Vers le crépuscule
#1
Vers le crépuscule nous met dans la peau d'un apprenti aventurier qui se retrouve engagé de force dans une guerre dont l'envergure le dépasse totalement. Laissé pour mort après une rencontre désastreuse avec un dragon, il n'a dès lors plus qu'une seule idée en tête : déserter. Mais dans un monde où la nécromancie est chose courante, errer au milieu d'une marée de corps encore frais n'a rien d'une sinécure. Pillards, goules et mêmes survivants lui donneront bien du fil à retordre.

Comme Outremer l'a fait lui-même remarquer, cette aventure est dans la même veine que son propre Yaz' d'Or, Interlude Sylvain. Mais c'est un peu l'envers du décor : là où Faery se déroulait dans une forêt enchantée, merveilleuse et mettait en avant la vie, avec son célèbre héros bon vivant et musicien, le Crépuscule est sombre, sanglant, tournant autour d'une guerre extrêmement meurtrière et très probablement inutile.

La ressemblance est plutôt dans la construction, fortement non-linéaire, avec un ensemble de scénettes parmi lesquelles le héros navigue presque librement, des rencontres avec des personnages haut en couleurs.

À ce sujet, j'aime beaucoup l'univers, avec de la fantasy complètement assumée. Les deux armées se composent bien sûrs majoritairement d'êtres humains, mais plutôt que les traditionnels elfes et nains, leurs alliés sont des géants, des centaures, des minotaures... Et cela est vrai dans les deux camps, ou du moins j'en ai eu l'impression. Il n'y a pas les gentilles races nobles (comprendre : humanoïdes) qui combattent les méchantes races du chaos (comprendre : le reste) comme dans beaucoup trop d'histoires. Et en même temps, les premières armes à feu sont déjà présentes, fort efficaces, et utilisées également par des peuples fantastiques d'ordinaire dans le trip « La nature c'est cool, la technologie c'est mal ».

Bref, c'est non-manichéen et même si beaucoup de classiques sont présents (aucune créature 100% nouvelle), ils sont traités avec une grande dose d'originalité à chaque fois.

Le système de jeu, qui est le même que dans Soixante-dix minutes de la vie d'une mercenaire , tourne bien et est très dynamique. Il m'a semblé équilibré, mais je n'ai pas posé les équations pour le vérifier. En particulier, 12 points pour la Volonté m'a semblé une bonne valeur, ni trop élevée ni trop basse.

Le seul reproche que je pourrais faire à l'aventure est son final. S'il est très bon d'un point de vue jeu, avec des réminiscences de L'Arpenteur de la Lune, il est un peu tiré par les cheveux scénaristiquement, aussi bien sur sa raison d'être que sur son déroulement (le héros a quand même du bol d'avoir trouvé des objets pile-poil adaptés aux pouvoirs de l'ennemi). Également, j'ai trouvé la conclusion un peu expédiée, avec énormément de points en suspens (par exemple, j'avais Étincelle et un Anneau d'Onyx encore intact, mais personne n'en reparle).

Ce détail mis à part, je vais résumer en disant simplement que je vais dès maintenant faire le deuil de mes chances au Yaz'.

Autres remarques en vrac :
  • Pourquoi je me fais toujours avoir par les gorgones ?
  • La scène de la valkyrie me fait penser à la scène avec la Mort dans Ultima Dea. Paranoïa, coïncidence, plagiat commun d'une troisième œuvre ?
  • Les spectres, c'est mes amis.
  • Comme surnom, je propose « Le type qui a bien de la chance d'avoir une sœur aussi douée ». Sérieusement, ses potions de soin sont tellement puissantes que je m'attendais à tout moment à une révélation à ce sujet.

Bonus :
Pour le plaisir, voici quelques achievements que vous pouvez essayer de débloquer :
Charmeur d'hybrides : Obtenir les codes Étincelle, Résonnance et le pendentif d'ambre
Winners take drugs : Absorber un produit fortement dopant
Collectionneur : Posséder 5 des 6 objets finaux (impossible d'avoir les 6 en un seul parcours)
Répondre
#2
(01/01/2014, 18:05)Skarn a écrit : Et en même temps, les premières armes à feu sont déjà présentes, fort efficaces, et utilisées également par des peuples fantastiques d'ordinaire dans le trip « La nature c'est cool, la technologie c'est mal ».

