Mini-Yaz 2018 Prisme (Merlinpinpin)
#1
Laurine a déjà du mal à gérer ses pouvoirs colorés et sa vie sentimentale compliquée... voilà que des tueurs sont à ses trousses ! Et si la solution se trouvait dans la propriété de son ancien amant, le célèbre chercheur en physique du temps ?

Vingt-six ans plus tard, Orphéa essaie de la sauver... sa propre existence soumise au jeu des paradoxes.

Quant à Graciosa, chrono-investigatrice chevronnée, elle doit rendre son jugement sur une ancienne infraction au Code Temporel.

Mais peut-être qu'aujourd'hui les choses ne se passeront pas comme d'habitude...

Vous êtes prêt(e) ?

AVERTISSEMENT : certains passages pourraient s'avérer choquants pour des personnes sensibles (déconseillé aux moins de 16 ans)


Commentez cette AVH ici.
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#2
Show ContentFeed sur l'intro et les règles:

Remarque stylistique en passant :  pas super fan de la recette 1 phrase, 1 paragraphe, 1 saut de ligne Neutre
Le reste, que du bonheur Aime

Remarque technique :  l'idéal serait une page HTML avec les balises spoilers pour cacher les 2 autres nanas (je passe sur une optimisation des mots de passe carré/cube au moyen de CSS/php lol). Par contre, tu pourrais mettre des signets avec des liens internes pour jump direct ces passages, parce que on se mini-spoil quand même à chercher la suite.
Autre possibilité plus rapide et efficace : pondre 3 PDF, 1 avec Laurine, 1 avec le code CARRE, 1 avec le code CUBE (celui-là, on l'a déjà lol)
je te conseille vivement cette dernière solution pour le confort de lecture, merci m(_ _)m (en clair, je les attends pour continuer ma lecture)
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#3
Wow déjà un retour de Ska... Argh... Pale 

Caïthness ! Help

Bon... alors après un an de plaisir à lire tes feedbacks avec intérêt mais détachement (et à beaucoup rire Love ), voilà voilà... on se sent beaucoup moins détendu quand on est sur le grill.

Blague à part : merci vraiment d'avoir regardé et pour tes observations !

Citation :Autre possibilité plus rapide et efficace : pondre 3 PDF, 1 avec Laurine, 1 avec le code CARRE, 1 avec le code CUBE (celui-là, on l'a déjà lol)

je te conseille vivement cette dernière solution pour le confort de lecture, merci m(_ _)m (en clair, je les attends pour continuer ma lecture)

En fait mon idée sur le moyen terme (disons après le mini-yaz et les modifications que je ferai suite aux retours) c'est de programmer le jeu sous Twine. J'y avais touché un peu l'année dernière et je pense pouvoir m'en sortir (à côté de ça je n'ai hélas que bien peu de connaissances et aucune pratique en informatique...). Tout ça pour dire que OUI, c'est une excellente suggestion !!

Show ContentConcernant l'intro et les règles:


Citation :Remarque stylistique en passant :  pas super fan de la recette 1 phrase, 1 paragraphe, 1 saut de ligne [Image: icon_neutral.gif]


Oui, ça et les pointillés... Je sais, c'est une habitude que j'ai prise et presque une manière de penser en écrivant. C'est très gênant ? J'attends d'autres retours éventuellement à ce propos pour me soigner.

En tous cas merci pour ce premier feed : je poste les deux PDF pour faciliter la lecture dès que possible, aujourd'hui normalement.
Répondre
#4
Voilà, les trois fichiers sont disponibles (du coup j'ai aussi dû changer le fichier "cube", je ne peux pas dire pourquoi sans spoiler).  

Je n'ai pas du tout modifié le contenu (à part le mot "de" ^^), mais c'est vraiment BEAUCOUP plus simple et agréable à lire.

Bonne chance à tous !

EDIT : mise à jour après un bug suite à la fragmentation (une ligne en vert sur fond vert dans une des fins). Normalement, c'est tout.
Répondre
#5
Après réflexion, je crois que "déconseillé aux moins de 16 ans" est sans doute largement excessif. J'y avais pensé avant que le texte ne soit bêta-testé, et il y avait à ce moment-là un passage problématique avec une mineure, qui n'est plus d'actualité.

