DE Profundis (Gwalchmei)
#1
La citation et l’existence d’un score de Santé Mentale nous avertissent d’entrée qu’on est dans une AVH d’horreur de style lovecraftien ( les caracs en latin nous avertissent, je pense, que Gwalchmei joue à Ars Magica ).

Si c'est une AVH intéressante, je pense qu'il y a encore du travail.
 
La création du perso en trois étapes distinctes : répartition de points + bonus aléatoire + choix d’une capacité spéciale est intéressante. Ma seule critique serait qu’il serait mieux de donner, à mon avis, 13 points à répartir entre les 4 capacités et non 12 ne serait-ce que pour plus donner l’impression que notre personnage est supérieur à la moyenne et ne pas le forcer à déshabiller Pierre pour habiller Paul…
 
Le système de tests se tient, le système de combat qui en est une variante est intéressant avec capacité de devenir très sanglant sur de grosses marges de réussite…
 
Il y a un point qui n’est pas clairement expliqué dans la règle, à savoir les tests de Frayeur : est-ce qu’on teste sur le niveau de départ de Santé Mentale ou sur le niveau actuel ? Si, comme je le crois, c’est le niveau actuel, alors il me semble que le moindre test raté nous envoie dans une spirale infernale, d’autant que le début est potentiellement meurtrier à cet égard et qu’on en récupère très peu - d'où nécessité de se blinder en SAN au départ.  
 
Les intitulés humoristiques de chaque Situation affaiblissent nettement le contexte d’horreur et devraient à mon avis être supprimés.
 
C’est toujours appréciable d’avoir des liens cliquables ( incidemment celui du 95 vers le 5 ne marche pas )
 
Le §37 est très bon et évoque un côté moins connu de l’œuvre de Lovecraft…
 
Au §38, il me semble que si on a l’indice
Show ContentSpoiler:
on doit avoir celui de
Show ContentSpoiler:
également ?
Tel quel, ça ne fait pas grand sens, on devrait pouvoir obtenir cet indice
Show ContentSpoiler:
 
Ça n’est pas pour ramener ma science ( mais si, mais si Mrgreen  ) mais au §40 ça n’est pas une Horreur Chasseresse ; à choisir, ça ressemblerait plus à un Byakhee.
 
Quand on est
Show ContentSpoiler:
, la situation justifierait un test en Terrore.
 
Il y a un PFA si on a manqué tous les indices avec constance ( comme moi Mrgreen  ), qui est que cet épisode restera à jamais inexpliqué et nous hantera sans que nous puissions y trouver de réponse ( comme dans Night Ocean pour ceux qui connaissent ); cependant, cette idée à mon sens très juste est en contradiction complète avec le PFA si on échoue à la fin.
 
Au §68, ça n’est pas un indice mais un objet. Je pinaille…
 
Au §84,
Show ContentSpoiler:
 
Le rêve du
Show ContentSpoiler:
est spectaculaire ! Il aurait cependant fallu préciser explicitement qu’on y obtenait l’indice
Show ContentSpoiler:
 
C’est moi, ou Margery est complètement inutile
Show ContentSpoiler:
 ?
 
 
Il y a un certain nombre de fautes d’inattention, de tournures étranges et d’impropriétés, voilà ce que j’ai relevé
 
