Arawamba
#1
C'est moi ou il n'y aucun sujet à feed-back sur l'AVH de Sunk ? Si c'est le cas, je répare cette erreur. Sinon, ben, vous pourrez fusionner...
Spoiler !

Déjà, ma lecture commence bien : des liens liens cliquables :-) un paragraphe 1 alléchant :-), mais au deuxième §, je tombe sur un PFA. Au fil de l'aventure, j'en rencontrerai beaucoup, et franchement, la plupart sont vraiment injustes, même si ce sont les plus long que je n'ai jamais lu. Après plusieurs tentatives, je réalise que l'aval empêche toute victoire. Bref, le mélange des stats et directions hasardeuses avec des PFA à gogo me rappelle un auteur fort décrié dans le domaine des LDVELH.

MAIS...

Le style est très bon et agréable. La longueur des paragraphes est appréciable, les descriptions sont bien dosées et on ne s'ennuie pas. Le mélange entre des descriptions soutenues et des dialogues de VOUS familiers, m'a beaucoup plu. Les péripéties sont sympa et je crois que l'épilogue que tu as réalisé est une première dans le genre avhique. Le système de code est bien utilisé. J'aurai aimé plus de péripéties dans le village, mais il aurait fallu compenser sur une autre partie de l'AVH, donc peut-être impossible si on se tenait à la limite imposée du Mini-Yaz.

Erreur à corriger : aucune niveau orthographe-syntaxe (ben voyons). Mais il y a plusieurs erreurs de renvoi citées sur la taverne qui m'ont gâchés la lecture.

En gros : une AVH fort sympathique et une belle histoire que tu nous a pondu là, même si le côté jeu a été négligé par certains côtés. Au plaisir de te relire... (j'ai la cruelle impression d'avoir encore d'autres choses à te dire mais je ne me souviens plus lesquelles. Ca reviendra.)
Répondre
#2
Tout d'abord merci du temps accordé à mon avh et à son feedback.

Petite note : pour créer un "vrai" spoiler (Wink ) il faut taper ces balises au début et à la fin du texte à cacher : [*spoiler] texte ici [/spoiler*] en enlevant les symboles étoiles bien sûr - je les ai mises en erreur volontaires pour que les balises apparaissent.

Pour en revenir à ton feed je comprends tout à fait ton sentiment de frustration et d'injustice quant à mes pfa. Je l'assume. Le premier intervient très vite mais c'est un peu ma signature avh-ique, j'aime beaucoup envoyer un pfa dans les premiers paragraphes des mes avh's ça fout un blanc tout de suite dans l'esprit du lecteur. Je suis pervers ? j'adore !!
Pour les stats tirées au hasard, c'est vrai aussi que c'est pas fairplay mais là aussi pour renforcer le côté perdu/isolé/affaibli/effrayé il fallait que la malchance puisse s'abattre sur certains d'entre vous...
En fait cette avh, je l'ai écrite totalement "contre" le lecteur, je ne sais pas pourquoi, je voulais vous faire souffrir comme souffrent les personnages de l'avh, et je parle pas forcément du personnage que tu incarnes... J'avoue que j'aurais pu adoucir certains passages ou "prévenir" plus franchement avant un pfa. je vais attendre d'autres retours pour savoir si l'avh est vraiment injuste ou si la jungle peut endosser le rôle de la tueuse injuste...
Mes avh's sont souvent trop faciles justement Wink