Je propose de laisser ainsi, le temps d'avoir les premiers retours, puis de modifier le cas échéant en passant à "déconseillé aux moins de 12 ans" ou à un simple avertissement.
Répondre
#6
Citation :Concernant la chute de l'agresseur : évidemment il est censé être tombé à cause d'un geste de Laurine (qui fuyait), il n'a pas juste trébuché maladroitement. On peut le comprendre ainsi tel que c'est écrit, je pense.
Mais tu as raison, j'aurais dû être plus explicite. J'aurais aussi peut-être pu écrire "le poids de cette mort" au lieu de "le poids de ce meurtre". Je voulais souligner en tous cas que, pour l'instant, elle ne se sent pas très à l'aise avec cette idée.
(en parler me donne de nouvelles pistes à exploiter mais... 50 paragraphes, quoi... dans l'ensemble, comme tu l'as noté, le concept est peut-être un chouilla ambitieux pour le format... mais paradoxalement c'est ce qui m'a motivé au départ, j'imagine qu'on en reparlera)
En fait le problème (pour moi), c'est qu'il y a fondamentalement une différence entre :
- un type qui tombe "tout seul" d'une fenêtre (accident)
- un type qui meurt suite à une bagarre (légitime défense)
- une nana qui butte un type (volonté de tuer) : là, c'est un meurtre !
Ta description est trop légère pour que le lecteur connaisse la vérité, hors, l'héroïne connait la vérité. Perso, je ne sais pas la teneur des actions/choix qui seront proposés, mais je pense qu'une précision est nécessaire (déjà pour gérer un potentiel rapport aux autorités, car se rendre devient envisageable dans les 2 premiers cas, pas dans le dernier).
Le fait qu'elle cuilpabilise étant compatible avec les 3 options, ça va.
C'est la faible description et le mot juridique "meurtre" qui ne vont pas ensemble. Tu devrais préciser les cisconstances (en une phrase, ça passe) si tu gardes ce terme ou le virer. Que la police la cherche qqsoit la raison, ça va aussi, mais ça influe grave sur l'ambiance quand même (culpabilité avéré, si c'est un meurtre, elle est vraiment capable de tuer des gens alors que ce n'est pas vraiment sur s'il s'agit d'un accident).
Au pire, tu peux juste me le préciser dans ta réponse, mais j'aimerais bien avoir cette précision : l'a-t-elle tué pour tuer, ou y'a-t-il légitime défense ou aucun rapport (il a glissé sur une peau de banane).


Pour la couleur, stresse pas, c'était une boutade (comme le "acolyte" masculin) Wink

Pour l'interdiction 12/16, je sais pas. J'ai juste lu l'option chaude dans les toilettes du train, et ça m'a semblé être de l'érotique de base. Pour aller en-dessous de 12 ans, c'est scène explicite (avec les termes idoines). Les pornos, c'est 18 ans ('fin légalement lol) ; s'il n'y a pas de scène porno ni de découpage de type/nana, ni de voilence psychologique, ça devrait passer tout debout, non ? Vu que plus tu descends dans les âges et plus c'est pire ; faut déjà comparer par rapport au niveau 18 ans, je pense.

Merci pour les fichiers m(_ _)m
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#7
Oui, je comprends très bien la nuance entre les trois, et l'importance de la question.

Show ContentPour être clair:

Concernant les scènes érotiques, il n'y a rien de plus gênant à mon avis que ce que tu as déjà lu.
Répondre
#8
C'est là où on ne sera pas d'accord. Dans un livre-jeu, j'estime que l'aspect rôlistique infos joueur = infos perso soit srtictement préservée, car mon choix est fondamentalement biaisé si j'estime que cela peut jouer sur mon comportement ou même sur l'ambiance (état psychologique du personnage).

Merci pour l'info. J'ai eu le même pb avec l'AVH de gynogégé.
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#9
Citation :C'est là où on ne sera pas d'accord. Dans un livre-jeu, j'estime que l'aspect rôlistique infos joueur = infos perso soit srtictement préservée, car mon choix est fondamentalement biaisé si j'estime que cela peut jouer sur mon comportement ou même sur l'ambiance (état psychologique du personnage).

Je ne suis pas sûr qu'on soit si en désaccord que ça...

Pour moi, le fait que Laurine dise qu'elle porte le poids de la mort de son agresseur prouve bien que cela lui pose problème, quelles que soient les circonstances exactes.
Je regrette seulement d'avoir employé le mot "meurtre" en l'associant à "conscience". J'ose espérer qu'il s'agissait plus ou moins sciemment d'ancrer le problème potentiel avec les autorités (cf les réflexions au §1). Sinon, il s'agit juste d'une maladresse.

