Scythe
#1
Un nouveau jeu pour l'équipe, Scythe. Depuis le temps que je voulais mettre la main dessus, c'est chose faite depuis peu.

C'est un jeu se voulant être la retranscription des jeux 4X (Civilization, Endless Legends ...) en jeu de plateau. Dans cette Europe de l'est alternative, en 1920, après une Grande Guerre ayant ravager le région, l'Usine, une cité-état ayant fournit le gros des innovations militaires (essentiellement des mechas guerriers) du dernier conflit mondialisée, est aujourd'hui désaffectée. Mais ses technologies attisent les nations voisines, qui y envoient de charismatiques leaders et quelques troupes pour établir leur influence sur la région.
Chaque joueur se retrouve à contrôler une des cinq nations du jeu de base, associée à un plateau joueur qui donne des spécificités aux actions que peuvent réaliser les joueurs à chaque tour.

Pour cette partie à quatre joueur, nous avions :
  • Skarn, à la tête de la République de Polonia, avec un plateau industriel.
  • Lyzi, à la tête du Royaume Nordique, avec un plateau ingénierie.
  • Aragorn, à la tête de l'Union Russviet, avec un plateau mécanique.
  • Salla, à la tête de l'Empire Saxon, avec un plateau patriote.

Assez vite, Polonia s'est assuré le soutien de recrue du coin, permettant d'acquérir des ressources grâce aux actions de ses voisins. Ça lui a permis assez vite d'assurer une avance matière de progression et, à terme, la victoire, en intervenant tardivement dans la partie centrale de la carte (avec la fameuse usine, là où les trois autres factions s'étaient déjà épuisées à guerroyer.

Classement final :
  1. Skarn 68 points (on a oublié de remplir la fiche de réussite qui permet au vainqueur de choisir 2 réussites parmis 11 possibles pour frimer, dis moi lesquelles t’intéressent)
  2. Lyzi 40 points
  3. Salla 34 points
  4. Aragorn 25 points

**********

De mon côté, Gunter, le leader de l'armée Saxonne dans la région s'est retrouvé avec des missives de la part de l'empereur assez difficile à réaliser : assurer une diversification des développement, et équilibrer les troupes entre recrues et ouvriers, chose difficile, quand les ressources pour les recrues, à savoir la nourriture, sont inexistantes dans les territoires jouxtant la base de départ des saxons.

Après quelques péripéties impliquant l'infiltration d'une ville pour acquérir des secrets technologiques, la traversée d'un fleuve pour pénétrer de plein pied dans l'arrière pays de l'Usine par ses forêts occidentales, impressionner quelques paysans avec les deux loups de Gunter, Nacht et Tag (devinez lequel est blanc, lequel est noir ...), nous avons enfin pu nous confronter à l'ennemi.

D'abord les vils rusviets qui avaient pris place dans un village bien trop à l'ouest, nous ouvrant le chemin vers la cité de l'Usine à proprement parler. Nous y avons exhumer une technologie de mecha-bâtisseurs facilitant le déploiement de méchas guerriers et la construction de bâtiments. C'est grâce à lui que nous avons pu bâtir rapidement une mine à proximité de l'Usine, et ainsi la relier aux réseaux de tunnels souterrains qui serpentent dans les sous-sols du pays, tunnels où les troupes saxonnes peuvent avoir un avantages militaire.

Chassés de la cité par les Nordiques, nous avons exploré ces tunnels, et nous y avons trouvé un groupe caché de scientifiques, auxquels nous avons acheté des innovations militaires. C'est grâce à ces innovations que nous avons repris l'Usine par l'accès de notre mine. Mais le coup en ressources militaires était trop élevé, et nous l'avons reperdu dans la foulée, définitivement cette fois-ci, face aux troupes de Polonia, qui par là-même ce sont assuré la victoire.
Répondre
#2
Citation :(on a oublié de remplir la fiche de réussite qui permet au vainqueur de choisir 2 réussites parmis 11 possibles pour frimer, dis moi lesquelles t’intéressent)

Je me permets de snober cette fiche au combien inintéressante.

J'avais déjà fait une partie de Scythe avant (soit une de plus que tout le monde), et j'ai honteusement profité de ma connaissance de deux faits : que quand les gens se sont bien développés, la fin peut venir très vite, notamment sur une double bataille ou une bataille + l'action qui vient en-dessous, et que contrôler un maximum de territoires rapporte un nombre fort intéressant de points.

