Nils Jacket et le Voleur d'Ombres (JFM)
#16
ah, je viens d'y retourner suite à ton message et ça marchait à nouveau Yep. Le problème était donc temporaire.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#17
D'après les légendes, pour acquérir le secret des runes, Odin passa neuf jours et neuf nuits pendu par les pieds, le flanc percé de sa propre lance, affrontant la souffrance et la folie jusqu'à l'illumination.

Je viens de finir Nils Jacket 3. Après avoir terminé en leur temps Nils Jacket 1 et Nils Jacket 2.

Et je peux vous dire que le Odin, c'était un petit joueur.

En effet, NJ3 a exactement les mêmes qualités que NJ1 et NJ2. Un bon style, une enquête policière intéressante et bien amenée, et une construction absolument remarquable. Cela devrait normalement lui assurer une place de choix sur la scène de la littérature interactive francophone.

Mais il partage aussi le même défaut majeur que ses prédécesseurs, un problème qui dévore tous ses atouts : une difficulté absolument insupportable.

Des efforts ont été fait pourtant. La plupart des indices peuvent être découverts de plusieurs façons, à différents moments, certains sont des substituts pour d'autres, et seul un nombre assez limité d'entre eux sont indispensables pour le final.

Cependant, ces améliorations ne vont pas assez loin.

Le premier coupable est qu'il est tout de même nécessaire de réussir une certaine quête parmi trois mutuellement exclusives pour arriver au bout et que chacune de celles-ci s'approchent du one-true-path, avec des actions précises à faire à des moments précis et d'autres à ne pas faire, des questions à absolument poser et d'autres à éviter... Une structure similaire à Rendez-vous à la Mort, et en pratique plus difficile qu'un one-true-path à chemin unique car vous ignorez si un code donné doit être obtenu ou au contraire fui dans la voie que vous avez choisie.

Le second est ce que j'appellerai le point de rupture Nils Jacket. C'est un sentiment que j'ai ressenti dans les trois aventures, et qui est absolument insupportable : Avoir trouvé la solution en tan que lecteur, avoir ramassé les indices qui correspondent à cette solution, et ne pas parvenir à triompher malgré cela à cause de la construction de l'aventure.

Dans Nils Jacket 1 (version de l'époque, pas lu la version refondue), cela correspondait à (attention, gros gros spoiler) :
Show ContentSpoiler:

Dans Nils Jacket 2 (de même, sacré spoiler) :
Show ContentSpoiler:

Mais Nils Jacket 3 réussit l'exploit de surpasser ces deux moments :
Show ContentSpoiler:

C'est absurde, illogique, introuvable à la loyale. J'ai uniquement découvert la solution car, persuadé que j'étais confronté à un problème de ce genre, j'ai utilisé mes compétences d'informaticien pour rechercher dans toute l'aventure un nom propre particulier, puis remonté le fil.

L'aventure est déjà très dure. Quelle besoin d'utiliser des astuces de construction à la Mason, qui nécessite pour le joueur non seulement de comprendre l'énigme, mais aussi de décomposer la structure même du livre, pour triompher ? Pourquoi ne pas faire utiliser sa montre espion automatiquement à Nils ? Pourquoi user d'une relation indirecte, quasiment mensongère, pour un autre indice chiffré ? Pourquoi ce pic absurde de difficulté ? Pourquoi ?

Ces événements provoquent une frustration énorme. C'est une chose de ne pas trouver la solution. C'en est une autre de l'avoir et de tout de même finir dans une impasse. Cela pourrait même la définition exacte de la mauvaise difficulté : Le moment où le joueur échoue non parce qu'il est mauvais, mais parce que le jeu a un problème.

Nils Jacket 3 fait 1200 paragraphes. Il demande un engagement très fort du lecteur, qui doit constamment noter ce qu'il fait, ne pas se perdre dans les jours, les actions de son personnage, les multiples mots de passe. C'est long et épuisant, et il n'est guère possible d'enchaîner les parties. Même moi, lecteur chevronné, me limitais à une tentative par soir.

Si les échecs commencent à se succéder sans bonne raison, il est fort à parier que la plupart des joueurs abandonneront. Je ne pense pas que ce soit une coïncidence si je suis le premier, deux mois et demi après la sortie de l'œuvre, a annoncé l'avoir finie.

C'est vraiment dommage, car en-dehors de ce problème, c'est une très bonne aventure. Mais ce défaut la démolit complètement et laisse un sentiment amer.

En résumé... Tout pareil que Nils Jacket 1 et 2. Aurait pu être grandiose. Coulé par sa difficulté.

