Le 4e cycle LS : Aussi pire qu'on le dit ?
#1
J'ai récemment fini de jouer les aventures du Grand Maître Kaï (21-28) après avoir acheté le lot à Ocinrep. Par le passé, j'avais déjà joué 21 et 22 après avoir vu les livres dans la bibliothèque d'une école où j'étais prof remplaçant ; j'avais aussi joué (une seule fois) le PDF du tome 25, sans réussir.

Je ne sais pas si c'est seulement à cause que mes attentes étaient basses, ou à cause que la nostalgie m'habitait, mais j'ai été agréablement surpris par les aventures du GM Kaï. À lire les sujets de ce forum, on dirait que Dever a chié huit étrons de suite, mais il me semble que ces LVH ne sont pas si pires que ça. Je pense que, côté scénario, la plus grande erreur fut d'introduire un nouvel artéfact/entité maléfique par tome (Runes d'Agarash, Zorkaan, Griffe de Naar, Shom'zaâ) au lieu d'en choisir un ou deux, de les développer, et d'étendre leur influence sur tout le cycle. Par exemple, ç'aurait pu être intéressant que Zorkaan, une fois libéré des Runes, devienne le nouveau Big Boss et doive être traqué de tome en tome, le GM contrecarrant chaque fois ses desseins maléfiques, avant d'en finir avec lui dans un combat épique. Là, je crois que c'est la façon dont le GM Kaï sauve le Magnamund à chaque épisode qui donne l'impression de réchauffé. (Sejanoz avait du potentiel, mais la façon dont il est torché au tome 28… décevant.)

Même du côté jeu, j'ai été plutôt surpris. J'ai pris la décision de jouer chaque tome individuellement avant d'essayer de les enchaîner (d'ailleurs, je n'ai toujours pas joué la "série" de 21 à 28 d'une seule traite). Le 21 et le 22 sont problématiques en raison d'un combat dans chacun (le gladiateur et le monstre qui attaque le bateau) qui nécessite pratiquement les stats maximales, mais de manière étonnante, le 23 et le 24 sont tout à fait faisables avec des stats moyennes, sans bonus des livres précédents, et avec seulement 4 Disciplines — surtout à cause que le boss de chacun (Sadanzo et Zorkaan) est évitable. Je les ai d'ailleurs évités tous les deux, gagnant chaque livre à ma première tentative. Pour Zorkaan, j'étais si surpris (ayant vu ses stats de fou à plusieurs paragraphes) que je suis revenu en arrière pour vérifier si je ne m'étais pas trompé de chemin. Mais non, il semble bien qu'en faisant éclater sa Rune d'abord, on n'a pas à le combattre ensuite. (Aveu : J'avais été spoilé sur les forums anglophones concernant le coup du poignard dans Le Héros de Mynuit ; je devrais donc considérer que j'ai réussi ce livre à la deuxième tentative.)

Pour 25-26-27-28, il devient graduellement plus difficile, et enfin impossible, de jouer sans les bonus des livres précédents, car ceux-ci s'accumulent de manière trop conséquente. J'ai quand même fait deux-trois tentatives "à la loyale" pour chaque livre. J'ai réussi à gagner le 25 (quoique avec les stats maximales), mais pour 26, 27 et 28 j'ai dû me résigner à sauter par-dessus les combats vraiment injouables (Shom'zaa, le capitaine possédé et les Brumalghasts respectivement). Il faut dire qu'à ce moment, il nous manque à peu près 10 points d'Habileté, 12 points d'Endurance, 6 Disciplines Kaï et plusieurs Objets Spéciaux par rapport au vétéran. Cet écart devient malheureusement insurmontable.

(D'après moi, ça causera un problème assez difficile à contourner si cette Arlésienne de LS 29 sort un jour…)

Si je devais cerner le problème le plus sérieux de ces livres, ce serait à mon avis la linéarité abusive. On peut rarement s'écarter du chemin tracé par l'auteur pendant plus de 5 paragraphes à la fois, si bien que chaque relecture est identique, à quelques détails de parcours près. Parfois, il existe deux chemins parallèles, mais c'est rare, et ils se rejoignent vite. On assiste aussi régulièrement à ce genre de chose (un exemple inventé) :

