Mini-Yaz 2018 Prisme (Merlinpinpin)
#16
Merci pour ces réflexions, Riqius, cela m'aide beaucoup !
Répondre
#17
Sa précédente AVH nous avait permis de découvrir en Merlinpinpin un grand auteur. Prisme le confirme.

Maturité de l'écriture, style impeccable, profondeur des personnages. Que des ingrédients idoines pour des histoires subtiles, intelligentes et troublantes. En plus la présentation est nickel pour une lecture encore plus agréable et fluide.

Le thème des voyages dans le temps est toujours un peu casse-gueule car il peut facilement donner mal au crâne. Malgré une volonté de synthèse et de clarté, c'est ici un peu le cas. J'ai ressenti un certain vertige et de la confusion chaque fois que j'essayais de prendre de la hauteur par rapport au scénario dans son ensemble. A réfléchir aux causes et aux conséquences. Les protagonistes sont de plus assez nombreux, tout comme les zones d'ombre que l'on doit éclaircir, les secrets à déflorer.

Même si l'introduction est assez claire sur la question et que la conclusion propose un résumé global bienvenu, le fait de jouer trois personnes différentes à trois époques distinctes (même si l'intrigue ne se déroule que sur un moment T) complexifie encore la chose.
Alors rajoutons à cela une forme de magie qui n'en porte jamais le nom, basée sur des nuances de couleurs et d'émotions, aux descriptions toutes en finesse, très poétiques, pures et évanescentes comme des irisations aquatiques sublimées par la tiède fragilité d'une aurore câline, on obtient une aventure quelque peu irréelle, s'ancrant parfois dans la violence de la réalité par quelques passages haletants (les chasseurs, la méchante en chef, le sexe comme contrôle mental)... qui flottent comme des bouées sur un océan fantasmagorique peuplé de souvenirs chatoyants, de regrets douloureux, d'espoirs déçus, de rêveries illusoires, de sensations inhumaines et d'introspections à l'aveuglette.

Entendons-nous bien, c'est beau. C'est original. Il faudrait être hermétique à la fois aux arts poétiques et littéraires pour ne pas apprécier. Mais l'ensemble donne une impression presque cotonneuse qui annihile un peu le suspense du scénario, le stress vécu par l'héroïne qui doit après tout, sauver sa peau.

Autre aspect qui participe à cet amoindrissement de la tension : la structure très particulière de l'aventure. Les morts à répétition avec le retour-arrière sont très bien assumées, en soit ce n'est pas un problème. Comme pour l'AVH Paradoxes. De plus, la forme en trois paliers à franchir (même quatre) donne un sentiment de progression, indispensable pour ne pas se lasser de ces échecs en batterie. Les chemins sont nombreux. Mais mine de rien, on repasse pas mal de fois par les mêmes scènes ce qui est toujours un peu dommageable pour la tension et la motivation.

Si j'ai insisté surtout sur ce que je pourrais qualifier de négatif, c'est pour tenter d'expliquer ce qui me fait hésiter à qualifier l'AVH de chef d'oeuvre. Car l'aventure est tellement brillante dans sa conception, sa réalisation, sa forme et son fond, qu'il m'est difficile de comprendre pourquoi je n'ai pas ressenti à la fin un puissant sentiment de béatitude comme j'ai eu l'occasion parfois d'en ressentir avec quelques autres AVH.

Mais ne boudons pas notre plaisir, Prisme, dans sa puissance et son innovation, me rappelle le Rêve d'Exalie. Du très bon, donc.
Répondre
#18
Merci pour ce retour, Fitz, je suis touché et tu me fais vraiment beaucoup d'honneur avec ces mots choisis et généreux.

Content de lire ce que tu as apprécié, évidemment, jusqu'au clin d'oeil que je sens complice sur le style lyrique et poétique.

Par rapport aux points délicats que tu soulèves, la question de l'alchimie que tu évoques, je dirais que j'ai peut-être voulu mettre beaucoup d'ingrédients qui me semblaient de qualité, que je les ai travaillés certes avec beaucoup de coeur et d'ardeur, que le résultat présente des aspects satisfaisants, mais qu'il n'a sans doute pas réussi à transcender la matière première.