Je trouve depuis longtemps regrettable que les armes à feu brillent généralement par leur inexistence dans les oeuvres d'heroic fantasy (même celles qui sont plus inspirées de la Renaissance que du Moyen-Age). J'en avais déjà mis dans "Le château du sorcier", d'ailleurs.

Citation :le héros a quand même du bol d'avoir trouvé des objets pile-poil adaptés aux pouvoirs de l'ennemi

J'imagine que nous avons tous en nous quelque chose de Livingstone.

Citation :Également, j'ai trouvé la conclusion un peu expédiée, avec énormément de points en suspens

C'est vrai, mais je ne voulais pas faire traîner en longueur ce qui suit la confrontation finale. Du coup, j'ai décidé que le héros serait si épuisé qu'il ne pourrait plus que faire quelques pas avant de tomber endormi et qu'il remettrait toutes ses préoccupations restantes au lendemain.

Citation :[*]Pourquoi je me fais toujours avoir par les gorgones ?

Aussi, pourquoi s'acharner à vouloir les regarder au fond des yeux ?

Citation :[*]La scène de la valkyrie me fait penser à la scène avec la Mort dans Ultima Dea. Paranoïa, coïncidence, plagiat commun d'une troisième œuvre ?

Il est souvent difficile d'avoir une idée claire de tout ce qui a pu nous inspirer, mais pour le cas présent, je pense que c'est une coïncidence.

Citation :[*]Comme surnom, je propose « Le type qui a bien de la chance d'avoir une sœur aussi douée ». Sérieusement, ses potions de soin sont tellement puissantes que je m'attendais à tout moment à une révélation à ce sujet.

Si jamais j'écrivais une série entière, j'imagine que la dernière aventure avant le retour au village devrait avoir pour seul but de trouver un cadeau suffisamment colossal pour remercier notre frangine !


Merci pour tes commentaires !



AJOUT : Dans un élan d'énergie, j'ai inséré des liens cliquables pour faciliter la navigation.
Répondre
#3
Après m'être fait étriper par une super goule, j'ai terminé l'aventure lors de ma seconde tentative (bien qu'il s'en est fallu d'un cheveu pour que la confrontation finale ne m'expédie tout droit vers une troisième.)

Comme l'aventure est peu linéaire et que j'ai le sentiment d'être passé à côté de pas mal de choses, je vais la refaire avant de donner mon sentiment définitif.

Je n'ai pas lu Interlude Sylvain, mais la diversités des créatures et des situations rencontrées m'a fait penser à Labyrinthe (et au Château du sorcier pour le final.) Le contexte s'y prête par ailleurs particulièrement bien. A ce titre j'ai trouvé que :
Show ContentSpoiler:
Répondre
#4
Tu sais, le sphinx de la mythologie grecque n'était pas précisément connu pour l'aide compatissante qu'il apportait à ceux qui croisaient sa route !

Show ContentSpoiler:



Tiens, ça me fait penser : Skarn, combien t'a-t-il fallu de tentatives pour gagner ?
Répondre
#5
(05/01/2014, 19:48)Outremer a écrit : Tiens, ça me fait penser : Skarn, combien t'a-t-il fallu de tentatives pour gagner ?

4 je dirais. Je suis sûr d'avoir contemplé un regard d'or la première fois, j'ai perdu à un cheveu contre le boss final la seconde (manque d'équipement), j'ai échoué au jeu des énigmes à la troisième (j'avais compris le sens de la devinette, mais l'intérêt non belliqueux des armes à feu m'avait échappé), et je pense que j'ai dû triompher à quatrième.
Répondre
#6
Je viens de terminer cette AVH et malgré trois essai, je n'ai toujours pas gagné. J'ai donc fini par tricher. Il faut dire que lors du deuxième essai, j'étais devant la nécromancienne mais je n'avais aucun objet. Après quand la chance ne veut pas sourire...

Globalement je dirais que l'aventure est plutôt courte mais sympathique mettant en œuvre tout d'abord une scène de bataille où les soldats savent qu'ils marchent vers leur mort. L'autre point positif est la non-linéarité qui s'inscrit tout le long du livre. Durant toute l'histoire, on ne s'ennuie pas et le combat final est de qualité. Enfin j'aime bien le style employé tout le long de l'aventure.