A partir du moment où le joueur sait cela, il dispose d'une information à mon avis tout à fait suffisante sur son alignement actuel (Bon ou Neutre, certainement pas Mauvais) et sur les conséquences pratiques (objectif d'effacer cet événement du passé, distance vis-à-vis de la police, etc.).

J'imagine enfin que tu ne demandes pas à ce que l'on ait toutes les informations sur notre personnage dans l'introduction (il faut bien laisser la part belle à l'imagination et ce serait une contrainte bien trop forte) ?

D'abord je considère au contraire (oui, là peut-être se trouve un désaccord) que c'est l'espace de toute l'histoire qui permet de faire évoluer le personnage. Et cela à travers d'une part les actions du joueur, d'autre part les informations que l'on glane au fur et à mesure par les descriptions de l'interaction entre le personnage et son environnement, voire les flashbacks.
Enfin cette AVH en particulier doit être parcourue plusieurs fois, donc le regard du joueur sur son personnage va forcément évoluer avec le temps...

En tous cas c'est un débat vraiment très intéressant, d'un point de vue théorique ! Même si je ne suis pas un expert en livres-jeux malgré mon récent retour de flamme.


Show ContentSpoiler:
Répondre
#10
Je réponds à ce point d'abord :
(02/07/2018, 00:42)MerlinPinPin a écrit : J'imagine enfin que tu ne demandes pas à ce que l'on ait toutes les informations sur notre personnage dans l'introduction (il faut bien laisser la part belle à l'imagination et ce serait une contrainte bien trop forte) ?
Bien sûr, OSEF la couleur de sa p'tite culotte et ce qu'elle a mangé le matin (sauf si c'est le type qui s'est gaufré de la fenêtre lol).
Je vais reformuler ma pensée : en ce qui me concerne, l'auteur DOIT donner au lecteur-joueur toutes les informations FACTUELLES possédées par le personnage, si et seulement si, l'absence de ses informations risque d'affecter la vision que le lecteur-joueur se fait du personnage et de sa situation, et surtout pourrait influer sur une prise de décision a n'importe quel moment de l'aventure.

Cette précision faite, je te réponds.

(02/07/2018, 00:42)MerlinPinPin a écrit : Pour moi, le fait que Laurine dise qu'elle porte le poids de la mort de son agresseur prouve bien que cela lui pose problème, quelles que soient les circonstances exactes.
Je regrette seulement d'avoir employé le mot "meurtre" en l'associant à "conscience". J'ose espérer qu'il s'agissait plus ou moins sciemment d'ancrer le problème potentiel avec les autorités (cf les réflexions au §1). Sinon, il s'agit juste d'une maladresse.
Show ContentSpoiler:




(02/07/2018, 00:42)MerlinPinPin a écrit : D'abord je considère au contraire (oui, là peut-être se trouve un désaccord) que c'est l'espace de toute l'histoire qui permet de faire évoluer le personnage. Et cela à travers d'une part les actions du joueur, d'autre part les informations que l'on glane au fur et à mesure par les descriptions de l'interaction entre le personnage et son environnement, voire les flashbacks.
Alors le flashbacks dans les AVH, c'est un peu comme le "in media res" qu'a tente Fitz ; ce sont des outils de roman classique. On peut les utiliser dans le cadre du libre-jeu, mais avec de grosses précautions, car le livre-jeu est actif et au présent, alors que les romans sont linéaire et au passé de narration.
Pour des flashbacks, tu dois être sûr qu'il n'y a pas d'infos factuelles connues du perso qui auraient pu changer une décision en amont ou la perception de la psyché du perso. C'est délicat mais pas impossible.




(02/07/2018, 00:42)MerlinPinPin a écrit : Enfin cette AVH en particulier doit être parcourue plusieurs fois, donc le regard du joueur sur son personnage va forcément évoluer avec le temps...
Ça change rien. Faire découvrir au lecteur-joueur des trucs que le perso ignorait, ca marche. L'aspect (re)découverte de soi-même, c'est bon ; on découvre des choses en soi inconnues ou oubliée, pas de soucis, puisque avant le perso avait oublié, donc que le lecteur-joueur ignore cela, c'est parfaitement normal. Il faut éviter aussi le contraire : donner plus d'infos au lectueur-joueur que le perso en a, car là, selon les situations, ça va metagamer dans la joie Big Grin


Merci pour les PDF m(_ _)m
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#11
Lecture terminée.