Au-delà de ton analyse incontestablement juste, j'y vois deux raisons plus instinctives possibles : le désir de mettre trop de contenu (trop d'idées différentes dont les pouvoirs se sont quelque peu neutralisés) dans un format contraignant (les 50 sections ne brident pas mais forcent à des choix que je n'ai peut-être pas su faire) ou bien la difficulté (par manque d'expérience seulement, j'espère) à canaliser l'énergie de tous ces éléments.

Je suis quand même heureux de voir que l'AVH a su trouver son chemin, affirmer sa personnalité. La parenté avec l'oeuvre de Kraken est très flatteuse, et très précieuse pour moi.

En tous cas, tes mots me motivent puissamment à continuer de travailler d'arrache-pied sur ma grande AVH ! Rien que pour cela, encore un grand merci.
Répondre
#19
(A Skarn: pour ce qui est de Seconde Fondation, je me souviens de ma profonde déception lorque j'ai découvert que le Mulet n'était pas le seul à disposer de pouvoirs psychiques... Je me demande si c'est ça que tu n'as pas aimé toi aussi?)

Alors ce qui frappe avant tout avec cette AVH, c'est l'originalité de sa structure. Bravo, c'est carrément génial. Je ne me souviens pas d'avoir déjà lu quelque chose de semblable auparavant!

Sinon, l'histoire est complexe et passionnante, l'univers riche et bien pensé, avec un système de magie là encore très original. C'est vraiment du tout bon. Pour chicaner je dirais que j'ai trouvé le final un peu rapide, j'aurais préféré quelque chose d'un peu plus épique... Une confrontation avec débauche de pouvoirs par exemple, mais ça n'engage que moi.

L'héroïne principale est sympathique, on a vraiment envie de l'aider à s'en sortir - et heureusement, car si la structure de l'AVH est formidable d'originalité elle a tout de même pour inconvénient d'être un peu répétitive pour le lecteur. C'était probablement inévitable, mais cet effet aurait peut-être pu être atténué en rendant l'aventure un peu moins difficile (j'ai trouvé l'obtention des 3 codes mort, enfer et noir un peu laborieuse), mais c'est un détail.

Les personnages sont bien campés, avec une mention spéciale pour notre ex-fiancé (j'ai aussitôt pensé à un certain milliardaire américain) même si j'ai du mal à comprendre que Laurine ait pu tomber amoureuse de lui, vu qu'il est objectivement complétement cinglé (incapable de comprendre ses ambitions). J'ai aussi beaucoup aimé la méchante (il faut dire que depuis que j'ai vu Hydargos pour la première fois j'ai un tropisme pour les méchants), dommage qu'elle n'ai pas l'occasion de plus utiliser ses pouvoirs. Le passage où elle change d'aspect (au 31) est superbe!

Sinon, peut-être un petit bug: il est fait mention de Julie dans les paragraphes de fin, mais sauf erreur de ma part il doit être techniquement possible de terminer l'AVH sans l'avoir jamais rencontrée.

Que les quelques points vaguement négatifs que j'ai soulevé ne soient pas trop pris au sérieux, c'est probablement assez subjectif et totalement négligeable comparé à l'extrême qualité de cette AVH. Merlinpinpin, tu confirmes avec brio l'excellente impression que nous avait fait ton AVH de l'année dernière. Bravo!

Je sens que ça va encore être difficile de répartir les points cette année...
Répondre
#20
Citation :Alors ce qui frappe avant tout avec cette AVH, c'est l'originalité de sa structure. Bravo, c'est carrément génial. Je ne me souviens pas d'avoir déjà lu quelque chose de semblable auparavant!
Sinon, l'histoire est complexe et passionnante, l'univers riche et bien pensé, avec un système de magie là encore très original. C'est vraiment du tout bon. Pour chicaner je dirais que j'ai trouvé le final un peu rapide, j'aurais préféré quelque chose d'un peu plus épique... Une confrontation avec débauche de pouvoirs par exemple, mais ça n'engage que moi.

Merci beaucoup ! Développer cette structure et ce système a été vraiment très excitant.
Concernant la production d'une fin plus colorée, il m'a peut-être manqué un peu de temps. Mais j'aime bien les fins intimistes, aussi, je crois.  


