Ultima Dea (Skarn)
#16
Je viens de terminer "Ultima Dea". C'est un sacré morceau d'écriture que tu nous as pondu mon cher Skarn ! Et un sacré casse-tête sans aucun doute pour toi, au niveau conception...

Je suis arrivé au 35 mais je pense que j'ai du foiré quelque part pour finir sans y laisser ma peau plus tôt. J'ai regardé tes chemins-soluces et effectivement j'aurais du mourir. J'ai utilisé le mot
Show ContentSpoiler:
comme pouvoir permanent (en fait j'ai compris que mon score d'Endurance ne pourrait [i]jamais(/i] être inférieur à 1...)
Bon tricheries mises à part, ton avh est excellente.

J'ai beaucoup aimé la façon dont elle est introduite (le poème très fantasy, limite mythologie grecque), j'ai beaucoup aimé la façon dont elle se termine (la fin 1).
Ton style d'écriture est très personnel (les tournures de phrases, les temps utilisés) et surtout les flashbacks intercalés entre les scènes d'action sont vraiment efficaces. dur à capter pour le premier (erreur de renvoi, se dit-on immédiatement ?), mais une fois familier du style, on l’apprécie et on contemple. Limite on l'envie !
Les détails de l'empereur sont parfaits, tous les paragraphes évoquant les phases de combats sont visuellement très évocatrices. Du très, très bon boulot. J'ai notamment pensé au combat de Gandalf face au Balrog dans les mines de la Moria, ou encore à un héros grec combattant un titan. Un combat perdu d'avance mais qui grâce aux réflexions propres à un homme possédant la science de la guerre, devient un combat où il subsiste une mince chance de vaincre.

Les mots de passe apportent un plus qui du coup permet de ne pas jouer aux dés, mais là où la chance aléatoire des dés s'enfuit, c'est la chance aléatoire des choix qui surgit : et elle est traître !
Les incarnations des différents protagonistes (La mort, Destin, chance) nous donne l'impression d'évoluer au sein d'un panthéon divin et d'être nous-même un demi-dieu.

Pour finir je dirais que j'ai lu les paragraphes assez lentement pour en apprécier toutes les valeurs littéraires et romanesques (c'est français ça ?). Et elles sont nombreuses Wink

Ton avh se démarque réellement des autres par son style à part, sa structure unique et son univers captivant, finalement réduit à quelques minutes de temps réel (quelques coups d'épée et basta). Tu as su capturer le temps et le distordre avec maestria. De plus, tu as réussi à pondre une aventure qui au final se résume au combat éternel du bien contre le mal, en y intégrant diverses possibilités (les fameux choix Vie/Mort- Destin/Chance- Habileté/Courage) qui donne à cet affrontement une allure de questionnement personnel, une sorte de travail sur nous-même – nous-même, j'entends lecteur.

Félicitations, j'ai adoré. Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#17
J'ai beaucoup apprécié cette mini AVH.

C'est une analogie bidon mais la structure m'a fait pensé aux jeux GROW d'EYEZMAZE (dans ces jeux là, le joueur doit choisir dans quel ordre il faut agencer une série d'éléments alors qu'ici, on choisit quel code retenir à chaque embranchement, mais dans les 2 cas les rélectures sont très agréables).
J'ai terminé l'aventure en deux tentatives : je suis mort la première fois avec le mot 'MORT' et j'ai survécu avec le mot 'VIE'.

C'est la deuxième aventure de Skarn que je lis avec La Reine des Fleurs et pour le moment, je n'ai vraiment pas été déçu !
Répondre
#18
Amazing.
Répondre
#19
Faudrait peut-être que je réponde à ces différents feedbacks quand même.

sunkamnitu, ta tricherie involontaire rejoint en fait une des mes idées abandonnées :
Show ContentSpoiler:

À peu près tous les lecteurs m'ont fait remarquer que l'on croit à une erreur de renvoi dès le premier paragraphe, mais je ne pense pas que j'arriverai à corriger ce problème simplement.

sunkmanitu a écrit :mythologie grecque [...] un héros grec combattant un titan
La mythologie grecque est effectivement une inspiration assez claire. Dans la plupart des légendes, le héros croise toujours son protecteur divin qui lui refile conseils et équipement (Persée, Ulysse...). J'ai mélangé ça à la mythologie hindoue, en particulier la légende de Ravana, un démon, qui, en réponse de piété, s'était vu accorder une invulnérabilité contre les autres dieux et les démons, ne pouvant ainsi plus être tué que par les humains. Mes souvenirs en la matière sont flous, mais l'idée d'abuser des privilèges divins me plaisait beaucoup.