La mécanique principale est indubitablement bien ficelée. Chacune des trois héroïnes dispose de son style de jeu propre (action, gestion, enquête), et la façon dont ils s'imbriquent l'un dans l'autre fort intéressante.

De même, le système de couleurs, et notamment de couleurs composées, est vachement cool (et graphique), et on regrette un peu qu'il n'y ait pas eu plus de place pour le développer.

Le tout tient debout grâce à une histoire de boucle temporelle, et là, même si ça reste solide, on est plutôt sur du classique pour le genre : on commence dans l'ignorance, on meurt vite sans bien comprendre ce qui s'est passé, on recommence, et puis au bout de quelques itérations les choses s'éclaircissent et on progresse.

Niveau jeu, rien à redire donc. Au mieux, je peux pinailler en disant que l'ultime boucle n'est pas vraiment nécessaire puisqu'à ce moment-là on connaît normalement par cœur l'aventure.

Niveau écriture… Et bien disons que ça se voit parfois un peu beaucoup que l'auteur est un homme hétérosexuel cherchant à faire plaisir à un public similaire. Pas tant d'ailleurs dans la présence de scènes olé olé pas bien méchantes que dans la façon dont les narratrices se décrivent elles-mêmes et le reste du monde. Quelques moments aussi auraient pu mériter d'être plus courts, ou découpés différemment (au hasard le 31 et ses trois pages).

Ces problèmes mis à part, c'est bien écrit en général, avec quelques passages carrément grandioses (les couleurs, le paragraphe couloir où on obtient le code HYPERCUBE).

Niveau histoire, je déteste Seconde Fondation. Voilà, c'est dit.

Comme cette référence ne parlera à personne (ou du moins a peu de chances d'être interprétée correctement), disons que Julie et la révélation finale font que la quantité de puella ex machina dans cette aventure dépasse selon moi la dose aisément digestible.

Ou, pour arrêter de tourner autour du pot :
Show ContentSpoiler:

En résumé, une très belle expérience ludique, mais avec des ficelles scénaristiques un peu épaisses.
Répondre
#12
(03/07/2018, 19:27)Skarn a écrit : Lecture terminée.

La mécanique principale est indubitablement bien ficelée. Chacune des trois héroïnes dispose de son style de jeu propre (action, gestion, enquête), et la façon dont ils s'imbriquent l'un dans l'autre fort intéressante.

Merci beaucoup !

Citation :De même, le système de couleurs, et notamment de couleurs composées, est vachement cool (et graphique), et on regrette un peu qu'il n'y ait pas eu plus de place pour le développer.

Oui, j'aurais vraiment eu envie d'aller plus loin. Au départ j'avais d'ailleurs prévu des fins distinctes selon les couleurs obtenues... mais bien sûr j'ai dû faire des choix dans l'attribution des paragraphes (et puis en 50 sections, avec le concept de boucle, cela restait compliqué à développer, vraiment...)


Citation :Le tout tient debout grâce à une histoire de boucle temporelle, et là, même si ça reste solide, on est plutôt sur du classique pour le genre : on commence dans l'ignorance, on meurt vite sans bien comprendre ce qui s'est passé, on recommence, et puis au bout de quelques itérations les choses s'éclaircissent et on progresse.

Par rapport à Mea Culpa, je voulais en tous cas que l'histoire se clarifie presque totalement à la fin pour éviter toute frustration au lecteur.

Citation :Niveau jeu, rien à redire donc. Au mieux, je peux pinailler en disant que l'ultime boucle n'est pas vraiment nécessaire puisqu'à ce moment-là on connaît normalement par cœur l'aventure.

En effet, j'ai beaucoup hésité à la garder.

Show ContentSpoiler:

Par ailleurs je ne sais pas à quel point la "répétitivité" finit par poser peut-être un problème ici. Dur à évaluer pour moi.


Citation :Niveau écriture… Et bien disons que ça se voit parfois un peu beaucoup que l'auteur est un homme hétérosexuel cherchant à faire plaisir à un public similaire. Pas tant d'ailleurs dans la présence de scènes olé olé pas bien méchantes que dans la façon dont les narratrices se décrivent elles-mêmes et le reste du monde.

