Le défi du Fast-AVH
#1
Dernièrement, je réfléchis aux manières de produire de l'AVH de qualité en peu de temps: il y a une demande de la part des magazines, et c'est une bonne niche pour faire connaître les AVH (si elles sont de qualité, je répète). Mais les prix pratiqués par les magazines ne permettent pas d'y consacrer trop de temps, encore moins d'y mettre toutes ses billes. Il faut donc appliquer des techniques de fast-AVH, allouant les ressources pour une oeuvre brève et de qualité en se concentrant sur l'écriture. J'en lance même le défi à la communauté de RV1, car si nous ne remplissons pas, nous, les revues prêtes à publier de l'AVH, l'opportunité nous passera devant le nez, soit qu'un médiocre réponde présent à notre place et dégoûte les possibles intéressés, soit que les revues passent à autre chose!

Comme exemple canonique de ce qu'il est possible de faire, l'AVH concocté par Outremer à l'occasion des mini-yaz 2013, même si elle n'est pas de celles auxquelles on revient encore et encore pour s'y plonger, est mine de rien, en 35§, une AVH double-shot (c'est à dire permettant un total de deux lectures satisfaisantes) compacte et efficace, horlogée avec précision, digne de publication, parfaitement adaptée à une demande fréquente de lecteurs casuels.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#2
Je ne sais pas "comment" produire de l'avh de qualité en peu de temps mais ce que je pense c'est que tu as raison par rapport aux revues.
J'avais tenté le drop avec la revue héros et exploiter ton imagination, tes bases ton style sur 50, 80 ou 160 § reste un très bon exercice. Dans le cadre d'un concours comme le yaz ou son petit frère, c'est génial de pouvoir "essayer" quelque chose d'inhabituel. avec Georges le zombi, je voulais essayer de faire dans le gore comique, truc que je n'aurais jamais tenté sur une avh plus longue.
La "fast avh" permet, selon moi, de t'essayer à des trucs que tu n'oserais pas faire, que tu n'oserais pas imposer aux autres sur 200, 300 ou plus de paragraphes.
Mais le problème qui m'est apparu évident pour une revue est la ligne éditoriale trop "rigide". Rien contre l'éditeur, il doit tenir sa maquette, sa mise en page etc... mais limiter un texte en nombre de caractères m'a rendu fou. Remplacer un mot par une autre plus court peut paraître anodin mais au final tu es obligé de choisir des mots que tu n'aimes pas forcément, de limiter tes dialogues, tes descriptions et pour conclure tu te retrouves avec une aventure trop "transparente" qui ne te ressemble pas ou plus du tout...

Ensuite vient le sujet que tu abordes aussi c'est à dire la méthode pour "fabriquer" de la qualité.
Chaque auteur possède sa propre touche, ses propres forces et ses faiblesses, passé le problème de l'orthographe/grammaire/conjugaison, certains styles (au niveau structure, je m'entends) ne sont pas forcément évidents ou du goût de tous.
Là où tu vas proposer deux/trois choix par paragraphes tous les trois paragraphes, certains vont proposer quatre choix tous les cinq paragraphes ou d'autres rester classiques et proposer deux choix tous les deux paragraphes. Tout est question de ressenti pour/par le lecteur.
Car par dessus la qualité de l'écriture reste le problème du "jeu". Ce sont des avh's, pas des nouvelles. Le plaisir de jeu doit rester important et, encore une fois, être figé par les lignes éditoriales peut quelques fois "brider" cette créativité. Je ne crache pas sur les revues qui osent sortir des créneaux habituels et osent s'envoyer sur le marché avec un style vieux de trois décennies, mais à ce compte là, il faudrait peut être élargir sa ligne éditoriale, ça permettrait à plus d'auteurs de tenter l'expérience.
Et je prends aussi en compte qu'imaginer une aventure propre, bien ficelée et rejouable en te limitant à une petite cinquantaine de paragraphes reste quand même un sacré "gros" défi. C'est mathématiquement logique, je crois !
Pour finir, il est évident que NOUS avons en charge de ne pas laisser mourir le style, mais les avh's déjà présentes sur rv1/la taverne/littéraction prouvent que les auteurs aiment lire/écrire/jouer. Une publication Lulu, quelques coups de pubs sur les communautés face de bouc, tweeter etc... et on pourrait lancer une certaine machine. L'expérience d'un projet de publication commune sous un même label avait été entendue, ça s'appelait projet de publication commune et le forum est là : http://froidsansfin.forumnord.com/f3-pro...tion-d-avh
Un an et beaucoup de travail plus tard, le projet était mort dans l'oeuf.
Pour moi, la fast avh reste et restera un loisir. Ce n'est pas le même discours avec une avh plus longue, mais ceci est une autre histoire ;-) ...
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#3
Hélas ! si seulement j'étais capable de toujours écrire aussi rapidement ! Mais je n'y arrive généralement que lorsqu'il y a une date-butoir qui m'arrive dessus comme un mur dans lequel je serais sur le point d'encastrer ma voiture.

