Chroniques Crétoises
#16
Je suis d'accord avec un peu tout le monde. La série m'avait laissé une impression étrange mais j'ai hâte de la refaire avec mon regard adulte.

Sinon, Le Labyrinthe du Roi Minos fut mon tout premier LDVELH (sonnez les trompettes).
A chacune de mes tentatives, je ne sais pas comment je me débrouillais mais je tombais toujours très rapidement dans le labyrinthe sans vraiment découvrir la Cour. Ce n'est qu'en feuilletant sans jouer par la suite que je me suis rendu compte que j'avias loupé plus de la moitié du bouquin (et la plus intéressante).
Comme j'y avais pourtant beaucoup joué, j'ai cru que ce livre était quasiment buggé ou qu'il n'y avait qu'un chemin précis pour aller "au bout" de la cour.
Répondre
#17
Je n'ai pas de trouvé de topo sur Chroniques Crétoises, donc je le créé car je trouve que c'est l'une des séries les plus riches et les plus intéressantes jamais développées. Tout d'abord, elle est la première série non Héroic-Fantasy publiée par Folio. Elle s'inscrit dans le cadre de la Grèce antique mythologique - celle des Dieux de l'Olympe et des héros - et constitue une très habile variation sur la légende de Thésée : tous les éléments de la légende sont présents dans l'histoire d'Althéos, même les plus infimes (Thésée quitta réellement Trézène à la fin de son adolescence ; il abandonna réellement Ariane à Naxos ; etc.), évoqués de manière subtile et parfaitement imbriqués dans l'aventure sans jamais être assénés. En effet, les trois volumes, par la très grande liberté laissée au lecteur, évite le piège d'un didactisme pesant. Rarement une série a été aussi peu linéaire, avec autant de chemins différents menant à la victoire (grâce à une série enfin libérée du carcan des 400 paragraphes), surtout dans le premier volume qui permet de visiter quasiment toute la Grèce. Victoire ? Plus exact serait le terme "dernier paragraphe". Car il n'y a pas de victoire, plutôt une immersion dans une vie de héros tragique ponctuée d'épreuves...
Par ailleurs, les illustrations soignées et le texte, écrit dans un style qui reprend les procédés spécifiques de la littérature homérique, participent à créer une ambiance.
Il y a un vrai plaisir de lecture, car les auteurs prennent le temps de détailler les lieux et les personnes, créent des situations qui, même si elles n'apportent pas grand chose à l'action (pas de combat ou d'objet à ramasser), contribuent grandement à l'atmosphère (ex : la richesse des dialogues à la cour du roi Minos). Seuls Joe Dever (Loup Solitaire/Astre d'Or), Mark Smith/Jamie Thomson (La Voie du Tigre) et les Bailey (Les portes interdites et Sherlock) ont autant soigné le contexte de leurs séries. Seul le Perceval le Gallois de Rosenthal (chez PP) a aussi bien réussi à concilier la jouabilité et l'immersion historique dans une époque et une légende.
Enfin, les auteurs de la série ont innové en créant des règles spécifiques à leur univers. Le système Honneur/Honte donne un intérêt particulier à chaque action car, finalement, tout geste compte. Aucune décision n'est gratuite, surtout quand on connaît le poids de 1 seul point de Honte à la fin de notre Odyssée. La consultation de l'oracle est très habile, avec des pénalités fréquentes pour traduire que les Dieux sont impénétrables, et qu'on ne requiert pas impunément leur aide... Le système de combat est aussi une merveille : rapide (fini les combats interminables de Défis Fantastiques, où on peut encaisser 6 coups de hache avant de gambader au paragraphe suivant), précis (une hache n'est pas un baton) et intelligent (on peut adopter des tactiques défensives ou offensives, selon les circonstances).
Le seul reproche qu'on puisse lui faire, à mon sens, est le véritable jeu de massacre du troisième et dernier volume. Althéos devient un mélange d'Héraclès et Ulysse mais, surtout, une victime du destin. C'est l'anti Loup Solitaire : Althéos achève son odyssée méprisé et humilié, selon les règles tragiques qui président au destin des héros grecs ! Ce n'est pas forcément agréable à jouer mais c'est, finalement, très plaisant à lire.
Répondre
#18
Eh beh, voilà un avis développé, pertinent, et convaincant. Je suis d’accord sur le principal. Parfois, les éléments ludiques intéressants du premier volume, les faveurs/défaveurs des dieux notamment sont sous-utilisés par la suite, surtout dans le deux, mais la qualité narrative et historico/mythologique est toujours Au rendez-vous, c’est incontestable !

