Mini-Yaz 2020 Catabase
#31
(03/06/2020, 22:01)Outremer a écrit :
(03/06/2020, 21:34)Meneldur a écrit : Que signifie « Toutefois, si votre total est au moins trois fois plus grand que le nombre de succès requis — le cas ici —, alors c’est une réussite automatique. Nul besoin de lancer les dés. » ?
- Si le score qu'on possède dans la caractéristique est au moins le triple du nombre de succès nécessaire, on réussit automatiquement l'épreuve sans avoir besoin de lancer les dés. C'est-à-dire que si on a au moins 3 dans une caractéristique, on remporte automatiquement tous les tests (liés à cette caractéristiques) qui ne demandent qu'un seul succès.

Ah ! Mais oui, expliqué comme ça, c'est limpide. Je crois que j'ai été perturbé par le mot « total », qui pour moi désigne par défaut le résultat d'un jet de dés plutôt qu'un score de compétence. Mais je suis visiblement le seul. Bon, je reprendrai l'aventure plus tard.
Répondre
#32
Du point de vue littéraire, scénario et style, c'est très bon. Du point de vue ludique, pas mal mais quelques regrets. Donc si on fait la moyenne, c'est une bonne AVH. ^^

Le plus gênant à mon sens est peut-être la longueur des sections, bien denses en moyenne, ce qui amollit sérieusement le rythme quand on est dans des passages plus calmes. Et des passages calmes, il y en a forcément dans une aventure de "déplacement" dans un univers froid et tout sauf tumultueux comme l'Hadès.
Mais en contrepoids à ce défaut, l'aventure n'est pas très linéaire. De nombreuses scènes inédites se découvrent à la relecture quand on varie les chemins ce qui maintient la tension.

Les choix sont un petit peu limités à mon goût. Soit des tests soit des possibilités de chemin ou entre deux attitudes seulement. Là encore le scénario de "déplacement" impose fatalement de réduire les options possibles pour rester dans 50 sections tout en proposant des séquences variées et plusieurs voies possibles.

Le système de jeu est à la fois simple et sympa. Il m'a rappelé Horreur à Arkham avec ces succès à atteindre sur 5 ou 6. Au final je n'ai pas beaucoup lancé les dés. Quant aux appellations grecques pour les caractéristiques, je me mélangeais parfois les pinceaux car menos me rappelait mental et phrenos le physique...

Pour terminer sur le jeu, j'ai réussi à atteindre l'épilogue à mon troisième essai, donc une difficulté parfaite pour une mini-AVH. Mon premier échec entouré par les faunes est mémorable! Surtout quand j'ai découvert le fin mot de l'histoire a posteriori, ça explique d'autant mieux pourquoi on perd connaissance avant de subir les sévices... Je suis mort ensuite devant la statue d'Hécate.

J'ai pris du plaisir à lire ta prose, Jehan (je crois que c'est ta première AVH). Je n'en étais pas surpris car tes posts sont toujours bien rédigés. Ici un véritable effort est fait pour rendre le style riche, avec des tentatives de métaphores ou des descriptions poétiques. Quelques maladresses par ci par là mais au final c'est bien écrit. Surtout j'ai beaucoup aimé la grande variété dans le vocabulaire. Je suis allé de nombreuses fois dans le dictionnaire. Loin de m'agacer cela m'a stimulé de découvrir tous ces termes inconnus (et je ne parle pas de mots grecs).

Enfin, l'histoire est vraiment chouette et surprenante. Un scénario à la Outremer pourrait-on dire dans sa volonté de dérouter puis ébahir le lecteur.
J'ai beaucoup aimé le fond. Même si la confrontation finale est très littéraire au point de ressembler à un passage de roman (au niveau longueur sans choix à faire), ce sujet du désir d'oubli pour ne plus ranimer sans cesse les fantômes du passé m'a beaucoup touché. Ensuite, le retour à la réalité un peu satirique mélangé de considérations philosophiques frôle très légèrement le too much, ça fait beaucoup d'aspects mélangés dans le même panier (mythologie grecque, blessure de l'enfance, science-fiction, touche finale anti-consumériste).
Mais il en reste au final une impression positive, de sensibilité, de sérieux et d'originalité.

P.S. : Pour mon parcours victorieux j'ai fait comme Skarn je crois, chemin de la prévoyance, le coquillage rempli d'eau et donc une confrontation finale sans jet de dé même si je me suis fait mordre par le loup
Répondre
#33
Merci beaucoup pour ce retour ! Content que l’aventure t’ait plu.

