Le Secret de l'Univers - Publication
#31
Hum, je n'aime pas trop répondre aux attaques gratuites, mais là, je me sens contraint de le faire.

En espérant vraiment, Alana, que tu as lancé cette attaque par incompréhension que par réelle insulte.

J'ouvre mon dico, je lis :

Métier (nom masculin) : Emploi dont on tire ses moyens d'existence.

Donc oui, je pense sincèrement ce que je dis, je persiste et signe : celui qui a le courage de choisir de faire de sa passion son métier le fait POUR EN VIVRE, PAR DEFINITION DU DICTIONNAIRE !!!! Grr

Quoi de plus noble et de plus humainement enrichissant de réussir à vivre en faisant ce que l'on aime ?!!

Evidemment, c'est un choix périlleux car c'est un métier à haut risque : rémunération faible, pression éditoriale, etc. Et en plus, l'auteur se fait traiter de cupide quand il ose demander d'être rémunéré !

Alana, relis-moi, palsembleu ! J'ai utilisé le mot "métier" !
Toi, tu l'as compris (?) par "passion", ce qui est une autre notion et tu m'as fait dire ce que je n'ai pas dit. Des choses que je trouve particulièrement blessantes et insultantes.

Pour ma part, j'écris ou je compose pour mon plaisir. Je dirais même que c'est un besoin vital. Je dépéris si j'en suis privé. Je mets en colère mes proches qui trouvent que j'y consacre trop de temps. Mais c'est une part intégrante de moi, plus encore qu'une passion.

J'ai un métier à côté où je me fais chier mais dont j'ai besoin pour manger. Je préférerais écrire plutôt que de gaspiller les heures, les minutes et les secondes de cette courte vie qui nous est impartie à faire ce boulot. Si je pouvais faire de ma passion mon métier (= emploi dont on tire ses moyens d'existence, pour rappel), je signerais tout de suite. Je trouve cette aspiration légitime pour tout être humain de vouloir s'accomplir dans ce pour quoi on est fait, dans sa vocation depuis qu'on est tout petit. Pas toi ?

J'espère vraiment que tu as dit tes propos suite à une incompréhension du mot "métier".....
Répondre
#32
Whaou...
Alors premierement, je n'ai vraiment pas eu l'impression de t'attaquer personnelement, et encore moins aussi violament que tu semble l'avoir ressenti.
Toute la question au fond, et de savoir si la création artistique doit pouvoir devenir un metier.
Et sincerement, la reponse ne me semble pas si evidente que cela.
Pour repondre à ta question :
Citation :Quoi de plus noble et de plus humainement enrichissant de réussir à vivre en faisant ce que l'on aime ?!!
Faire ce que l'on aime faire en plus d'une activitée rémunéré et d'en faire profiter son entourage ! (et de loin...)
Je ne connais rien du monde de l'edition, mais si tu regarde ailleur, du coté des logiciels ou de la musique (jamendo),
Tu verra qu'il existe des tas de gens qui on un metier pour vivre et qui, comme toi d'ailleur, par passion et par besoin
crée ! de la musique, des logiciels libres... et diffuse leur travail. Parce que le but premier n'etait pas de gagner de l'argent, mais de participer, de diffuser, de laisser quelque chose deriere soi. Evidement beaucoup permette de leur envoyer un petit quelque chose, ne serait-ce que parce que cela leur permet d'evaluer le nombre de gens qui apprecie leur travaux. Mais ils n'ont pas ecrits ces logiciels pour gagner de l'argent à la base.
Citation :Je trouve cette aspiration légitime pour tout être humain de vouloir s'accomplir dans ce pour quoi on est fait, dans sa vocation depuis qu'on est tout petit. Pas toi ?
Je n'empeche personne de le faire il me semble !!! C'est le modele economique que je remet en cause, pas le fait de vouloir vivre de sa passion. Aujourd'hui les gens qui sont passionés par Linux et les logiciels libres ne peuvent pas vivres de la vente de programmes, puisque par definition ils sont librement copiables... Alors ils vivent du support et autre....
Pour les livres, il me semble simplement que meme si tous les livres du monde etaient librement téléchargeables en pdf, cela ne changerait quasiement rien aux ventes (et donc aux revenus des auteurs), car tout le monde prefere lire un vrai livre... Donc voila, je voulai juste signaler ca et rien d'autres, je n'ai jamais traité qui que ce soit de cupide, et encore une fois, je suis peut etre l'un des rares (j'en sais rien en fait) à avoir voulu envoyer de l'argent à oiseau.
Sauf que les frais bancaires à l'international, c'est pas super cool... mais voila quoi.
Répondre
#33
Ce que je trouve particulièrement blessant, c'est cette réponse que tu as dite :
Alana a écrit :
JFM a écrit :C'est même le but de ce métier, à la base.
Heu ??? Je suis pas sur que ce soit le lieu pour en discuter mais...
Tu pense sincerement ce que tu dis ? Tu pense qu'un artiste, quel qu'il soit (ecrivain, peintre, musicien etc) tu pense que le but de son metier c'est de gagner de l'argent ?
Tu pense que c'est la raison premiere qui le pousse à créer ?
Tu m'as fait dire des choses qui n'ont rien à voir avec ce que j'ai dit et tu as présenté mes propos comme ignorants de la passion qui anime un écrivain. Précisément le point sensible qui me fait sortir de ma froideur cadavérique. Ce qui me tient le plus à coeur.