Citation :L'héroïne principale est sympathique, on a vraiment envie de l'aider à s'en sortir - et heureusement, car si la structure de l'AVH est formidable d'originalité elle a tout de même pour inconvénient d'être un peu répétitive pour le lecteur. C'était probablement inévitable, mais cet effet aurait peut-être pu être atténué en rendant l'aventure un peu moins difficile (j'ai trouvé l'obtention des 3 codes mort, enfer et noir un peu laborieuse), mais c'est un détail.

Oui, difficile d'éviter cette répétitivité vu le concept. Comme l'a fait remarquer Skarn, j'aurais pu aussi supprimer la dernière boucle (même si je tenais à celle-là).
Je pense que je ferai une version 2 cette fois en tenant compte des remarques des feeds, et dans ce cas j'augmenterai la présence de Graciosa (plus de référence à son temps, à son personnage, par des passages dédiés plus riches dans CUBE) mais en revanche je simplifierai l'obtention des trois codes que tu cites (en les réduisant à deux par exemple). Bonne idée !

Citation :Les personnages sont bien campés, avec une mention spéciale pour notre ex-fiancé (j'ai aussitôt pensé à un certain milliardaire américain) même si j'ai du mal à comprendre que Laurine ait pu tomber amoureuse de lui, vu qu'il est objectivement complétement cinglé (incapable de comprendre ses ambitions). J'ai aussi beaucoup aimé la méchante (il faut dire que depuis que j'ai vu Hydargos pour la première fois j'ai un tropisme pour les méchants), dommage qu'elle n'ai pas l'occasion de plus utiliser ses pouvoirs. Le passage où elle change d'aspect (au 31) est superbe!

Ah oui, moi aussi j'ai un faible pour les méchant(e)s. Merci ! Je pense que tu fais référence au paragraphe 32 : je remarque avec plaisir que les passages que j'ai le plus de satisfaction à écrire sont aussi ceux qui provoquent le plus d'adhésion ou d'enthousiasme chez les lecteurs. C'est extrêmement encourageant pour moi.
Pour notre ex-fiancé, je ne peux qu'approuver, même si objectivement on peut comprendre qu'une certaine forme de folie (sans même parler de génie, de richesse ou de pouvoir), puisse fasciner... disons sans rentrer dans les détails que je suis bien placé pour comprendre Laurine... ceci dit, sa rencontre avec Martha n'a pas arrangé les choses sur la fin (elle a clairement usé de son influence sur lui pour amplifier son délire).

Citation :Sinon, peut-être un petit bug: il est fait mention de Julie dans les paragraphes de fin, mais sauf erreur de ma part il doit être techniquement possible de terminer l'AVH sans l'avoir jamais rencontrée.

Ce serait dommage Wink 
Tu as raison, je ne me rendais pas compte mais cela pose un peu problème si on n'a aucune connaissance poussée du personnage (même si dans le 24 il y a quand même une phrase explicative)... Merci de l'avoir signalé !
Je pense que je modifierai la fin en atténuant un peu l'effet de complicité presque enfantine (on peut d'ailleurs objecter que l'Amirale et la Générale ne devraient pas se conduire ainsi, mais... j'aimais bien l'idée que ces personnages aient gardé un côté enfantin en raison de leur hypersensibilité, malgré leurs responsabilités).


Vraiment content que l'histoire et la structure t'aient plu en tous cas, Kraken, c'est une grande satisfaction pour moi ! Et merci encore pour ce retour.
Répondre
#21
Je commence à saturer, là. Juste pour être sûr : c'est un OTP ?
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#22
(16/07/2018, 11:54)Caïthness a écrit : Je commence à saturer, là. Juste pour être sûr : c'est un OTP ?

Pas au sens le plus strict du terme, mais ça s'en approche beaucoup.
Répondre
#23
Citation :Je commence à saturer, là. Juste pour être sûr : c'est un OTP ?

Comme l'a dit Skarn, c'est le même esprit (même s'il y a toujours au moins deux chemins).