Intro : vous avez dÛ
p6 : comme UN échec, unE réussite, si vous avez échouÉ
p8 : munitions nécessaireS ; en inversant ou en intervertissant
p9 : A évité
p10 : Second° souffle
p13 : lui donneNT
p14 : Ayant grandi°
§1 : Ayant survécu°
§3 : un pieu°
§6 : coÛte que coÛte
§7 : affAIrés
§10 : Pourquoi a-t-il, de vos meilleurS amiS
§11 : plutôt de son extrême épuisement, plutôt le docteur Stone
§12 : dÎner, sÛres
§14 : imprécations
§17 : s’élèveNT – et qu’est-ce qui est perdu ?; « Elle hésite des racines enchevêtrées» ? jumelleS, mÂts, pêcheurS
§19 : plutôt « abhorrez »
§19+58+68 : « sa tête posée comme un diadème sur votre poitrine » ?
§21 : plutôt le vieil Olson ; de jumelleS, plus clairsemé°s, CheCker
§28 : à quelques encablures DE Kingsport
§37 : songe éveillé° ; plutôt « malgré une prémonition de quelque chose de terrible » ou quelque chose dans ce genre
§38 : j’aurais plutôt dit « ni vous ni elle n’osez… »
§46 : plutôt « d’heure en heure. »
§51 : clÔT ; brandons rougeoyantS
§55 : l’attendaiENt
§59 : tel que c’est écrit, « sur la couverture de l’une d’elles » se rapporte à une des pages arrachées…
§69 : doucEâtre
§71 : se gausse-t-il
§74 : benne à ordureS
§76 : plutôt visage parsemé de taches de rousseur ?
§77 : voÛtées, suintantS, paraÎt, piLons, apparaÎt, clef de voÛte, le rassérène-t-il ; étoNNAmment ; plutôt intrusion ; « le récit qu’ils en tirent est toutefois étonnamment tangible » ?
§78 : sans vous attarder
§79 : déchaîne
§84 : « l’obscur rivage souligne la côte » ?
§88 : vieIlle
§90 : benoÎtement
§93 : vous glisse-t-il ; plutôt votre rencontre
§99 : l’à-pic , mille°; « une haleine profane » ?
§100 : déchaînera
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#2
Une avh pour ma part plaisante.

Certes j'ai eu du mal à m'immerger dans l'histoire bien que le début démarre sur les chapeaux de roues. Les premiers choix me paraissent plutôt agaçants et peu intéressants. Cependant, on est entrainé peu à peu dans l'aventure. La fin est plutôt classique bien que le choix final soit décisif et intéressant. j'ai fait l'erreur de m'attaquer au prêtre pensant que sa mort pouvait interrompre le rituel. Je n'ai pas compris pourquoi le rouer de coups alors que l'on possède des armes, c'est bien plus efficace pourtant. Et les adeptes, ils ne servent à rien? Pas un seul ne nous empêche de tenter d'interrompre le rituel? Et Margery dans tout ca, à quoi sert elle vraiment à part ajouter un peu de décor à l’histoire? A ce propos, j'aurais préféré que le héros ne retrouve plus sa canne métallique et qu'il la reprenne dans un endroit secret qu'il avait oublié. La prendre comme ca juste sur une info de Margery (peut être la seule fois où elle sert dans le jeu), c'est tiré par les cheveux étant donné que c'est par une intuition plutôt aléatoire).

Les tests dans l'ensemble sont bien pensés mais mes points de santé mentale ont fondu comme neige et je suis mort dés le début lors du premier combat( j'ai pris en compte la santé mentale actuelle donc je n'ai pas fait long feu). Il  y a très peu de combats et peut être que de simples test auraient suffi.

Je n'ai pas eu de mal à m'imaginer le décor et l'ambiance. c'était quelque chose de déjà vu das Ad nauseam ce qui est un bon point.

Il y a peu de pfa également ainsi que plusieurs fins possibles.

Même si le rêve est intéressant, il aurait fallu expliciter que l'on possède l'indice. De ce fait, j'ai même cru que je ne l'avais pas.
Répondre
#3
J'ai écrit "De Profundis" il y a (déjà) presque 4 ans. Cette AVH devait faire partie d'une énième publication qui ne verra jamais le jour, un recueil tombé dans les oubliettes des livres-jeux. Le texte n'a donc pas été corrigé par une tierce personne ce qui m'aurait bien aidé. J'ai relu du mieux que j'ai pu mais pas assez apparemment.

Pour les règles, je ne pouvais (pour cause de droits) utiliser le système prévu à l'époque. J'ai donc bricolé un truc rapide histoire de ne pas laisser l'AVH pourrir dans un carton.