Moi qui suis (ou peut-être juste « fus ») un grand amateur de mythologie grecque, j’ai adoré cette série à l’époque, lui pardonnant d’emblée ses quelques défauts !
C’est alors que Pip dégaina le Glaive du Sommer junior et le pointa d’un geste ample et maladroit vers la tente de l’Archimage de Mampang. La voix de Merlin (ou celle de Yatzromo, ou Nicodème, il ne savait plus trop) retentit dans son crâne… « Imbécile ! Il fait nuit noire, ça ne sert à rien !! »
Répondre
#19
ZE plusssssoie.
Premier volume très innovant et immersif, puis cette fin de saga laissant un goût de cendre.
Rien que d'y penser cela m'évoque le parfum du thym, du romarin, et les oliviers...

J'adorais (c'est le cas de le dire) le système des Dieux: cela permettait des relectures différentes. Je pense qu'il y a peut-être encore un ou 2 Dieux que je n'ai pas essayé.
Je trouve ça dommage qu'un tel système ne se soit pas retrouvé dans d'autres ldvelhs, même moins appropriés comme les heroic fantasy.
Répondre
#20
(26/01/2010, 13:18)AlvEric a écrit : Je n'ai pas de trouvé de topo sur Chroniques Crétoises

Il était pourtant là :

http://rdv1.dnsalias.net/forum/showthread.php?tid=501

Tu pourras y lire plusieurs avis sur cette excellente série.
Répondre
#21
(22/06/2007, 12:08)Outremer a écrit :
Vengeur a écrit :Le dernier paragraphe (600) se termine comme suit: "Et, à quelques milliers de stades à l'Est, votre fille attend son heure en aiguisant ses ciseaux". J'ai fait toute l'aventure dans l'ordre et il ne me semble pas qu'Althéos ait eu une fille alors est-ce une erreur de traduction avec les Moires?

En fait (surligner pour voir la suite), Althéos a couché avec Ariane avant de devoir l'abandonner, même si ce n'est pas dit expressément ; lorsqu'Althéos la rencontre à nouveau dans les Enfers, il apprend qu'elle est morte en couches. Il rencontre d'ailleurs leur fille, même s'il ne s'en rend absolument pas compte : c'est elle qui accompagne la Sybille qu'Althéos doit aller voir pour descendre aux Enfers.

oh punaise, oh punaise, tout un pan de mystère vient de s'écrouler (j'ai jamais réussi à lire à un tel degré !). j'avais pas compris que "morte adolescente" voulait dire "en couches", mais je n'ai toujours pas compris l'histoire du bain ? et pourquoi Ariane ne le reconnait plus la deuxieme fois ?
Et qu'est ce qui t'a mis la puce à l'oreille pour la petite fille avecla Sybille ?.


Tiens, en relisant le passage avec le guide, ça m'a fait rire le coup du "tiens, tu veux voir quel frère ? Tu devrais poser des questions à ta mère"
Répondre
#22
Merci du lien. Je ne l'avais pas vu car j'avais cherché dans l'index des critiques de Meneldur sans rien trouver. Effectivement, plein de choses intéressantes avaient été dites et je suis d'accord avec vos avis. Néanmoins, j'avais aimé le tome 3 car il a une atmosphère incroyable : Althéos revit les épisodes marquants de l'errance d'Ulysse et des épreuves d'Hercule, et les auteurs ont développé le côté tragique d'une destinée soumise aux Dieux. Les épisodes qui m'avaient le plus marqué, outre le PFA le plus subtil des LVDH (et conforme à la légende de Thésée), sont celui où l'on est esclave chez les Nubiens et le final quasi métaphysique... L'histoire est longue, avec des paragraphes eux aussi très développés, et on finit presque, comme dans un roman, à ressentir la souffrance d'Altheos balloté par les Dieux comme nous par les auteurs. C'est le cote genant du 3ème tome mais c'est aussi son côté exaltant sous réserve qu'on le considère davantage comme un roman interactif que comme un LVDH. Quant à la dernière phrase, elle permet de multiples interprétations : je l'ai finalement comprise comme quoi notre fille, abandonnée et orpheline, allait se dévouer à une déesse (car la chevelure était parfois offerte en offrande aux Dieux). Je me suis aussi demandé si les Grecs n'avaient pas eu cette coutume chinoise selon laquelle il est interdit à une femme de se couper les cheveux avant le mariage.
Répondre
#23
Je suis d'accord sur l'ensemble mais je n'aime pas du tout le système de combat, qui a tendance à m'envoyer ad patres très vite...
Répondre
#24
Je suis personnellement fan du premier (au point de regretter qu'il n'y ait pas eu d'autres livres dans le même thème, ou même d'avh, si je ne me trompe pas).
Répondre
#25
je suis loin d'être fan de cette série, entre autres à cause du système de combat grotesque ( combattre les ennemis 1 par 1 avec bonus +1… )
Ceci dit, ça fait très, très longtemps que je n'y a plus joué.
Voyant donc aujourd'hui ( enfin, hier… samedi quoi ) le Labyrinthe en occase, je l'ouvre au hasard
1° fois: combat contre 2 crétois avec stats 7 d'attaque+2 pour les couteaux, 12 de défense. Nous qui commençons avec 4 d'attaque ( +2 si Arès nous protège ) et 10 de défense… ils sont costauds ces crétois !*
2° fois: cérémonie avec sacrifice humain, nous sommes possédés par Déméter et transformons le prêtre en étalage de fruits et légumes.
Bon. Vu. Si jamais je revois un bouquin de cette série, je passe de l'autre côté de la rue pour l'éviter.


