Emergence
#16
En ce qui me concerne j'ai vraiment eu l'impression d'être dans Les Fourmis revisité en AVH, car j'ai trouvé beaucoup de "Werber" dans les situations, la grande expédition, les ennemis, l'arrivée chez les humains, et même dans la fin pleine d'ironie cruelle, qu'il n'aurait vraiment pas renié je pense.

Là où on s'en démarque par contre c'est au niveau du style, qui est nettement meilleur. C'est peu flatteur envers Werber mais bon c'est mon avis, je n'ai jamais aimé sa manière d'écrire. C'était contrebalancé par ses idées originales et intéressantes, enfin à ses débuts, avant qu'il ne propose sans cesse le même réchauffé.

Là le texte passe bien, les moments de vulgarisation scientifique sont intégrés de manière fluide dans le texte, on n'a pas l'impression d'un cours magistral façon encyclopédie du savoir relatif et absolu (même si j'aimais bien ces passages chez Werber).

J'ai pris une artilleuse, et je n'ai jamais été à cours de munition. Par contre pour la bouffe c'est assez tendu. Je n'ai pas trouvé assez de ressources, enfin je crois: il me semble avoir confondu à un moment mon propre ravitaillement et le ravitaillement collectif...

Parfois j'ai eu du mal à discerner avec certitude si les baisses (d'unités de temps par exemple) étaient bien "normales" ou si elles étaient des rappels de ce qui était indiqué au paragraphe précédent. J'ai aussi eu un peu de mal avec les descriptions "abstraites", enfin je veux dire avec le point de vue "fourmi qui ne connait rien du monde des humains", pour savoir vraiment quel élément ma fourmi était en train d'explorer. Des "panneaux", des "cylindres", ce n'est pas si évident, même si je n'ai pas fait assez d'effort d'identification de mon côté, je le reconnais volontiers^^.

Je crois que, comme pour Hissa de Makan, l'aventure gagnerait à être plus longue. J'aurai bien vu des phases de combat plus nombreuses, quitte à ce qu'on dirige un groupe de fourmis plutôt qu'une fourmi seule dans un groupe. Un bon combat général comme dans le livre de Werber. On utiliserait nos artilleuses puis les fantassins. Dans un style AMC, quoi (Aventurier Myrmécéen Colonial^^). Peut-être aussi gérer des alliances/trahisons pour un côté moins scientifique mais plus fun? Des sortes d'intrigues de fourmillière comme c'est un peu le cas chez Werber avec les fourmis à l'odeur de roche.
Je suis peut-être passé à côté, mais je n'ai pas rencontré la possibilité de trophallaxie. Ce serait une condition pour convaincre d'autres éléments de nous suivre?

Bref, comme ma fourmi je suis un peu resté sur ma faim, c'était bien donc j'en aurai voulu plus!
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#17
Merci pour ce feed !

J'avais lu le début des fourmis il y a quelques mois, et je trouvais moi aussi le style de Werber assez imbuvable (alors que j'étais fan il y a une dizaine d'année)... je ne sais pas si pour autant j'ai fait mieux, mais j'accepte le compliment Smile

Oui, il faudra qu'un jour j'écrive des AVHs plus conséquentes, mais j'ai tendance à vouloir condenser le récit (et il est plus facile d'utiliser des formats courts).
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#18
J'avais la phéromone de séduction pour ma seconde tentative et elle s'est révélée bien utile (évitant notamment à ma fourmi de finir dans le gosier d'une plante carnivore).

Il y a eu des moments dans l'aventure où je trouvais que ces fourmis faisaient tout de même preuve d'une force physique exagérée, notamment lorsque quelques-unes d'entre elles réussissent à flanquer par terre une bouteille remplie.

Show ContentSpoiler:


L'idée qui sert de base à l'aventure est d'une originalité audacieuse que j'ai appréciée. Il y a visiblement eu un travail de recherche conséquent sur les fourmis et cela donne de bons résultats.

Avoir un protagoniste aussi éloigné de la nature humaine (par sa forme physique, mais aussi son côté dépassionné, son esprit de groupe...) est un défi considérable. La narration traite cela de manière cohérente et réaliste (d'après ce que je me souviens des livres de Werber que j'ai lu, il avait quelquefois tendance à anthropomorphiser les fourmis, ce qui n'est pas le cas ici).