Effectivement, la limite des cinquante sections m’a beaucoup contraint. Il y a matière à développer beaucoup plus… Ta remarque sur les choix binaires est très juste. Plusieurs fois j’ai essayé de proposer plus de deux choix au lecteur, pour au final devoir tailler dans le vif sous peine de dépassement. Au point d’en arriver à certaines astuces dont j’aurais préféré me passer, pour garder un aspect ludique relativement intéressant. En même temps, c’est probablement grâce à cette limite que je suis parvenu à aller au bout de quelque chose, comme quoi.

Pour la confrontation finale : tiens, je trouvais qu’il y avait pas mal de choix possibles, moi, qui m’ont mangé une bonne partie de mon pécule de cinquante sections, justement.

Pour la dernière scène : oui, il y a beaucoup de choses, et je comprends ton ressenti. En fait, cette scène est un clin d’œil aux initiés… car l’histoire se passe dans un univers connu mais auquel je ne fais jamais directement référence. Sauf que visiblement, tout le monde est passé à côté. ^^ Enfin, ce n’est pas bien grave. Quant à la note anti-consumériste, en fait je voulais justement contrebalancer cette critique devenue si commune qu’elle en est maintenant trop facile, mais visiblement je ne m’y suis pas bien pris.

Je suis preneur des maladresses que tu as repérées, si tu t’en souviens. : ) Merci encore.
Répondre
#34
Oui la confrontation finale propose sans doute pas mal de choix au moment du combat, mais c'est qu'on a trois sections unidirectionnelles juste avant pour y arriver (il me semble) et particulièrement longue, surtout la dernière évidemment.

Pour les maladresses (selon moi), je ne les note jamais malheureusement. Je me souviens de deux métaphores qui tombaient un peu à plat car trop forcées, de petites choses déjà relevées par dans l'introduction, mais ce sont des bulles de détail dans un ensemble très harmonieux.
Répondre
#35
Ah, oui. Effectivement, il y a deux longs paragraphes qui se suivent avant la confrontation finale, c’est vrai. C’était une tentative de ma part de surprendre en menant le lecteur à un paragraphe 50 qui se révèle ne pas être la fin. Pour les maladresses, aucun souci, c’était au cas où (je m’attache beaucoup à ces détails). Merci encore pour ton retour.
Répondre
#36
Pour un coup d'essai, un coup de maître ! Il y a beaucoup de maîtrise dans le style, des trouvailles très originales et une ambiance très bien rendue. L'aspect ludique est aussi bien foutu avec des énigmes intelligentes (les arbres qui parlent de manière désarticulée par exemple), des choix intéressants. Bref; j'ai beaucoup aimé ce voyage en Enfer !
Répondre
#37
J'ai été moyennement emballé par cette avh malgré un choix de vocabulaire et des références bienvenues, qui figurent parmi les points forts du texte, mais qui ne suffisent pas à combler un effet de "vide"instauré par des descriptions assez neutres la plupart du temps, j'entend par là qu'au lieu de camper une atmosphère ou un personnage tu te contentes d'en donner les caractéristiques brutes . Je n'ai pas ressenti le gigantisme du palais d'hades, ni la lassitude de ce royaume des morts, ni la désolation du tartare, ni la férocité du cerbère mais je me souviens tout de même de quelques passage bien foutus.  Pas mal de lourdeurs de formulation ça et là, mais de belles métaphores aussi et parfois un beau récit ; c'est donc inégal je trouve, et parfois d'une phrase à l'autre. Il y a autre chose qui alourdit le récit, c'est la propention à souvent vouloir expliquer les causes des effets sur des évenements sans importance ou d'étirer le récit sur ces mêmes évenements sans importance. Ca m'a donné l'impression de pédaler dans du tartare de choucroute. Je n'ai pas trouvé ça si mal dans l'ensemble, mais en fait les maladresses (selon moi) sont étroitement mélangées avec du très beau texte et de très bonnes idées,  ce qui me laisse à penser que l'ensemble pourrait être super avec un peu d'élaguage et de remaniement. Après ce n'est que mon ressenti. Marrant le paragraphe 26 ! ça donne presque envie d'aller au 13. une chouette fin inattendue pour finir, qui m'a bien plu.
Répondre
#38
Merci à tous les deux pour vos retours ! Très content que l’aventure t’ait plu, gynogege. Quant à fifre, merci pour ta franchise ! Comme pour Fitz, si tu as souvenir de passages que tu as trouvés lourds ou maladroits, n’hésite pas à m’en faire part.
Répondre
#39
Le principal reproche que je pourrais faire à cette AVH, ce sont les petites astuces utilisées pour contourner un peu la règles des cinquante paragraphes (au niveau des tests). Sinon, c'est vraiment très bon.