Erreurs relevées :
Show ContentSpoiler:

Et des remarques en vrac :
  • Les trois sœurs sont quand même très proches d'un certain trio de manga, au point que cela en est parfois gênant.
  • Beaucoup de jeux de mots dans les noms, mais pourquoi pas.
  • Ai-je dit à quel point je trouvais idiot que dans les LVH électroniques japonais, il y ait presque toujours une composante drague, et, surtout, que ne pas courir les filles aboutissait forcément à l'échec ? Parce que j'ai très envie de le dire maintenant, je ne sais pas pourquoi.
  • Si certaines journées sont surchargées, il arrive de temps à autre de ne pas savoir quoi faire parce que toutes les actions apparemment utiles sont inactives ce jour-là pour des raisons diverses, et de faire un truc qui ne sert à rien juste pour avancer.
  • La preuve utilisée pour démontrer la culpabilité du voleur d'ombres est tout de même incroyablement fragile. Autant c'est le genre de détails qui tilte tout de suite dans la tête du lecteur, autant que cela convainque la police est assez tiré par les cheveux.
Répondre
#18
Merci Skarn pour ce compte-rendu très bien fait et complet. Smile
Content que les bons points que tu soulignes t'aient plu.

(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : il est tout de même nécessaire de réussir une certaine quête parmi trois mutuellement exclusives pour arriver au bout et que chacune de celles-ci s'approchent du one-true-path, avec des actions précises à faire à des moments précis et d'autres à ne pas faire, des questions à absolument poser et d'autres à éviter...

Sur ce point-là, j'ai pourtant veillé à ce qu'il n'y ait aucune difficulté sur deux de ce que tu appelles "quêtes". Comme je le dis dans la rubrique "SOS Déblocage", il suffit juste de s'intéresser à certains supects, et les changements de points de vue évoqués plus haut dans ce topic sont là pour que le lecteur sache exactement à quoi s'en tenir.


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : C'est un sentiment que j'ai ressenti dans les trois aventures, et qui est absolument insupportable : Avoir trouvé la solution en tan que lecteur, avoir ramassé les indices qui correspondent à cette solution, et ne pas parvenir à triompher malgré cela à cause de la construction de l'aventure.

Je ne suis d'accord pour aucun des Nils Jacket.

Nils Jacket 1 (2 versions) :
Show ContentSpoiler:


Nils Jacket 2 : si tu relis le passage auquel tu fais référence, tu remarqueras que c'est le lecteur trop curieux qui subit le "malus" dont tu parles. Hors, la curiosité, pour un roman policier, ne me paraît nullement contre-intuitive, au contraire.

Nils Jacket 3 : la montre-micro est un accessoire mentionné dès le départ, et rappelé dans la rubrique SOS Déblocage. Si sa présence avait été un leurre, ç'aurait été stupide ; il est donc attendu qu'elle permet d'obtenir des indices. Peut-être aurais-je dû le rappeler dans le texte, comme je l'avais fait dans le tome 1. Peut-être aurais-je dû aussi mettre en gras ce passage dans les règles.


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : L'aventure est déjà très dure. Quelle besoin d'utiliser des astuces de construction à la Mason

Plus généralement, je recours à cette structure pour éviter au lecteur la frustration de trouver la solution par hasard, en testant les solutions à la fin. Il faut avoir démasqué le coupable et réuni les preuves pour accéder au final.

Les indices chiffrés me semblent une bonne solution. Je prépare autre chose pour les tomes 4, 5 et 6 (avant le retour des indices chiffrés au tome 7) ; j'espère que cela te conviendra mieux. Qu'aurais-tu vu pour les tomes 1, 2 et 3 ? (dis-le-moi en MP)


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : AU 1009, j'ai l'impression qu'il manque un lien, vers le 987, pour entrer dans la banque. Sans cela, il est impossible d'accéder au 303

Tu as tout à fait raison !!! Aïe aïe aïe, dans ma version Advelh le lien existe et c'est elle que j'ai testée pour vérifier que tout allait bien...!! Pale
Heureusement que tu l'as vue, car elle doit bloquer les autres lecteurs ! Il faut que je corrige ça au plus vite !


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : AU 1066, il ne semble pas possible d'avoir LYNOCO souligné et PHORAD souligné

Là aussi, tu as raison ; c'est un rajout de dernière minute que j'ai fait en croyant que ça n'avait plus d'incidence... A corriger également...


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : avoir NASEDU souligné avant le 22 semble impossible

Normalement, c'est possible car c'est comme ça dans mon fichier architecture (préalable à l'écriture). A retester.


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : Au 11, il est possible d'avoir sauté une semaine

Là encore, tu as raison. Au moment de la rédaction, je devais être trop la tête dans le guidon pour faire gaffe à ce que j'écrivais. Je vais corriger ça.


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : Au 44, il faut lire « pour vous rendre au musée du Cirque » et non « pour vous rendre au musée des Beaux-Art ».
(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : Au 982, il faut lire mercredi 7 mai, pas 5.