Je le répète : un métier, par définition, c'est fait pour en vivre. Sinon ça s'appelle pas un métier, mais une passion, un hobby, etc.

Comme les créateurs que tu cites, je ne peux pas m'empêcher de créer, c'est comme ça que je fonctionne, que je sois rémunéré ou pas. Mais si je peux en faire mon métier et en vivre, c'est le rêve : consacrer le peu de temps auquel on a droit sur cette Terre à exercer sa passion. A ta "question de fond", je réponds : oui ça doit pouvoir devenir un métier !!!

C'est même la moindre des choses que d'y aspirer. Dans une société où l'intérêt des métiers est pourri par le souci de rentabilité, les gens peuvent de moins en moins s'y épanouir (c'est d'ailleurs pour ça que je défends les 35h : mieux vaut faire 35h l'un des nombreux métiers non épanouissants proposés actuellement que 39h). Mais si je pouvais vivre du métier que je souhaite, je suis prêt à bosser 70h, 80h, 90h...
Répondre
#34
J'imagine qu'il y a eu incompréhension des deux cotés et qu'au final on doit surement etre d'accord sur pas mal de choses.
Mais je ne suis toujours pas "absolument convaincu" que ce soit une bonne chose pour un "ecrivain passioné" de réussir à en faire son metier. Si la boite d'edition dans laquelle il tombe est plutot cool et le laisse ecrire ce qu'il veut, qu'il est libre de prendre le temps qu'il veut pour ecrire son livre etc, alors tout est parfait. Mais est ce que c'est vraiment le cas ?
A partir du moment ou on ne cré plus pour soi-meme mais pour "livrer une commande", qui doit etre rendu dans les délais impartis etc.. Forcement je me pose des questions...
Répondre
#35
Alana a écrit :A partir du moment ou on ne cré plus pour soi-meme mais pour "livrer une commande", qui doit etre rendu dans les délais impartis etc.. Forcement je me pose des questions...
C'est un problème que j'évite, étant donné qu'il y a déjà 82 AVH dans l'univers de Xhoromag. Avant d'en être rendu au point où je dois en écrire de force pour répondre à une date limite, les Eaux de Qyxxa seront à sec.
Répondre
#36
En effet, Alana, nous sommes d'accord sur la nécessité de conserver sa passion intacte.

Je n'accepte toujours pas ce que tu m'as fait dire, mais comme visiblement il s'agit bien d'une incompréhension, je n'en garde aucune rancune et t'offre cette cyber-bière (de la marque de ton choix) : [Image: pcheers1.gif]
Répondre
#37
Oiseau : J'espere que tu as bien conscience que toute cette discussion n'avait rien à voir avec toi, et que tout ceci n'etait qu'une reflexion d'ordre générale Smile Et promis juré craché, quand tu en viendra à publier la serie RXN,
je les achetes ! quitte à venir faire un petit tour dans ton pays que je n'ai jamais eu la chance de visiter Smile