Et aussi j'ai eu du bol d'avoir la samouraï qui m'a appris l'art d'enrôler à tour de bras en première rencontre (ayant contrairement à Salla des sources de nourriture sur mon coin de terre de départ).
Répondre
#3
(01/10/2017, 21:03)Salla a écrit : Pour cette partie à quatre joueur, nous avions :
  • Skarn, à la tête de la République de Polonia, avec un plateau industriel.
  • Lyzi, à la tête du Royaume Nordique, avec un plateau industriel.

C'est Skarn qui avait le plateau industriel, moi j'avais le plateau ingénierie.

J'ai eu une tactique portée sur l'extension, conséquence évidente de mon pouvoir de départ de pouvoir traverser les rivières avec mes ouvriers. J'ai saisi un village et une ferme sur ma gauche, bien avant qu'Aragorn puisse mettre les pieds dessus, et j'ai poussé petit à petit vers le centre et ma droite (pas assez vite sur ma droite cependant, Skarn me volant la politesse sur une Rencontre assez proche de chez moi).

Tactique au final assez peu efficace, vu que 1) du coup je n'avais qu'un ouvrier par hexagone contrôlé (donc peu de production par hexagone, 2) on ne peut produire que sur deux hexagones, trois après amélioration de l'action production... donc ça ne sert pas à grand chose d'avoir 12 territoires sous contrôle, à part avoir du choix (et encore... vu qu'il y a au final que 4 ressources : bois, acier, nourriture, pétrole, 5 en comptant la population).
Il était clairement plus efficace d'avoir deux ou trois ouvriers sur un même territoire et produire beaucoup de ressources d'un seul coup.

J'aurais quand même terminé en étant le deuxième plus riche (Skarn a fini avec 16 dollars et moi avec 15, ou quelque chose du genre), et possiblement le deuxième en termes de nombre de territoires contrôlés (Aragorn était aussi pas mal étendu sur la fin).

Cette richesse s'expliquant ainsi :
1)j'avais une production très diversifiée (population, bois et pétrole quasiment dès le début, acier et nourriture un peu plus tard), d'où moins de besoin de faire appel au commerce pour acheter 2 ressources pour 1 dollar.
2)grâce à un moulin à pétrole, j'ai pu régulièrement utiliser l'action améliorer ce qui m'a permis à la fois 2.1) de réduire mes coûts de production (un mécha pour 3 acier au lieu de 2, action améliorer pour 2 pétroles au lieu de 3) et 2.2) de gagner des sous puisqu'à chaque action améliorer, j'empochais 3 pièces.

Alors, certes, je n'avais pas l'afflux d'argent continuel que Skarn avait grâce à ses enrôlements, mais je m'en suis pas si mal sorti.

Sur la fin, je me suis quasiment suicidé en sacrifiant toute ma force militaire sur Salla pour m'emparer de l'Usine, au centre du plateau. Pour une carte Usine finalement assez pourrie (dont je n'ai même pas eu le temps de me servir). Et sans possibilité de maintenir le contrôle de l'Usine derrière, vu que je n'avais plus de forces pour la défendre.

J'aurais utiliser mes deux derniers tours à éradiquer Skarn ou à produire de la popularité, j'aurais probablement eu une bien meilleure position en fin de partie.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#4
Hier soir, nous avons fait une seconde partie de Scythe.

La répartitions des factions était cette fois :
  • Jehan à la tête de l'Union Russviet, avec un plateau industriel
  • Salla à la tête du Khanat de Crimée, avec un plateau patriote
  • Alendir à la tête de la République de Polonia, avec un plateau ingénieur
  • Skarn à la tête du Royaume Nordique, avec un plateau mécanique.

Les Russviet ont été les premiers à atteindre l'usine, mais on finalement été repoussé du centre du plateau,par les polonais et les criméens. Après quelques escarmouches et autres amabilités, c'est Polonia qui atteindra l'usine en second, récupérant par là-même une des actions d'usine les plus efficaces, celles qui permet, contre deux ressources différentes, de déployer un mécha ou construire un bâtiment.
De son côté, les nordiques se sont déployés un peu partout, blindé leur force militaire, et ont commencé à devenir menaçant en fin de partie. Trop tard hélas, car en plaçant sa sixième réussite, tout en s'étalant sur plusieurs territoires, la République de Polonia a finalement gagné.