Alors pour éviter un procès d'intention, je voudrais insister sur le fait que j'ai écrit l'AVH avant tout pour me faire plaisir, à moi, notamment cet aspect là !

Egalement pour expérimenter la mécanique "triangulaire" et le principe des couleurs... et parce que j'avais eu une double inspiration tardive sur le thème proposé.


Après il est vrai que je n'ai pas fait dans la demi-mesure (c'est assumé jusqu'au choix des photos, etc.) mais je crois que c'est une histoire écrite avec sincérité et enthousiasme à partir de certains de mes délires/fantasmes, et... ben, voilà, c'est tombé sur vous ^^
(après je ne proposerais pas ça à une revue féministe...)

Oui, les personnages sont par certains aspects "clichés", et j'assume ce côté-là. Pour l'anecdote, l'une de mes deux relectrices (!) m'a dit à peu près la même chose que toi (en fait quasiment au mot près), donc je m'attendais à cette critique.
Je comprends que cela puisse déplaire ou qu'on trouve que cela manque de subtilité et de profondeur.

Citation :Quelques moments aussi auraient pu mériter d'être plus courts, ou découpés différemment (au hasard le 31 et ses trois pages).

Complètement d'accord. Celui-là en particulier est une introduction mal re-digérée. J'aurais dû le modifier, mais j'ai manqué de temps. Comme il était convergent et ouvrait un nouveau lieu, je me suis dit que cela passerait (l'imparfait au début, par exemple, etc.).

Citation :Ces problèmes mis à part, c'est bien écrit en général, avec quelques passages carrément grandioses (les couleurs, le paragraphe couloir où on obtient le code HYPERCUBE).

Merci beaucoup. Certains paragraphes ont quand même certainement été écrits trop rapidement ou avec moins de rigueur et d'inspiration (plutôt ceux axés sur l'action).


Citation :Niveau histoire, je déteste Seconde Fondation. Voilà, c'est dit.

Comme cette référence ne parlera à personne (ou du moins a peu de chances d'être interprétée correctement), disons que Julie et la révélation finale font que la quantité de puella ex machina dans cette aventure dépasse selon moi la dose aisément digestible.

Aïe ! Je ne m'attendais pas du tout à cette critique...

Pour moi, cette fois, on est dans une histoire truffée de deus ex-machina, à cause du principe même de la boucle (et de la manière dont j'ai choisi de l'exploiter)... Je comprends que ça pose problème quand le héros est obligé de se débrouiller seul, mais justement ce n'est pas le cas ici.
D'autant que la révélation finale se situe... à la fin. Du coup je ne comprends pas en quoi elle impacte la perception du reste de l'histoire (ou alors rétroactivement...^^).


Bon, en tous cas je vais y réfléchir, pour l'instant je manque apparemment de recul !


Citation :En résumé, une très belle expérience ludique, mais avec des ficelles scénaristiques un peu épaisses.

Merci ! Vraiment désolé que tu n'aies pas accroché à l'histoire.

Pour ce qui est des ficelles, j'essaie de progresser : j'avais tenté de développer une histoire contemporaine plus riche en évitant la rupture de ton observée l'année dernière dans Mea Culpa (l'enchanteresse bleue, là au moins il y avait de la couleur dès le début Mrgreen )... et surtout l'obscurité du scénario. Je n'ai apparemment pas traité la progression de la trame ni les fins avec suffisamment de subtilité.

Je vais travailler pour continuer à m'améliorer, notamment réfléchir en profondeur à ce que je suis en train de faire dans la grande AVH, à la lumière de ton feedback et de ceux qui suivront.

Merci encore pour ce précieux retour, Skarn, comme toujours précis et détaillé !
Répondre
#13
En un mot comme en cent, Prisme est une aventure qui m'a beaucoup plu, et que je recommande.

Nous y suivons non pas une, mais trois héroïnes vivant à des époques différentes (2022, 2048, et 2150), dont les histoires s'entrecroisent dans cette histoire de manipulations temporelles... Même s'il serait injuste de réduire l'aventure à ce thème, puisqu'ici l'aspect science fiction se mêle à une dimension plus fantastique. Laurine, l'héroïne évoluant dans l'époque la plus proche de la nôtre, est en effet dôtée de pouvoirs surnaturels basée sur la manipulation de son aura (et de l'aura d'autrui), au travers de différentes couleurs représentant des traits de personnalité.