JFM : J'accepte avec plaisir... heu... je préférerai un cacolac Clown
Répondre
#38
Cette saga est tout bonnement énorme, avec près d'un millier de paragraphes, chacun d'une longueur très respectable, on obtient quasiment les cinq premiers Loup Solitaire niveau "volume". La structure de cette quête m'a d'ailleurs fait un peu penser à celle de Joe Dever : on y incarne Jamie, un adolescent basique qui va acquérir de plus en plus de pouvoir jusqu'à être à la fin en mesure d'affronter des êtres d'essence divine. Celà m'a fait penser à l'évolution de Loup Solitaire tout au long des 20 premiers tomes.
Le récit se lit plaisamment. Par rapport à Xune (ma seule référence Xhoromag pour l'instant), je regrette néanmoins les nombreuses soliloquies de Jamie. Trop souvent à mon goût, notre jeune héros s'interroge sur lui-même et parle tout seul. Il est bien sûr important de ne pas oublier les états d'âme du héros mais il se répète parfois et ses monologues ou ses réflexions à haute voix ne m'ont pas toujours paru très réalistes. Sinon, les paysages grandioses et variés sont très bien décrits et permettent de s'immerger dans chaque univers sans problème.
J'ai été frappé par l'imagination de Oiseau à ce sujet. Les "strates" de Xhoromag ont chacune été particulièrement réfléchies et proposent au lecteur une ambiance, un bestiaire et des civilisations toujours différents et très intéressants à découvrir. Certains moments sont d'anthologie.
La traque de l'Homme qui marche est efficace et réussit à exciter la curiosité, ce qui est évidemment primordial pour un chapitre introductif.
Le pays des disques volants de Q'Thyd est, pour moi, le meilleur chapitre par son inventivité et le challenge qu'il propose. L'idée du pont cyclopéen est vraiment géniale et est de surcroît très bien décrite. Je m'y croyais.
Les marais d'Iah-Xor m'ont beaucoup plu aussi, dans un autre genre, plus classique.
J'ai moins aimé par contre tous les passages qui se déroulent dans des tunnels ou des cavernes.
Le problème avec toutes ces longues pérégrinations de Jamie est qu'il passe beaucoup de temps à voyager, à découvrir de nouveaux paysages mais, du coup, il y a moins de tension, moins de rencontres excitantes. Dans chaque chapitre on sait qu'il y aura des "longueurs" dues au voyage et celà nuit à mon avis au rythme général de la saga, un peu lent.
Il est intéressant que Jamie puisse rencontrer dans chaque monde des alliés ou des personnes intelligentes avec qui communiquer. Dans des milieux aussi hostiles, ces rencontres sont bienvenues et apportent à certains moments de l'émotion, qui montrent que le héros n'est pas qu'une machine à vaincre le mal.
Niveau jouabilité, certains chapitres sont faciles, d'autres équilibrés, d'autres franchement coriaces ; c'est bien. Par contre, les règles de combat m'ont gêné. Statistiquement, elles sont parfaites, sans faille et ne souffrent d'aucun déséquilibre ni d'incohérence ; Jamie doit réussir à se procurer les meilleures armes dans chaque chapitre, ça fait partie du challenge et c'est sympa. Mais par rapport à Xune, les points d'endurance sont gonflés et les combats en deviennent particulièrement longs. J'avoue avoir renoncé à jouer les combats aux chapitres 8 et 9 tant je les trouvais fastidieux. S'il y a des corrections à faire en vue de l'édition, c'est sur ce plan que ça peut être amélioré, à mon humble avis.
D'une manière générale, je préfère Xune, plus intimiste dans son scénario, plus rythmé et aux règles moins exigeantes. Il n'en reste pas moins qu'après avoir lu une telle épopée, j'en garde un tas de souvenirs tant l'univers de Xhoromag est riche et se démarque par son originalité. Cette aventure frappe l'imaginaire, ce qui compense les défauts que je lui trouve.
A noter que j'ai bien aimé la toute fin, l'ultime conclusion quand Jamie revient sur terre. Je l'ai trouvé délicate et très bien écrite.
Répondre
#39
Pour la publication, les règles seront Xunifiées, pour ne pas dire simplifiées. L'Endurance est globalement divisée par cinq pour retomber sur une échelle plus raisonnable (c'était amusant quand j'étais jeune, des monstres à 800 PE, mais je comprends aujourd'hui que c'est trop laborieux à jouer). La version publiée du Secret de l'Univers aura donc les règles des séries VFF et LXX. La qualité du texte sera aussi rehaussée, et 20 § seront ajoutés à chaque volume (comme c'est déjà le cas pour le Vol 2) afin de combler les lacunes ou ajouter des possibilités. Toutefois, le cœur essentiel de chaque volume demeurera intact.

P.S. Les règles d'une complexité débile contre les disques volants de Q'Thyd vont évidemment passer à la trappe.
Répondre
#40
Comme je l'ai annoncé dans un autre sujet, il semble que la publication des premiers Xho rencontre des délais administratifs du côté de la maison d'édition. On les attend maintenant en mars ou avril. En attendant, si vous voulez voir le beau travail de l'illustratrice, Mylène Villeneuve, vous pouvez contempler les 21 illustrations qu'elle a réalisées pour les deux premiers volumes, c'est-à-dire L'Homme qui Marchait et Les Êtres aux Yeux Bleus. C'est ici : http://homepage.mac.com/siyanlis/Xhoroma...ns/D01.htm Dites-moi que c'est pas de beaux dessins, ça !
Répondre
#41
j'aime beaucoup les illustrations. Elles gagnent en qualité à mesure qu'on les fait défiler Smile

Juste une question, tu cibles quelle tranche d'âge ? Comme pour les A vous de jouer ?
-Chroniques de la Tour Grise : La Chute de Bellegarde -
Répondre
#42
C'est en effet très jolie, certains monstres sont franchement reussis, comme le serpent Vnaqzid et le gorille des Profondeurs.
Répondre
#43
Non, les À vous de Jouer visent vraiment les gamins. Pour les Xho, c'est davantage la cible habituelle des LDVELH, c'est-à-dire les ados.
Répondre
#44
Hormis les êtres humains que je trouve banals, les autres illustrations sont superbes. L'utilisation des couleurs est splendide.
Mes préférés sont les spectres, et surtout les Ailes du Temps. Smile
Répondre
#45
oui les Ailes du Temps est très réussi. Ca me rappelle l'illustration de la carte "boomerang" pour Magic l'assemblée pour ceux qui connaissent Smile
-Chroniques de la Tour Grise : La Chute de Bellegarde -
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)