traduction expurgées
#1
Puisque, c'est bien connu, les LDVH sont de la littérature pour enfants, il ne serait pas illogique que des traductions adoucissent des passages jugés trop durs pour ces petits êtres sensibles [Image: suspect.gif]

Il semblerait pourtant que ça ait peu été le cas ? ( les ciseaux auraient plutôt visé les illustrations, qui après tout se voient, tandis qu'un livre il faut faire l'effort de le lire… )

Jusqu'à présent le seul exemple que je connaissais était celui des hobbits dans la Créature Venue du Chaos - au lieu de nous repaître avidement de leurs petits corps grassouillets ( enfin une utilité pour ces petits êtres odieux [Image: icon_mrgreen.png] ) on dévorait les pâtés contenus dans leurs sacs à dos.

Cependant le https://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/L...erJohnSaga contenait ( avant mes corrections ) suffisamment de déviations pour croire que l'auteur n'avait disposé que d'une traduction - et vu qu'il spoile les tomes italiens 6 à 8, ce doit logiquement avoir été la traduction italienne. Or et c'est là que j'entends en venir, la rubrique Baleful Polymorph nous 'apprend' que la sorcière babylonienne, au lieu de nous forcer à nous trancher les mains comme il se doit, nous transforme en oiseau…
( je retiens mon indignation pendant quelques jours encore avant d'aller corriger )

Deux exemples donc; c'est un début, ne nous décourageons pas. Quelqu'un en connaît d'autres ?
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#2
Un micro-exemple, portant sur le titre d'un DF : Space Assassin est devenu "Le mercenaire de l'espace", probablement parce qu'il ne serait pas convenable que des enfants se glissent dans la peau d'un assassin, fut-il héroïque.

(Autre explication possible : le traducteur n'aimait tout simplement pas cette allitération en "s".)

Version numérisée et illustrée de Au coeur d'un cercle de sable et d'eau
Répondre
#3
exact !

( pour qui ssont sses assassins qui ssifflent… )
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#4
Un exemple dans "Le port des assassins" (le troisième livre de "L'Épée de Légende") :

Tôt ou tard, les héros vont aller chercher conseil auprès du médecin Éméritus. Lorsqu'ils arrivent chez lui, ils sont accueilli par une jeune femme autochtone. (L'histoire se déroule dans un cadre inspiré des États latins d'orient qui ont existé à l'époque des croisades. Les héros et Éméritus sont pseudo-européens ; la jeune femme, comme la majorité des habitants de la ville, est pseudo-arabe.)

Les héros prennent la jeune femme pour une esclave d'Éméritus et, même s'ils ne le montrent pas, ils sont choqués lorsque le médecin révèle que c'est en fait son épouse. De leur point de vue (que les auteurs ont voulu réaliste pour des aventuriers originaires de pseudo-Europe médiévale), il n'est pas convenable de se mêler ainsi aux autochtones.

La traduction a supprimé cette réaction. (De manière générale, il faut cependant bien dire que la traduction française de la série a supprimé pas mal de petites choses, généralement sans autre but apparent que de réduire la quantité de texte.)

Version numérisée et illustrée de Au coeur d'un cercle de sable et d'eau
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)