Je trouve que le thème du voyage dans le temps/des manipulations temporelles est très difficiles à traiter de façon intéressante, en raison de sa surexploitation par la fantasy et la SF. Aussi j'ai apprécié l'angle choisi par Merlinpinpin, tant dans les descriptions d'une machine bien originale, que dans la façon dont il l'a intégrée dans l'histoire : si elle occupe à de multiples égards une place fondamentale, le récit ne tourne pas autour d'elle. Il s'agit d'abord d'une histoire d'accomplissement personnel avant d'être une histoire de "voyage" dans le temps.

A ce titre, la caractérisation des personnages m'a paru bien réussie, celle de Laurine en particulier. Si j'ai trouvé un peu artificielles parfois la façon dont elle se décrivait, l'identification se met rapidement en place. Son évolution au cours de l'aventure est symbolisée par le mélange des couleurs sur lesquelles s'appuie sa magie, passant de couleurs primaires à des couleurs mixtes. Les deux fins possibles offrent chacune une conclusion satisfaisante, même si j'aurai bien aimé qu'elles dépendent plus des conséquences de nos actions.

J'ajouterai un petit bémol sur le fait que malheureusement, il y a un certain déséquilibre dans l'aventure entre les différentes héroïnes : Orphéa est en retrait par rapport à Laurine, Graciosa encore plus (sauf à un point du récit). Ça ne m'a pas gêné plus que ça, puisque c'est avant tout l'histoire de Laurine, mais j'aurai bien aimé les voir plus actives.

Mis à part ça, l'aspect ludique offre une certaine difficulté sans que celle-ci ne soit frustrante. Le style est très plaisant (même si quelques passages sont un peu trop long), et j'ai en particulier aimé les description de la magie de Laurine.

Pour finir, le thème est bien respecté à plus d'un titre, la phrase "vous n'êtes pas seul(e)" prenant à la lecture de multiples significations.
Voilà, j'ai surtout du positif à dire, mais je peux essayer de plus creuser les points négatifs si tu veux.

PS: je tiens à préciser que j'ai joué seulement sur la première version de l'avh que tu avais posté sur littéraction, donc je n'ai rien dit sur la présentation.
Répondre
#14
Merci beaucoup pour ce retour Riqius !

Déjà je suis très heureux de lire que l'aventure t'a plu ! Ce n'est que ma deuxième AVH mais j'ai l'impression que l'inquiétude par rapport à la réception d'un texte ne me quittera pas avant très longtemps. Quand j'écris je n'y pense pas, ou à peine, je suis sous l'angle du plaisir et de la construction... une fois l'aventure postée, c'est plus compliqué ^^.

Ensuite ton analyse est très intéressante. En fait, je comprends très bien tes remarques (positives ou négatives), elles sont parfaitement claires telles quelles !

Citation :Nous y suivons non pas une, mais trois héroïnes vivant à des époques différentes (2022, 2048, et 2150), dont les histoires s'entrecroisent dans cette histoire de manipulations temporelles... Même s'il serait injuste de réduire l'aventure à ce thème, puisqu'ici l'aspect science fiction se mêle à une dimension plus fantastique. Laurine, l'héroïne évoluant dans l'époque la plus proche de la nôtre, est en effet dôtée de pouvoirs surnaturels basée sur la manipulation de son aura (et de l'aura d'autrui), au travers de différentes couleurs représentant des traits de personnalité.

C'est un bon résumé ^^. En effet, je crois que je modifierai le classement en "SF + fantastique", plutôt que "SF + réaliste" sur Littéraction après le mini-yaz.
Je voulais indiquer les trois mais ce n'est pas possible (et pourquoi pas d'ailleurs, ô grande prêtresse du forum ?). J'avais finalement changé "fantastique" en "réaliste" pour éviter que le lecteur ne pense avoir affaire à un univers fantastique classique (avec irruption progressive d'éléments disruptifs dans la réalité). 

Citation :Je trouve que le thème du voyage dans le temps/des manipulations temporelles est très difficiles à traiter de façon intéressante, en raison de sa surexploitation par la fantasy et la SF. Aussi j'ai apprécié l'angle choisi par Merlinpinpin, tant dans les descriptions d'une machine bien originale, que dans la façon dont il l'a intégrée dans l'histoire : si elle occupe à de multiples égards une place fondamentale, le récit ne tourne pas autour d'elle. Il s'agit d'abord d'une histoire d'accomplissement personnel avant d'être une histoire de "voyage" dans le temps.