J'ai trouvé le style excellent, plutôt élaboré mais tout de même assez facile à lire. Pour moi, il n'y a rien de pire que de s'y reprendre à deux fois pour comprendre le sens d'une phrase, même admirablement tournée, mais ce n'est pas du tout le cas ici. J'ai plus été gêné par la police qui donne aux paragraphes un côté un peu massif, à moins que ce ne soit l'absence d'alinéa? Bon, les sections sont probablement un peu longues, ce serait bien d'élaguer un peu la prochaine fois, mais il n'empêche que j'ai pris beaucoup de plaisir à ma lecture.

L'histoire est très sympa, avec un fond de mythologie grecque mâtinée de SF qui fonctionne très bien. Je serais curieux de savoir sur quelles sources tu t'es basé pour créer "ton" enfer? Je vois bien qu'il y a du Dante (avec la phrase de la porte, les cercles, l'allusion à l'ange déchu...), mais je connais très mal La divine comédie... tous les éléments mythologiques dont tu t'es servi sont-ils présents dans l’œuvre du poète?

Une autre source d'inspiration que j'ai crû détecter, c'est l'AVH Labyrinthe d'Outremer. Le loup évidemment, le protagoniste qui cherche à guérir d'un traumatisme... J'ai bon ou je débloque complètement?

J'ai réussi l'aventure à ma troisième tentative
Show Content

Merci pour cette petite ballade en enfer, c'était très sympa!
Répondre
#40
Merci beaucoup, Kraken, pour ce retour !

Ouaip, moi-même ne suis pas très satisfait des deux-trois astuces qu’il m’a fallu employer pour arriver à rester dans les clous. À ton instar, j’envisage d’écrire une version longue, qui me permettrait tout d’abord d’intégrer un certain nombre de passages que j’ai dû sacrifier, et ensuite de pouvoir aérer la structure en faisant sauter ces artifices peu esthétiques. Ça me permettrait aussi, peut-être, d’aérer les sections en cassant certains pavés, et d’y gagner en rythme. Enfin, on verra.

« Mon » enfer est un mélange de celui que Dante décrit dans sa Divine Comédie et des Enfers de la mythologie grecque (sur laquelle Dante se base aussi). Pour simplifier, j’ai repris tout ce qui a trait aux péchés capitaux (logique) de la Divine Comédie, mais la structure des Enfers n’a rien à voir avec celle de Dante, c’est une interprétation libre des nombreuses et contradictoires « descriptions » de l’Hadès qui sont parvenues de l’antiquité jusqu’à nous.

Le monde hors des Enfers, lui, est totalement inspiré d’un univers existant, auquel je ne fais jamais directement référence mais fais néanmoins pas mal d’allusions pas du tout subtiles, dans l’épilogue notamment. Pour le moment personne ne semble l’avoir identifié ; mais si on ne le connaît pas, ce n’est évidemment pas possible de le reconnaître.

Pour Labyrinthe, en revanche, c’est une pure coïncidence, n’ayant, je le confesse honteusement, toujours pas lu cette A.V.H. Elle est dans ma liste depuis longtemps, et ton commentaire me rend d’autant plus curieux de m’y plonger.
Répondre
#41
(13/07/2020, 18:31)Jehan a écrit : À ton instar, j’envisage d’écrire une version longue

Je pense que ce serait une bonne idée, surtout que même sans ajouter de nouvelles péripéties, tous les éléments sont déjà là pour faire quelque chose de très abouti! Si tu te lances dans de tels travaux, un point qu'il faudrait peut-être revoir c'est l'explication de la règle des tests qui ne m'a pas paru très limpide à moi non plus (j'ai dû m'aider des commentaires du forum). Une fois qu'on connait le système ça va, l'explication que tu proposes devient compréhensible, mais autrement  c'est pas évident je pense.

(13/07/2020, 18:31)Jehan a écrit : « Mon » enfer est un mélange de celui que Dante décrit dans sa Divine Comédie et des Enfers de la mythologie grecque (sur laquelle Dante se base aussi).

C'est ce que je pensais. Un truc qui me semble un peu contradictoire, dans ce cas, c'est qu'à au moins un moment tu fais référence à Dieu (et à Lucifer sans le nommer) alors qu'en général tu te réfères plutôt à Hadès et des autres dieux grecs. Je trouve personnellement que ces deux influences ne se marient pas forcément très bien.

(13/07/2020, 18:31)Jehan a écrit : Le monde hors des Enfers, lui, est totalement inspiré d’un univers existant, auquel je ne fais jamais directement référence mais fais néanmoins pas mal d’allusions pas du tout subtiles, dans l’épilogue notamment. Pour le moment personne ne semble l’avoir identifié ; mais si on ne le connaît pas, ce n’est évidemment pas possible de le reconnaître.

Je ne vois pas du tout, mais tu attises ma curiosité!