Le problème (peut-être insurmontable) est bien entendu qu'il est difficile de se passionner pour ce qui arrive à un être à la personnalité quasi-robotique. Je pense qu'il n'était peut-être pas une excellente idée d'utiliser la narration à la troisième personne : le fond de l'aventure engendrant nécessairement une certaine distance entre le personnage et le joueur, il me semble qu'il aurait mieux valu que la forme n'y contribue pas.

Les descriptions de l'environnement d'un point de vue de fourmi sont techniquement bien faites. Lorsque nous évoluons dans des cadres dûs à la main de l'homme, il m'arrivait cependant d'éprouver une certaine frustration lorsque je n'arrivais pas à saisir clairement de quel genre de lieu il s'agissait (des illustrations en nombre un peu supérieur résoudraient très efficacement ce problème).

Je conclus sur une observation mesquine... Alendir, tu me faisais observer que je n'utilisais pas correctement le verbe "assumer" dans Au coeur d'un cercle.... Je te renvoie la balle : au paragraphe 40 d'Emergence, tu emploies le mot "concussion", qui désigne en français un type d'abus de pouvoir commis par un fonctionnaire. Tongue
Répondre
#19
Émergence

Une aventure dans le monde des fourmis.

I Écriture
Le style objectif rappelle immédiatement le ton d'une nouvelle de SF "hard". Le vocabulaire parfois riche et précis évite toutefois les excès et fournit une lecture agréable et stimulante.
Une mission d'exploration donne le fil conducteur de ce récit original à la troisième personne, où nous suivons et influençons une fourmi selon une intrigante relation d'esprit possesseur.
Show ContentSpoiler:

Les descriptions du monde humain par les yeux d'un insecte sont des énigmes intéressantes - et pourraient être un peu plus exploitées en tant que telles. Les illustrations, ou les projets d'illustrations, sont actuellement contreproductifs.

La cohérence de l'organisation myrmicéenne, bien transmise, permet de saisir efficacement le background nécessaire à la prise de décision. En revanche, l'identification émotionnelle est plus rare. Quelques touches culturelles comme « plus de phéromones de peur que de mal » sont bien trouvées - et mériteraient d'être plus développées pour combler ce manque. L'exception du §69 interpelle d'autant plus, avec son intensité, ses conséquences si définitives, son mode si différent du nôtre.

II Jeu
Les chemins de l'AVH sont structurés classiquement, avec des choix justifiés.
Show ContentSpoiler:
Deux ou trois essais peuvent donc être nécessaires pour trouver le meilleur chemin.
Un grand plus sont les nombreuses options de départ, à la fois ingénieuses et tactiquement intéressantes, qui donnent un aspect balistique à l'histoire, surtout quant aux combats: on se prépare soigneusement, puis une fois lancé on en subit les conséquences avec peu de correction en cours de route.
C'est un mécanisme intéressant qui renforce en seconde lecture la sensation du risque que représente l'expédition: beaucoup se joue au départ.

Les règles de combats sont simples et efficaces, les tables à évènements et les contraintes de tenir un certain nombre d'assauts permettent de scénariser un peu.

La possibilité de compagnons et les gestions ponctuelles de temps ou nourriture pimentent agréablement le gameplay.


En conclusion, c'est une AVH originale et bien ficelée, que j'ai pris plaisir à vivre.


Errata:
Au §12, au lieu de « si le temps de réserve est épuisé », dire « si les 6 unités de temps sont épuisées... » pour les têtes de linottes comme moi qui surestiment leur mémoire et ne notent pas tout.

Au §57: « accélère / ne tarde pas / rapidement / très peu de temps » est un peu répétitif.

AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#20
Merci à vous deux pour vos feeds! Big Grin

Concernant l'émotion, j'ai justement essayé d'en mettre le moins possible pour rendre mieux compte le point de vue d'un insecte, aux réflexes primitifs. Mais du coup, je n'ai pas aimé écrire cette aventure, et il est naturel que certains lecteurs trouvent que l'histoire manque d'émotions. C'était voulu mais peut-être pas une bonne idée, plutôt un défi que je m'étais posé...
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#21
L'idée est bonne et ta démarche justifiée, mais puisque tu prives le lecteur de son ancrage émotif habituel, il faut à mon avis lui donner d'autres clefs. La création d'une pseudo- culture myrmicéenne via le détournement des expressions me semble une bonne trouvaille: c'est à la fois un pont, mais l'humour maintient une distance face à cet anthropocentrisme.
Et puis, tu as bien trouvé ça:
Show ContentSpoiler:
La description rationnelle s'approche si près de la boîte noire qu'est la fourmi qu'on perçoit bien que quelque chose d'à la fois familier et étrange l'habite.
Ce point de vue à fleur de carapace peut colorer un peu plus tes descriptions pour nous faire sentir l'individu. A équilibrer, je pense, avec l'influence du groupe, qui mérite encore un peu de recherche créative pour trouver comment la faire sentir au lecteur.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#22
À vrai dire et en toute modestie Mrgreen, cela fait partie du passage que j'ai coécrit - cf les notes de fin.

Alendir a fait passer mon morceau de l'imparfait au présent, augmentant ainsi nettement son impact; et a remplacé mon très médiocre 'antennes qui s'agitaient comme des mâts dans la tempête' par le bien meilleur "s'agitaient follement" ( ma seule excuse pour une comparaison aussi nulle, c'est que j'avais encore la tête au Sindbad Mrgreen )
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#23
Et bien je pense que tu apportes une touche intéressante dans ce cas, votre coécriture est synergique; avez-vous coécrit d'autres choses?
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#24
Merci.

Rien d'autre; et là c'était parce que j'avais perdu un pari sur l'identité de l'auteur du 3° volume de la Venue du Froid sans Fin
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#25
Comme quoi il est bon de parier avec moi Mrgreen
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#26
disons que c'est instructif, je n'ai jamais appris autant sur l'anatomie des fourmis Mrgreen
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#27
Incarner une fourmi ? Quelle bonne idée !

J’ai toujours rêvé de jouer un personnage miniature (j’avais eu un avant-goût avec Namin le gnome qui m’avait rappelé mon enfance et les Minipouss) et ici la fourmi me fait irrésistiblement penser à « Chérie j’ai rétrécie les gosses ». Pas pour le côté comédie familiale mais pour le côté « avoir une vue d’en bas sur le monde des grands ».
Les règles sont explicites, pas compliquées et le fait de pouvoir choisir un « type » de fourmi offre un avantage lors d’une relecture.
La description du monde « myrmicéen » est fait avec une sensibilité ressentie : pas documentaire, pas informatif anonyme, un vrai travail pour s’approprier « leur » monde à été fait. Du moins c’est ce que je ressens.
Chaque couloir de la fourmilière est décrit avec raffinement, on se sent chez nous, immédiatement. Le choix des mots et la longueur des phrases sont choisis avec précision, un exemple parmi tand d’autres qui j’ai beaucoup apprécié :
Show ContentSpoiler:
Une question m’est souvent venue à l’esprit : j’ai perdais des niveaux de faim assez régulièrement mais je n’en ai jamais regagné. Dans les règles tu précises que l’animal suivra son instinct et mangera dès qu’il en aura l’occasion. J’ai donc pris la liberté de me servir dans les gains de mes explorations (notamment
Show ContentSpoiler:
pour remonter mes niveaux de faim. J’ai compté un niveau de faim en plus par unité de bouffe en moins.
J’étais au niveau famélique et vitalité défaillante…

L’utilisation de la troisième personne ne m’a pas dérangé plus que ça. Le fait de diriger une fourmi au lieu de l’incarner y est peut être pour quelque chose, j’aurais peut être eu un peu de mal à « incarner » un insecte (ou pas) mais cette liberté prise par rapport au « vous » traditionnel passe très bien.