Viennent ensuite les points négatifs qui sont pour la plupart d'entre eux des détails.
-Terminer l'aventure à la loyale, c'est très (trop?) complexe. Il y a beaucoup trop de tests à effectuer et de combats avant d'atteindre le boss final. Si on a eu le mérite d'arriver jusque là, il faut en plus avoir acquis de nombreux objets ainsi qu'un mot code indispensable. En plus atteindre 15 points de succès alors que la recherche de tous les objets relèvent de l'OTP, c'est injouable si on n'a plus de potion. Et même avec une potion de soin en rab, nos chances de sucés sont fragiles. Pour en revenir à la nécromancienne, il y a un manque de cohérence. Si on possède le mot étincelle, elle se venge et désintègre en un seul coup notre alliée. Et contre nous? Elle ne dispose pas de ce sort? Elle ne peut pas faire à un simple aventurier n'ayant pas l'expérience du combat ce qu'elle peut faire à une centauresse aguerrie? Par ailleurs, il est inutile de se demander ce qui est arrivé à cette dernière alors que l'on se doute très bien de son destin.
-Dés le prologue, on se fait enrôler comme ça? Je veux bien croire que l'armée Avelloise est en manque d'effectifs pour partir au combat mais elle manque sacrément,t de vigilance pour ne pas se renseigner sur nous.? Et si on était un espion de de Fervais et que l'on avait pour but de se sacrifier pour mener l'armée Avelloise à sa perte?
-Lorsque le héros se réveille, il n'a pas pensé à enlever l’uniforme alors qu'il aurait été plus sage d'agir ainsi état donné que personne ne le connait. Jamais on aurait pensé qu'il s'agisse d'un déserteur.
-Le pillard que l'on rencontre: ces personnes ont pour but de détrousser les aventuriers qu'ils croisent. or si on lui montre que l'on ne lui veut pas de mal, il ne cherche pas à s'emparer de notre équipement. De plus, les pillard agissent plutôt en bande qu'en solo, leurs chances de réussite étant meilleures dans le premier cas
-Au paragraphe 18, il y a deux propositions qui mènent au paragraphe 27. j'ai trouvé cela incongru. Il aurait mieux valu que tu réunisse les deux conditions en une "si vous êtes encore vivant après trois assauts, rendez vous au 27". d'autant plus qu'à ce paragraphe, je ne vois pas l’intérêt d'avoir réalisé des points de succès. D'ailleurs le loup démoniaque est bien trop fort. Alors qu'il s'agit du premier combat, il possède autant de points seuils que sa maitresse.
-Au paragraphe 58, je trouve absurde de dire que l'homme est un danger surtout pour lui-même alors qu'il vient de nous agresser juste avant. Non, il est un danger public.
-la fin: on est bien amoché et on va partir pour la forêt après un combat épuisant qui a dépensé nos ressources et que l'on est blessé au bras? Le héros est bien téméraire.

Voilà, voilou
Répondre
#7
(06/01/2014, 21:14)titipolo a écrit : -Terminer l'aventure à la loyale, c'est très (trop?) complexe. Il y a beaucoup trop de tests à effectuer et de combats avant d'atteindre le boss final.

Je te remercie de me le dire. Je vais attendre les retours futurs et, si la plupart des joueurs sont de ton avis, je diminuerai un peu la difficulté une fois que le concours sera terminé.


Citation :Si on possède le mot étincelle, elle se venge et désintègre en un seul coup notre alliée.

La formulation n'est peut-être pas claire. En écrivant "avant qu'une explosion ne la fasse disparaître à vos yeux", je ne voulais pas dire que notre alliée s'éparpillait dans l'air sous la forme d'une explosion de chair brûlée, mais simplement que l'explosion provoquée par le sort la dissimulait à nos yeux (le héros est loin d'elle, il ne peut pas voir si elle est effectivement morte).


Citation :-Dés le prologue, on se fait enrôler comme ça? Je veux bien croire que l'armée Avelloise est en manque d'effectifs pour partir au combat mais elle manque sacrément,t de vigilance pour ne pas se renseigner sur nous.? Et si on était un espion de de Fervais et que l'on avait pour but de se sacrifier pour mener l'armée Avelloise à sa perte?