Exact là encore.


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : Au 1067, le premier choix n'est valide que si on avait déjà HOSADU lors de la soirée. Hors, il est possible de l'obtenir après.

L'expression "si vous ne le savez pas déjà" est exclusive. Si tu as eu HOSADU après, tu sais obligatoirement déjà où était ce personnage.


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : Au 1200

J'ai tâché de bien me renseigner sur le milieu de l'art mais n'ai pas pensé à cette solution. Je trouverais un moyen de l'inclure dans une version 3.1 du livre.


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : Les vérifications en soirée (FAUMEN, RENTOP, les analyses...) sont souvent sautées si on a un événement spécial ce jour là (...), mais j'ignore si c'est volontaire ou non.

C'est volontaire quand l'événement prend la soirée et empêche les vérifications en question.

Sinon, j'assume complètement tes 3 premières remarques en vrac.
Quant aux deux dernières :

(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : Si certaines journées sont surchargées, il arrive de temps à autre de ne pas savoir quoi faire parce que toutes les actions apparemment utiles sont inactives ce jour-là pour des raisons diverses, et de faire un truc qui ne sert à rien juste pour avancer.

Je voulais que les lecteurs qui n'avaient pas accompli certaines actions aient le temps de se rattraper. Fatalement, si tu as accompli ces actions dès le début, tu peux avoir ce sentiment.


(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : La preuve utilisée pour démontrer la culpabilité du voleur d'ombres est tout de même incroyablement fragile.

J'ai justement insisté pour montrer que non. Le Voleur d'Ombres ne peut être que
Show ContentSpoiler:


En tous cas, merci pour avoir pris le temps de relever tous ces détails importants.
Répondre
#19
(17/03/2015, 01:31)JFM a écrit :
(13/03/2015, 21:41)Skarn a écrit : AU 1009, j'ai l'impression qu'il manque un lien, vers le 987, pour entrer dans la banque. Sans cela, il est impossible d'accéder au 303

Tu as tout à fait raison !!! Aïe aïe aïe, dans ma version Advelh le lien existe et c'est elle que j'ai testée pour vérifier que tout allait bien...!! Pale
Heureusement que tu l'as vue, car elle doit bloquer les autres lecteurs ! Il faut que je corrige ça au plus vite !

Un malheur n'arrivant jamais seul, mon hébergeur a bloqué mon site car la base de données a trop grossi... Je ne peux pas corriger ce bug... Sad
Heureusement, j'ai pu me rappeler qu'il y avait une autre possibilité d'accéder au 303 sans passer par le 987. ça atténue mon désarroi...

Tes remarques, Skarn, m'ont poussé à me remettre illico à la version 2.1 de Nils Jacket et le Puzzle de l'Oubli. J'ai déjà corrigé un point qui te pose souci (tout en aboutissant au résultat que je souhaitais). De nombreuses courtes nuits à venir pour me dépatouiller de tout ça.^^
En tous cas, dès Nils Jacket 4, fini les organisations avec emploi du temps modulable à la visual novel. Retour à du classique à la Nils Jacket contre l'Agent X.
Répondre
#20
ARRRRRHHHHHHH!!!!!!!!!!!!!!!
J'abandonne après 3 semaines à lire l'AVH plusieurs heures par jour.
J'étais pas loin du but, je pense.
JFM je te hais. ^^

Feedback demain.

Bon finalement, je m'y colle à chaud. Je vais évacuer ma frustration en écrivant !

Nils Jacket, c'est une expérience incroyable. Tant par l'investissement du lecteur que par le travail titanesque de l'auteur. Des deux côtés, il faut une passion hors du commun pour les livres-jeux et les enquêtes policières afin d'en savourer tout le sel.
Investissement du lecteur car, tant par la longueur de l'AVH que par sa difficulté, il faut compter à la fois des dizaines d'heures de lecture en concentration optimale avec des prises de note incessantes pour espérer en voir le bout. Boulot monstrueux de JFM, toujours en raison de sa longueur mais aussi parce que l'ensemble est un édifice à l'architecture ultra-complexe qui ne tolère aucune brique mal placée...

L'ensemble respire l'originalité et l'intelligence.
Quel autre LDVELH peut se targuer de comporter 1200 paragraphes, longs pour la plupart, proposant de se glisser dans la peau d'un détective sur une durée totale d'un mois avec presque aucune ellipse temporelle, chaque jour étant vécu, décrit dans leur globalité, des repas pris aux informations télévisées en passant par la drague incessante de notre secrétaire ? Mais si on ajoute à cela une réelle qualité littéraire avec une foule de personnages aux caractères bien dessinés, avec qui l'on va interagir de manière très profonde, nous offrant des dialogues truculents, des saillies humoristiques qui font mouche ou encore une fluidité narrative irréprochable, on a envie de crier au génie.
Pour clore le chapitre de ce que j'ai aimé, mention spéciale au personnage de Ducult et ses réactions tellement... méprisables mais humaines. Un gars à la fois agaçant et sympathique. Les caricatures telles que Pumar ou Firginie font quand même bien sourire. La description de la discothèque et de sa clientèle qui font bien froid dans le dos.