Classement final :
  1. Alendir 79 points
  2. Skarn 66 points
  3. Salla 44 points
  4. Jehan 34 points

Oui, comme pour notre première partie, Polonia est première, le Nord second et l'Union Russviet quatrième. La troisième place est occupée par le même joueur, avec là encore le plateau Patriote.

***
La Princesse Zehra, fille aînée du Khan des Tatars de Crimée, a été envoyée par son père dans les terres au nord de sa péninsule pour y découvrir des connaissances qui permettraient au peuple nomade de rattraper leur retard technologique. Qu'a-t-elle donc appris au cours de son voyage ? Ba, pas mal de choses, mais à ses dépends hélas.

L'objectif principal donné a été d'atteindre l'Usine au plus vite. Pour cela, Zehra s'est appuyée sur une force de production locale qui est rapidement devenue intense. Malgré ses efforts pour paraître sympathique aux travailleurs locaux, allant jusqu'à garder leur mouton, cela lui à coûté en popularité. Et recruter quelques bûcherons locaux pour construire un monument à la gloire du khanat n'a fait, qu'au mieux, endiguer la colère paysanne.

Les ressources durement récoltée ont été mise a profit pour produire une force militaire de méchas, essentiellement construite à base de matériaux de récupération. Hélas, la progression vers l'Usine a été laborieuse, et ce n'est qu'après le passage des rusviets puis des polonais qu'elle pu mettre la main sur une technologie permettant aux méchas d'exploiter n'importe quelles ressources pour augmenter sa puissance. Sachant que la spécialité criméenne est de recycler des éléments d'armements, une telle fonctionnalité s'avère vite bénéfique. Réussir une telle percée technologique, sans jamais avoir investi dans l'amélioration, lui vaut d'être fidèle à la logique paternelle de progrès par l'appropriation des efforts technologiques des autres.

Ce dernier point, le fort nombre de méchas et d'ouvriers déployés, les succès militaire face aux polonais et aux rusviets, ainsi que des enrôlements en passe d'être nombreux grâce à la production agricole conséquente lui ont valu d'être la première à être aussi proche de la domination de la région. Hélas, sa faible popularité, et le peu de bâtiments, notamment à proximité des points d'eau, l'ont encouragée à utiliser son avance pour consolider sa position, et ne pas perdre par le déficit de confiance du peuple. L'énergie dispersée dans ses deux tâches étaient hélas trop importante. De plus la menace d'une armée nordique en approche de l'usine qu'elle a pu voir par les yeux de son aigle Kar. Laissant ainsi l'Usine à des mémorialistes polonais, elle décide de se lancer dans une exploration tardive de la région. Bien qu'elle puisse sympathiser avec quelques soldats, cela ne sera pas suffisant. La conquête de nombreux territoires par la république de Polonia à l'ouest, et le rattachement de l'usine à la cause de ses derniers leur ouvre l'adhésion de la région, avant même que les nordiques puissent marcher sur la cité.
Répondre
#5
Je vois que Skarn a fait second comme moi, mais mieux en point, avec le même peuple (les Nordiques).
Mais pas le même plateau, mécanique au lieu d'ingénierie, ce qui change peut-être pas mal de choses.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#6
Skarn a surtout voulu jouer pacifiste, et voilà où ça l'a mené.

Pour être un peu plus objectif, j'ai surtout passé beaucoup trop de temps à améliorer tout ce que je pouvais améliorer, en voulant tout faire à la fois et sans courir après les étoiles, ce qui fait que même en accélérant fortement la cadence sur la fin à coup de deux étoiles par tour, je n'ai pas pu conclure avant Alendir.

À une action près. Sachant que j'étais le dernier à jouer dans l'ordre du tour.

#CommencerCestGagner
Répondre
#7
Atteindre le premier la 6ème étoile n'est pas un gage de victoire. J'avais 5 étoiles avant tout le monde, et avec deux recrues restantes à enrôler, j'étais à ce moment à 3 tours de la dernière réussite. Ma faible popularité (vous étiez tous les trois dans le second tiers, alors que j'étais au plus bas), ainsi que le peu de point de bâtiment m'ont amené à retarder l'accès aux derniers enrôlements, car la sixième étoile ne m'aurait pas garantie la victoire. J'aurais du au pire me focaliser sur la popularité au lieu de me disperser. A retenir pour la suite : arrivé à 5 étoiles, ne pas trainer, monter la popularité si nécessaire, puis foncer vers la sixième.
Répondre
#8
"Bienvenue dans la Grande République de Polonia !
Gloire éternelle à notre leader charismatiquissime, le grand Lyzi Shadowsky !

