Aventure avec plusieurs héros
#16
(28/07/2020, 20:51)Skarn a écrit : Edgar : Un type qui vit dans un monastère, et sait vaguement jardiner, brasser la bière, et traire les chèvres. Il aime bien le fromage.
Point fort : Sympathique
Faiblesse : Gourmandise, paresse

LOOOL ! Je suis sûr que c'est lui qui détient la clé du succès…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#17
Edgar : Un type qui vit dans un monastère, et sait vaguement jardiner, brasser la bière, et traire les chèvres. Il aime bien le fromage.

Point fort : Sympathique
Faiblesse : Gourmandise, paresse

Amène !
Anywhere out of the world
Répondre
#18
(28/07/2020, 22:35)Outremer a écrit : En fait, ça fait un moment que je me dis que c'est sympa de mettre en scène des héros qui, sans valoir grand-chose pour ce qui est du combat,  savent utiliser l'adresse et la subtilité pour parvenir à leurs fins, lesquelles sont un peu moins dictées par l'honneur et la bravoure que par l'intérêt personnel.

Et qui s’expriment en vers ?
Répondre
#19
(28/07/2020, 23:01)Shamutanti a écrit : La seule solution qui me semble intéressante d'un point de vue littéraire est :
multi-perso = multi-joueur

C'est une possibilité, mais la nécessité de jouer à plusieurs est tout de même une sacrée contrainte.

Il ne serait de plus pas facile d'inventer une mécanique qui fonctionne bien.
Avec un système du genre "Double Jeu", la moindre interaction un peu élaborée serait un calvaire à organiser. D'après ce que je me souviens de "Darian le Magicien", les interactions entre les choix des deux joueurs n'ont guère que deux types d'effets : (1) déterminer quand les deux personnages se rencontrent et (2) décider à plusieurs reprises s'ils préfèrent s'allier ou se mettre sur la tronche (dans le second cas, il y a l'un des deux qui va se faire tuer).
Dans "L'épée de légende", il n'y a pas réellement d'interactions entre les personnages ; il aurait sans doute été possible d'en insérer, mais ça n'aurait pas été facile de le faire élégamment (la majorité de la narration des livres se plaçant du point de vue du groupe).


(31/07/2020, 12:54)Jehan a écrit :
(28/07/2020, 22:35)Outremer a écrit : En fait, ça fait un moment que je me dis que c'est sympa de mettre en scène des héros qui, sans valoir grand-chose pour ce qui est du combat,  savent utiliser l'adresse et la subtilité pour parvenir à leurs fins, lesquelles sont un peu moins dictées par l'honneur et la bravoure que par l'intérêt personnel.
Et qui s’expriment en vers ?

Je te vois venir : tu veux que je mette en scène un voleur qui parle en vers pour pouvoir m'attaquer pour violation de copyright !


Plus sérieusement, j'ai passé du temps à réfléchir à une aventure avec plusieurs persos qui seraient tous des voleurs, mais je n'ai pas trouvé de bon concept jusqu'ici.
Répondre
#20
Tu peux partir sur plusieurs voleurs partis chacun de leur côté à la recherche d'un même trésor et qui se rencontrent de façon fortuite à un moment de l'aventure. Après surprise, hésitation, tension, un danger commun les pousse à s'unir et ils décident alors de poursuivre ensemble, tout en sachant que le trésor (un joyau, un volume magique, un objet) ne peut être partagé...

Ou alors, plusieurs voleurs en mission pour la Guilde, chargés de récupérer un trésor/objet/lettre compromettante ou autre. On peut raffiner en incluant un des membres de l'équipe qui, une fois le trésor trouvé, a bien l'intention de le garder pour lui... Ou qui est employé par un des hauts membres de la Guilde, décidé à en prendre la tête.

Après, techniquement, c'est hard.
Anywhere out of the world
Répondre
#21
Ça m'apparaît difficile en ayant un groupe de voleurs de différencier notablement leurs talents. Bien sûr on peut avoir ( mettons ) l'acrobate monte-en-l'air et le miraud spécialiste des pièges et serrures, mais c'est artificiel parce qu'on peut tout aussi bien concevoir un voleur qui aurait l'ensemble de ces talents. Les voleurs ne se différencient pas autant les uns des autres que les magiciens, les moines, les prêtres…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#22
Pas faux.
Malgré tout, on peut quand-même je pense trouver de quoi faire...