Plusieurs fois en tout cas au cours de cette aventure, j'en ai eu envie, de crier au génie. Mais tout aussi souvent j'ai eu envie de demander à l'auteur s'il n'était pas vicieux, sadique... ou même déconnecté de la réalité !

Donc maintenant que les qualités énormes de l'ouvrage ont été soulignées, on peut se défouler.
Enfin non, je vais juste raconter mon expérience NJ3. A partir de maintenant, SPOILERS à foison. Ceux qui veulent lire l'aventure, ils devraient s'arrêter ici.
Répondre
#21
Très motivé par mon succès lors de l'épisode précédent, le Puzzle de l'Oubli, j'ai attaqué cet opus avec envie, impatience et un peu d'appréhension face à ce qui m'attendait. Connaissant la difficulté extrême de la série, j'ai voulu lire avec méthode en établissant un code-couleur pour chaque paragraphe parcouru, en notant tous les mots-clés demandés, leur signification ; en notant les dates précises qui peuvent nous renvoyer à de nouveaux paragraphes. J'ai complété minutieusement ce fichier excel au fil de mes lectures et c'est sans doute pourquoi j'ai passé trois semaines à faire seulement quatre tentatives complètes (deux à trois heures par jour en moyenne). C'est sans compter un cahier papier dans lequel je mettais à jour mon calendrier, les mots-clés, les numéros et RDV à noter, etc...

Lors de ma première tentative, j'ai eu la chance (l'intuition?) de tomber directement sur les gros indices concernant l'implication de Thanos : sa voiture, Sonia qui s'ammourache de moi... Mais je me suis dit que c'était trop gros, trop simple. J'ai repensé à l'aventure précédente, me suis dit que le coupable devait être quelqu'un à l'identité surprenante. Son positionnement lors des vols, son acharnement contre Ducult (Thanos n'a-t-il pas dit que la magie c'était de reporter l'attention sur autre chose?), sa bêtise apparente m'ont fait alors soupçonner notre allié l'Inspecteur. C'est lui que j'ai accusé à la fin mais faute de preuves, chou blanc.
Deuxième essai, j'ai nagé dans le flou. Les fausses pistes s'accumulaient. Finalement, le comportement trouble de Dépreaux et son écriture m'ont poussé à accuser ce dernier. Echec total.
Troisième essai, beaucoup mieux ! Les nouvelles pistes se succèdent. Je remonte presque jusqu'au bout celle de la peinture sur les murs, l'arme du crime et surtout, découvre comment Thanos vole (ou essaie de voler) les tableaux avec sa silhouette fluctuante. Je l'accuse, le pousse dans ses retranchements mais il me manque la preuve finale. Je suis quasi-certain que le Mulot que j'ai raté au bar pourrait me donner celle-ci et j'attaque ma 4ème tentative, ivre d'allégresse.
Quatrième et dernière lecture. Le système liberté totale avec une foule de pistes à suivre dévoile ses limites. Je passe certaines journées à ne rien apprendre de nouveau et à vouloir faire défiler le temps, ne sachant ou trouver de nouveaux indices. Je pense mieux comprendre les sœurs. Elles semblent à la fois alliées et « pigeons » de Thanos. Je découvre la piste du faussaire mais elle ne m'apprend rien d'intéressant, il aurait fallu la suivre avant qu'il ne soit tué. J'en profite pour explorer d'autres voies mais ne parvient pas à vraiment sympathiser avec Narjis ou Odile, ni à séduire Samantha. Les voyages d'une journée semblent être des pièges-à-con. J'entends le témoignage du Mulot (en trichant avec des retours-arrière, c'est trop retors pour le coincer) et suis déçu. Au lieu d'enfoncer Thanos, il ne fait que me reporter l'attention sur Dépreaux que j'avais précédemment soupçonné. Mais celui-ci ne peut être le voleur d'ombres puisqu'il est handicapé ! Il est donc l'allié du véritable voleur, (l'inspecteur?), écrivant pour lui ses messages d'annonce ? Ou alors, Thanos et Dépreaux ne sont qu'une seule et même personne ?? Je suis complètement paumé.
J'arrive au 1000 le moral en berne, pour ne pas dire dégoûté, et me rends compte, comme pour Nils Jacket 1, qu'on ne peut même pas tricher pour connaître le fin mot de l'histoire. Juste un zieutage sur un paragraphe accessible avec Tituan souligné (je l'avais mais pas souligné) m'apprend que Thanos et les sœurs sont bien alliées mais ne sont pas les voleurs d'ombres... Ok, je jette l'éponge.