Ne vous cassez donc pas trop le cul à feedbacker en détail, il n’y a quasiment aucune chance que je réécrive une ligne et je passe sur le forum de manière vraiment épisodique désormais. En fait c'était un peu un baroud d'honneur ^^

Saturation maximale de mon côté et lassitude. Je ne terminerai pas mon AVH sur l’ile du roi lézard que j’aurais du renommer en « l’arlésienne du roi lézard ». J'essayerai de passer de temps à d'autre dans l'espoir d'un regain de motivation.

Merci d'avoir lu et bonne continuation à tous.
Répondre
#4
La porte du "Club des Démotivés" est toujours ouverte pour ceux qui ont le blues (je ne mets pas le lien car je réponds avec mon mobile).
Tu ne lâches pas le morceau pour l´avh scriptarium au moins?
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#5
Je viens de me mettre à cette AVH et j'ai une interrogation vers le début de l'aventure. Le paragraphe 57 ne semble pas mener au 23. Ne serait-ce pas plutôt le 11 à la place?
Répondre
#6
Je suis à mon tour venu à bout des horreurs lovecraftienne de De Profundis.

le style de Gwlachmei, que j'ai découvert avec son excellente AVH Ad Nauseam (dont je ne me suis toujours pas remis) avec laquelle il a remporté les derniers mini-yaz était déjà très bon sur De Profundis (qui a été écrite il y a 4 ans). Un peu plus de fautes d'orthographes mais ça doit être dû à un manque de relecture et ça reste quand même marginal et ne gêne pas la lecture.

les règles sont vraiment sympas et originales. Par contre je pense que la caractéristique
Show ContentSpoiler:
est vraiment moins importante que les autres dans l'aventure et si je devais la refaire je n'y mettrai que le minimum de points.

Intéressant de voir la personnalité de
Show ContentSpoiler:

comme l'a signalé ashimbabbar plus haut, l'indice
Show ContentSpoiler:
n'est pas explicitement signalé dans le paragraphe où l'on est censé l'obtenir.

Dommage que Gwalchmei subisse une lassitude à l'écriture car j'aurais bien aimé suivre
Show ContentSpoiler:

une pause salvatrice après une telle frénésie d'écriture (2 AVH en peu de temps plus De Profundis finalisée) et la satisfaction de voir son AVH la Huitième Plaie publiée dans le Bestiaire de Titan ravivera peut-être la flamme

point de détail : le paragraphe 57 ne mène pas au 23 mais plutôt au 11 semble-t-il
Répondre
#7
J'ai un problème avec Lovecraft : J'aime bien le concept général de ses nouvelles, celui d'un monde où les humains ne seraient que d'inoffensifs insectes vivant en marge de dieux tout-puissants, êtres inconcevables sans aucune considération pour ces minuscules bipèdes grouillant de partout. J'aime cette exploration de la folie, du rêve, de l'impuissance, de la fatalité, de la destinée.

Mais je n'aime pas forcément tous les textes de Lovecraft par eux-mêmes, et j'ai fini par développer une certaine allergie au schéma classique de l'investigation lovecraftienne telle qu'elle a été définie par le jeu de rôle L'Appel de Cthulhu. Marre de tous ces sectateurs qui sont toujours sur le point d'invoquer leur divinité, qui va bien sûr détruire le monde, avant d'être interrompus au dernier instant par des types plus ou moins lambda qui sont retrouvés mêlés à cette affaire à moitié par chance.

Bien sûr, il y a des œuvres qui subvertissent ce schéma trop classique*... Mais ce n'est pas le cas ici.

Donc, même si on n'est jamais parfaitement objectif, mon avis risque d'être particulièrement biaisé à la baisse dans ce qui va suivre, un peu comme pour Acqua Alta.

Parce que oui, De profundis est estampillé Cthulhu jusqu'au bout des ongles. Un événement mystérieux sur lequel il va falloir enquêter, des monstres cauchemardesques, un final dans un endroit impossible où se déroule un rituel à l'issue terrible... C'est bien l'écrit, l'histoire n'est pas inintéressante, les personnages sont sympathiques (la journaliste, le flic... même la gouvernante)... Mais cela suit sans trop de surprises les canons du genre.