Honnêtement, je me demande s'il y a vraiment beaucoup de magazines qui seraient actuellement prêts à publier des AVH. Il serait peut-être possible de les y intéresser, mais je ne suis pas sûr que la demande soit actuellement forte.

Il est certain que si on a le souhait (éminemment raisonnable) d'être rémunéré convenablement pour une AVH qu'on publierait dans un magazine, il faut l'écrire rapidement : si on y consacre vraiment du temps et des efforts substantiels, la rentabilité diminuera jusqu'à devenir virtuellement négligeable.

En même temps, je pense que le "Fast-AVH" a des limites. Il est possible d'écrire en peu de temps une AVH distrayante et sympathique, mais imaginer un concept original et concevoir une structure élaborée sont des choses qu'il est difficile de faire vite. "70 minutes", par exemple, est terriblement linéaire et sa rejouabilité est franchement faible (quant à son concept, je l'avais développé pour une aventure antérieure).
Répondre
#4
ne faudrait-il pas écrire en trio, un auteur, un "gamer", un relecteur ?
Répondre
#5
La situation actuelle des magazines et des supports numériques me rappelle les début des défis fantastiques: il y a un marché à prendre, mais avant de produire un chef-d’œuvre, il faut assurer une production fréquente, garantir un minimum de qualité, proposer un univers cohérent d'AVH en AVH, et se fixer l'objectif de rayonner vers des publics "vierges".
C'est en démarrant ce genre de "train" que l'on peut ensuite acheminer le lectorat vers des œuvres plus complexes, plus longues, plus profondes, différentes, etc., que nous savons et aimons écrire, mais qui sont à ce jour trop éloignées du grand public.

Nous parlons ici de magazines (donc de centaines de lecteurs pour la plupart, de milliers pour les gros) mais lorsque les AVH numériques auront décollé - c'est en train -, il y aura une demande fréquente, et un public de milliers ou dizaine de milliers de lecteurs: une affaire intéressante, mais donc une rude concurrence, choses pour lesquelles il faut se préparer tout en conservant notre griffe d'écrivain et en maintenant notre passion de l'AVH intacte.

Je pense qu'un écosystème de l'aventure intéractive est en train de (re)naître, et plusieurs produits peuvent le coloniser: les fast-AVH comme produit d'appel, les Yaztromo comme produits-phares complémentaires, les BDVH (dont Fitz nous concocte le troisième exemplaire en France), et tous nos autres projets qui n'attendent que de trouver la bonne niche...

@Outremer: je pense qu'il y a trois aspects qui sont "industrialisables" (=réductibles à un temps de production négligeable) pour le fast-AVH:
- l'univers servant de background, qui doit être riche de potentiel, évocateur, et largement inexploré.
- les règles (qui doivent être simples et passe-partout)
- la structure de l'AVH (nombre de choix, de tests, de combats ou "épreuves prolongées", degré de hasard, linéarité, etc.)

Imaginons que la communauté de RV1 dispose d'une poignée d'univers prêts à jouer (héroic-fantasy, horreur/complot contemporain, futuriste), dont la description tient en max deux pages et avec un synopsis prêt à être inséré dans la fast-AVH en préparation.

Imaginons que les règles soient toujours les mêmes (par exemple celles de 70 mn), avec leur explication prête à être insérée aussi.