La nuit tombe et vous cherchez un abri. Vous avisez un arbre et décidez de camper en dessous. Alors que vous attachez vos chevaux, un grondement venu du ciel vous fait lever la tête. Un orage diluvien s'abat sur vos têtes et la foudre zèbre le ciel. Votre compagnon X vous dit : "Grand Maître, il n'est pas sage de rester sous un arbre pendant un orage." Vous hochez la tête, mais avant que vous ayez pu vous éloigner, la foudre s'abat avec une violence inouïe et vous êtes soufflé par l'explosion, les vêtements et le sac à dos en feu. Si vous avez la Grande Discipline du Nexus… de l'Alchimie Kaï… de la Science des Éléments… de l'Exploration… de l'Art de la Chasse… bla bla bla.

Remarquez le contraste entre le caractère aléatoire de cet événement (une chance sur cent que ça arrive) et son caractère arbitraire (c'est l'auteur qui en décide). À chaque fois que vous recommencerez l'aventure, vous vous abriterez sous le même arbre, le même orage éclatera, le même éclair tombera sur votre tête, et vous perdrez invariablement entre 3 et 6 points d'ENDURANCE (et deux objets du Sac à Dos pour bien faire) en fonction de vos Disciplines. Chaque fois. Jamais vous ne pourrez faire appel à votre bon vieux sens de l'observation pour remarquer les nuages d'orage qui s'accumulent sur l'horizon. Jamais la foudre ne s'abattra-t-elle sur l'arbre à côté. Cet événement est dicté à 100% par le scénario — souvent parce que c'est le seul endroit dans l'aventure où la Grande Discipline du Nexus (disons) est utile/requise.

Parlant de Disciplines, elles sont malheureusement très, très déséquilibrées. Autant on ne peut pas se passer du Foudroiement Psychique et de la Science des Armes avec l'Arme Kaï (à elles deux, elles comptent pour 18 points d'Habileté), autant l'Astrologie Kaï et l'Art des Bardes sont totalement, totalement inutiles. L'Intuition ne sert essentiellement à rien (ah, la fontaine des gladiateurs…), et la Magie des Anciens fait doublon avec l'Alchimie Kaï.

Et cette Alchimie Kaï est ridiculement surpuissante. À elle seule, elle nous donne droit à tout l'éventail de sorts d'un Frère de l'Étoile de Cristal : Lévitation, Bouclier Invisible, Silence, Filet, Main de Foudre, Charme, Détection du Mal, Contre-Sortilège, Force. On peut essentiellement tout faire avec cet ensemble de pouvoirs. Et ils sont 95% infaillibles, contrairement, disons, à l'utilisation de l'Arc, qui requiert des tirages aléatoires souvent risqués. On peut régulièrement éliminer d'une simple Main de Foudre un ennemi qui aurait eu des stats de ouf s'il avait fallu l'affronter en combat. La conséquence, c'est que parmi les 4 Disciplines à choisir, on n'a réellement qu'un degré de liberté : l'Alchimie Kaï, la Science des Armes et le Foudroiement Psy sont verrouillées en place. Cela se ressent fortement lorsqu'on joue chaque tome indépendamment… ^_^

Bon, je râle, mais en somme, je ne considère pas ces livres aussi pourris qu'on le prétend. Je trouve simplement dommage que Joe Dever ait abandonné l'aspect jeu au profit du récit. On ne joue pas ces livres, on les subit. Il faut juste survivre aux périls qui sont mis sur notre route.

P.S. Mention spéciale au tome 28 pour l'incident où le GM Kaï se fait voler son Arme Kaï par un Pilleur de Tombes (de manière inévitable, bien entendu). Le type se retourne contre lui — un vulgaire criminel, entendons-nous — et quelles sont ses stats de combat ? Habileté 52, Endurance 48. NON MAIS LOL ! L'Arme Kaï donne un +5H ; cela signifie que ce simple voleur a une Habileté naturelle de 47 points, équivalente au Maître du Chaos. Et d'où sort-il 48 points d'Endurance ?? Même le Grand Maître Kaï ne peut guère avoir plus de 50 points. Bref, un pur délire, et un signe qu'en effet, il était peut-être temps que la série s'arrête.
Répondre
#2
(19/03/2013, 17:33)Oiseau a écrit : P.S. Mention spéciale au tome 28 pour l'incident où le GM Kaï se fait voler son Arme Kaï par un Pilleur de Tombes (de manière inévitable, bien entendu). Le type se retourne contre lui — un vulgaire criminel, entendons-nous — et quelles sont ses stats de combat ? Habileté 52, Endurance 48. NON MAIS LOL ! L'Arme Kaï donne un +5H ; cela signifie que ce simple voleur a une Habileté naturelle de 47 points, équivalente au Maître du Chaos. Et d'où sort-il 48 points d'Endurance ?? Même le Grand Maître Kaï ne peut guère avoir plus de 50 points. Bref, un pur délire, et un signe qu'en effet, il était peut-être temps que la série s'arrête.
Ça, c'est un symbole d'un effet qui m'horripile particulièrement dans la vaste majorité des jeux/livres : l'inflation des stat au fur et à mesure que le personnage devient plus puissant.