On pourrait avoir Papillon de nuit, surnommée ainsi car aussi légère et discrète que cet insecte, l'Anguille, contorsionniste, capable de déboîter ses épaules et articulations et donc de se faufiler partout, Doigts de fée, spécialiste des serrures et pièges en tous genres, Poison, spécialiste en toxicologie, aussi bien en remèdes qu'en poisons, drogues et somnifères ou encore Passe-murailles, ventriloque, capable d'imiter n'importe quelle voix, n'importe quel accent, parlant plusieurs langues, maître du déguisement...
Anywhere out of the world
Répondre
#23
(01/08/2020, 17:20)ashimbabbar a écrit : Ça m'apparaît difficile en ayant un groupe de voleurs de différencier notablement leurs talents.

C'est pas la base de la plupart des films de braquages d'avoir une équipe de personnages qui sont techniquement tous des voleurs, mais ont des spécialités et des personnalités aux antipodes ? Le crocheteur, le chauffeur, la distraction, le coordinateur, le gros bras etc.

Sinon, ce que propose VS est assez courant aussi, même ça m'évoque plutôt des œuvres sur les ninjas (par exemple Basilisk) que les « voleurs ». Remarque, vous allez me dire, voleur, ça veut pas dire grand chose. Si on considère par là la classe de D&D, c'est déjà quand même un peu beaucoup un assassin, avec ses attaques sournoises, en raison du fait que dans dans D&D, si tu contribues pas au combat, tu sers à rien. Mais c'est un autre débat.
Répondre
#24
Débat intéressant.
Si on s'en tient à l'essentiel, le voleur est là pour voler, en théorie il devrait donc éviter le combat ou toute confrontation au maximum, voire totalement. Dans l'idéal de sa profession, le voleur ne doit pas être vu, il vient, il prend et il repart, sans éveiller l'attention. En plus, sans tomber dans les clichés, il est souvent léger, agile, misant sur la souplesse et la furtivité, donc pas vraiment taillé pour le combat physiquement (même si un personnage maigre et ne payant pas de mine peut se révéler un redoutable adversaire, ce n'est pas qu'une question de physique, on est d'accord).

Or Skarn a raison : dans beaucoup d'aventures, le voleur combat, le voleur tue à l'occasion, la frontière entre voleur et assassin est poreuse. Dans Le Talisman de la Mort par exemple, les membres de la guilde des voleurs savent jouer du poignard autant que du passe-partout... Après, si on part sur un groupe de héros en aventure, si le voleur ne participe pas au combat, il peut vite devenir un poids pour ses compagnons, il faut le protéger, faire attention à lui. C'est un peu la philosophie de la trilogie Jacksonienne du Hobbit, avec Bilbon le "cambrioleur" du groupe. Du moins au début : par la suite, le Hobbit apprend à se battre et à tuer comme les autres.
Anywhere out of the world
Répondre
#25
(01/08/2020, 21:57)Voyageur Solitaire a écrit : Débat intéressant.
Si on s'en tient à l'essentiel, le voleur est là pour voler, en théorie il devrait donc éviter le combat ou toute confrontation au maximum, voire totalement. Dans l'idéal de sa profession, le voleur ne doit pas être vu, il vient, il prend et il repart, sans éveiller l'attention. En plus, sans tomber dans les clichés, il est souvent léger, agile, misant sur la souplesse et la furtivité, donc pas vraiment taillé pour le combat physiquement (même si un personnage maigre et ne payant pas de mine peut se révéler un redoutable adversaire, ce n'est pas qu'une question de physique, on est d'accord).

Or Skarn a raison : dans beaucoup d'aventures, le voleur combat, le voleur tue à l'occasion, la frontière entre voleur et assassin est poreuse. Dans Le Talisman de la Mort par exemple, les membres de la guilde des voleurs savent jouer du poignard autant que du passe-partout... Après, si on part sur un groupe de héros en aventure, si le voleur ne participe pas au combat, il peut vite devenir un poids pour ses compagnons, il faut le protéger, faire attention à lui. C'est un peu la philosophie de la trilogie Jacksonienne du Hobbit, avec Bilbon le "cambrioleur" du groupe. Du moins au début : par la suite, le Hobbit apprend à se battre et à tuer comme les autres.

Le meilleur moyen de voler les gens sans éveiller l'attention c'est quand même d'être à la tête d'une entreprise du CAC40 Wink
C'est un peu comme la Lettre Volée d'Edgar Allan Poe, plus on est visuble moins on nous voit !
Répondre
#26
C'est en effet la difficulté à différencier les protagonistes les uns des autres sur laquelle j'achoppe.

Dans une aventure genre "Ocean's Eleven", les héros coopèrent mais sont souvent séparés les uns des autres. Dans ce genre de cas, pas de problème, chacun peut avoir sa spécialité et jouer son rôle bien à lui dans l'histoire.

Mais je pensais plus à une aventure où les héros se déplacent la plupart du temps en groupe. Et c'est nettement plus compliqué.