Imaginons que nous disposons de trois-quatre modèles de fast-AVH de 35§ comportant trois à cinq étapes importantes entre le §1 et le §35. Le modèle s'ouvre avec ADVELH, avec les chemins déjà tracés. L'écrivain remplit immédiatement les étapes principales à atteindre aux § correspondants, le reste n'étant que des péripéties servant de prétexte à l'écriture et au divertissement. On remplit alors chaque § dans l'ordre de parcours, en respectant les consignes techniques affichées en en-tête: "un test", "un combat", "un choix à faire", etc., et en s'assurant de bien connecter les étapes.

Voilà. On randomise les numéro de §, on fait relire et tester, c'est prêt.

Le travail de l'écrivain souhaitant faire une fast-AVH se focalise donc sur l'écriture pure: 35 paragraphes d'une bonne histoire avec de bons personnages - exactement ce par quoi il sera jugé par le lecteur casuel de magazine.


Du point de vue stratégique, dans un premier temps, il n'y a pas besoin de faire grand chose d'extravaguant tant que le lectorat ne s'habitue pas à cette structure et demande autre chose.
Dans un deuxième temps, on ajoute des twists à cette structure, on la fait évoluer.

Bon, tout cela doit étant bien brumeux, je vais essayer cette semaine, pour bien prendre la mesure de ce que je dis.

@Delarmgo: que ferait le gamer dans ce trio, il teste le gameplay? Et pourquoi un relecteur particulier, la communauté a toujours répondu présente, me semble-t-il, pour enrichir une AVH de ses retours. Si tu penses que les AVH pour la publication ne doivent pas être publiées directement sur le forum (ce qui mériterait une discussion approfondie), une section privée du forum (réservée aux membres inscrits) ferait l'affaire, non?
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#6
@Zyx Quand je dis "gamer" c'est simplement pour l'aspect règles. Même des règles simples ont besoin d'être bien pensées/testées, non ?

Pour le relecteur particulier, ça je reste persuadé de son utilité. Les lecteurs qui lisent, testent et fond un feedback, c'est très bien. Mais pour moi ça ne remplace pas un relecteur béton (hardcore même), mais c'est ma méthode.
Les retours d'un lectorat sont utiles, mais le passage d'un vrai relecteur me semble toujours essentiel (je vois ça un peu comme un bon groupe de rock, mais un peu brouillon et qui passe alors dans les mains d'un producteur).

Mais je n'ai rien contre publier les AVH directement sur les forums, ça me semble même être le meilleur endroit pour les publier actuellement.
Répondre
#7
Mais le producteur, lui, a des billes dans l'histoire. Dans ton cas, à moins de t'avoir mal compris, tu mets une grosse charge sur le dos d'un volontaire, j'ai du mal à croire que ce soit un arrangement durable (c'est une tâche assez ingrate sans récompense, et un sacrifice significatif de temps et d'énergie mentale). Ou bien as-tu une autre vision?
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#8
C'est un volontaire comme tu dis... on les trouvent dans les crédits de bien des livres, scénarios ou jeux.
Je ne me suis jamais demandé pourquoi ils relisent, mais ils le font bien, et ce qu'ils apportent à l'édifice n'est pas négligeable, au contraire.
Pourquoi ce qui fonctionne dans l'écriture de JdR ne pourrait pas fonctionner avec les AVH ?

Il m'arrive aussi de faire des relectures, c'est un travail différent de l'écriture mais pas désagréable, il s'agit d'orienter l'auteur, lui donner ce regard extérieur. Je ne trouve pas que ce soit ingrat.
Quand à la "récompense", ceux qui en touchent dans le JdR français se comptent sur les doigts d'une main. 90% des auteurs, illustrateurs, relecteurs, ... sont bénévoles, passionnés, et son nom en bas d'une page, d'un bouquin qui sort enfin, suffit à faire plaisir : ) (moi le premier)
Répondre
#9
Je suis d'accord avec ce que tu dis, mais nous parlons depuis deux contextes différents. Mon impression est peut-être fausse, mais je crois que la plupart des relecteurs potentiels de RV1 ont dépassé la trentaine, ont un boulot, une vie de famille, et peu de temps. Ils peuvent donc difficilement se consacrer, de manière attitrée et systématique, à la relecture sans un sacrifice significatif de leurs propres projets. De manière casuelle, oui, de temps en temps, et sans engagement. Mais peut-être que je me trompe, si oui, je serai le premier à m'en réjouir!