Pour ce premier cours d'histoire, nous allons rappeler à vous tous, paysans ignares, qui venez des quatre coins du Continent, y compris des anciennes principautés autrefois indépendantes, comment ce continent a été unifié sous la glorieuse bannière de la Grande République.

Suite au grand cataclysme qui a mis un terme aux technologies et aux États-Nations du passé, la République de Polonia, l'État prédécesseur de l'autorité centrale de notre Grande République, émergea comme le nouveau berceau de la civilisation, avec la mission divine évidente d'unifier les peuples pour bâtir sur les ruines du passé l'avenir d'une nouvelle génération.

Mais dans cette mission sacrée, la République de Polonia était confrontée à trois terribles contrées rivales qui faisaient obstacle au retour de la civilization :
- Les vikings pirates du Royaume Nordique, menés par le Roi Outremerson, qui avaient envahi les terres du nord-est,
- Les infâmes bureaucrates de l'Union Rusviet, dirigés par le Premier Secrétaire Alendirovitch, qui s'étaient installés très loin à l'est,
- Les terrifiants guerriers de l'Empire Saxon, avec à leur tête l'Empereur Skarnric, qui contrôlaient les terres du sud-est.

Tous ces adversaires étaient terrifiants, armés de leur mauvaises intentions, et montant rapidement une forte puissance militaire à base de méchas surdimensionnés. Mais le bon peuple de la République de Polonia, sous l'impulsion de son leader éclairé, le Consul Lyzi Shadowsky (gloire à son nom), avait deux atouts qui lui permirent de l'emporter malgré le nombre des ennemis qui avaient juré sa perte : le goût de l'effort et du travail, et l'amour de son pays - le Patriotisme !

Alors que nos machiavéliques voisins construisaient méchas sur méchas et grossissaient le nombre de leurs troupes barbares, pour préparer quelque vilain coup, notre bien-aimé Consul (loué soit son nom, béni sa descendance et gloire à son héritage) prit d'abord la peine d'enrôler 3 héros pour le suivre.
Puis, il mena une politique intelligente de natalité, qui augmenta nos forces ouvrières, qui s'étendirent bientôt sur les terres proches pour produire bois et nourriture, et acheter du pétrole.
Grâce à notre abondance de nourriture, nos 3 Héros furent prompts à suivre la numéro 2 de l'Empire, la Généralissime Anna, accompagnée de son fidèle ours Wojtek (gloire à leurs noms et leurs ancêtres).
Notre bois servit à ériger le monument que les citoyens appelaient de tout cœur.
Comme c'était vraiment le seul bâtiment qu'il était besoin de construire (à quoi bon un moulin quand on a tant d'ouvriers ? quel intérêt pour une mine quand nous ne comptions pas explorer les terres barbares de nos voisins ? pourquoi perdre du temps à construire un arsenal horriblement coûteux en bois quand on pouvait améliorer notre production de troupes pour deux pauvres barils de pétrole, puis recruter nos soldats patriotes à tour de bras ?), la production de bois fut vite abandonnée.

Suite à des négociations commerciales fructueuses, notre Consul (béni soit son nom, gloire à son héritage, honneur à ses ancêtres, paix et joie à tous ses descendants) parvint à procurer à la République suffisamment de métaux pour construire notre tout premier mécha, capable de franchir les fleuves qui nous séparaient du monde.
Il était temps ! Les infâmes ennemis avaient déjà depuis longtemps commencé à monter leurs armées et à développer de nouveaux modèles de méchas.

Les traîtres vikings du Royaume Nordique furent malheureusement les premiers à atteindre la sacro-sainte Usine, dernière relique des prodigieuses technologies des temps d'avant le Cataclysme. En tout égoïsme, ils pillèrent sans vergogne ces ressources qui auraient dû revenir de droit aux hérauts du retour à la civilisation de la République de Polonia.
Par lâcheté, cependant, ils fuirent devant l'avancée des troupes de l'Empire Saxon, qui à leur tour, s'emparèrent de trésors archéologiques inestimables pour servir leurs bas profits.