Pour les bons cotés maintenant, tant mieux si le style est fluide, les descriptions bonnes (j'ai eu un mal fou à renouveler le vocabulaire et les verbes pour décrire sur 50 § une jungle et uniquement une jungle. Très bon exercice en tout cas...). Pour la longueur des paragraphes je me suis beaucoup inspiré des auteurs phares des deux forums que je ne citerais pas. Ceux qui ont prouvé à maintes reprises qu'avec peu de paragraphes soignés, fins, subtils on peut pondre une avh courte qui envoie quand même dans l'immersion et le plaisir. Je m'en suis inspiré en essayant de pondre des § assez simples mais variés. J'ai aussi tenté d'utiliser encore plus qu'à mon habitude le style pointilliste. Des verbes, des mots séparés par des points. Pas forcément de phrase. Ça peut gonfler, ça peut créer un effet. Wink
Pour les dialogues, je t'avouerais que je ne supportes pas les dialogues très "théâtre" dans un dialogue contemporain. J'ai horreur des gens qui disent "je NE sais pas" alors qu'on dit tous "je sais pas" ou même "j'sais pas". C'est plus direct certes, moins raffiné mais ça me colle mieux aux persos. Après c'est juste mon goût hein !!
Pour l'épilogue tu parles de première avh-ique dans le style ou dans ce qu'il raconte (le fond ou la forme) ? Ça m’intéresse de savoir.
Merci pour les codes.
Pour le village, c'est effectivement par manque de place que je n'ai pas pu développer plus l'action dans ce lieu. Je ne suis pas encore assez doué pour utiliser 50 § à leur maximum. Va falloir que je travaille mes structures...

Pour les erreurs, merci pour l'ortho mais je pense qu'il doit en traîner des bien cachées et des fautes de frappes aussi, j'ai écrit l'avh sur de nombreux jours en sessions de parfois 5 minutes... Donc assez chaotique sur l'ensemble, d'où certainement quelques erreurs.
Pour les renvois, dans ma structure de base ils sont bons, c'est le mélangeur d'advelh qui a un peu planté, po grave les fichiers dispos depuis hier sont mis à jour avec renvois corrigés.

Merci en tout cas pour ton feed ça fait plaisir et je suis désolé d'avoir été plus sadique que d'habitude et d'avoir un peu délaissé le coté jeu au profit du coté "roman".
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#3
Une des premières choses que j'ai réalisé en lisant cette aventure, c'est qu'un SLBR a eu lieu. Outre un renvoi de paragraphe erroné (au 42), l'aventure n'a clairement pas été testée, voire très peu relue. En particulier, je pointe du point du doigt le système de jeu qui consiste à tirer avec un dé à six faces nu deux caractéristiques, la Santé et le Mental, une servant pour toutes les compétences physiques et l'autre, logiquement, les mentales. Elles sont donc chacune comprise entre 1 et 6 inclus. Sachant que tomber à 0 conduit à la défaite, que pour réussir un test dans l'aventure, il faut tirer strictement moins que son score actuel, qui a de bonnes chances d'être encore plus bas que celui de départ, et que l'échec est généralement mortel, vous avez intérêt à prendre le chemin qui contient le moins de jets de dés si vous voulez en réchapper.

Également, le texte nous demande souvent de tester des compétences secondaires, comme la Force ou la Clairvoyance, pour lesquelles nous n'avons pas de score. J'ai cru comprendre que cela était exactement à la même chose que de tester notre Santé et notre Mental respectivement, alors pourquoi parler de Force et de Clairvoyance ?

En dehors de ce problème de règles, parlons de l'histoire. La première chose qui frappe, avant le contenu, est le contenant. Certaines aventures sont polies, grattées, lissées, jusqu'à faire disparaître toute aspérité. Ici, cette aventure est brute, rugueuse, coupante. Le héros est un gros malpoli, qui déverse un torrent d'insultes digne d'un film de guerre américain, et la prose est généralement assez familière. Certains apprécieront cet aspect « réaliste », mais je n'ai personnellement pas accroché.

Toutefois, le point de départ du scénario n'est en lui-même pas mauvais. Le héros se réveille, dans un état déplorable, au milieu de la jungle, et tente de survivre au milieu d'une nature et de gens qui ne lui veulent pas du bien. Il a le cerveau noyé dans une drogue quelconque, et j'ai un moment cru que nous jouions un membre des cartels.

Mais j'ai ensuite trouvé que l'histoire stagnait un peu trop. L'intérêt de jouer un amnésique est normalement de préparer une révélation quelconque. Là, à moins que je ne sois complètement passé à côté de quelque chose, on n'est guère plus que ce que l'on suppose être. Il existe bien une information cachée, un bonus à mettre en corrélation avec l'épilogue, mais... Il n'apporte rien. Ce n'est pas un retournement de situation, quelque chose qui nous fait voir l'aventure d'une autre œil, c'est juste une information déprimante.

