Le Matou et le Narcisse noir
#16
Le deuxième tome, cela fait longtemps qu'Al Toro en parle mais il ne va sortir en Bulgare que cette année. Si j'ai plus de temps libre, pas impossible que je le lise et le traduise en même temps... Mais pas avant au moins un an.

Merci pour le feed Bruenor!
Répondre
#17
(14/01/2016, 23:43)Fitz a écrit : Le deuxième tome, cela fait longtemps qu'Al Toro en parle mais il ne va sortir en Bulgare que cette année. Si j'ai plus de temps libre, pas impossible que je le lise et le traduise en même temps... Mais pas avant au moins un an.

Merci pour le feed Bruenor!

Comme l'un de la personne dans l'équipe de la maison d'édition en Bulgarie, je peux confirmer que le deuxième livre sera publié en Avril. Le jeu est diffrent puis celui dans le premier livre. Il ya une possibilité de choisir de jouer les batailles avec des règles simples ou complexes. Il ya des batailles en bateau, realtions entre les charachters, et ce qui me plaît le plus est que les décisions que vous prenez dans la plupart des pièces ne sont pas noir ou blanc, mais juste menant à diffrenet situations et que certaines personnes que vous aime et les autres les font pas . Et bien sûr, il ya plusieurs situations comme celle avec le mot de code "lapin"Wink
Répondre
#18
Et est ce qu'il est aussi long? Sais tu combien de paragraphes?
Répondre
#19
J'ai rejoué pour tester un peu les options "gros bâtard". Comme je le soupçonnais, elles ne sont pas franchement séduisantes. Je comprends pourquoi elles existent (étant donné le scénario, ne pas les offrir du tout aurait donné au joueur le sentiment d'être exagérément cornaqué), mais il n'y a guère d'autres raisons que la curiosité pour les choisir, car elles ne sont clairement ni satisfaisantes ni efficaces.

Pas satisfaisantes parce qu'elles transforment abruptement notre personnage en assassin froid (limite psychopathe dans certaines scènes), qui tue des innocents qui ne lui ont rien fait. Il est peut-être possible d'écrire une bonne aventure où on joue un tueur sans scrupule, mais au moins faudrait-il lui donner une motivation valable. Dans cette AVH-ci, on est recruté de force par notre commanditaire, ses motifs sont imprécis et on n'a nous-même aucun motif personnel de commettre cet assassinat.

La seule raison qui nous est donnée, c'est que notre commanditaire nous a promis en échange de nous laisser tranquille et même de nous verser une récompense. Mais
Show ContentSpoiler:


Les personnages de l'histoire sont intéressants. Il est peut-être dommage que la relation avec Elinor écrase à ce point tout le reste et surtout qu'elle soit aussi facile à gérer (c'est tout juste si l'histoire ne la jette pas d'entrée de jeu dans nos bras).

Show ContentSpoiler:


Le cadre est bien géré. On a conscience qu'il existe bien des choses au-delà de ce à quoi nous sommes confronté, mais l'auteur évite de nous abreuver de trop d'informations à leur sujet, ce qui aurait été indigeste et peu utile. Le surnaturel joue un rôle assez modeste, ce qui est à mon avis une bonne idée.
Répondre
#20
En ce qui me concerne par contre, je ressens un sentiment profond de nullité : je viens d'essuyer mon 8ème échec d'affilé. Pourtant j'arrive à séduire la fille, mais au moment de la fuite, à chaque fois je me fais avoir avoir par les gardes. Je vais changer de stratégie, je vais essayer d'être hyper froid avec elle et de la tuer, on va voir si ça marche mieux.
D'ailleurs le gros problème avec ce type de système de règles à codes, c'est qu'au bout d'un moment le jeu set toujours aléatoire et trop punitif. Un choix : "est-ce que vous voulez lui mettez un coup de poing ou lui sautez dessus pour le mettre à terre" avec l'une des deux options qui amène à un pfa, pour moi c'est l'équivalent de la crypte du sorcier avec le "vous allez à gauche ou à droite?" avec pfa dans l'un des deux.
Mais bon, disons que cela me permet de découvrir des parcours que personne n'explorera, même s'il vous vaut mieux être très premier degré dans cette aventure.
Répondre
#21
Ah d'accord. En fait j'étais totalement dans la bonne direction dès la 2e tentative et avait tous les mots nécessaires, mais j'ai commis une petite erreur, du coup j'ai cru que ce chemin était mauvais et j'ai essayé tout le reste avant de me rendre compte qu'en fait effectivement il fallait aller tout droit (c'est d'ailleurs dommage qu'il n'y ait pas une fin collabo). Mais ce sont des choses qui arrivent (mais je ne vous dirais pas combien d'essais il m'a fallu parce que là c'est vraiment trop la honte)

Après, c'est une avh de style roman noir assez classique, mais une fois passée une intro vraiment trop conventionnelle, on se laisse prendre au suspens. Comme le style est maîtrisé mais classique, et derrière le pitch assez convenu, disons que c'est efficace mais assez anecdotique (je crois que je l'aurais oubliée très vite). Après, certains défauts sont très compréhensibles parce que c'est une avh qui se veut très grand public et en cela elle devrait plaire. Mais si j'ai vraiment eu une frustration, c'est que je trouve les personnages insuffisamment développés. Le genre même du ldvelh favorise les récits à intrigue plutôt que les récits à personnages, mais là c'est dommage. J'ai vraiment cru un instant que pour une fois, une avh allait sortir du côté purement tactique pour proposer des personnages vraiment fouillés et attachants, et en fait non.
Répondre
#22
C'est bien que tu n'aies pas lâché l'affaire malgré les echecs. En effet c'est toujours comme ça qu'au moins on peut découvrir des passages alternatifs. Merci pour ton retour.
Répondre
#23
Une AVH intéressante, avec un cachet littéraire (1ère personne + p. simple) sans que fasse prétentieux. Absence de scores (sauf les points de Relation) et de dés, thématique de roman picaresque bien connue des lecteurs/spectateurs, donc ça semble taillé grand public. Les scores finaux vont en ce sens aussi. Mais l'empilement de codes est contre-productive en ce cas.

Très facile, suis arrivé à la fin du 1er coup sans mourir, avec 85pts sur 100. Il est vrai que j'avais parcouru le post de Skarn qui donnait les ficelles. Skarn a été de bon conseil Wink Spontanément je n'aurais pas choisi la chambre avec vu sur le pâtre, ni tenté de séduire la donzelle à occire.

Je ne vois pas comment jouer en mode salopard, c'est tellement évident que c'est un piège à nouille... Si encore ce fameux narcisse était venu plus tôt, peut-être... ou que des passages de monologues intérieurs cruels poussaient à interpréter le héros comme un méchant...

Univers intéressant, je n'ai saisi qu'au bout de quelques § que c'était du méd-fan. Rappelle un peu les bouquins de, heu, vous savez, de Truc, là. L'auteur de Servir froid.

En feuilletant très rapidement, l'explication du complot contre la fille qui murmurait à l'oreille des faucons ne m'est pas sautée aux yeux, enfin je me doute qu'elle est forcément quelque part. Pas spécialement de possibilité de séduire le pâtre, je n'ai pas remarqué de mot-code "sauté de moutons" (le mot-code "lapin" n'est guère plus subtil). La fin alternative aurait fait couler de l'encre virtuelle dans les chaumières.

Texte que j'aurais eu plaisir à lire en volume à la condition d'avoir des illustrations nombreuses et de style réaliste, à la VS, et avec un sévère allégement du système de mots-codes.

Répondre
#24
Merci pour ton retour Dagonides!
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)