Comment ferait-on ? Le héros n'est qu'un soldat de base parmi des milliers d'autres, incorporé pour servir de chair à canon. Quand bien même il serait à la solde de l'ennemi (ce que la façon dont il est recruté rend peu probable), il ne pourrait accomplir qu'un espionnage/sabotage très limité.


Citation :-Lorsque le héros se réveille, il n'a pas pensé à enlever l’uniforme alors qu'il aurait été plus sage d'agir ainsi état donné que personne ne le connait. Jamais on aurait pensé qu'il s'agisse d'un déserteur.

La description précise que son uniforme est brûlé au point de ne plus être reconnaissable.
Du reste, je pense au contraire qu'un jeune homme surpris sur le champ de bataille même ou à proximité, surtout s'il est armé, aura de bonnes chances d'être pris pour un déserteur (s'il est torse nu, il ne sera pas difficile de deviner qu'il a retiré son uniforme).


Citation :-Le pillard que l'on rencontre: ces personnes ont pour but de détrousser les aventuriers qu'ils croisent.

Dans le cas présent, il s'agit simplement de quelqu'un qui souhaite se faire de l'argent facile en récupérant parmi les cadavres des objets ayant de la valeur.


Citation :Au paragraphe 18, il y a deux propositions qui mènent au paragraphe 27. j'ai trouvé cela incongru. Il aurait mieux valu que tu réunisse les deux conditions en une "si vous êtes encore vivant après trois assauts, rendez vous au 27". d'autant plus qu'à ce paragraphe, je ne vois pas l’intérêt d'avoir réalisé des points de succès.

Le fait d'obtenir 5 points de succès permet d'abréger le combat (qui dure sinon 3 tours), ce qui diminue les chances du loup de nous infliger des blessures.


Citation :-la fin: on est bien amoché et on va partir pour la forêt après un combat épuisant qui a dépensé nos ressources et que l'on est blessé au bras? Le héros est bien téméraire.

Atteindre cette forêt était le but du héros pendant toute l'aventure ! Avec la guerre qui fait rage dans la région, c'est la zone la plus sûre des environs.
De plus, le héros ne s'y engage pas tout de suite puisqu'il tombe endormi à son orée.


Merci pour tes commentaires !
Répondre
#8
Le style de départ est agréable et reflète bien la douceur de l’enfance du héros. Mention spéciale à la première phrase :
Citation :Vous êtes né au flanc escarpé d'une montagne, dans un village aux maisons de pierre rincées par le soleil et séchées par le vent.
Outre la figure stylistique, j'aime bien qu'il soit précisé que les maisons soient en pierre : cela renforce l'idée de solidité/sécurité et montre que le village n'était pas pauvre (on n'est pas dans des cabanes en bois).

Les descriptions du champ de bataille (avant et après) sont également bien rendues.

J’ai moyennement apprécié la présence d’un minotaure ; même si plusieurs univers de fantasy font appel à eux, je trouve qu’utiliser un élément mythologique de la Grèce antique n’est pas en accord avec un univers fantastique moyenâgeux. Bon, c’est du détail.

A noter que, me souvenant du goût d’outremer pour les héros discrets lors de certaines de ses aventures, j’ai essentiellement fui durant ma première partie. Cette tactique lâche n’a pas vraiment marché avec les goules d’ailleurs ^^
J’avais l’impression que le cheminement vers la forêt était de plus en plus lent (du moins que l’action était plus détaillée) et je comprends pourquoi quand je rencontre un personnage crucial… Et là je me dis que j’aurais dû un peu plus explorer le champ de bataille pour me préparer à l’affrontement ^^

Bilan à l'issue cette première lecture : le gameplay est plutôt sympa, et il ne faut pas hésiter à explorer un peu, j'ai l'impression que c'est en fait pas mal récompensé (même si ça a un coût en points de volonté). Le style est toujours aussi bon, fluide sans être pauvre.
Le scénario possède sa petite touche d'originalité, un léger fil rouge (la blessure mystérieuse), mais si le début de l'histoire est agréable à lire, le reste devient plus classique voire un peu cliché (le minotaure...)

EDIT: concernant la difficulté, je suis arrivé face à la nécromancienne avec 9 points de volonté et 2 potions. Il faut voir si ça sera la même chose quand j'aurai récupéré des objets magiques.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#9
Malgré la perte d’une potion à cause d’osselets contaminés et de nombreuses blessures face à un soldat déglingo pourtant faiblard, j’arrivai sans trop de peine au boss de fin avec à la fois étincelle et résonance (avec toutefois une seule potion et 7 points de volonté).

