Les plus gros défauts d'une AVH
#1
Et vous, en tant que lecteur, quels sont, par ordre d'importance, les défauts d'une AVH qui sont susceptibles de vous faire lâcher l'histoire avant la fin ?
Ainsi passe la gloire du monde
Répondre
#2
Je dirais, en ordre logique…

• Excès de fautes (on le voit dès qu'on commence à lire)
• Scénario pourri (on s'en rend compte après une vingtaine de paragraphes)
• Injouabilité (il faut jouer au moins une fois pour s'en rendre compte)
• OTP vicieux (il faut jouer plusieurs fois pour s'en rendre compte)

On peut ajouter "Règles excessivement compliquées" mais cela n'empêche pas de lire l'histoire.
Répondre
#3
Tout à fait d'accord sur les règles compliquées. Cela ne fait pas lâcher l'histoire. Tout au plus cela fait sauter les combats ou les différents tests (chance, habileté...).

Pour ma part, le top 5, c'est :
5)Les fautes d'orthographe ; un peu, ça passe, mais à force ça casse l'immersion, donc l'envie de lire

4)Le détail qui tue ; avez-vous trouvé le sceptre de pouvoir calé dans le fion d'une bête sauvage dans le placard de la cabane au fond de la forêt ? Non ? Alors vous ne pouvez pas gagner. Ca tient plus de la prise de tête que du challenge.

3)Marche ou crève ; un choix non approuvé par l'auteur, et c'est la mort. Un peu, c'est acceptable, mais mal dosé, c'est vite rédhibitoire.

2)Les non-choix ; aller à droite ou à gauche ? au sud ou au nord ? ouvrir la première ou la deuxième porte ? Comme on ne peut pas mesurer les conséquences, on ne se sent pas l'emprise de nos choix sur l'histoire.

1)Un scénario inintéressant ; le problème se concrétise par des situations invraisemblables, un but quelconque, des dialogues insipides. Au bout de quelques minutes, la lecture s'arrête.
Ainsi passe la gloire du monde
Répondre
#4
- Les règles trop compliquées ne sont pas à elles seules suffisantes pour me faire abandonner d'entrée de jeu une AVH, mais elles ont tendance à user ma patience (et augmentent les chances que j'abandonne en cours de route par la suite).

- C'est un peu la même chose lorsque l'orthographe et/ou le style sont trop faibles.

- Une trop forte linéarité et un trop grand nombre de décisions à l'aveuglette (du genre droite/gauche sans aucune précision) finiront souvent par me peser, mais ça ne me fera abandonner qu'après un certain temps.

- La chose qui est la plus susceptible de me faire abandonner, c'est lorsque l'atmosphère de l'AVH se révèle faible et les rencontres/péripéties peu marquantes. Je ne suis pas extraordinairement patient lorsqu'il n'y a rien qui se présente rapidement pour accrocher mon intérêt.

Il y a bien sûr d'autres choses qui peuvent me déplaire dans une AVH, mais elles me feront moins facilement abandonner (ne serait-ce que parce que ce sont des défauts qu'on ne peut remarquer qu'après avoir joué à une bonne partie de l'aventure).
Répondre
#5
En fait, nous mettons un peu près tous la même chose. C'est pour ça que je vais pas faire de répétition
(comme le répétait inlassablement ma prof de français en 6ème disant qu'il ne fallait pas faire de répétition)
Répondre
#6
C'est vrai, je pense qu'on est tous d'accord sur les défauts. Le tout est de leur donner un ordre d'importance.
Ainsi passe la gloire du monde
Répondre
#7
La première raison qui me fait abandonner la lecture d’une A.V.H., comme beaucoup, c’est les fautes d’orthographe trop nombreuses et/ou un mauvais style. D’un autre côté, c’est pratique, ça me permet d’écrémer rapidement certaines A.V.H. lorsque je vote aux Yaz’.

Viennent ensuite une jouabilité trop hasardeuse et/ou une difficulté insurmontable. Je ne suis pas un grand amateur des one-true-path, mais je peux prendre du plaisir à les lire si l’atmosphère est excellente. Qu’on me tue juste parce que j’ai eu le malheur d’aller à gauche, je ne le tolère que si j’ai le droit à une belle fin après moult péripéties (façon Le Manoir de l’enfer ou L’Ancienne Prophétie).