Mais telles que tu vois les choses, si je comprends bien, ce serait plutôt de trouver un volontaire différent à chaque fois, en fait?
Je crois qu'au final le mieux serait d'essayer pendant une période, si la masse critique est là... pour l'instant, nous ne sommes que trois à en parler. ^ ^
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#10
Ha non j'ai toujours les mêmes relecteurs en fait... les miens + ceux selon les projets (je pense à un relecteur scriptarium par exemple, vraiment très fort, très pointu, j'en suis à 3 scénar. D.F. officiel avec lui, et une telle méthode est très très payante sur le produit final).

Mais mon discours est utopique, tu as raison, la preuve mes relecteurs perso. me font parfois faux bond.

Oui il faut essayer, cette idée de squelette peut au final être payante, il faut veiller à ne pas "restreindre" la créativité.


Mais comme tu dis, nous ne sommes que 3 à en parler, comme d'hab... le net n'a pas changé en presque 20 ans ^^
Répondre
#11
(11/06/2013, 21:50)Zyx a écrit : Imaginons que la communauté de RV1 dispose d'une poignée d'univers prêts à jouer (héroic-fantasy, horreur/complot contemporain, futuriste), dont la description tient en max deux pages et avec un synopsis prêt à être inséré dans la fast-AVH en préparation.

Imaginons que les règles soient toujours les mêmes (par exemple celles de 70 mn), avec leur explication prête à être insérée aussi.

Imaginons que nous disposons de trois-quatre modèles de fast-AVH de 35§ comportant trois à cinq étapes importantes entre le §1 et le §35. Le modèle s'ouvre avec ADVELH, avec les chemins déjà tracés. L'écrivain remplit immédiatement les étapes principales à atteindre aux § correspondants, le reste n'étant que des péripéties servant de prétexte à l'écriture et au divertissement. On remplit alors chaque § dans l'ordre de parcours, en respectant les consignes techniques affichées en en-tête: "un test", "un combat", "un choix à faire", etc., et en s'assurant de bien connecter les étapes.
C'est une idée pas trop mauvaise, mais les lecteurs vont finir pas s'en rendre compte. Et vendre (puisque c'est de cela qu'il s'agit) toujours la même recette peut finir par lasser, non pas à cause du BG, mais à cause de la structure-modèle de l'AVH. Quitte à garder la même structure, autant faire une série afin de ne pas trop se foutre de la gueule du lectorat, je dirais.
A l'époque du marais, j'avais un peu réfléchi dans mon coin à des structures types de clairières afin d'en écrire plusieurs assez vite. Mais je me suis rendu compte qu'avec une structure imposée, les idées pénaient à venir : j'en arrivais souvent à des mécaniques artificielles (choix pas vraiment logique ou nécessaire) ou des situations qui finalement n'était pas forcément palpitante. Bref, plus tu vas imposer de paramètres, plus tu vas brider l'imagination.
Je ne pense pas qu'on puisse démanteler une AVH en BG/Scénario+Structure/Règles+Ecriture avec 1 type à chaque poste. L'idée est louable mais très difficile à mettre en oeuvre.
Mais en imposant juste un BG, des règles simples et des contrainte globale de structure (avoir 4 à 8 fins différentes, faire un OTP, faire un marais, etc...) tu peux effectivement avoir un canevas clé en main dans lequel tu pourras engager quelques nègres. Ce que tu imposes doit guider l'écrivain et donner une cohérence à un série ou une collection ; mais ne doit en aucun cas brider l'imagination de l'auteur ou la liberté d'action du personnage dans l'AVH.
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#12
Pas question de nègres, mais d'auteurs avec leurs mots à eux et leurs noms. Non ?

Restreindre la créativité j'en parle plus haut, c'est ma crainte en voyant une sorte d'algo pour générer quelque chose...

Mais au delà de produire de la page, il me semble qu'il y avait aussi l'idée de quelque chose pouvant aider les auteurs, les pousser à écrire un peu plus, ou plus vite.
Je sais à quel point il faut se discipliner pour aligner du signe. Mais cette idée de fournir un squelette peut fonctionner.