*Épiménide le crétois a dit: tous les crétois sont des menteurs
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#26
une autre série que j'adore, pour son coté mythologique et épique. Le 3e manque d'orinalité, c'est un mix de Heracles et Odysseus, l'univers aurait merité d'etre plus développé
Répondre
#27
J'ai lu le début du tome 1 de la Vengeance d'Althéos. J'ai été déçu pour deux raisons :
-l'un est liée aux règles, qui sont un peu trop complexes et longues (le double exemple à la fin des règles fait 3 pages, je n'en ai lu que la moitié), et quelques points auraient pu être supprimés ou simplifiés. Néanmoins, il y a des idées sympas dans ces règles.
-l'autre est lié au style : les paragraphes sont extrêmement courts (ce qui explique les 600§). Le thème est original mais du coup, si l'univers n'est pas assez décrit...

Il faudra que j'en lise un peu plus, mais c'est dommage qu'à la fois le style et les règles ne soient pas d'un très bon niveau, surtout pour le style. Sans parler des petites erreurs de traduction (un mendiant devient voleur au § suivant, je ne ferai pas de commentaire là-dessus ^^) ou des renvois bizarres.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#28
Je ne te cache pas que cette série n'est pas franchement génial. Le premier opus reste sympa mais les deux autres, bof bof. Surtout le dernier est long et j'ai le souvenir qu'il y a dans ce même livre un pnj tout simplement insupportable.
Adieu vieux frère, ton nom sera à jamais gravé dans mon coeur. Repose en paix.
~ Force et Honneur.. ~
Répondre
#29
(11/10/2011, 08:58)Jin a écrit : j'ai le souvenir qu'il y a dans ce même livre un pnj tout simplement insupportable.

Markos ou quelque chose comme ça. C'est vrai qu'on a vite envie de le tuer !

Cependant, même si le troisième livre n'est pas extrêmement distrayant et qu'il traîne franchement en longueur, je le trouve très intéressant par la déconstruction à laquelle il se livre. Althéos n'est plus un héros mais une victime, ce qu'il a fait a perdu son importance, ce qu'il fait n'a plus de sens, il est ballotté à travers un monde hostile où il ne trouve nulle part sa place et ne parvient pas à revenir chez lui.

Show ContentSpoiler:

Répondre
#30
Je remonte ce sujet car j'ai récupéré des pdf des tomes 1 et 3 (ceux qui me manquent encore) et j'ai besoin de quelques précisions pour les combats.

-Il est dit que quand tous les adversaires sont grièvement blessés, alors on peut à nouveau lancer deux dés. Est-ce toujours le cas? Par exemple si Althéos peut toucher avec un 6 et que son ennemi ne peut pas, doit-on redonner une chance à l'ennemi? Et inversement, si l'ennemi peut nous toucher et pas Althéos, a-t-on le droit de profiter de la règle des deux dés?

-En cas de combat contre plusieurs ennemis, quand Althéos blesse grièvement le premier et que celui-ci est remplacé, à qui revient l'initiative du premier assaut? Dans les règles j'ai l'impression que le remplaçant porte le coup (alternance Althéos/ennemi). Mais ne serait-il pas logique de conserver l'initiative de frapper le premier, et donc de frapper deux fois de suite?

Enfin j'ai un pdf pourri. Même s'il possède des liens cliquables il est plein de coquilles dans le texte. Et il manque au moins un §, le 185. Si quelqu'un avait le texte correspondant ce serait sympa...
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)