Un regard en diagonale sur les « coups de pouce » de l'auteur me font regretter de ne pas les avoir consultés après mon troisième échec. J'avais hésité. Si je l'avais fait, j'aurais accompli ma 4ème tentative avec encore plus de méthode et peut-être réussi (soyons utopiques). Mais là je n'ai plus la force, c'est fini.

Je sais que Nils Jacket a désormais son fan-club et c'est bien mérité. Il m'a suffi de voir le nombre de téléchargements quand je l'ai moi-même prise pour le comprendre. Il n'empêche que ces enquêtes gagneraient beaucoup à être plus abordables pour le « grand public ». Elles sont d'une telle complexité que ça ne les rendraient pas plus fades. C'était déjà ce que je disais à la fin du tome 1 (enfin après mon abandon du tome 1), même à la fin du tome 2 que j'avais pourtant réussi. Malheureusement la tendance n'est pas à plus de facilité.

Mais ma plus grande déception ne vient pas tant de ça. J'avais vraiment aimé le tome 2 et si je m'étais accroché, c'était pour plusieurs raisons majeures :

Beaucoup de scènes d'action ou stressantes, écrites avec brio. La scène des toilettes avec « Harry Potter » est pour moi un passage mythique de ma mémoire des AVH au même titre que la scène avec les membres de la famille attablés dans Labyrinthe, la fusillade générale à la fin de 1930 ou la séquence d'apnée dans La Chûte. Quand on devait dissimuler la valise, quand on devait s'enfuir de l'hôtel, puis toute la séquence finale dans la propriété en dehors de la ville, bon sang ça envoyait du pâté !

Un réel sentiment de progression à chaque tentative, dû au nombre de pistes à explorer un peu plus limité mais au plus grand nombre d'évènements inattendus survenant dans le calendrier. C'était motivant et donnait l'envie d'aller plus loin. Je n'avais pas le sentiment d'être tourné en bourrique. Seulement celui d'être bloqué mais que la clé n'était jamais très loin.

Un cadre très intéressant avec cette ville de Genève et sa mafia. J'avais adoré les descriptions du Jet d'Eau et la sensation d'évoluer dans un périmètre précis, pouvant s'élargir au fil de notre enquête.

Enfin, une structure digne d'une vraie AVH et non pas un Agatha Christie amélioré et adapté au format livre-jeu.

J'ai donc été un peu déçu de ne pas retrouver ces ingrédients dans le Voleur d'Ombres qui ressemble bien plus à Nils Jacket contre l'Agent X, le premier épisode.
Ici, très peu de séquences mouvementées ou stressantes. Les brèves poursuites du voleur ou l'enquête autour de la boîte de nuit ne suffisent pas. Un code Phytou juste pour la forme qui va seulement servir à parfois nous bloquer. Finalement, c'était bien de mourir de temps en temps dans NJ2 ! ^^ Peut-être JFM que tu vas me répondre que j'ai loupé de super scènes d'action comme le convoi dont tu m'avais parlé dans NJ1. Ben alors, oui je les ai loupées...

Le sentiment de progression à chaque essai est vite annihilé quand on se rend compte que les fausses pistes sont nombreuses. Ou pire, que tout est lié mais que l'on n'y comprend rien.

Je n'ai pas aimé que la ville ne soit pas nommée au final. Je suis presque certain que tu as pensé à une ville précise alors c'est dommage de ne pas avoir poussé le raisonnement jusqu'au bout comme pour Genève.

Enfin, à nouveau cette structure avec encore et toujours les mêmes propositions de piste à explorer qui s'étoffent progressivement au fil des évènements. Le tout rythmé par les vols de tableaux et deux meurtres, ainsi que par l'irruption de deux « ex » acariâtres. C'est fade par rapport aux rebondissements dans NJ2 !

C'est quand même rageant de consacrer autant de temps de lecture pour un résultat si frustrant au final. Après je ne vais pas jouer les Pleureuses. Ce n'était pas du temps perdu. J'ai pris un grand plaisir à lire cette aventure et à trouver de nouveaux indices car c'est très bien écrit, les personnages sont intéressants, amusants et l'histoire est sympa. Mais là JFM, j'aimerais vraiment que tu me donnes le cheminement à partir du paragraphe 1000 avec les codes et chiffres qui me manquent pour pouvoir lire la conclusion. S'il te plaît. Et par pitié, pas de réponse avec « je vais te donner des indices supplémentaires pour que tu gardes le plaisir de trouver toi-même. » !
Je veux juste connaître le mot de la fin de cette chouette enquête qui m'a vu me chipouiller, séduire et tenir la dragée haute à toute une galerie de personnages marquants qui me sont devenus familiers.