Puis, après un long combat, je péris alors qu’il ne me manquait plus qu’un point de succès ><

Dommage que le coup des osselets m’ait été en fait fatal (vilain le piège, mais cohérent vu que le vieillard était un porteur sain), je pense que la 3ème lecture serait la bonne.

Le combat contre la nécromancienne est assez épique et intéressant. Le mécanisme des points à accumuler et du seuil de l'ennemi à soustraire à son propre score m'a rappelé le jeu de cartes du seigneurs des anneaux (le JCE). Concernant la difficulté, je vois les épreuves précédant le combat final comme de simples affaiblissements à éviter (et quelques objets à récupérer). Je n'aurais d'ailleurs pas du aider la centaure et me contenter du Sphinx, ça m'aurait fait économiser une potion. Bref niveau difficulté pas de problème, même s'il faut avoir déjà parcouru l'AVH une ou deux fois pour considérablement augmenter ses chances.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#10
Maintenant que j'ai exploré un peu plus en profondeur cette aventure voici ma sentence *roulement de tambours* :

Le style est top, comme d'hab avec Outremer qui réussit en outre à rendre les descriptions intéressantes alors que le contexte ne lui a sans doute pas facilité la tâche (ce qu'il reste d'un champ de bataille n'est généralement pas follement diversifié ou palpitant.)

Les rencontres y sont intéressantes (même si le Sphinx est une créature agaçante !) et j'ai particulièrement aimé celles qui tirent leur inspiration des contes des milles et une nuits (il me semble que c'est un univers pratiquement absent des LDVH alors qu'il regorge de subtilités, ça m'a fait un peu penser au jeu Al-Qadim d'ailleurs !)

L'aventure est courte mais très bien pensée, je ne sais pas combien de temps tu prends pour t'organiser avant la phase d'écriture mais on sent en tout cas qu'aucun § n'a été gaspillé dans l'affaire.

Je note qu'Outremer refuse toujours d'intégrer des interactions à la Bioware dans ses productions, ainsi il nous est impossible de vivre une romance avec la centaure ou avec le heu le monstre pustuleux qui bave là ! C'est scandaleux !

Je dirais que le petit défaut de l'aventure provient de son protagoniste principal. C'est un pauvre type tombé au mauvais endroit au mauvais moment, et à ses côtés on se sent bien au-dessus du sempiternel héros anonyme qui cherche à sauver le monde comme d'autres changent de chaussettes, mais il lui manque peut-être une certaine plus-value au niveau du charisme (comparativement au magnétisme diabolique de Shangar, au très compétent Reuel, ou même au personnage féminin hyper torturé de Labyrinthe (et du Pensionnat des Ombres si j'ai bien compris)) qui fait qu'on ne s'y attache pas des masses.

En tout cas c'est une aventure très réussie !
Répondre
#11
Les règles sont celles développées pour 70 minutes; elles sont toujours aussi excellentes et j’espère qu’on verra encore d’autres AVH les utilisant !

Le hasard des yaz nous fournit matière à contraste avec Fekenstein: dans l’univers de Crépuscule la magie est surpuissante et sans limites ( aucune que notre paysan aventureux pourrait discerner, en tout cas ), on envoie un dragon massacrer une simple bataillon de couverture. S'ils parlent tous les deux de l'insignifiance de l'individu à la guerre, c'est donc par rapport aux armes et aux moyens employés que notre perso a un sentiment d’insignifiance .

L’intro nous met bien dans la peau du jeune gars sorti de son village qui découvre le monde… et un peu plus que ce qu’il aurait cherché. De même toute l’errance sur le champ de bataille dans un paysage d’apocalypse et les créatures magiques qui y rôdent, les phénomènes magiques qui l’ont frappé: nous partageons sa peur et sa stupéfaction. Ça n’est pas difficile d’être stupéfait quand on voit certains des trucs que tu as trouvé ! On est vraiment dans un monde à forte densité magique*, sans parler des twists ici et là !
( ma seule et légère objection concernerait le nombre d’individus et êtres moyen-orientaux alors que je n’ai rien vu dans l’intro qui annonce autre chose que d’européen, ça crée une certaine discordance. Peut-être en changeant les noms des belligérants ? )

Cette AVH n’est pas très facile, mais c’est entièrement justifié et ce serait selon moi une TRÈS mauvaise idée de la rendre plus aisée
- au niveau intrigue, on est un jeunot avec un entraînement minimum, pas un combattant expérimenté. On a des chances très nettes d’y rester et c’est normal. Si c’était plus facile, étant donné l’univers, on n’y croirait pas.
- au niveau jeu, le grand nombre d’endroits où aller nous permet d’explorer sans qu'il y ait de redites.