N'hésite pas à me demander un indice si tu bloques.
Répondre
#24
Nan, mais c'est de recommencer ouat mille fois, ça me gonfle (je sais même plus ce que je cherche lol)
je suis pas plus fan des OTP like. Ca me sort de l'histoire. Bref, je ne pense pas trop continuer/m'acharner dessus alors...
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#25
AVH difficile en effet... le code NOIR me résiste. Mais je pense que j'ai fait pire dans la Troisième Porte du Rêve Smile
(il y a des similitudes avec des retours à la case départ récurrents...)
Répondre
#26
Je répondrai aux questions sur les codes avec plaisir (sinon tu peux considérer qu'avec deux codes au lieu de trois tu peux accéder à la fin de la partie "CUBE", puisque c'est ce que je ferai sans doute dans la version 2).

Show ContentConcernant le code \"NOIR":
Répondre
#27
Et voilà, ma quête des codes est terminée !

Je rejoins Gynogege un peu plus haut, c'est le code NOIR qui m'a le plus résisté. J'ai fini l'AVH à la 9e tentative, sachant que je ne compte pas pour un nouvel essai les fois où j'ai obtenu les codes CARRE et CUBE puisque cela faisait partie du déroulement normal de l'AVH. Le code CARRE a été obtenu à la 3e tentative et le code CUBE au 5e.
Une histoire de boucles temporelles, j'ai toujours bien aimé ça, par moments j'ai pensé au film Source Code de Duncan Jones qui se déroulait aussi dans un train avec une intrigue temporelle. Les répétitions ne m'ont pas gêné grâce à l'apport des textes d'Orphea et de Graciosa une fois récupérés les bons codes. La présentation de l'AVH permettant de lire en diagonale les paragraphes déjà visités assez facilement sans rater l'essentiel.
Je suis assez admiratif du travail effectué pour combiner toutes ces possibilités en tenant compte des codes et couleurs utilisés, un sacré casse-tête, tu as dû avoir de beaux maux de têtes Merlinpinpin !
L'histoire en elle-même m'a suffisamment captivé pour me donner envie de faire l'AVH à la loyale et l'absence quasi-totale de coquilles est un plus appréciable.
S'il fallait chipoter je dirais qu'un plus grand nombre de textes relatifs à Orphea et Graciosa aurait été bienvenu. Pas sous la forme de nouvelles possibilités ce qui aurait été difficile vu la limite de 50 sections, mais plutôt sous la forme d'impressions, ou d'observations sur la base des actions de Laurine ou de son environnement qui peut interpeller les 2 filles du futur.
Le thème est évidemment respecté, pas de soucis de ce côté-là. Une belle réussite donc, à la fois agréable à lire et à jouer, une de ces mini-AVH qui donnent l'impression d'être plus longues que leurs 50 sections le laissent supposer.
Répondre
#28
MerlinPinPin fait encore parler la poudre! Il y a comme un relent de "doublé" avec cette nouvelle mini-AVH...

J'ai aussi pensé au bon film de série B Source Code, même si je ne pense pas qu'il soit vraiment une source d'inspiration. C'est juste qu'il se passe dans un train (presque exclusivement), qu'on trouve des personnes qui "aident" et aussi le "caisson" temporel. Mais l'histoire est fondamentalement très différente.

Dans le film, plus on revient en arrière et plus les choses changent au "départ". Pour l'AVH ce changement est moins radical, mais les variantes sont sympathiques, et d'autant plus appréciables quand on tombe dessus (un pfa qui n'en est plus un par exemple).
Mon seul reproche est ce côté un peu répétitif. Je trouve que les "nouveautés" du texte ne compensent pas suffisamment le fait de repasser systématiquement par les mêmes endroits. Pas grand chose de plus à dire pour le "négatif". Pour chipoter il me semble que d'un fichier à l'autre les paragraphes, en dehors du texte ajouté bien sûr, ne sont pas les mêmes au niveau des pfa, et qu'on arrive en fait à plus de 50? A vérifier toutefois.

Au départ j'ai eu peur de la complexité des règles, mais c'est finalement très fluide. Il faudrait juste changer le passage des règles indiquant qu'il ne faut pas lire ce qui est en italique ou en gras, puisque avec les 3 fichiers on ne peut plus se tromper!