(13/07/2020, 18:31)Jehan a écrit : Pour Labyrinthe, en revanche, c’est une pure coïncidence, n’ayant, je le confesse honteusement, toujours pas lu cette A.V.H. Elle est dans ma liste depuis longtemps, et ton commentaire me rend d’autant plus curieux de m’y plonger.

Alors là tu m'épates, j'aurais mis ma main au feu et à couper qu'il s'agissait d'un clin d’œil volontaire, ou au moins d'une influence inconsciente! Mais les grands esprits se rencontrent, comme on dit! Big Grin
Répondre
#42
(13/07/2020, 22:23)Kraken a écrit : Je pense que ce serait une bonne idée, surtout que même sans ajouter de nouvelles péripéties, tous les éléments sont déjà là pour faire quelque chose de très abouti! Si tu te lances dans de tels travaux, un point qu'il faudrait peut-être revoir c'est l'explication de la règle des tests qui ne m'a pas paru très limpide à moi non plus (j'ai dû m'aider des commentaires du forum). Une fois qu'on connait le système ça va, l'explication que tu proposes devient compréhensible, mais autrement  c'est pas évident je pense.

Je suis tout à fait d’accord, au point que j’ai corrigé ce passage dans la dernière version de l’A.V.H. J’attends que les votes soient passés pour mettre à jour le fichier sur Littéraction.

(13/07/2020, 22:23)Kraken a écrit : C'est ce que je pensais. Un truc qui me semble un peu contradictoire, dans ce cas, c'est qu'à au moins un moment tu fais référence à Dieu (et à Lucifer sans le nommer) alors qu'en général tu te réfères plutôt à Hadès et des autres dieux grecs. Je trouve personnellement que ces deux influences ne se marient pas forcément très bien.

Pour le coup, c’est aussi ce que fait Dante, qui place Lucifer au cœur de son dernier cercle, recouvert par les eaux gelées du Cocyte, l’un des fleuves des Enfers grecs. On retrouve cette fusion entre les mythes tout au long de la Divine Comédie (les philosophes grecs côtoient allègrement les figures bibliques, par exemple).

(13/07/2020, 22:23)Kraken a écrit : Je ne vois pas du tout, mais tu attises ma curiosité!

Je dévoilerai sûrement ça après les votes, ; ) mais j’attends de voir si quelqu’un trouve avant.
Répondre
#43
Félicitations pour ton aventure qui plonge le lecteur dans les dédales infernaux. Beaucoup de choses ont été dites mais effectivement je trouve que le rythme est coupé par les descriptions et certains longs paragraphes ne débouchant pas sur une multitude de choix. Tu maîtrises l'art de conter et les références à Dante sont très appréciables. Mais ce que je retiens de ton aventure c'est surtout la fin, à laquelle je ne m'attendais pas, et qui m'a plongé en plein cyberpunk et dans le monde de shadowrun. Félicitations pour cette fin créative.
Répondre
#44
Merci pour ce retour, et content que l’aventure t’ait plu !

Tu es donc officiellement le premier à avoir trouvé dans quel univers se déroulait l’histoire, bravo. ; )
Répondre
#45
Mes jets de dés sont restés désastreux avec une constance remarquable et je n'ai pu compter que sur la règle des succès automatiques pour surmonter les tests et atteindre la fin de l'aventure (29 > 14 > 8).

Ma stratégie a été de me mettre au début 1 en Menos et 6 en Phrenes, puis d'inverser ça à la balance (avec les bonus ramassés en cours de route, ça permet d'avoir 6 en Menos et 3 en Phrenes).


L'aventure offre une liberté très raisonnable, à la fois du point de vue du déplacement et du point de vue des actions.

Les enfers grecs sont richement détaillés, parfois peut-être un peu trop. L'atmosphère est naturellement importante pour un cadre de ce genre et il est normal de passer du temps à la développer par des descriptions. Mais j'ai eu l'impression que certains passages auraient pu être légèrement plus laconiques.

L'arrière-plan de l'histoire est original et intéressant. C'est une bonne chose qu'on ne le découvre réellement que vers la fin, mais il aurait peut-être pu y avoir auparavant un peu plus d'indices le suggérant (il y en a dans la scène avec les satyres, mais je ne suis jamais passé par là). La conclusion est en tout cas très satisfaisante.

Je ne suis pas tombé dessus (je me doutais de ce qui se passerait), mais le PFA du 26 est très créatif !



(13/07/2020, 18:31)Jehan a écrit : Pour Labyrinthe, en revanche, c’est une pure coïncidence, n’ayant, je le confesse honteusement, toujours pas lu cette A.V.H. Elle est dans ma liste depuis longtemps, et ton commentaire me rend d’autant plus curieux de m’y plonger.

Oh, à ce stade, je pense que tu peux attendre que je réussisse enfin à écrire la version 2.0.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)