L'une des caractéristiques fondamentales du voleur dans la fiction (et notamment la fantasy), c'est qu'il a tendance à éviter dangers et obstacles en empruntant des chemins compliqués. Il escalade les murs, il marche sur des cordes raides entre deux bâtiments, il évite les gardes en se cachant dans l'ombre, etc.

Pour que les héros puissent rester groupés, il faut donc qu'ils possèdent tous certaines qualités, notamment en matière d'agilité et de discrétion. La nécessité de ces similarités diminue les possibilités de les différencier.
Répondre
#27
J'ai lu hier Les Alpha Mages, ça fonctionne comme Ocean... Three, pour reprendre ta comparaison @Outremer : une équipe de trois talents, et face à chaque péripétie il faut employer le héros le mieux adapté. Comme c'est destiné aux enfants, le texte suggère à chaque fois quel héros prendre.

Répondre
#28
(01/08/2020, 22:37)Outremer a écrit : Pour que les héros puissent rester groupés, il faut donc qu'ils possèdent tous certaines qualités, notamment en matière d'agilité et de discrétion. La nécessité de ces similarités diminue les possibilités de les différencier.

Si c'est de la fantasy, on peut éventuellement varier à l'extrême l'origine de ces talents de discrétion : entraînement spécifique (le ninja), appris sur le tas (le cambrioleur), par nature (le changeur de formes), par magie (pacte avec une divinité des ombres) etc.

Ça permet que même s'ils partagent tous une certaine tendance à ne pas se faire repérer, pour d'autres types de problèmes, ils auront des approches totalement différentes.
Répondre
#29
(02/08/2020, 20:37)Skarn a écrit :
(01/08/2020, 22:37)Outremer a écrit : Pour que les héros puissent rester groupés, il faut donc qu'ils possèdent tous certaines qualités, notamment en matière d'agilité et de discrétion. La nécessité de ces similarités diminue les possibilités de les différencier.

Si c'est de la fantasy, on peut éventuellement varier à l'extrême l'origine de ces talents de discrétion : entraînement spécifique (le ninja), appris sur le tas (le cambrioleur), par nature (le changeur de formes), par magie (pacte avec une divinité des ombres) etc.

Ça permet que même s'ils partagent tous une certaine tendance à ne pas se faire repérer, pour d'autres types de problèmes, ils auront des approches totalement différentes.

Dans la pratique, comment ça marche ?
Le ninja fait un jet sous l'Habileté, le changeforme dépense de l'Endurance et le mago/prêtre dépense du Pouvoir ?

Avec ça que s'ils font tous la même chose, autant n'en avoir qu'un…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#30
(02/08/2020, 20:37)Skarn a écrit : Si c'est de la fantasy, on peut éventuellement varier à l'extrême l'origine de ces talents de discrétion : entraînement spécifique (le ninja), appris sur le tas (le cambrioleur), par nature (le changeur de formes), par magie (pacte avec une divinité des ombres) etc.

J'avais pensé au changeur de formes, mais j'avais écarté l'idée : à moins d'être extrêmement limitée, la métamorphose est un pouvoir qui offre trop de possibilités pour être correctement géré dans une AVH (à plus forte raison s'il y a plusieurs héros différents).

Les autres possibilités sont intéressantes et offriraient en effet une certaine variété thématique.


(03/08/2020, 14:51)ashimbabbar a écrit : Avec ça que s'ils font tous la même chose, autant n'en avoir qu'un…

Comme je disais, l'agilité et la discrétion me semblent être des prérequis.

Imaginons un groupe de voleurs qui prévoit de s'infiltrer dans un temple fortifié pour y récupérer une précieuse relique. Chacun des membres du groupe possède certaines compétences qui pourront se révéler utiles pendant le casse : l'un d'entre eux est un expert en mécanique et vient à bout de n'importe quelle serrure, un autre a les doigts très agiles et pourrait voler une clé à la ceinture d'un garde sans que celui-ci ne s'en rende compte, un troisième est un érudit qui saura interpréter les runes mystiques qu'on trouve ici et là dans le temple, etc.

Tout ça, c'est très bien, mais si tous les membres du groupe ne sont pas suffisamment agiles et discrets pour s'infiltrer dans ce temple fortifié sans se faire aussitôt repérer par les gardes, ils ne vont pas aller très loin.

Il est bien sûr possible que l'un des voleurs soit d'une agilité qui éclipse celle de ses compagnons, qu'un autre bénéficie d'un pouvoir mystique qui le rend silencieux comme un fantôme, et ainsi de suite. Mais ils doivent tous posséder ces compétences à un degré élevé ou ils ne fonctionneront pas en tant que groupe.

Un exemple classique serait le trio de Cat's Eye : elles sont toutes les trois exceptionnellement agiles et discrètes, même si Hitomi surclasse ses sœurs (qui ont d'autres points forts).
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)