Quelle ironie subtile qu'un univers basé sur le chaos et l'onirisme ait donné naissance à autant d'histoires à la structure bien rigide.

Soyons clair, l'aspect livre n'est pas mauvais. Il est même plutôt bon. De même pour l'enquête est plutôt bien menée et agréable à effectuer.

Mais l'horreur cosmique bien dans les clous, j'en ai ras la casquette.

Parlons donc du jeu, un sujet où j'espère réussir à être plus analytique. Mon impression générale est qu'il y un déséquilibre majeure entre les caractéristiques.

Déjà, tous les tests ou presque demande d'avoir de la Santé mentale, donc de la Terrore (couplée à Tête froide), sous peine d'échouer au test de Frayeur et de subir un malus d'une réussite, ce qui équivaut à peu près à deux dés en moins. Ou, autrement dit, il vaut mieux avoir 2 dans une stat et une bonne Santé mentale, que 3 et une Santé mentale moindre.

Dans l'idée, j'aime bien cette idée que nos actions soient impactées par la terreur. Mais dans l'état actuel des choses, cela force à quelques non-choix dans la répartition des points / le choix de sa capacité historique.

Ensuite vient Artis. Le combat au corps à corps utilise Corpus en attaque, et Artis en défense, et le combat à distance Artis dans les deux cas. L'aventure comprenant un combat obligatoire contre un ennemi bien costaud, et comme il ne reste de toute façon plus assez de points à assigner après s'être occupé de la Terrore pour essayer d'équilibrer, il est largement préférable, voire quasiment indispensable, de mettre tout ce qui reste en Artis et de se procurer un flingue.

Et le pire... C'est que ça marche plutôt bien pour les tests en-dehors des combats également. Du moins sur le parcours que j'ai pris, je n'ai jamais eu de tests de Cogito pur ou de Corpus pur qui auraient pu me couler. C'était au pire Artis + autre chose... Et quelques fois Terrore pure, ce qui m'arrangeait encore plus.

Je précise que j'ai considéré que j'obtenais 1 à chaque fois à « La main du destin » lorsque j'ai testé l'aventure, pour voir si cette aventure était effectivement jouable avec les statistiques minimales.

Le combat est un système d'épreuves alternées, biaisé en faveur de l'attaquant pour éviter que les combattants ne se ratent éternellement, ce qui est appréciable. Plutôt pas mal dans l'ensemble, avec des armes à feu vraiment dangereuses, même si j'ai trouvé la règle de la localisation de trop (elle n'ajoute pas grand chose si ce n'est un jet en plus, qui sera sans effet deux fois sur trois).

Outre ces considérations, j'ai trouvé les tests fort difficiles en général, surtout au début, avec de nombreux jets « compliqués », demandant pas moins de quatre réussites, ce qui représente tout de même juste une chance sur deux quand on dispose de 4 dans la caractéristique demandée. Et a condition d'avoir réussi le test de Frayeur juste avant.

C'est un beau pavé très critique que je viens de rédiger. Mais je pense toutefois qu'il s'agit d'une bonne avh qui a juste besoin de quelques équilibrages.

Elle ne satisfait juste pas mon désir de renouveau dans le genre de l'horreur cosmique.

Remarques en vrac :
  • Au 77... Qui donc a pris la photo ?
  • Le 81 est bien optimiste.
  • L'indice « la caverne noyée » n'existe pas

*Je pense par exemple à l'imparfait mais intéressant
Show ContentSpoiler:
, où les sectateurs réussissent à invoquer leur divinité à travers le temps et l'espace... Et le monde n'est pas détruit pour autant. Ou même aux textes de Zyx qui abordent ces thématiques via d'autres angles d'approche.
Répondre
#8
C'est marrant. Lorsque j'ai écris cette AVH pour le recueil "Rendez-vous avec Cthulhu", j'étais à l'époque assez satisfait du résultat. L'accueil avait été bon chez l'éditeur et le texte sélectionné. Apparemment, ici ça ne passe pas, et à vrai dire, j'étais bien moins emballé lors de ma dernière relecture (pour y coller des règles).