Du point de vue logique, c’est parfaitement crédible qu’on trouve des objets magiques sur un champ de bataille où ils ont été utilisés en grand nombre…
( évidemment, ce serait cohérent alors que chaque camp envoie des détachements les récupérer pour futur usage. Mais alors c’est eux qui se frotteraient au boss de fin et il n’y aurait pas d’aventure. )
À ce propos, le médaillon en forme d’oiseau est une copie éhontée de l’amulette dans mon Sindbad. Je suis outré Mrgreen

Le combat de fin est excellent et très gagnable, je l’ai remporté du premier coup - le tout est d’y parvenir…

Une excellente AVH donc.


au §25, j’imagine que si on a le bracelet il faut aller au §74 d’office ?
au §34 vu les valeurs des tests et que vaincre nous mène au même § que fuir, le joueur fuira automatiquement - il conviendrait donc de nous envoyer à un § de victoire où on ne gagne rien mais qui nous apprend que le minotaure est, par exemple, plus grand couché que debout…
il manque un §59 ( décidément, le parallèle avec Castle Fekenstein se poursuit Mrgreen )

Juste à titre de remarque en passant, j’ai réussi à ma 4° tentative sans jamais tomber sur la sphinge, il faudra donc que je reparte à sa recherche…

* il faudrait préciser le statut de la poudre noire dans cet univers, surtout qu’on peut voir une magicienne tuée d’une balle: on s’attendrait que les magiciens aient développé un sort pour la faire s’enflammer à distance par exemple et exploser à la face du tireur ( effet garanti sur les canons ). Est-ce donc que, contairement aux épées, flèches etc, elle n’est pas affectée par la magie ?


(09/01/2014, 19:38)Syphil a écrit : j'ai particulièrement aimé celles qui tirent leur inspiration des contes des milles et une nuits (il me semble que c'est un univers pratiquement absent des LDVH alors qu'il regorge de subtilités, ça m'a fait un peu penser au jeu Al-Qadim d'ailleurs !)
Il y a quand même de HàJ Sindbad, les Mages de Solani, le 3° tome de l'Epée de Légende, je ne sais plus quel Destins, le Sindbad: Le Prince des Voleurs de Headline et la suite que je lui ai donnée ( qui a eu le Yaz de bronze et s'il n'a pas eu plus c'est uniquement parce que les votants ne lui ont pas donné assez de points Mrgreen )
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#12
@ashimbabbar': Oui c'est vrai, mais ça fait quand même très peu ! Il faudrait que je lise les deux Sindbad, moi qui adorais les films étant petit.

J'ai beaucoup aimé les règles également, comme elles sont légères et permettent des combats très expéditifs, on éprouve peu de lassitude à l'idée de les refaire.
Répondre
#13
(09/01/2014, 14:11)Alendir a écrit : J’ai moyennement apprécié la présence d’un minotaure ; même si plusieurs univers de fantasy font appel à eux, je trouve qu’utiliser un élément mythologique de la Grèce antique n’est pas en accord avec un univers fantastique moyenâgeux.

C'est intéressant que tu dises ça. Je n'avais pas songé que cela puisse paraître incongru.

Qu'est-ce que tu as pensé des autres créatures de la mythologie grecque qu'on trouve dans l'aventure ? Pareil ?

(09/01/2014, 17:05)Alendir a écrit : après un long combat, je péris alors qu’il ne me manquait plus qu’un point de succès ><

Ah oui, là c'est quand même pas de bol !


(09/01/2014, 19:38)Syphil a écrit : j'ai particulièrement aimé celles qui tirent leur inspiration des contes des milles et une nuits (il me semble que c'est un univers pratiquement absent des LDVH alors qu'il regorge de subtilités, ça m'a fait un peu penser au jeu Al-Qadim d'ailleurs !)