Il était temps d'agir, mais heureusement, après la construction de notre premier mécha, tout est allé très vite.
Une courageuse expédition d'ouvriers embarqua à bord du bipède métallique pour exploiter les puits de pétrole et les mines de métaux qui nous tendaient les bras de l'autre côté du fleuve.
Avec ce métal, nous avons enchaîné la production des méchas suivants. Gloire au génie de nos chercheurs qui mirent au point le procédé submersible qui nous permit de déployer notre armée libératrice sur tout le continent !
La République de Polonia alternait simplement les saisons de levée de troupe - le défilé des nouvelles recrues devant notre Monument de bois réjouissant à chaque fois la population, propulsant la Popularité de notre Consul bien aimé (paix et gloire sur ses ancêtres et descendants jusqu'à la 17ème génération, honneur à son nom, bénie soit sa grande vision, reconnaissance infinie pour son génie, hourra ! viva !) dans tout le continent - et les saisons de production qui firent de la République la nation la plus riche et la plus développée en un rien de temps.

Au loin à l'est, nos ennemis les Rusviets et les Saxons décidèrent de se faire une guerre dévastatrice, de sorte qu'ils ne représentaient plus vraiment une menace - bien que les Saxons devinrent extrêmement populaires. (Certains disent même que l'Empereur Skarnic fut l'homme le plus populaire du Continent... Il fit trois fois de suite la couverture de Faucille Magazine cette année là, sans compter les deux fois où son homme de main, Gunter, posa avec son casque à pointe, ni l'apparition de Nacht son loup de guerre en couverture de 1 million d'amis...)

La marche à suivre était évidente pour nos dirigeants géniaux, éclairés et bienveillants.
Il fallait débarrasser une fois pour toute le Continent de sa pire engeance : la piraterie nordique.
Même si de mauvaises langues ont dit que le Royaume Nordique n'a été choisi pour cible que parce qu'il avait l'armée la plus petite et la moins bien armée du Continent.

Une première bataille navale vit s'affronter la Généralissime Anna de Polonia et le Thane Bjorn du Royaume Nordique, amiralant respectivement une flotte de deux méchas submersibles, et un mécha-bateau.
La défaite fut cuisante pour Bjorn, qui rentra piteusement chez son Roi à califourchon sur le yak Mox.

Après une saison à défiler militairement devant le monument patriotique pour reprendre des forces, nos armées revinrent à la charge.
Alors qu'un seul mécha fut détaché pour reprendre le contrôle de la sainte-Usine-la-miraculeuse (ses trésors revenant enfin sous la garde du camp de la Lumière et du Bien), la Généralissime Anna (sauvée soit son âme, béni soit son nom, respect éternel) s'empara des forêts qui abritaient la dernière poche de résistance nordique. Alors que les vils pirates se dispersaient, les innocents ouvriers qu'ils exploitaient se tournèrent vers nos glorieuses troupes libératrices, la crainte naïve dans leurs cœurs. Conditionnés qu'ils étaient par les mensonges de leurs maîtres esclavagistes nordiques, ils avaient été élevés depuis toujours dans la peur de la République de Polonia, alors qu'elle ne voulait que leur plus grand bien ! Sans doute s'attendaient-ils à quelques crimes de guerre odieux pour leur faire payer le prix d'appartenir malgré eux au camp des vaincus.
Quelle ne fut pas leur surprise quand la Généralissime s'adressa à eux en ces termes :

"N'ayez pas peur, CAMARADES ! Nous venons en paix ! Nous sommes ici pour vous libérer de l'horrible oppression des vikings nordiques !"

Cette grande victoire scella la domination de la bienheureuse et bénie République. Les puissances ennemies tombèrent les unes après les autres, suite à quoi, les dirigeants des différentes contrées indépendantes comprirent que leur plus grand intérêt était de se fédérer autour du pouvoir central de Polonia.
C'est ainsi que les quatre puissances du Continent s'unifièrent pour donner naissance à la Grande République de Polonia, celle où nous vivons aujourd'hui, et grâce à laquelle vous bénéficiez d'une si juste et si brillante éducation !

Ceci marque donc la fin de notre premier cours. La prochaine fois, je vous raconterai l'anecdote quasi-légendaire du village envahi par les sangliers sauvages qui fut sauvé par une intervention héroïque de la Généralissime Anna, et qui finit par un grandiose festin au bacon.

Et n'oubliez pas : Gloire à la Grande République ! Gloire à notre bien-aimé Consul !"