L'écriture est vraiment un exercice difficile, ingrat et épuisant. C'est ce qui m'a fait arrêté aussi 'Retour sur l'ile du roi lézard', pas à la hauteur de ce que j'escomptais. Pour m'épargner un lynchage en règle, j'ai préféré la corbeille de Windows 7 ^^

Je n'avais pas fait attention que 'De Profundis' concourait de facto pour les YAZ. En tout cas, j'annonce bien à l'avance que je ne voterai pas, n'ayant ni le courage ni me l'envie de me
lancer dans la lecture d'AVH de 300 paragraphes ou plus. Y a tellement de bons bouquins que j'aimerais terminer et qui m'attendent sur ma table de chevet !

Désolé donc de me pas m'impliquer davantage et merci aux gens qui prennent le temps de rédiger des feed.

Lassitude, quand tu nous tiens ^^
Répondre
#9
La C'est la première fois que je suis déçu par une AVH de Gwalchmei. Pourtant, elle me semble foncièrement meilleure que ta première mini-AVH dans le même genre (celle passant dans les égouts). Le style d'écriture est encore et toujours meilleur, de très haute volée. Mais l'aspect ludique m'a paru moins bien maîtrisé que d'habitude, comme si tu l'avais moins testé.

Au premier abord, les règles m'ont paru ardues à appréhender. Il m'a fallu un peu de temps avant d'être à l'aise avec. Ceci fait, c'est vrai qu'elles sont intéressantes et originales. Mais c'est dommage cette lourdeur qui oblige au début à faire coulisser le pdf jusqu'en haut pour les réviser ou les consulter. De plus, lancer beaucoup de dés est moins fluide, pas seulement parce qu'il faut en avoir sous la main mais parce qu'analyser le résultat de six dés par exemple prend une ou deux secondes de plus à chaque fois qu'une simple paire.
Mais surtout, la difficulté me semble mal dosée pour une AVH de cette taille et aussi déséquilibrée.

SPOILERS concernant le jeu :
Au 5ème essai, j'en suis venu à tricher dans le combat contre le gardien alors que j'étais déjà mort face à lui et avait tout fait pour l'affaiblir avant (lampe à pétrole + feu), j'ai triché au test de dissimulation vers la fin qui s'apparente à un MAT bien injuste. Quant au choix final, c'était bien vicieux le coup du paragraphe 100, je m'y suis fait prendre.
Le problème est que les échecs aux dés ne pardonnent pas à de nombreux moments. Le pire étant l'importance de la Santé Mentale et du Terrore. D'ailleurs, la règle de la peur me paraît de trop. L'enlever améliorerait le dosage de la difficulté et la simplicité des règles, sans pâtir au niveau réalisme.

Quant à l'équilibre, l'une des quatre compétences me paraît incroyablement plus importante que les autres ce qui est dommage quand il s'agit de répartir. Au moins dans un DF, avec l'Habileté on peut toujours dire que c'est la faute aux dés si on est nul au départ... Mais même en choisissant à la fin l'efficacité au détriment du plaisir (à savoir attribuer systématiquement 4 ou 5 en Terrore), ça ne marche pas car des passages obligés requièrent beaucoup d'Artis ou de Corpus!


Bref, j'ai trouvé l'aventure très difficile pour 100 paragraphes.
Dommage car les nombreuses voies alternatives sont intéressantes. Il aurait du y avoir un moyen d'éviter le combat obligatoire et ça aurait pu changer pas mal de choses.