Au lieu de contrôler la montée en puissance, ou de simplement changer le type de danger qui menacent (encore que LS s'en sort pas mal en utilisant cette seconde méthode la plupart du temps), les créateurs se contentent d'enfler les chiffres, enlevant tout sens à la progression et à l'échelle de puissance qui existait à la base.
Dans les jeux vidéos, on appelle ça le "level scaling", et c'est probablement un des tours de passe-passe qui me sort le plus par les yeux.
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#3
Oui moi aussi j'ai essayé toutes les options et pas moyen d'éviter de perdre son arme. C'est con car pour un "maitre", se faire avoir comme un bleu bite...
Répondre
#4
En effet ce 4ème cycle est plutôt agréable à lire (mais non à jouer). Je trouve les tomes 25 et 26 quand même très faibles par rapport aux autres : aucune originalité ni ambiance.
Le tome 28 est ridiculement bref et plat.

Ils font chuter la moyenne car plusieurs passages m'ont marqué dans les autres (la visite des nombreux pays étrangers dans la quête de la pierre de lune, notre allié dans le Héros de Mynuit, l'armée des hommes-lézards, Sejanoz...)

Je pense aussi que d'être complètement privé d'illustrations à compter du tome 23 nuit à l'ambiance de ce cycle.
Répondre
#5
(19/03/2013, 18:55)Akka a écrit : Dans les jeux vidéos, on appelle ça le "level scaling", et c'est probablement un des tours de passe-passe qui me sort le plus par les yeux.

Tu dois pas aimer FantasyCraft, le nivelage est une des options de campagne…
--
Vous êtes mort.
Répondre
#6
Moi j'ai bien aimé ce 4ème cycle, d'ailleurs il n'y a qu'à lire mes critiques pour savoir ce que j'en ai pensé.
Adieu vieux frère, ton nom sera à jamais gravé dans mon coeur. Repose en paix.
~ Force et Honneur.. ~
Répondre
#7
Déterrage de topic !
En effet, en attendant de m'attaquer au 29, je refais les tomes dans l'ordre, sur mon smartphone

J'ai un probleme avec les dates du disciple : il est né en 5063, et entré à 7 ans au monastère soit 5070... Sauf que LS n'a abattu les Seigneurs des Ténèbres qu'en 5075 ! Et qu'en 5070, il était dans le monde quantique euh, dans le Daziarn

Pour dire qu'il n'a pas pu accueillir de disciple, ni refonder son ordre. De plus, il est dit que l'attaque du monastère par les draogns était en 5077, soit seulement 2 ans entre le tome 12 et 18 : hors, il a eu le temps d'aller plusieurs fois dans le Daziarn, et il a fait 6 aventures quand meme !

Est ce la traduction, ou Dever s'est foiré dans sa datation ?

Sinon, je n'avais jamais lu le 21, le 23 (le vrai 23, le héros de Mynuit) et le 25
Le 25 est effectivement plat (et m'a semblé très bref) alors que le héros de mynuit avait l'avantage de faire découvrir du pays, la scène du totem vampirique m'a marqué, et le héros subit davantage de dégats par la malnutrition que par des combats (ça m'a semblé plus réaliste). Alors que le 25, rien a gardé, malgré la présence de 2 ennemis qui auraient pu avoir davantage de profondeur. Quand il y a 20 ans, j'apprenais que LS s'est fait enlever, je m’apprêtais à faire tomber le tonnerre sur Naar, et j'étais decu de ne faire qu'un captif du roi sorcier bis.