- Extrait d'un cours d'histoire officiel au premier lycée de la Grande République. Tout ceci est scrupuleusement vrai, objectif et impartial. En cas de manque de confiance en les sources, prière de bien vouloir exprimer vos doutes au camp de rééducation par la persuasion énergique le plus proche, où des professionnels vous aideront à vous sortir de cet égarement. -
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#9
Merci pour ce compte rendu, bien entendu très objectif Rolleyes . Bon, sur les trois parties reportées ici, trois victoires de Polonia, avec trois joueurs différents, ça commence à faire beaucoup Tongue (je dis ça, mais je vois venir la première défaite de cette faction le jour où la jouerai Rolleyes )
Répondre
#10
Beau résumé !

Mon peuple (enfin, ce qu'il en reste...) a également une version de ces évènements : un ensemble de poèmes contant l'histoire tragique du roi Harald Outremersson. Je ne vais traduire parce que c'est en vieux norrois, mais disons pour résumer que le bon roi connaît un départ glorieux - en étant le premier à obtenir trois étoiles - puis se met à pédaler complètement dans la semoule...
Répondre
#11
(26/11/2017, 19:24)Salla a écrit : Merci pour ce compte rendu, bien entendu très objectif  Rolleyes.
De rien !
La preuve qu'il est très objectif, c'est que ses auteurs disent qu'il est objectif. Ne sont-ils pas les mieux placés pour le savoir ?
D'ailleurs, comme ils sont objectifs, s'ils disent qu'ils sont objectifs, c'est qu'on peut leur faire confiance.
Par contre, les animateurs du camp de rééducation par la persuasion énergique avaient quelques questions à te poser sur ce smiley...

(26/11/2017, 19:24)Salla a écrit : Bon, sur les trois parties reportées ici, trois victoires de Polonia, avec trois joueurs différents, ça commence à faire beaucoup  Tongue
Tiens, je n'avais pas remarqué !
Cependant, avec la distribution aléatoire des plateaux "ingénieur/mécanicien/patriotisme...", il est difficile d'évaluer si c'est vraiment dû à un déséquilibre des avantages de Polonia.
Ça voudrait dire que ça viendrait uniquement de leur placement sur le plateau, de leurs pouvoirs de Mécha, et du pouvoir "choisir 2 résultats dans les aventures".

C'est pas impossible. Ils commencent directement avec accès à la production de nourriture, or on sait que commencer très tôt par les enrôlements c'est très puissant.
Et il y a aussi que le facteur le plus important pour gagner est sans doute la Popularité (il n'est pas SUFFISANT à lui tout seul, puisque Skarn avait dépassé tout le monde, en ayant le maximum de 18 en Popularité, et qu'il a quand même perdu cette partie, mais c'est le plus important), et du coup, la capacité "Camaraderie" des méchas poloniais est particulièrement puissante.
En effet, si avec ma dernière attaque sur Outremer, j'avais dû perdre 2 points de Popularité pour avoir fait fuir ses ouvriers, je serais passé à un seuil en-dessous et aurait donc gagné 1/3 de points de moins dans la plupart des domaines. Or, c'est à peu la proportion de points qui séparait mon score de celui de Skarn.

Cela dit, au niveau de l'accès aux ressources, je pense qu'on sous-estime le pouvoir du Royaume Nordique de pouvoir traverser la rivière avec ses ouvriers.
Lors de la première partie, je l'ai mal joué, parce que je l'ai pris pour un signe qu'il fallait que je joue "extensif". Erreur, parce que les règles du jeu poussent à jouer "intensif".
Si la règle était de produire 1 ressource par travailleur, on pourrait vraiment choisir sa stratégie entre produire 5 fois la même ressource avec 5 ouvriers sur le même hexagone ("intensif") ou produire 5 ressources différentes en déployant ces 5 ouvriers sur 5 hexagones différents ("extensif"), ou toute combinaison entre les deux. Mais comme l'action de produire ne peut se faire que pour 2 hexagones, maximum 3, l'option "extensive" n'est pas rentable.
Pourtant, quand je vois comment je suis resté bloqué très longtemps sur mes 3 territoires de départ avec Polonia, à devoir attendre de construire mon 1er mécha pour pouvoir traverser et produire les métaux dont justement j'avais besoin pour produire mes méchas, je me dis qu'avec les Nordiques, on pourrait facilement s'approprier les ressources avec lesquelles on ne commence pas, dont la fameuse nourriture pour les enrôlements...