Première tentative :
J’ai joué une première fois en incarnant une artilleuse.
Au niveau options du départ j’ai choisi :

Show ContentSpoiler:
J’ai combattu un félin roux, qui n’a pas vraiment aimé mes jets d’acide (attends, j’ai de la famille sur LV426 moi !) et je dois avouer que je me suis pris au jeu du David à mandibules contre Goliath à griffes.
Les passages comme la traversée du cours d’eau sont très représentatifs du monde « tout petit » dans lequel évoluent les fourmis et nous fait bien prendre conscience qu’un rien pour nous, humains, est une montagne pour ces petits insectes. Très poétique comme vision des choses, très raffiné.
NB :Tiens ça m’a filé envie de lire les bouquins de Werber ça !

Je me suis fait tuer
Show ContentSpoiler:
.
Je n’ai pas toujours bien saisi ce que tu voulais décrire vu par les yeux des fourmis, et surtout ressenti en terme d’odeurs :
Show ContentSpoiler:
Deuxième tentative :
J’ai joué une… Artilleuse ! Oui j’insiste !
Options choisies :
Show ContentSpoiler:
Je change de destination et très vite je comprends mieux dans quelle époque et quel univers j’évolue. Bien vu Alendir, la surprise était d’autant plus grande lorsque j’ai compris où je posais mes pattes…
J’avais noté les chemins empruntés précédemment donc je change mes routes à chaque occasion. Je me fais à nouveau cintrer dans
Show ContentSpoiler:
Troisième tentative :
Je régénère au paragraphe précédent et je change d’optique. Quelques paragraphes plus loin re-mort
Show ContentSpoiler:
Quatrième tentative :
Je visite les derniers lieux qui m’étaient inconnus et je retourne vers
Show ContentSpoiler:
J’obtiens enfin la fin que je voulais, celle
Show ContentSpoiler:

Au final ton avh est une tuerie !
Poétique, mystérieuse, élégante et cruelle.
Et que dire de ta conclusion ? Juste magnifique et parfaitement adaptée à ce que je pense aujourd’hui…

Vraiment merci pour ce fabuleux moment.
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#28
Merci pour ce magnifique feed, et pour toutes ces tentatives ! Big Grin
J'avoue que c'est une AVH que j'avais détestée écrire voilà un an (trop dépourvue d'émotions, du coup juste après j'avais écrit "La der des ders", la fameuse NVH en argot bien bourrine), mais tu m'as donné envie de la relire Mrgreen (j'y jette actuellement quelques coups d'oeil et je me dis que j'y ai laissé pas mal de tournures de phrases bancales)

Bon, je pensais depuis quelques temps qu'il faudrait que je me mette à lire les AVHs du Yaz (j'avais failli me mettre à la tienne quand je me suis rendu compte que les règles faisaient 15 pages xD ). Ce feed me pousse à m'y remettre.

A posteriori, je me rends compte que le titre "Emergence" est très bien choisi : c'est un terme utilisé en vie artificielle (dont j'ai quelques cours en ce moment) qui traduit le fait que de certains systèmes composés d'éléments simples puisse sortir des comportements imprévus par l'homme, bien que ce soit celui-ci qui ait créé ces systèmes (ici il n'a pas créé les fourmis à proprement parlé, mais ses activités ont eu des implications).
Show ContentSpoiler:
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#29
Ouais beh ne la déteste pas, relis là tu verras que tu tiens là une sacrée belle aventure. Du James Cameron ou du Paul Verhoeven en écrit quoi... Cool

Pour mon avh en revanche, ne soit pas inquiet, un résumé des règles existe, il ne comporte "que" 5 pages... Twisted

Donc tu as des cours de "vie artificielle" , Et tu prépares quoi comme diplôme ?
Ingénieur chez Cyberdine, Skynet, OCP ? La vache ça en jette des cours comme ça ! Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#30
Pour info, je pense produire une version corrigée de cette AVH d'ici peu de temps, étant donné que j'ai décelé pas mal d'erreurs d'orthographe et de tournures maladroites lors d'un rapide survol. Donc, pour ceux qui ne l'ont pas encore lue, attendez une semaine ou deux avant de la découvrir ^^

Sunk Flèche Oui, je me vois bien ingénieur chez Skynet. La fin du monde a débuté dès le moment où ils m'ont accepté en stage Mrgreen
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)