Un scénario pauvre ne me fera pas abandonner la lecture si l’A.V.H. est jouable, mais je ne risquerai pas de la relire après l’avoir terminée.
Répondre
#8
Les défauts qui me font lâcher une avh, par ordre de priorité :

- un mauvais scénario : le scénario doit m'accrocher (donc une bonne intro et un bon paragraphe 1 et c'est déjà un bon point !)
- les fautes d'orthographes (ou fautes de styles) : trop nombreuses elle nuisent à la lecture et donc je perd peid facilement
- pas d'ambiance : une ambiance digne des "feux de l'amour" (the young and the restless pour Oiseau Wink) me fait bailler et refermer le livre (ou le document). De l'action ou des descriptions ou des dialogues doivent être utilisés, mélangés de façon à capter mon attention et mon intérêt pour aller plus avant dans ma (mes) mission(s).
- Les morts injustes : pas forcément les "mâts" suivants les jets de dés, mais les choix droite-gauche où je meurs sans avoir vu ni senti le piège. Très supportable une fois dans l'avh, très irritant lorsque tous les PFA sont de ce type. Je veux mourir dignement ! Twisted
- Les règles injouables ou trop complexes avec des jets de dés (très) nombreux.

Mais en général je fais l'effort d'aller jusqu'au bout de l'avh rien que pour faire honneur au travail fourni. Je critique ensuite et tant pis si les défauts ressortent lors du feed. En revanche j'essaie toujours de trouver des qualités parmi les défauts. C'est quand même plus encourageant de savoir que notre avh est pourrie mais qu'elle contient quelque chose de bien quand même ! Enfin, c'est comme ça que je fonctionne personnellement. Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#9
Je reste indulgent pour les fautes d'orthographe, beaucoup moins pour les fautes de syntaxe qui nuisent à la compréhension ou font mal aux oreilles (Toi y en a comprendre quoi moi te dire ?).

Mais le truc qui tue, c'est quand je m'emmerde... Passe encore pour le scénario, mais je supporte pas longtemps les PNJ fadasses, sans personnalité ni caractère, les décors passe-partout, les univers basiques, sans originalité, les lieux qui donnent l'impression que l'aventure pourrait se passer n'importe où ailleurs. Une avh doit être avant tout immersive, on doit s'y sentir bien, avoir envie de s'y promener, y prendre plaisir. Les personnages, les lieux, l'univers en place doivent être originaux, avoir une personnalité, une "présence". Les descriptions et le style comptent beaucoup pour moi, vous l'aurez compris.

Je supporte pas également les indices à la con du genre : "Vous voyez le chiffre 250 peint sur un rocher. Notez soigneusement cet indice"... ou les personnages mal amenés, dont on se demande ce qu'ils foutent là où encore les avh où il faut se trimballer un magasin entier sur le dos au niveau des objets.

Pour le scénario, je suis plus tolérant si les descriptions sont bonnes. Mais si en plus le scénario, c'est "Porte-monstre-trésor", alors là...
Anywhere out of the world
Répondre
#10
- Fautes et lourdeur de style. Elles ont tendance à me sauter aux yeux et à déclencher des pulsions de correction qui me sortent complètement de ce que je lis. J'ai une TRÈS faible tolérance à ces erreurs, j'atteinds très vite le stade où elles m'empêchent de me plonger dans l'histoire et me font constamment passer en mode "correcteur".

- Manque de réalisme/crédibilité/cohérence/logique. Je suis également particulièrement intransigeant et irascible sur ces points, j'ai une sainte horreur des trous de scénarios, des évènements/situations improbables, des deus ex machina, des coïncidences commodes, des réactions illogiques, des plans foireux qui marchent, des absurdités présentées comme des vérités évidentes, etc.
Tout comme le point précédent, ça me pourris la lecture extrêmement vite, et ça me sort complètement de l'histoire en me faisant rager.
D'ailleurs, ce côté me gâche un nombre non négligeable de films/livres/animés et compagnie, je ne peux juste pas supporter un scénario illogique et incohérent, ou des personnages qui n'agissent pas en fonction de leurs caractères - ça me rend particulièrement impossible à encaisser les fillers ou les histoires rajoutées qui voient des changements assez majeurs dans les thèmes et les personnages par rapport à l'histoire originale.

- L'écriture expiditive. Quand on a l'impression qu'on est juste devant une série de lignes de commandes ("Vous arrivez devant un garde. Allez-vous l'attaquer (allez au X) ou continuer (allez au Y) ?"). Aucun effort pour faire entrer le lecteur dans la peau du personnage, aucune impression d'y être. Bleh.

- Et également, l'écriture inutilement précieuse (essayer de faire de grandes phrases avec plein de tournures pesantes pour faire comme si on était un grand écrivain). C'est juste artificiel et pédant.