D'ailleurs, je ne sais pas si c'est voulu ou non, mais il transparaît clairement un certain message politique, avec de bons sauvages et de méchants envahisseurs occidentaux, notamment lors du passage avec l'interprète. Notre personnage se montre d'ailleurs d'une amoralité flagrante à ce moment.

En résumé, je n'ai vraiment pas accroché à cette aventure. Malgré un bon début, le scénario n'a pas tenu le rythme selon moi, et tout ce qui dépend des dés obéit à une logique qui m'échappe.
Répondre
#4
SLBR ???
Répondre
#5
SLBR pour sunkmanitu Limit break release je suppose...

Merci skarn pour ton feed et pour ta lecture. Je vois que tu n'as pas accroché et je m'attendais un peu à voir ce genre de réaction.
Pour les capacités effectivement j'ai utilisé du nu et cru : 1d6 par capa tiré sur les bases du hasard. Cruel et injuste, je sais.
Discours politique manichéen : c'est vrai. Parcours avec pfa et jet de dés injustes : c'est vrai.
Morceau de la vie d'un homme sans vraiment de début ni de fin : c'est vrai.
En gros j'ai voulu tenter un truc que je n'avais jamais tenté avant. Écrire à l'instinct (tout en suivant quand même une arborescence papier), façon brut de forge. Je voulais que le jungle soit une vraie tueuse, que ses habitants aussi mais je voulais que le plus méchant prédateur de l'aventure soit nous même. Je caricature le "blanc" mais je l'assume. Si ça gonfle tant pis !
Au final, les évangélistes des siècles passés n'officient plus en terre d'Amérique mais d'autres hommes continuent de souiller les peuples "inférieurs". C'est cette approche que je voulais dénoncer. Bien sûr pour aller encore plus dans la caricature, il fallait que le perso à jouer soit un vrai connard. Et si le langage familier t'a mis hors de toi, quelque part c'est que mon méchant de service fonctionne. Manque de pot, étant obligé de t'identifier à lui, tu y perd en immersion. Logique.
Pour la révélation dont tu parles, je crois savoir ce que tu veux dire, mais justement là encore, je ne voulais pas déballer "THE" révélation en fin d'avh. Non, simplement un petit truc discret qui ferait comprendre à certains qui on est avant l'aventure, et à d'autres (selon les voies empruntées) qui on sera pour toujours...
Et pour le SLBR tu n'as pas vraiment tort, j'ai eu un mal de chien à mener cette aventure à terme. Pas parce que je l'ai commencé tardivement mais j'ai passé ces deux derniers mois sur les rotules...

En tout cas merci pour ton retour ça fait du bien d'avoir des lecteurs qui font ressortir tes défauts, ça m'aidera à progresser à coup sûr !
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#6
J'ai bien apprécié le côté aléatoire et vulnérable. La perte complète de repère du début est très bien retranscrite. J'ai pensé dans un autre genre au début de la Créature venue du Chaos, qui malgré sa force a toutes les chances de perdre la vie. Bravo donc pour l'homme aux abois.

J'ai bien aimé aussi les mauvaises fins. Le scénario lui m'a finalement semblé assez conventionnel. J'ai pensé à un petit jeu freeware dont j'ai oublié le nom, où on se réveille amnésique au cours d'une prise d'otage, et on se rend compte à la fin qu'on est le cerveau de l'opération, un type sans aucun scrupule...