J'aurais quand même un meilleur souvenir de NJ3 que de NJ1 car j'étais plus près du but. C'est ça le pire. De savoir viscéralement que mon ressenti final serait très positif si j'avais réussi cette aventure sans tricher et sans renoncer !
Il faut vraiment que le tome 4 soit plus facile. Beaucoup plus facile. Pour moi en tout cas.

EDIT : En lisant les feeds, je viens d'apprendre que le voleur d'ombres était Ducult. J'y avais pensé à un moment. Dans ma logique "JFM joue avec son lecteur et nous envoie de la poudre aux yeux, il va rendre coupable celui qui ne pouvait pas être coupable tellement c'était gros." Mais je n'ai pas poursuivi avec cette piste, dommage pour moi.
Mais de lire le feed de Skarn sur la solution atténue un peu mes regrets Smile
Répondre
#22
Merci pour ton feedback complet, Fitz.

La première partie de tes commentaires m'a évidemment fait très plaisir.
Ainsi que ton commentaire sur les WC.^^

En donnant accès à tout, sans possibilité de mourir (en fait si, mais il faut le chercher), en ajoutant des scènes "off" donnant de précieux indices, je pensais réellement avoir diminué la difficulté.
Cette structure "visual novel" m'a pris beaucoup de temps, et de toutes façons je ne voulais plus la reprendre, mais ton feedback me confirme que c'est au contraire une structure plus dirigiste, plus compacte qui améliorera cet aspect.

Bon, le bug signalé par Skarn au §1009 n'a pas dû aider, car c'est la façon la plus simple de gagner, mais il y a un certain nombre d'autres voies pour réussir.
Je ne peux pas le corriger sans faire une modification d'hébergement de mon site. Et cette modification obligerait à fermer le site pendant l'opération. Je vais donc attendre avril pour m'y atteler.

Le tome 4 sera plus facile. Déjà, parce que l'angle d'attaque de ce futur tome que j'avais prévu enlèvera une grosse difficulté. Mais au vu de vos nouveaux feedbacks, et même si j'ai des retours qui louent mes constructions, je souhaite vraiment moins de tentatives pour parvenir à la solution.

Néanmoins, dans ton cas, je pense que tu devais avoir tous les éléments (ou pas loin) pour trouver le ou les coupable(s). Je te fais un MP.


(26/03/2015, 19:04)Fitz a écrit : (en trichant avec des retours-arrière, c'est trop retors pour le coincer)

J'ai voulu mettre une difficulté à cet endroit pour que sa capture soit une satisfaction au lecteur (alors dûment récompensé).


(26/03/2015, 19:04)Fitz a écrit : Un regard en diagonale sur les « coups de pouce » de l'auteur me font regretter de ne pas les avoir consultés après mon troisième échec. J'avais hésité. Si je l'avais fait, j'aurais accompli ma 4ème tentative avec encore plus de méthode et peut-être réussi (soyons utopiques).

Ne pas hésiter à les regarder dès la deuxième tentative, si tu crains de passer trop de temps à investiguer.


(26/03/2015, 19:04)Fitz a écrit : Je n'ai pas aimé que la ville ne soit pas nommée au final. Je suis presque certain que tu as pensé à une ville précise alors c'est dommage de ne pas avoir poussé le raisonnement jusqu'au bout comme pour Genève.

J'ai pensé à plusieurs villes, comme dans le tome 1. Et j'ai peur de limiter ma créativité en choisissant une ville existante, car automatiquement je passerai beaucoup de temps à me renseigner sur ce cadre, comme je l'ai fait avec Genève (avec prises de photos sur place et tout).

Le tome 4 ne se déroulera pas dans une ville (ni le 5, ni le 6), le problème est réglé.^^

Au pire j'ai déjà pris des photos pour le tome 7 (qui sera dans un lieu existant).^^


(26/03/2015, 19:04)Fitz a écrit : J'ai donc été un peu déçu de ne pas retrouver ces ingrédients dans le Voleur d'Ombres qui ressemble bien plus à Nils Jacket contre l'Agent X, le premier épisode.

Là encore, je te le redis : relis le tome 1 (surtout maintenant qu'il est enfin corrigé). Car si deux tomes se ressemblent dans la série, c'est le 1 et le 2.