Bon, je m'attaque au 26, 27 et 28
Répondre
#8
Le 4ème cycle est surtout décevant au niveau du jeu : peu de vrais choix, forte linéarité et disciplines mal exploitées. Niveau scénario, à part le 25 et le 26, c’est du calibre des cycles précédents avec l’avantage de découvrir de nouvelles régions. Et oui les aventures sont globalement plus courtes.
Répondre
#9
Je pense que même Joe Dever a du se planter. La première fois que LS va dans le Daziarn (tome 12), le temps passe a la vitesse grand V (il passe 2 ans dans le Sommerlund, je crois) ; mais cette dispersion temporelle n'est plus prise en compte après. On peut aussi imaginer que le temps dérape que la première fois vu que LS visite 2 ou 3 mondes différents en un volume.
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#10
Alors, de mémoire, lors du premier passage de Loulou dans la riante contrée du Daziarn, il s'écoule huit ans sur le Magnamund… Attention au jet lag au retour...

Perso, plusieurs choses me gênent dans ce dernier cycle :

- Le nouveau personnage que l'on incarne m'apparaît complètement transparent et insipide. Papa Dever a sans doute conclu que, devenu un dieu tout puissant, Loulou avait décidé de prendre un repos bien mérité et de passer ses journées à repriser amoureusement les chaussettes de Banedon en soignant ses géraniums, laissant aux autres le soin de sauver le monde. Malheureusement, je n'ai jamais vu la différence et j'ai toujours eu l'impression d'incarner Loulou. Autant ce dernier avait un background dans le premier cycle, autant il évoluait, autant là, on a un gars bourré de pouvoirs et de disciplines dès le début, sans trop d'infos pour le personnaliser.

- Le scénario ne sent plus le réchauffé mais le cramé. En gros, ça commence toujours par Tonton Rimoah qui débarque au monastère pour nous annoncer une nouvelle cata. Et en général, on a droit à un objet perdu depuis des siècles, le dentier de Vashna, le stérilet de l'archidémone, le smartphone de Zagarna... qui est réapparu et qu'il faut récupérer.

- Toujours niveau scénario, ça baisse quand-même... La fuite de l'empereur du Chaï culmine avec un simple ruffian qui nous pique notre arme sans problème, un empereur qui fuit avec toute sa caravane de proches, courtisans, serviteurs et autres, un véritable cirque ambulant (bonjour la rapidité et la discrétion)… Sans oublier que si, au début, personne ne semble pouvoir stopper l'invasion ennemie, dès que la mission est terminée, les ennemis en question sont foutus dehors en deux minutes...

- Les paragraphes sont trop longs, trop d'entre eux se suivent sans choix à proposer. Les aventures en deviennent terriblement linéaires, on bascule dans le roman, on subit les évènements. Trop de disciplines, de magie, de super armes, de pouvoirs… On a l'impression d'éviter, de contourner la moindre difficulté, le moindre affrontement. Et quand on a enfin l'occasion de répandre de la viande hachée sur les murs, on se retrouve devant le premier con venu aussi redoutable que Vashna en personne… Certes, c'est toujours un grand plaisir de découvrir de nouvelles régions et contrées, mais on a trop souvent l'impression de faire du tourisme avec Le guide du routard du Magnamund en main. Quand on pense à l'atmosphère épique de La traversée infernale (quand on se retrouve sans rien, dépouillé par les pêcheurs, sur un quai désert, quand on voit la flotte fantôme émerger des profondeurs…), au côté fantastique du Tyran du désert (la bataille aérienne avec la Nef du Ciel au-dessus du désert sur fond de crépuscule), le côté sauvage de La croisade du désespoir (sans doute l'opus où Loulou en chie le plus), on ne peut trouver ce dernier cycle que bien fadasse.