Un style toujours très bon, mais pourtant moins fluide (me semble-t-il?) que le Temple du Dieu Néant. Peut-être que certains paragraphes pourraient être plus concis? Les passages avec les phrases courtes, lapidaires, mettent très bien dans l'ambiance, dans la situation d'urgence. Il y a peut-être juste un petit peu trop de descriptif autour, ce qui ralenti un poil le rythme de l'action?
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#7
Merci pour ton feed.
Le style est surement moins fluide car effectivement je me suis un peu perdu dans les descriptions, et surtout je travaillait souvent par sessions très courtes (parfois 10 mn le matin en déjeunant avant d'aller taffer !), de toutes façons Kraken progresse d'avh en avh c'est indiscutable. Tant mieux, c'est bien d'avoir de la relève !!
Le scénar' est effectivement conventionnel et même manichéen comme le souligne Skarn. Mais j'assume complètement cette approche Wink
Pour les mauvaises fins, vous commencez à me connaître et tant que faire ce peut j'aime inclure des "bad end" dans mes avh's, j'aime beaucoup même !
Pour les phrases courtes, c'est un essai pour les scènes d'action. Un verbe. Un autre. Un nom et etc. Ça à l'air de plutôt fonctionner comme style, le bref et concis, rajoute du rythme.
Le coté hasard aux dés je l'avais pensé aussi au départ pour renforcer le côté "perdu et affaibli" du perso. Je pensais qu'au moins un lecteur n'aurait pas de chance et se frapperais 1 en mental ou en santé. Je voulais voir avec quel état d'esprit le lecteur commençais l'avh... Bon peut être un poil trop exigeant sur le coup ;-)

Merci en tout cas pour ta lecture et ton commentaire.
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#8
(10/06/2013, 07:30)tholdur a écrit : J'ai pensé à un petit jeu freeware dont j'ai oublié le nom, où on se réveille amnésique au cours d'une prise d'otage, et on se rend compte à la fin qu'on est le cerveau de l'opération, un type sans aucun scrupule...

Tu penses à -TRAPPED- de Godlimations, de la trilogie -TRAPPED-, -PURSUIT- et -ESCAPE-.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#9
C'est amusant, mais je ne la trouve pas particulièrement manichéenne, moi, cette histoire. Son message, au fond, c'est : qu'on soit blanc ou brun, issu d'une civilisation moderne ou proche de la nature, on a toujours en soi le potentiel de se comporter comme un bon gros salopard. C'est égalitaire et réaliste.

(09/06/2013, 18:34)Skarn a écrit : cette aventure est brute, rugueuse, coupante. Le héros est un gros malpoli, qui déverse un torrent d'insultes digne d'un film de guerre américain, et la prose est généralement assez familière. Certains apprécieront cet aspect « réaliste », mais je n'ai personnellement pas accroché.

Personnellement, ça me paraît un choix stylistique qui se justifie. Les pointes de vocabulaire familier ou cru rappellent avec vivacité l'état de panique à peine maîtrisée du héros. Si je me réveillais au beau milieu de la jungle, amnésique et dans le même état que lui, je pense que mon langage ne serait pas plus châtié que le sien. Avoir des personnages qui s'expriment de façon réaliste est rare dans une oeuvre écrite et ça n'est pas forcément souhaitable, mais dans le cas présent, je pense que ça contribue à l'immersion du lecteur.


Citation :Mais j'ai ensuite trouvé que l'histoire stagnait un peu trop. L'intérêt de jouer un amnésique est normalement de préparer une révélation quelconque. Là, à moins que je ne sois complètement passé à côté de quelque chose, on n'est guère plus que ce que l'on suppose être. Il existe bien une information cachée, un bonus à mettre en corrélation avec l'épilogue, mais... Il n'apporte rien. Ce n'est pas un retournement de situation, quelque chose qui nous fait voir l'aventure d'une autre œil, c'est juste une information déprimante.

Je suis en partie d'accord là-dessus. Le fait de démarrer l'aventure en étant amnésique est utile en lui-même, car il renforce notre sentiment de vulnérabilité et d'angoisse, qui est essentiel à l'aventure. Ensuite, cependant, il me semble qu'il n'y a pas de raison pour qu'on ne retrouve pas au moins quelques bribes de nos souvenirs (en l'état, il me semble que le seul petit flashback est celui du 49).
Avoir un héros amnésique fait automatiquement supposer au lecteur qu'il y a dans ce qu'il a oublié quelque chose d'essentiel, une "clé" qui donnera un sens nouveau à la situation et aux évènements. Il ne me paraît aucunement nécessaire que ce soit le cas, mais, dans ce cas, il faudrait laisser entendre au lecteur qu'il n'y a pas de "grand mystère" à découvrir, pour qu'il n'anticipe pas une révélation qui n'aura pas lieu d'être.