- Enfin, les clichés. Je supporte les classiques s'ils sont bien traîtés (sauver la princesse, aucun problème ; tuer le sorcier, aucun problème ; le donjon final, aucun problème ; le monde ultra-conventionnel avec les nains, les elfes et les orques, aucun problème), mais les trucs qu'on voit venir à dix bornes et qui sont usés jusqu'à la moëlle, je peux pas (le mec gratuitement désagréable avec le héros qui est donc forcément le traitre, le gars qui montre la photo de sa femme et sa fille juste avant une bataille et qui donc meurt, etc.).
En gros, le scénario ne me gène pas quelque-soit son niveau de classicisme, mais il faut qu'il soit bien traîté.

Les règles, j'ai même tendance à préférer celles qui sont longuement développées et complexes (je relis souvent les bouquins de règles de JdR, les trucs de 300 pages uniquement sur les règles là, juste pour le plaisir après tout), mais je peux également tout à fait apprécier celles qui tiennent en quelques lignes, voire aucune règle du tout.
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#11
(14/10/2012, 00:54)Akka a écrit : - Manque de réalisme/crédibilité/cohérence/logique. Je suis également particulièrement intransigeant et irascible sur ces points, j'ai une sainte horreur des trous de scénarios, des évènements/situations improbables, des deus ex machina, des coïncidences commodes, des réactions illogiques, des plans foireux qui marchent, des absurdités présentées comme des vérités évidentes, etc.
Tout comme le point précédent, ça me pourris la lecture extrêmement vite, et ça me sort complètement de l'histoire en me faisant rager.
D'ailleurs, ce côté me gâche un nombre non négligeable de films/livres/animés et compagnie, je ne peux juste pas supporter un scénario illogique et incohérent, ou des personnages qui n'agissent pas en fonction de leurs caractères - ça me rend particulièrement impossible à encaisser les fillers ou les histoires rajoutées qui voient des changements assez majeurs dans les thèmes et les personnages par rapport à l'histoire originale.
Copin

(14/10/2012, 00:54)Akka a écrit : Les règles, j'ai même tendance à préférer celles qui sont longuement développées et complexes (je relis souvent les bouquins de règles de JdR, les trucs de 300 pages uniquement sur les règles là, juste pour le plaisir après tout), mais je peux également tout à fait apprécier celles qui tiennent en quelques lignes, voire aucune règle du tout.
T'as essayé Anima ?
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#12
Moi je suis très indulgent car je sais qu'une avh c'est fait par des fans / amateurs donc si les fautes sont pas trop nombreuses je fais abstraction.

Pareil si le scenario comporte qq incohérences.
Pour les règles je décroche si les combats sont trop complexes a gérer.
J'aime pas les énigmes trop "matheuses", ça ca me donne souvent envie de tricher.
Comme beaucoup ici j'aime pas me trimballer 150 objets tous plus inutiles les uns que les autres.
Et bien sur les OTP ne me plaise que si il y' a un + ou une bonne raison (style labyrinthe de la mort ou manoir de l'enfer)
Répondre
#13
Pour moi, le pire c'est un scénario sans intérêt ou un personnage à qui je ne m'identifie pas du tout. Si je me demande, "mais qu'est-ce que je f*che ici" ou "c'est qui ce nul qu'on me fait jouer ?", je vais arrêter l'AVH vite fait.

Ce qui vient ensuite, ce sont les incohérences du scénario. Un moment de "WTF ?" peut faire disparaître tout l'intérêt que je trouvais à l'AVH.

Les fautes d'orthographe ou la difficulté excessive sont agaçants bien sûrs, mais si l'histoire est intéressante ça ne m'empêche pas de m'accrocher.
Évidemment si j'ai l'impression d'une simple balade de santé, ça ne va pas m'encourager à la reprendre une fois finie…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#14
(14/10/2012, 00:54)Akka a écrit : le monde ultra-conventionnel avec les nains, les elfes et les orques, aucun problème

Je ne suis pas tout à fait d'accord. Avec l'expérience, on commence à réaliser que peut importe l'AVH, il faut fuir ou combattre les orques et plutôt parlementer avec les elfes.
C'est plutôt simple de, sans s'en rendre compte, tomber dans le piège de la routine de chaque créature différente. Sans problème, on peut s'arranger pour faire une situation insolite, mais qui cadre avec l'histoire. Mais le mieux est de glisser des inventions sur le dur chemin jusqu'à la victoire, comme la carotte-vampire, dans les Les Portes de l'Au-delà.
Attention, je parle d'une action courte. Je préfaire même les kill-the-sorcer à d'autres aventures plus originals, car ainsi, je sais que je ne tomberais pas sur un bisounours qui doit chercher l'arc-en-ciel
Répondre
#15
Mais VOILÀ un concept ! un bisounours qui doit tuer le sorcier ! JeSors
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)