Evidemment, on sent une envie de respecter un cahier des charges, de livrer un véritable scénario pour le jeu de rôle l'Appel de Cthulhu sous forme d'AVH. Mais c'est peut-être le défaut majeur de cette AVH que de respecter de trop près ce format. Si le but était de faire plaisir aux fans de ce jeu de rôle ou tout simplement de l'univers Lovecraft, ça a eu sur moi l'effet de me priver de toute surprise. Un peu comme si un Star Wars 7 sortait et qu'il était apprécié par certains pour son côté très respectueux de la vieille saga et critiqué par d'autres justement car on a l'impression d'avoir déjà vu ce film Wink
Enfin si, quelque chose m'a surpris mais pas dans le bon sens. L'arrivée de la créature cauchemardesque dès le début. Non content de nous bousiller toute notre Santé Mentale dès le début, elle annule l'effet angoisse, la terreur très progressive qui imprègne les nouvelles de Lovecraft et la plupart des scénarios de l'Appel de Cthulhu. Alors que notre Gwalchmei s'y connaît d'habitude pour ficher la frousse dans ses AVH!
A noter par contre- exemple le moment où l'on entend quelque chose de très gros s'approcher de l'appartement alors qu'on fouille ce dernier, là j'ai eu une bonne bouffée d'angoisse!

Il faut relativiser, l'AVH n'est pas mauvaise en soi. C'est superbement écrit donc très agréable à lire. L'époque années 20 dans la Nouvelle Angleterre est diablement bien retranscrite, les personnages mémorables et les idées de descriptions fichtrement bien trouvées.
Mais comme l'histoire est plutôt linéaire, sa difficulté la plombe trop à mon goût.
Et bien sûr, je suis devenu super exigeant avec Gwalchmei vu la qualité de ses plus récentes AVH.

EDIT : Ta corbeille, tu ne l'as peut-être pas vidée. Si vraiment tu comptes l'abandonner si près du but, tu peux toujours l'envoyer à quelqu'un qui pourrait la relire et te donner son avis avant de te dire qu'elle est mauvaise. Voir la terminer à ta place si vraiment tu n'en peux plus.
Dommage que tu perdes ta motivation après avoir eu une récompense l'année dernière et une AVH publiée.
Répondre
#10
Il m'a fallu un instant pour réaliser que cette aventure a sans doute été écrite pour le même projet de recueil pour lequel j'ai écrit Acqua Alta. A l'époque, j'aurais mieux fait d'y réfléchir à deux fois : je ne déteste pas Lovecraft, mais il m'inspire peu. L'observation de Skarn me paraît très juste : la plupart des aventures inspirées de Lovecraft ne sont en réalité inspirées que par une petite partie de son oeuvre (essentiellement celle sur laquelle est fondée le JDR "L'appel de Cthulhu"). Cela donne à ces aventures des formules assez convenues et prévisibles.

De Profundis a cependant des qualités littéraires très nettes : un bon style, une atmosphère de qualité, des personnages vivants (j'ai beaucoup apprécié la relation entre le héros et Margery). Même si la forme générale de l'histoire est peu surprenante, elle comprend des moments efficaces : l'enquête est intéressante et la confrontation qui démarre l'aventure est vraiment très bien.
Répondre
#11
Mince, j'arrive après la guerre et les feed sont déjà froids ! Merci pour les retours.
Répondre
#12
Jeu lovecraftien assez hallucinant par la maîtrise de l'écriture (à quelques fautes et "mal dit" près), j'envie la plume ou la patte de Gwalchmei. Un art intéressant du petit détail qui caractérise bien un PNJ ou une situation, des ellipses bien pensées lors de scènes difficiles (sexe, mise à mort). Je pense enlever prochainement Gwalchmei et l'enfermer dans ma cave pour qu'il écrive quelques AVH sous mon nom. Mwuhahahahaha.

On reconnaît des hommages ici et là : mise à mort du visiteur = mort d'Abdul Al Azred ; expédition archéologique en Antarctique comme Par-delà les montagnes hallucinées ; médaillon protecteur façon Rôdeur devant le seuil...