Je trouve aussi qu'il pourrait y avoir plus d'aventures qui s'inspirent des légendes moyen-orientale. Sans être forcément différentes sur le fond des aventures qui s'inspirent du Moyen-Age occidental, leurs différences de forme ont un côté rafraîchissant.

Les rencontres "moyen-orientales" sont celles dont j'ai eu l'idée en dernier, alors que j'avais déjà bien entamé la rédaction. Il me semblait que ça contribuerait à la variété des éléments de l'aventure.

Citation :il nous est impossible de vivre une romance avec la centaure

Maintenant que tu me le dis, je songe à ajouter à ce sujet un sondage "Si cette aventure incluait une relation romantique, avec quel personnage voudriez-vous qu'elle soit ?"

(09/01/2014, 19:38)Syphil a écrit : Je dirais que le petit défaut de l'aventure provient de son protagoniste principal. C'est un pauvre type tombé au mauvais endroit au mauvais moment, et à ses côtés on se sent bien au-dessus du sempiternel héros anonyme qui cherche à sauver le monde comme d'autres changent de chaussettes, mais il lui manque peut-être une certaine plus-value au niveau du charisme (comparativement au magnétisme diabolique de Shangar, au très compétent Reuel, ou même au personnage féminin hyper torturé de Labyrinthe (et du Pensionnat des Ombres si j'ai bien compris)) qui fait qu'on ne s'y attache pas des masses.

Pour ce genre d'aventure, je m'étais dit que ce n'était pas une mauvaise idée de mettre en scène un héros relativement transparent (sans aller jusqu'aux anonymes qu'on incarne généralement dans les DF). Je comptais lui donner tout de même quelques traits de personnalité (essentiellement le goût de la découverte et de l'exploration), mais le problème est que le but de l'aventure ne permet pas de les développer (puisqu'il s'agit de s'enfuir sans traîner pour admirer le paysage).

(Concernant le Pensionnat des Ombres, tu pourras bientôt juger par toi-même, puisque la version 2.0 sera en ligne mi-mars. Je ne pense pas cependant qu'on puisse qualifier l'héroïne de "torturée".)

(10/01/2014, 12:01)ashimbabbar a écrit : ( ma seule et légère objection concernerait le nombre d’individus et êtres moyen-orientaux alors que je n’ai rien vu dans l’intro qui annonce autre chose que d’européen, ça crée une certaine discordance. Peut-être en changeant les noms des belligérants ? )

Il me semble qu'il n'y a guère que deux rencontres qui sont dans un style moyen-oriental : celle avec l'éfrit et celle avec Jassamir. Quelles sont les autres qui te viennent à l'esprit ?

Pour être honnête, du reste, même si le cadre est bien sûr inspiré de la Renaissance européenne, j'avais d'entrée de jeu l'intention de donner un côté un peu fourre-tout au contenu.

Citation :À ce propos, le médaillon en forme d’oiseau est une copie éhontée de l’amulette dans mon Sindbad.

Et moi qui trouvait Skarn paranoïaque... Tongue

(10/01/2014, 12:01)ashimbabbar a écrit : au §25, j’imagine que si on a le bracelet il faut aller au §74 d’office ?

Ca ne m'était à vrai dire pas venu à l'esprit. Il ne s'agit pas d'un combat ordinaire (on ne peut pas blesser directement notre ennemi), donc la réponse est non. Si le joueur se sent emporté par un instinct irrésistiblement belliqueux, cependant, il n'y a rien qui s'y oppose !

Citation :au §34 vu les valeurs des tests et que vaincre nous mène au même § que fuir, le joueur fuira automatiquement - il conviendrait donc de nous envoyer à un § de victoire où on ne gagne rien mais qui nous apprend que le minotaure est, par exemple, plus grand couché que debout…

En montrant clairement que la victoire et la fuite avaient le même résultat, je voulais suggérer d'entrée de jeu au lecteur que ce n'était pas une aventure où il était utile de se montrer constamment intrépide.

Citation :il manque un §59

Il n'y a pas de 95 non plus et il en manque encore un autre dont je ne me rappelle plus le numéro. L'AVH est numérotée jusqu'à 100, mais elle ne fait en fin de compte que 97 paragraphes.