Mon but était justement de faire différent cette fois-ci. Un aspect plus "visual novel", avec vie de tous les jours normale et accélération du battement de coeur au moment des vols annoncés.
Répondre
#23
Bonjour,
Ce troisième épisode de Nils Jacket a été globalement une excellente surprise. J’avais tenté les deux premiers et je m’étais cassé les dents dessus. Je dois être un peu cruche mais je les avais trouvés d’une difficulté considérable. Même s’ils étaient écrits de façon magistrale et qu’il était visible qu’ils avaient dû représenter un travail de titan pour l’auteur, cette difficulté me les avaient rendus foncièrement frustrants. Cet épisode étant un peu plus facile, j’y ai pris plus de plaisir. Bon, disons-le, il reste difficile. Avec l’expérience des deux premiers volumes, j’anticipais que l’aventure serait impossible à finir en moins de trouzmille tentatives sans tricher. J’ai donc choisi de tricher éhontément (à chaque embranchement ou presque, avant de choisir une voie, je jetais un coup d’œil sur chaque possibilité, même si je n’avais pas le mot de passe requis). Bouhh ! Honte à moi ! Sauf que, même en jouant comme ça, je n’ai pas pu réussir lors de ma première tentative. Mais j’avais alors à peu près compris toute l’affaire et je savais quels éléments me manquaient pour réussir lors de ma deuxième tentative (je n’ai pas encore rejoué cette deuxième tentative puisqu’il me restait à lire plusieurs AVH en course pour le Yaztromo).
Je vais maintenant aborder le seul vrai défaut de cette AVH à mes yeux : elle est looooooooooongue ! Très très longue. Ce ne serait pas du tout problématique si une lecture suffisait à gagner. Mais compte-tenu des multiples lectures imposées par la difficulté, cette longueur devient handicapante. Si je n’avais pas triché, je n’aurais pas dénoué les fils du mystère en une seule tentative et il m’en aurait très certainement fallu deux ou trois supplémentaires pour ça (au moins). Avec une AVH aussi longue, cela aurait été inenvisageable pour moi et j’aurais sans doute abandonné purement et simplement.
Concernant l’histoire en elle-même maintenant, chapeau à l’auteur. Pour moi, c’est, de loin, la meilleure intrigue policière des trois (et Dieu sait que les deux premières étaient déjà très bonnes). Elle est intelligente, originale, pleine de mystères et de personnages hauts en couleur… Bref, bravo ! Elle tient sans problème la dragée haute à de nombreux livres policiers en vente dans le commerce. En fait, plus j’y pense et plus je me dis que l’auteur devrait écrire de vrais livres policiers plutôt que des AVH : ses intrigues (et son écriture) sont formidables, mais elles sont tellement tordues (ce qui est formidable dans un roman) qu’elles en deviennent difficiles à démêler dans le cadre d’une AVH. Pour finir, un autre bon point : il n’y a pas de dés à utiliser, de règles à aller consulter constamment, etc., ce qui est une excellente chose pour faciliter l’immersion.
Répondre
#24
Merci beaucoup pour ce retour, Ethelred. Smile

Si le problème de difficulté, je l'avais mal vu venir, j'étais conscient du souci de longueur, car il s'est posé à moi aussi en tant qu'auteur. Mais j'étais lancé dans cet aspect "visual novel", et je voulais le mener au bout. Je suis plutôt content du résultat compte tenu de ce but que je cherchais à atteindre, mais je ne veux plus suivre ce schéma à l'avenir. Je reviendrai à une structure style l'Agent X, plus simple.
Réécrire ce 1er tome m'a vraiment donné envie d'une structure plus simple.
Je te conseille d'ailleurs de te remettre à Nils Jacket contre l'Agent X : la difficulté a nettement diminué. Je dis pas qu'il n'est pas difficile, mais tu devrais pouvoir vite accéder au coeur de l'intrigue dorénavant.

Ecrire des romans policiers dont on n'est pas le héros ?
J'y ai déjà pensé, mais dur de ne pas refaire involontairement ce qui a déjà été fait. Alors que le territoire de l'interactif reste quasi vierge ; je peux inventer des intrigues spécialement conçues pour ce support. Qui ne marcheraient pas aussi bien sur support non-interactif. C'est encore plus vrai dans les deux premiers tomes.
Un peu ce qu'a fait Paul Mason.
Un far west littéraire à découvrir et conquérir.
Répondre
#25
Filles d'aujourd'hui, enfants de la forme, nous aimons rire et danser... Vienne minuit, quand d'autres s'endorment, nous devenons pour la nuit...

(J'ai vraiment bien ri la première fois où je suis arrivé au café.)

Il est encore trop tôt pour que je fasse des commentaires généraux... parce que je suis visiblement encore bien loin d'avoir réussi l'aventure ! Je me contenterai donc d'une petite critique que j'ai déjà faite pour les opus précédents...

Le passé simple ! JFM ! Je t'avais dit de ne plus utiliser ce putain de temps ! Si la narration était à la première personne, ça ne gênerait pas, mais la deuxième personne du pluriel du passé simple est quelque chose d'indiciblement ridicule dans un roman lorsqu'il n'a pas au moins deux siècles. Les "vous conclûtes", "vous croisâtes" et autres "vous assurâtes" (sans parler de l'inénarrable "vous vous mangeâtes un pain") sont instantanément indigestes.