Merci beaucoup ! Tu as parfaitement décrit ce que je voulais faire !


Citation :A ce titre, la caractérisation des personnages m'a paru bien réussie, celle de Laurine en particulier. Si j'ai trouvé un peu artificielles parfois la façon dont elle se décrivait, l'identification se met rapidement en place. Son évolution au cours de l'aventure est symbolisée par le mélange des couleurs sur lesquelles s'appuie sa magie, passant de couleurs primaires à des couleurs mixtes. Les deux fins possibles offrent chacune une conclusion satisfaisante, même si j'aurai bien aimé qu'elles dépendent plus des conséquences de nos actions.

J'ajouterai un petit bémol sur le fait que malheureusement, il y a un certain déséquilibre dans l'aventure entre les différentes héroïnes : Orphéa est en retrait par rapport à Laurine, Graciosa encore plus (sauf à un point du récit). Ça ne m'a pas gêné plus que ça, puisque c'est avant tout l'histoire de Laurine, mais j'aurai bien aimé les voir plus actives.

Oui, jamais je n'aurais normalement fait parler un personnage féminin ainsi (d'autant que moi-même je n'utilise jamais le mot "jolie" lorsqu'il s'agit d'une fille, sauf à dessein, je trouve ce terme réducteur et finalement vide de sens, comme le mot "important", etc. /mode anecdote off) s'il ne s'était agi de donner des informations permettant d'instaurer une atmosphère légèrement érotique.
Avec le recul, c'est un peu contradictoire avec l'envie de raconter l'évolution du personnage (d'un point de vue sinon de l'évolution psychologique, parce qu'elle est déjà tout à fait affirmée et définie d'une certaine manière, mais comme tu dis d'accomplissement). Mais cela s'est fait ainsi.


Show ContentSpoiler:



Citation :Mis à part ça, l'aspect ludique offre une certaine difficulté sans que celle-ci ne soit frustrante. Le style est très plaisant (même si quelques passages sont un peu trop long), et j'ai en particulier aimé les description de la magie de Laurine.

Ah, ouf pour la difficulté/répétitivité : c'est un point difficile à évaluer quand on écrit (après on connaît tout par coeur...).

Concernant les passages trop longs, je m'en veux, parce que j'aime écrire des sections fouillées (comme l'intro) et je trouve que cela apporte vraiment de la profondeur.
Pourtant, je sais parfaitement qu'il ne faut pas en abuser, et je comprends pourquoi. Or les deux passages les plus longs et problématiques (31 et 36), j'avais prévu de les retravailler : ce sont deux "morceaux" de projets d'intros assez mal remaniés. Je n'ai hélas pas trouvé le temps de les modifier ou de les réécrire...

En revanche j'ai une question : est-ce que les longs paragraphes avec les dialogues posent problème aussi (je pense au 21 et au 46) ?
Cela m'intéresse car je suis en train de réfléchir à la question des longues sections (l'année dernière quelqu'un a trouvé mon texte indigeste, d'un autre côté je suis sûr qu'elles apportent quelque chose dans ma manière de concevoir l'écriture d'une AVH, dans l'objectif que je vise, donc je ne vais pas les supprimer mais essayer de mieux les gérer)... je pense que je lancerai un fil là-dessus après le mini-yaz.

Voilà, encore un grand merci Riqius pour avoir pris le temps d'écrire ce feedback vraiment très complet !
Répondre
#15
Pour le coup, je n'ai pas trouvé les dialogues trop longs en général. La longueur du paragraphe 46 ne m'a pas gêné, mais je pense qu' il n'aurai pas fallu qu' il soit plus long (au delà, ça aurait été indigeste). Cela dit, je comprends très bien ton dilemme sur les longues sections, puisque j'ai aussi tendance à avoir du mal à raccourcir certains passages (je parle pour l'écriture en générale puisque je n'ai rédigé qu'une seule AVH pour le moment).
En gros, je pense qu'être concis est appréciable, mais que ce n'est pas un but à rechercher à tout prix si cela implique trop de sacrifice dans l'écriture. Après, je manque un peu d'expérience pour donner des conseils.
Voilà, j'espère avoir pu t'aider!
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)