôt classique mais plaisant tout de même car changeant agréablement de l'héroïc-fantasy.
Je n'ai cependant pas trop accroché à la fin qui tourne un peu à la bande dessinée avec un grand méchant ridicule, des armes loufoques, une créature monstueuse... Cela tranchait un peu trop avec le réalisme des scènes précédentes.
Ce 4ème tome m'a quand même bien plu, déjà pour la qualité de l'écriture et l'humour constamment présent dans le récit. Le scénario manque juste un peu de surprises et le plaisir ludique est restreint.

Les Messagers du Temps est au final une série réussie dont la qualité réside surtout dans le dépaysement qu'elle propose (époques historiques variées, possibilité de jouer une femme). Ce mystérieux "James Campbell" (serait-ce un écrivain connu qui n'a pas voulu ternir son nom en avouant écrire des LDVELH?) se hisse au niveau des autre auteurs français comme Gildas Sagot et Doug Headline.
Pour être plus consensuelle, il lui manque surement des histoires plus originales et un aspect "jeu" plus intense mais elle mérite le détour, surtout pour son ton plus adulte que l'ensemble des autres séries.
Répondre
#2
(21/05/2008, 20:06)Fitz a écrit : Ce mystérieux "James Campbell" (serait-ce un écrivain connu qui n'a pas voulu ternir son nom en avouant écrire des LDVELH?) se hisse au niveau des autre auteurs français comme Gildas Sagot et Doug Headline.

D'après wikipedia, il semblerait que James Campbell soit un prolifique auteur pour la jeunesse, nommé Jean-François Ménard. Personnellement, je pensais que c'était Camille Fabien, traducteur de nombreux DF, qui était l'auteur de la série. A force d'en lire et d'en traduire, il a peut-être succombé à l'envie d'en écrire... En effet, il n'a aucune raison de figurer en tant que traducteur (puisque la série est française) sauf pour "signer" son oeuvre !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)