Citation :* il faudrait préciser le statut de la poudre noire dans cet univers, surtout qu’on peut voir une magicienne tuée d’une balle: on s’attendrait que les magiciens aient développé un sort pour la faire s’enflammer à distance par exemple et exploser à la face du tireur ( effet garanti sur les canons ). Est-ce donc que, contairement aux épées, flèches etc, elle n’est pas affectée par la magie ?

Mon point de vue était que la magie marche tout à fait bien contre les armes à feu, mais que les armes à feu marchent tout à fait bien contre les magiciens (à moins qu'ils ne disposent d'une puissante protection magique, comme Anya avant qu'on ne l'affaiblisse). La magicienne que servait Shamir s'est tout simplement pris une balle perdue qu'elle n'a pas vu venir.
Répondre
#14
AVH lue une fois, sans jouer avec les règles.

J'ai été surpris de n'avoir que le code "étincelles" à la fin et de constater qu'on pouvait en avoir tant d'autres, signe d'une grande richesse de parcours pour un format aussi court.
Le style est très bon, on est très vite plongé dans le trip, bien que l'intro pourrait à mon sens subir quelques coupes afin d'arriver plus directement au cœur du sujet. On se croirait vraiment dans le charnier d'une bataille à l'ampleur démesurée, même si parfois une telle abondance de cadavre finisse par laisser comme une impression d'exagération (je pense à la "muraille" à escalader, au bûcher...). Mais je trouve que ce sentiment se dilue assez vite, et qu'on revient très vite happé dans le décor sans plus se poser de question de savoir s'il y a trop de cadavres ou pas.

Pour les détails, j'ai trouvé curieux que les goules nous pourchassent avec autant d'empressement alors qu'il y a pléthore de cadavres encore "frais" à disposition. Bizarre de voir ainsi des créatures qui sont quand même des charognards avoir un intérêt aussi fort pour notre personne.

Et puis il y a un certain dilemme entre jouer son personnage (qui veut avant tout éviter les ennuis) et jouer en sachant qu'il s'agit d'une AVH d'Outremer où l'expérience indique qu'on a tout intérêt à trouver des codes^^, donc agir plus en explorateur qu'en fuyard. J'ai noté ainsi vers la fin deux renvois successifs pour un lieu (avec des corbeaux si je me souviens bien). J'ai préféré foncer vers l’abri de la forêt, mais je suppose que j'ai laissé en route quelque chose d'intéressant...

En tout cas une très bonne AVH, avec une intrigue "cachée" diablement intéressant, et un sentiment d'immersion plutôt bluffant.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#15
(10/01/2014, 21:36)Outremer a écrit :
(10/01/2014, 12:01)ashimbabbar a écrit : ( ma seule et légère objection concernerait le nombre d’individus et êtres moyen-orientaux alors que je n’ai rien vu dans l’intro qui annonce autre chose que d’européen, ça crée une certaine discordance. Peut-être en changeant les noms des belligérants ? )

Il me semble qu'il n'y a guère que deux rencontres qui sont dans un style moyen-oriental : celle avec l'éfrit et celle avec Jassamir. Quelles sont les autres qui te viennent à l'esprit ?

Pour être honnête, du reste, même si le cadre est bien sûr inspiré de la Renaissance européenne, j'avais d'entrée de jeu l'intention de donner un côté un peu fourre-tout au contenu.

Jassamir+son ennemi+la princesse djiinn; l'éfrit+la magicienne+la ville qu'il veut ravager. Quand ça m'est tombé dessus sans prévenir, j'ai Gne

(10/01/2014, 21:36)Outremer a écrit :
(10/01/2014, 12:01)ashimbabbar a écrit : au §34 vu les valeurs des tests et que vaincre nous mène au même § que fuir, le joueur fuira automatiquement - il conviendrait donc de nous envoyer à un § de victoire où on ne gagne rien mais qui nous apprend que le minotaure est, par exemple, plus grand couché que debout…

En montrant clairement que la victoire et la fuite avaient le même résultat, je voulais suggérer d'entrée de jeu au lecteur que ce n'était pas une aventure où il était utile de se montrer constamment intrépide.

Il faut pas materner les joueurs comme ça, il faut qu'ils apprennent à la dure Mrgreen
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)