C'est d'autant plus fâcheux que, mis à part ce problème, le style est vraiment d'excellente qualité.
Répondre
#26
J'assume complètement le passé simple, et redonner ses lettres de noblesse à la 2ème personne de ce temps me ravit. Même si elle m'a posé plusieurs difficultés pendant la rédaction.
J'avais commencé au présent, et l'histoire durant plus longtemps que les autres tomes, très vite ce que j'écrivais ne me plaisait pas, le présent ne me convenait pas.
Répondre
#27
J'aurais dû terminer cette AVH il y a déjà bien longtemps, mais elle est d'une telle longueur (d'autant qu'il n'est pas possible de se faire tuer en cours de route, contrairement aux deux opus précédents) qu'il faut avoir du temps devant soi pour s'y lancer et qu'il est difficile de réessayer juste après un échec.

Maintenant que c'est fait, je vais essayer de livrer mes impressions générales... ce qui n'est si facile pour une oeuvre de cette taille !

Si on excepte l'usage du passé simple (dont je me suis déjà suffisamment plaint), le style est excellent et contribue très bien à l'atmosphère de l'histoire. Les personnages sont hauts en couleur, les dialogues sont vifs et il y a une multitude de scénettes sympathiques et distrayantes.

Même si le scénario est sérieux, il flotte sur l'histoire un parfum discrètement fantaisiste : les noms quelquefois comiques, le caractère outrancier de certains personnages, la présence des cousines des Cat's Eyes... On retrouvait la même impression dans NJ1 (pas tellement dans NJ2, où l'atmosphère était assez différente).

La structure de l'aventure nous laisse une grande liberté dans la gestion de notre emploi du temps, ce qui est intéressant. Ca augmente beaucoup les chances du joueur de saisir certaines des informations dont il a besoin. En revanche, il est vrai qu'un joueur qui a déjà fait plusieurs tentatives va devoir meubler certaines de ses journées avec des décisions qu'il sait être inutiles. De manière générale, j'ai apprécié cette grande liberté, qui donne beaucoup d'initiative au joueur. Les paragraphes où l'on se retrouve à chaque demi-journée sont cependant un petit peu lourds (je pense notamment au 341, auquel on passe obligatoirement à chaque midi pour se voir poser deux questions qui ne restent pas pertinentes bien longtemps).

Concernant l'évolution de mon raisonnement au fil des tentatives, je ne me souviens pas de tous les détails, mais je suis essentiellement passé par deux suspects erronés :


Show ContentSpoiler:


Concernant l'identité du coupable :


Show ContentSpoiler:


Pour conclure, une théorie personnelle et purement gratuite concernant le dernier paragraphe :


Show ContentSpoiler:
Répondre
#28
Pour les prochains Nils Jacket, je ne conserverai pas la structure en emploi du temps. Si elle convient bien à un format tablette et si elle offre une liberté de mouvement, elle est très exigeante pour l'auteur et elle a ses limites, comme le §341 que tu cites.
Je reviendrai à une structure à la Nils Jacket contre l'Agent X.

Pour le, la ou les coupable(s), c'est le faisceau de preuves qui fait foi. La liste d'Amy au §573 indique le profil factuel du Voleur d'Ombres. Qui remplit tous les critères ? Les points 6, 8, 9 et 10, notamment.


(17/08/2015, 20:14)Outremer a écrit :
Show ContentSpoiler:
Il me semblait justement avoir tourné mes phrases de manière à ce qu'elles puissent être comprises dans le sens
Show ContentSpoiler:
Répondre
#29
(17/08/2015, 23:15)JFM a écrit : Pour le, la ou les coupable(s), c'est le faisceau de preuves qui fait foi. La liste d'Amy au §573 indique le profil factuel du Voleur d'Ombres. Qui remplit tous les critères ? Les points 6, 8, 9 et 10, notamment.

C'est vrai, la conclusion quant à l'identité du coupable est logique, mais c'est une logique contre laquelle je m'étais vacciné au point qu'il m'a été difficile d'y revenir.

Show ContentSpoiler:



Un petit détail pas bien important :

Show ContentSpoiler:
Répondre
#30
(19/08/2015, 19:41)Outremer a écrit : c'est une logique contre laquelle je m'étais vacciné au point qu'il m'a été difficile d'y revenir.

N'est-ce pas justement ce que recherche l'auteur de roman policier : t'amener à soupçonner tout le monde sauf le coupable ?


(19/08/2015, 19:41)Outremer a écrit : Un petit détail pas bien important

Bien vu pour la présence de photo/l'absence de nom. Petit détail, mais à affiner à l'occasion.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)