Mais peu importent les références, l'histoire est bonne et contée de manière crédible. Les héros peinent à admettre ce qu'ils ont vus, se lancent à tâtons dans une enquête dont le but ne se dessine pas tout de suite : bien, très bien ! Un peu dommage pour trois choses :
1) On peut gagner en ne sachant pas, au fond, ce qui a mené le visiteur mystère du début dans la situation peu enviable qui est la sienne, ni ce qui l'amène chez nous.
2) Je n'ai pas saisi le rapport entre la canne antarctique et ce qui arrive dans les contrées du rêve.
3) Margery ne sert à rien dans trop de situations.
MAIS je précise que tout ce ci ne m'est venu en tête qu'en seconde analyse, car la première lecture a été plus que favorable, preuve que le récit fonctionne tel quel.

J'ai sauté par-dessus les quelques pages de règles, n'ayant pas envie de dégainer mes dés cette après-midi, et je n'ai apparemment pas trop mal fait, le récit-jeu se suffisant à lui-même en termes de suspenses, de mystère, voire d'adrénaline.

Je garderais les intitulés humoristique des situations de peur (voir Ashim ci-dessus).

Ce qu'il manquerait ? Des illustrations. Dans un style noir et gothique. Avec ça, un toilettage des règles qui semblent compliquées pour une aventure courte, et en étoffant de 50§ (ne serait-ce que pour donner une utilité aux objets qu'on peut emmener dans la contrée du rêve), une publication me paraîtrait bienvenue.

On devine qu'une suite devrait venir avec les mêmes héros et ce serait avec intérêt que je lirais cela Smile

Répondre
#13
Merci Dragonides pour le retour ! Content que cette AVH t'a plu .
Comme je le disais, il y avait un projet de publi, mort en route. Et donc oui, il y a des illustrations (une dizaine) en noir et blanc qui ont été réalisées mais que je ne peux pas inclure pour cause de droits.
Pour les règles, j'aurai simplement du m'en passer plutôt que de bricoler un truc indigeste ^^
++
Répondre
#14
ça devait faire un ou deux ans que je n'avais pas lu d'AVH : un récit court d'un très bon auteur est idéal pour se remettre dans le bain. Ceci dit, ceci n'est pas l'AVH la plus réussie de Gwalchmei...

Concernant l’aspect jeu, je trouve les règles un peu trop compliquées pour ce type d’AVH, avec le système de double test dont chacun fonctionne différemment (l’un un test assez classique, l’autre inspiré des Contrées de l’horreur) : une homogénéité aurait été peut-être plus optimale. A vue de nez la difficulté semble élevée (vu l'échec automatique possible).
Pour les combats, on aurait également pu simplifier un peu le système (au moins la localisation des blessures). Et au lieu d’avoir un système de tour par tour, des combats scénarisés auraient été plus approprié pour l’ambiance du récit. Après il s’agit de mon point de vue : je suis plus lecteur que joueur.

Concernant le récit proprement dit, l’univers est bien posé (avec l’allumeur public par exemple), les personnages aussi. Ton style me semble plus sobre que d’habitude : peut-être est-ce un choix valable pour une histoire lovecraftienne mais j'avoue préférer ton style le plus riche. Le scénario demeure assez classique, et je me demande s’il ne serait pas temps de renouveler un peu ce genre d’histoires, d’inventer des trames plus subtiles et originales. Certes ici le scénario fait le lien avec l’histoire personnelle du héros, mais celui-ci paraît assez artificiel.
Au final on passe un bon moment, mais sans de réelles surprises. Je suis donc mitigé mais il est vrai que c'est parce que je mets la barre haute pour Gwalch' Wink

Erratum : « la cerise semble aspirer par un siphon rugissant »
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#15
Hé ! De profundis aura eu pour immense utilité de voir Alendir sortir de sa grotte où il vivait reclus depuis au moins un millénaire ! Désolé toutefois de constater que cette AVH n'a pas été à la hauteur de tes attentes. J'espère que cela ne va pas doucher ton regain de motivation. Merci pour le feed, c'est cool dêtre passé par là ^^
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)