J'ai apprécié la non-linéarité de l'AVH. En revanche, il me semble que le choix amont/aval auquel on est très tôt confronté déséquilibre l'aventure. Si on va vers l'amont, on peut terminer l'aventure extrêmement vite ; si on va vers l'aval, on a des chances nettement accrues de mourir ou d'aboutir à une moins bonne fin, et si cela n'arrive pas, il est substantiellement plus long d'atteindre le 50.

Je trouve tout à fait original d'avoir une AVH qui ne commence ni ne s'achève de manière nette. Cependant, il faut que le coeur de l'aventure soit suffisamment long pour qu'on puisse bien en profiter. Le "côté aval" de l'aventure me paraît consommer bien trop de paragraphes, considérant qu'il s'agit en fin de compte d'une fausse piste tout à fait facultative. Il me semble qu'il aurait été préférable que les chemins menant au 50 soient plus entrecroisés et d'une longueur moins disparate.
Répondre
#10
MErci pour ton feed outremer !

Je ne vais pas appuyer tes dires des premiers com, tu as résumé ce que j'aillais écrire. Pour le choix amont/aval tu as raison une voie est plus rapide que l'autre pour trouver la fin mais en fait, vers l'aval tu as une bonne vingtaine de §, idem pour l'amont. J'ai partagé dès le départ pour que l'avh soit symétrique en nombre de §. Effectivement si tu choisis l'amont (ce qu'en principe on ne fait pas, car en mode survie tu cherches toujours à descendre une rivière pour tomber sur une quelconque trace de village, civilisation en bref du secours potentiel...Mais c'est à force de regarder man Vs wild que j'ai du penser à ça !), si tu choisis l'amont donc, tu peux finir très vite l'avh.
Voie amont ; il y a deux pfa pour une fin, voie aval : il y a deux pfa pour deux fins.
Pour la manière imprécise de débuter et terminer cette "partie" d'histoire, c'est bien sûr voulu. Je voulais que le lecteur cherche à comprendre qui il est, pourquoi il est là et ce qu'il devient en fin d'aventure.
D'ailleurs il existe un paragraphe qui te ramène de la voie aval vers la voie amont et selon le chemin ensuite emprunté pour la voie amont, tu comprends vraiment qui tu es devenu... Je posterais "le" chemin permettant de découvrir un maximum de renseignemnents, une soluce d'information en fait Wink.
MErci encore pour tes commentaires...

PS : En fait je crois qu'un cercle de sable et d'eau m'a influencé bizarrement pour le flou omniprésent qui pèse sur l'environnement, les autochtones et nous même. Je crois.

RE-PS : voilà le chemin permettant de découvrir toute la vérité :
Spoiler
1-12-49-45-21-27-14 (réussir le test)-6-32-4-47(choix improbable)-25-3-9-43-50
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#11
Bref, comme ça faisait longtemps que j'avais pas lu d'avh, que j'avais rien à faire ce soir (mon bac n'est jamais que dans 3 jours, après tout), que je viens de finir Rouge Brésil de Ruffin (que tu devrais lire si ce n'est pas déjà fait - c'est un peu le même ton et le même enseignement que Arawamba... Tu t'en es peut-être inspiré, d'ailleurs Tongue) j'ai lu cette avh !
Réussie en 24 minutes (si ça t'intéresse !), et c'était ma foi plaisant, cette promenade en Amazonie... J'ai beaucoup apprécié la façon dont le mystère se dévoile peu à peu, à la manière d'un puzzle. Peut-être un peu trop lentement, à cause de la difficulté de cette avh. Je l'ai trouvée trop importante, je crois, et ça oblige un peu à relire les mêmes paragraphes !
Enfin, la variété des façons de mourir compense quand même ce défaut (S'agirait-il d'un One true path, à ce propos), ainsi que le suspens (on a envie d'en savoir plus, absolument !)
Les trois derniers paragraphes sont sinistres, c'est excellent !
En tout cas, j'ai passé un moment sympathique, merci beaucoup !
Répondre
#12
je suis encore dedans… ce qu'il y a, c'est que je suis tombé sur 2 erreurs de renvoi jusqu'à présent
au 42: le renvoi au 12 est faux
au 38: le renvoi au 19 est faux