Un scénario aux petits oignons: vraiment c'est LE point fort de cette mini-AVH, encore plus que sa structure. A quand une adaptation au cinéma? Bon pour chipoter à nouveau le personnage de Julie fait assez Deux ex machina. C'est juste pour chipoter, hein. Pas facile de trouver des défauts substantiels^^

Une présentation nickel (l'effort de mise en page est franchement à souligner). C'est très agréable à lire (et a sans doute demandé un travail considérable pour arriver à ce résultat).

Sinon, une petite interprétation du §10? C'est qui "l'autre"?

Et pour le thème c'est selon moi pile dedans: je trouve que cette mini-AVH est celle qui le respecte le plus.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#29
Citation :Tholdur a écrit :
J'ai aussi pensé au bon film de série B Source Code, même si je ne pense pas qu'il soit vraiment une source d'inspiration. C'est juste qu'il se passe dans un train (presque exclusivement), qu'on trouve des personnes qui "aident" et aussi le "caisson" temporel. Mais l'histoire est fondamentalement très différente.

Citation :Bruenor a écrit :
Une histoire de boucles temporelles, j'ai toujours bien aimé ça, par moments j'ai pensé au film Source Code de Duncan Jones qui se déroulait aussi dans un train avec une intrigue temporelle.

Bravo à tous les deux ! C'est effectivement un film que j'apprécie énormément (j'aime bien comme tu le caractérises, Tholdur, un bon film de série B en effet, plein de trouvailles, avec une histoire passionnante et touchante même si pas toujours vraisemblable). Je suis sûr qu'il fait partie des sources d'inspiration de Prisme, même si le scénario est effectivement très différent.
Au départ Laurine devait d'ailleurs se déplacer uniquement dans un train (un gigantesque train-ville à la manière du Transperceneige), mais cela aurait ajouté encore à la répétitivité et j'ai vite abandonné l'idée.

Citation :Mon seul reproche est ce côté un peu répétitif. Je trouve que les "nouveautés" du texte ne compensent pas suffisamment le fait de repasser systématiquement par les mêmes endroits.

C'est bien sûr le problème du concept, que je n'ai pas su assez alléger à mon goût (sauf à l'avenir en réduisant le nombre de codes à obtenir et en donnant plus de place aux interventions de Graciosa et dans une moindre mesure d'Orphéa).

Citation :Pour chipoter il me semble que d'un fichier à l'autre les paragraphes, en dehors du texte ajouté bien sûr, ne sont pas les mêmes au niveau des pfa, et qu'on arrive en fait à plus de 50? A vérifier toutefois.

Je ne suis pas sûr de comprendre, mais les trois fichiers sont totalement identiques au niveau du texte (cf le fichier de départ pour ceux qui l'ont).
Conscient d'étirer déjà la contrainte des 50 paragraphes par le texte des deux autres personnages j'ai justement veillé à ne pas faire apparaître de nouveaux choix dans le texte supplémentaire (sauf dans les paragraphes uniquement dédiés à Orphéa).
Dis-moi si tu trouves quelque chose d'anormal : en tous cas, ce n'est pas volontaire.
EDIT : ah j'ai compris ! En fait quand j'ai séparé les fichiers, pour ne pas spoiler le lecteur, j'ai "nettoyé" les choix de paragraphes. Par exemple, si on a le code Carré, au lieu de lire "allez au x si vous avez le code CARRE ou au xx sinon" on lit simplement : "allez au x". Mais ce n'est pas un ajout.
D'ailleurs dans le fichier initial il y a tous ces choix (et pas de nouveaux paragraphes de toutes façons, ni d'autres modifs).

Citation :Un scénario aux petits oignons: vraiment c'est LE point fort de cette mini-AVH, encore plus que sa structure. A quand une adaptation au cinéma? Bon pour chipoter à nouveau le personnage de Julie fait assez Deux ex machina. C'est juste pour chipoter, hein. Pas facile de trouver des défauts substantiels^^

Là tu me fais vraiment très plaisir Tholdur ! Redface 


Citation :Une présentation nickel (l'effort de mise en page est franchement à souligner). C'est très agréable à lire (et a sans doute demandé un travail considérable pour arriver à ce résultat).