Je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut : Papa Dever a voulu sans doute compléter et achever sa saga mais ça s'essouffle considérablement, ça devient presque académique. Tout n'est pas à brûler dans ce dernier cycle mais on aurait pu s'en passer. C'est comme un film ou une série à succès, faut savoir dire stop, vaut mieux s'arrêter en pleine gloire que s'acharner.
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#11
(14/05/2019, 08:00)Voyageur Solitaire a écrit : - Le scénario ne sent plus le réchauffé mais le cramé. En gros, ça commence toujours par Tonton Rimoah qui débarque au monastère pour nous annoncer une nouvelle cata. Et en général, on a droit à un objet perdu depuis des siècles, le dentier de Vashna, le stérilet de l'archidémone, le smartphone de Zagarna... qui est réapparu et qu'il faut récupérer.
J'adore Lool Lool Lool

perso, j'ai abandonne au premier tome ; comme VS pas vraiment aime le changement de perso (et loulou n'est pas a la retraite, il déboule pas a un moment ?)
J'aurais vraiment kiffe un truc genre loulou doit ramener le pierre, mais au "vrai proprio", un dieu planqué qqpart (autre dimension ou de l'autre cote de la planète) ; bref une putain de saga en 14 épisodes, quoi.
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#12
Pas encore lu ce 4e cycle, mais ce qu'en dit Voyageur Solitaire me rappelle mon ressenti personnel un peu déçu de la fin du 3e, particulièrement après avoir fait progresser LS à travers les deux et demi précédents : on gagne beaucoup en texte, assez en background, mais on perd en jeu qui se réduit à des "Si vous possédez telle discipline..." ou "au mieux" à des combats inévitables où l'on regrette de ne pas avoir triché sur son Habileté (le boss de "La Tour de Cristal"...). À regret, je partage l'avis qu'à un moment M. Dever a raté sa station d'arrêt...
Your life and your mission end here.
Répondre
#13
En ce qui me concerne j'ai bien aimé le début de ce cycle 4, je suis étonné de lire qu'il est trop linéaire alors que pour moi l'apogée de la linéarité est atteinte déjà avec les deux tomes de la fin du 2e cycle (Les Prisonniers du Temps et Le Crépuscule des Maîtres), puis avec la Croisade du Désespoir. Je suis d'accord que sur la Piste du Loup et La Cité de l'Empereur sont faibles, je suis d'accord que ça n'ajoute pas grand chose peut-être, mais le fait de repartir avec un nouveau maître Kaï redonne un peu de souffle à la série (Loup Solitaire est trop fort, trop chiant...)
Et je suis désolé mais LS non plus n'avait pas beaucoup de caractère (en dehors des Prisonniers du Temps où on en apprend un peu plus sur lui), c'est juste que oui ça fait un peu déjà vu et puis LS on l'a connu quand on était gamins, on projetait sûrement plus de choses sur lui.
Répondre
#14
Disons que, même si on sait pas grand chose de Loulou, à la fin du troisième cycle, on l'a vu évoluer quand-même : du gamin du départ, seul survivant, au demi-dieu triomphant de la fin, à travers épreuves, voyages, rencontres… Le nouveau personnage, on ne sait vraiment rien de lui et dès le départ, il est trop fort, on a donc pas vraiment de différence. A la limite, on aurait dû incarner un nouveau disciple qui doit accomplir certaines missions pour devenir Grand Maître. Mais bon, ç'aurait été du réchauffé, c'est vrai. Ou alors, un chamboulement complet : on incarnerait un jeune disciple de la guilde de l'Etoile de Cristal ou un guerrier Vakeros combinant armes et magie… Là, il y aurait eu vraiment de quoi donner un nouveau souffle et on aurait même pu garder la grande blonde platine (Banedon) et le Père Noël (Rimoah), parrains de notre nouveau personnage...

Je le reconnais, le troisième cycle était déjà pas mal linéaire, c'est vrai. Mais Les prisonniers du temps offrait une originalité assez grande, La croisade du désespoir avait un côté sauvage, épique, presque barbare et La porte d'ombre offrait de bons moments. Là, dans le quatrième cycle, triste à dire mais comme le disait Coryenne en sortant du lit de LS : "désolée mais j'm'emmerde…"
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#15
J'ai quand même un faible pour le héros de Mynuit, assez original par rapport au reste de la production LS. L'Oeil d'Agarash est bon aussi, et justement le personnage y gagne en épaisseur du fait qu'il revient sur les lieux de ses exploits quinze ans après. Le voyage de la Pierre de Lune et les Pirates de Shadaki forment un bon dyptique aussi. Et puis j'ai bien aimé la Griffe du Vampire.
Mais sur le fond je suis d'accord, incarner un autre type de personnage aurait été plus intéressant. Ma série préférée dans le monde de LS reste Astre d'Or, et le Sorcier Majdar un modèle en matière de livres-jeux !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)