évidemment, je pourrais lire les § 1 par 1 pour trouver le bon, mais ça e serait pas vraiment l'esprit LDVH

( au vu de la citation du début, j'avais envisagé que Sunkmanitu nous ait carrément mis dans la peau d'une ordure qui se faisait son petit safari sur des indiens… )
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#13
J'ai aimé plusieurs des postulats de départ (amnésique, en milieu hostile) mais j'ai trouvé que la réalisation est restée au stade de brouillon. Je ne vais pas revenir sur ce qui a été déjà relevé, je trouve juste que cela manque d'équilibre, de structure, de but, et d'unité. Le choix de dialogues réalistes n'est pas inintéressant, mais leur contenu ne m'a pas marqué. Je pense qu'il y a néanmoins un bon potentiel, ce n'est qu'une question de travail supplémentaire. Le background de "salaud" qui se découvre au fur et à mesure place le lecteur dans une situation intéressante, mais ce n'est pas beaucoup exploité, cela ne mène pas à un questionnement ou des choix moraux par exemple.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#14
Pour ashim' : Les erreurs sont corrigées dans le document présents sur Littéraction, sur Rv1 et la taverne. Le 42 ne conduit plus au 12 désormais. Par contre le 38 conduit toujours au 19, c'est une ellipse, certes maladroite, mais une ellipse dans le scénar'.

Pour Zyx : Merci pour ta lecture. effectivement, l'avh est moins affinée que mes avh's précédentes un peu par volonté (je voulais un truc bizarre, embrumé, glauque), beaucoup par manque de temps, d’énergie et d'assiduité. Arawamba a été menée à terme grâce au fait qu'en tant "qu'organisateur" du deuxième mini yaz et devant le faible nombre de candidats, je me devais de participer. Dans d'autres conditions, j'aurais certainement tout envoyé en l'air...
Donc mon avh reste très perfectible, très manichéenne, très brute de forge mais je l'assume sans me chercher d'excuses.
Merci en tout cas de ton feed et de ta lecture.
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#15
Descriptions, style
Une description très immersive. Un champ lexical étendu. De bonnes métaphores.
Problème de focalisation puisque, amnésique, on sait que les fruits du takutika possèdent des vertus curatives. On nous tire dessus et on a le temps de reconnaitre un kapokier, ce qui en plus d'être invraisemblable n'apporte rien puisque personne ne sait ce que c'est. Une focalisation interne aurait été plus immersive que cette narration omnisciente.
Des passages bien dégueux, notamment le massacre et la découverte de la femme morte, surtout quand on sait qui c'est... Nickel.
Trop de maladresses ou fautes cette fois-ci par rapport aux Trois villages.

Linéarité
Beaucoup de choix. C'est bien. L'aventure est donc courte.
La rejouabilité est tellement bonne qu'on n'y coupe pas. C'est le gros intérêt du livre : trouver toutes les fins et les chemins qui y mènent.

Jeu
On ne lance pas souvent les dés ! Heureusement car les stats varient de 1 à 6, rendant certains tirages démoralisants.

Originalité
J'aurais aimé des expérimentations pour cette AVH et pour un vieux loup comme toi. Je retiendrai par contre l'immoralité du héros, la grande non-linéarité et l'intrigue qui se comprend en jouant plusieurs fois l'AVH.

Encore une fois je te remercie pour ce moment d'évasion violente (je trouve que ça définit bien ta patte !)
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)