(26/11/2017, 20:17)Outremer a écrit : Beau résumé !
Merci !

(26/11/2017, 20:17)Outremer a écrit : Mon peuple (enfin, ce qu'il en reste...)
Oh, je pense qu'il en reste encore un nombre normal...
Étant donné la capacité "Camaraderie" des Poloniais, je pense que ce serait un peu OOC pour eux de s'amuser à faire des génocides ou autres épurations ethniques.
Au départ, d'ailleurs, j'étais plus parti pour faire un "cours d'histoire complètement partial et égocentrique à la IIIème République". Le côté "propagande totalitaire soviétique stalinienne" est venu un peu en cours de route, au fil de l'écriture.
Je pense qu'ils sont plus du genre à assimiler/coloniser qu'autre chose.
(Enfin bon, je suppose que c'était surtout une référence au nombre de troupes que tu as perdu en deux batailles.)

(26/11/2017, 20:17)Outremer a écrit : un ensemble de poèmes contant l'histoire tragique du roi Harald Outremersson.
Tiens, pourquoi "Harald" ?
(J'imagine que la réponse ne sera pas tellement plus que "pourquoi pas ?")

(26/11/2017, 20:17)Outremer a écrit : Je ne vais traduire parce que c'est en vieux norrois, mais disons pour résumer que le bon roi connaît un départ glorieux - en étant le premier à obtenir trois étoiles - puis se met à pédaler complètement dans la semoule...
"Dans la semoule"... Bizarrement, je l'aurais plutôt vu dire "dans la choucroute" vu qu'on est sur le théâtre de l'Europe centrale...

J'ai eu l'impression de prendre du retard sur les étoiles, vu qu'il y en avait déjà trois ou quatre de posées quand j'ai mis ma première. Mais à ce moment là, Skarn m'a fait remarqué que lui n'en avait pas du tout...

Au final, j'ai eu le premier les 6 :
- celle de la mission secrète (avoir 7 pions à moi, troupes et bâtiments compris, sur un seul hexagone)
- celle des 4 enrôlements
- celle des 4 méchas
- celle des 8 ouvriers
- les deux de victoire militaire (toutes les deux contre Outremer)

J'aurais pu tenter celle des 6 améliorations, mais il m'aurait fallu encore au moins 3 tours de plus. Quant à celle des 4 bâtiments, vu que j'avais abandonné complètement ma production de bois, elle m'était à peu près inaccessible.
Atteindre l'étoile de la popularité ne me semblait pas non plus réalisable.
Avec mon soutien amélioré à 3 puissance militaire par action de soutien, j'aurais pu aussi atteindre celle de la puissance militaire. (Peut-être l'ai-je fait, d'ailleurs, je n'en suis plus sûr...)
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#12
Pas du tout aimé ce jeu.

Quand j'y ai joué j'ai eu l'impression de subir tout le long et je me suis vraiment emmerdé, j'avais qu'une hâte : que cela finisse...
De plus j'ai eu du mal a voir l’intérêt de mon pouvoir (j'aurais préféré celui de mon ami qui permettait de refaire la même action).
Répondre
#13
Tu avais quel pouvoir ?
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#14
(27/11/2017, 11:49)Lyzi Shadow a écrit : Tiens, pourquoi "Harald" ?

Je cherchais un nom de roi scandinave aussi classique que possible.


(27/11/2017, 21:12)Albatur a écrit : De plus j'ai eu du mal a voir l’intérêt de mon pouvoir (j'aurais préféré celui de mon ami qui permettait de refaire la même action).

Ah, oui, le pouvoir des Russes de faire plusieurs fois la même action d'affilée est bien sympa. C'est ce que j'avais lors de ma première partie et devoir m'en passer dans la deuxième a été un choc assez brutal !
Répondre
#15
Le pouvoir ou faut échanger une carte vs une ressource, super nul vu que ce perso commence avec zéro carte.
Donc on perd déjà du temps dès le début et vu que les autres m'ont pas vraiment attendu pour se développer j'ai galéré ensuite... Ce genre de jeu c'est pas pour moi.

Comme Seasons ou j'avais subi (comme les autres) le mega-combo-qui-tue d'un joueur qui nous bouffait des points de victoires en remplissant le sien, impossible à contrer...
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)