Peut être avec plusieurs modèles, styles :
- modèle OTP
- modèle plusieurs fins
- modèle sans régles ou dés
- ...

Mince Zyx propose déjà ça plus haut ! Donc je suis d'accord avec lui :-)
Au temps pour moi !
Répondre
#13
@Caïthness: pas question de nègres ni de brider la créativité! D'ailleurs je te reprends sur le langage: l'idée n'est pas d'imposer, mais de proposer des structures éprouvées qui permettent aux écrivains de se concentrer sur le contenu. Libre à eux d'en faire ce qu'ils veulent! Ce serait, entre autres, un moyen pour produire des AVH courtes et de qualité qui permettrait donc, s'il s'avère efficace, de fournir dans un premier temps les magazines.
Toujours sur le langage, il ne s'agit pas de vendre, mais de faire connaître les AVH et attirer du public. Lorsque l'un de nous sera lu par des milliers de lecteurs, il pourra songer à vendre s'il le souhaite. Pour l'instant, c'est tout autre chose qu'il faut viser.
Quant à lasser le public, je pense que c'est gérable avec l'introduction de nouveautés ou de changements sur la marche, comme je l'ai dit plus haut.

@Delarmgo: les testeurs / relecteurs sont primordiaux, c'est clair, et c'est excellent que tu puisses en trouver! Je connais mal le travail du Scriptarium, je jetterai un coup d’œil sur ce qu'ils font. Bon sinon, je vois que nous sommes sur la même longueur d'onde. Il y a peut-être matière à collaborer, au-delà de cette question du fast-AVH.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#14
(11/06/2013, 21:50)Zyx a écrit : La situation actuelle des magazines et des supports numériques me rappelle les début des défis fantastiques: il y a un marché à prendre, mais avant de produire un chef-d’œuvre, il faut assurer une production fréquente, garantir un minimum de qualité, proposer un univers cohérent d'AVH en AVH, et se fixer l'objectif de rayonner vers des publics "vierges".

Je ne suis pas convaincu qu'augmenter le volume de la production d'AVH soit vraiment la clé d'une "renaissance" du genre. Ce n'est pas en soi quelque chose qui est de nature à attirer un lectorat dépassant beaucoup la "communauté" actuelle. Quant à la qualité et au cadre d'une aventure, ils n'ont pas un effet immédiat : il faut que le lecteur potentiel donne sa chance à l'aventure et accepte de lui consacrer un peu de temps, ce qui est loin d'être évident en soi.

J'aurais personnellement tendance à penser que les livres-jeux ont le plus de chance d'attirer un nouveau lectorat en profitant à fond de la forme numérique, c'est-à-dire en se détachant du modèle "papier" des LDVH.

Les "Choice of Games" (http://www.choiceofgames.com/category/our-games/), par exemple, offrent des choix très incorporés dans la narration, la possibilité de configurer et de faire évoluer son héros, des choix nombreux, une prise en compte fréquente de nos caractéristiques ou de nos actions passées, une présentation un peu plus esthétique que le fichier rtf ou pdf classique, etc. Je ne suggère pas de produire des AVH sur ce modèle spécifique (auquel je trouve des défauts), mais il est possible de s'en inspirer dans une certaine mesure.

Je n'ai encore jeté qu'un coup d'oeil superficiel au "Mélange des Signes", mais il me semble qu'il s'agit également d'une oeuvre qui tire activement parti des possibilités d'un format numérique.
Répondre
#15
(12/06/2013, 07:57)Outremer a écrit : Je ne suis pas convaincu qu'augmenter le volume de la production d'AVH soit vraiment la clé d'une "renaissance" du genre. Ce n'est pas en soi quelque chose qui est de nature à attirer un lectorat dépassant beaucoup la "communauté" actuelle. Quant à la qualité et au cadre d'une aventure, ils n'ont pas un effet immédiat : il faut que le lecteur potentiel donne sa chance à l'aventure et accepte de lui consacrer un peu de temps, ce qui est loin d'être évident en soi.

Vous avez pensée de vous auto-editee "on paper" ou bien ammasee d'argent par "preorder" and un fort publicite par Internet (facebook, forums e.t.c.?

(Désolé pour le mauvais français).
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)