Merci beaucoup ! Compte tenu des délais je me demande si je n'aurais pas dû consacrer une partie du temps alloué à la présentation à la réécriture de certains paragraphes (ou au développement des interventions de Graciosa), mais une fois que j'avais l'idée du résultat voulu, je n'ai pas pu m'arrêter en chemin.
Content que tu aies apprécié !


Show ContentA propos de la fin au 10:

Merci encore pour ce retour galvanisant, Tholdur !
Répondre
#30
Citation :Et voilà, ma quête des codes est terminée !

Je rejoins Gynogege un peu plus haut, c'est le code NOIR qui m'a le plus résisté. J'ai fini l'AVH à la 9e tentative, sachant que je ne compte pas pour un nouvel essai les fois où j'ai obtenu les codes CARRE et CUBE puisque cela faisait partie du déroulement normal de l'AVH. Le code CARRE a été obtenu à la 3e tentative et le code CUBE au 5e.

Bravo Bruenor, et merci pour ces informations très intéressantes (j'imagine qu'avec seulement deux codes à rassembler cela aurait été beaucoup plus vite pour CUBE).

Citation :Une histoire de boucles temporelles, j'ai toujours bien aimé ça, par moments j'ai pensé au film Source Code de Duncan Jones qui se déroulait aussi dans un train avec une intrigue temporelle. Les répétitions ne m'ont pas gêné grâce à l'apport des textes d'Orphea et de Graciosa une fois récupérés les bons codes. La présentation de l'AVH permettant de lire en diagonale les paragraphes déjà visités assez facilement sans rater l'essentiel.

Oui, comme je disais précédemment ce serait mieux avec un poil moins de tentatives et surtout un texte encore plus motivant pour Graciosa.

Citation :Tu as dû avoir de beaux maux de têtes Merlinpinpin !

Oui, mais j'en ai donné à tout le monde avec les paradoxes temporels, je crois Mrgreen


Citation :S'il fallait chipoter je dirais qu'un plus grand nombre de textes relatifs à Orphea et Graciosa aurait été bienvenu. Pas sous la forme de nouvelles possibilités ce qui aurait été difficile vu la limite de 50 sections, mais plutôt sous la forme d'impressions, ou d'observations sur la base des actions de Laurine ou de son environnement qui peut interpeller les 2 filles du futur.

Je suis entièrement d'accord avec toi sur ce point !

A noter que l'idée de l'AVH est partie d'une très lointaine discussion sur la Taverne où Cdang je crois évoque un JDR qui fait réfléchir a posteriori les joueurs sur leurs actions (notamment sur le fait d'utiliser la violence, de tuer sans vergogne dans les univers de Fantasy, etc.) en révélant que l'univers "virtuel" de Fantasy était en fait un lieu de notre réalité et que les personnages étaient en proie à une confusion mentale qui leur faisait ignorer ce fait (je résume de mémoire, en tous cas le concept me plaisait beaucoup !)

Sauf que je me suis éloigné de cette voie tout simplement pour me concentrer sur d'autres aspects. Du coup je n'ai pas voulu développer de jugement sur les actes de Laurine, ni de réflexion sur l'aspect anachronique de la réalité du début du XXIème siècle pour Graciosa (finalement elle n'évalue pas Laurine mais Orphéa, et c'est surtout ce qu'elle apprend sur Martha qui occupe ensuite le premier plan). Alors je ne pense pas que j'irai dans cette direction ici... En revanche j'amplifierai la présence de la chrono-investigatrice et développerai un peu ses commentaires comme j'ai eu le temps de le faire au début (sur le code Magenta).

(j'ai toujours un projet d'AVH pour développer cette idée, mais pas en 50 sections, et surtout pas tout de suite ^^)


Citation :L'histoire en elle-même m'a suffisamment captivé pour me donner envie de faire l'AVH à la loyale et l'absence quasi-totale de coquilles est un plus appréciable.
Une belle réussite donc, à la fois agréable à lire et à jouer, une de ces mini-AVH qui donnent l'impression d'être plus longues que leurs 50 sections le laissent supposer.
 
Merci beaucoup, c'est vraiment un retour qui me fait extrêmement plaisir !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)