sunkmanitu a écrit :Les mots de passe apportent un plus qui du coup permet de ne pas jouer aux dés, mais là où la chance aléatoire des dés s'enfuit, c'est la chance aléatoire des choix qui surgit : et elle est traître !
Pas faux, pas faux. Surtout qu'ici, aucun choix n'est réellement meilleur que l'autre en apparence, selon la façon dont on l'interpréte. J'ai l'impression d'avoir évité les Choix Déments à la Outremer, mais il y aura forcément quelqu'un qui va penser à l'inverse de moi, et s'acharner dans des voies suicidaires.

oorganh a écrit :Amazing.
Best. Feed. Ever.
Répondre
#20
(20/06/2012, 11:14)Skarn a écrit :
oorgan a écrit :Amazing.
Best. Feed. Ever.

Écoute, je ne tenais pas à faire un truc long et pas constructif, ni à redire ce qui a déjà été dit : la structure est véritablement formidable, de même que la façon de distordre le temps. Les réflexions de cette oeuvre aussi. Ah si, pourtant : je n'ai pas réussi à accéder à la fin 2 (ne suis pas sûr du numéro) et j'aime particulièrement l'ironie de la fin 4.
Répondre
#21
Est-un avion ? Est-ce un oiseau ? Est-un ovni ? Non, c'est la version 2 d'Ultima Dea qui est là avec même pas six mois de retard. Au programme :
  • 5 nouveaux paragraphes
  • 3 nouvelles fins (deux mauvaises, une bonne)
  • Des corrections orthographiques et syntaxiques (il manquait des mots dans certains phrases...)
  • La suppression du système de points de vie, inutile

Pas au programme de cette mise à jour :
  • Un graphique de l'aventure : j'ai essayé, mais c'était totalement illisible, tous les chemins se recoupant dans tous les sens
  • Des alexandrins : de l'avis général, y compris le mien, la prose sonnait nettement mieux
  • La suppression des notions de genre du protagoniste pour l'anonymiser au maximum (parce que je ne suis toujours pas convaincu que cela soit une bonne idée)

Il reste peut-être des ultimes problèmes d'orthographe ou de structures. Si cela est le cas, n'hésitez pas à me les signaler. J'ai moi-même repéré quelques incohérences de construction que je n'ai pas encore trouvé comment contourner simplement (certains chemins sont clairement avantagés par rapport à d'autres, et d'autres se recoupent un peu trop violemment à mon goût).

Tout ceci est téléchargeable sur Littéraction.

***

(21/06/2012, 19:41)oorgan a écrit :
(20/06/2012, 11:14)Skarn a écrit :
oorgan a écrit :Amazing.
Best. Feed. Ever.
Écoute, je ne tenais pas à faire un truc long et pas constructif, ni à redire ce qui a déjà été dit

Crois-le ou non mais c'était un compliment non ironique. La brièveté, c'est bien.
Répondre
#22
J'ai refait l'AVH aujourd'hui. Cette nouvelle version est vraiment bien, plus aboutie. Je crois que cette fois tu as obtenu la quintessence du concept! En effet, la disparition du système de points de vie ne se fait pas sentir. On vois que tu as remanié ton texte qui parait plus ciselé, et les nouvelles fins sont très sympa, bien tournées, imaginatives, tu as vraiment un don pour l'écriture!

Cette fois, j'ai réussi à ma 1ère tentative, et j'ai obtenu la fin numéro 6... La petite phrase à la fin du paragraphe m'a alors interpellé, et je me suis dit qu'il y avait quelque chose à creuser. J'ai trouvé la clé de l'énigme sans trop de difficulté, même si je n'ai pas vraiment joué franc-jeu en obtenant toutes les fins à la loyale... Superbe idée en tout cas!

Cette AVH est vraiment unique: c'est une aventure de 40 paragraphes, mais il est nécéssaire d'en parcourire une centaine pour obtenir la vraie fin... Voila qui n'est pas commun!

A tous ceux qui n'ont fait que la version 1 de cette superbe aventure: certes, vous avez triomphés de l'Empereur, mais vous n'êtes pas encore de vrais héros! Moi en revanche j'en suis un! Venez me rejoindre au Walhalla... Wink
Répondre
#23
(20/06/2012, 11:14)Skarn a écrit : J'ai l'impression d'avoir évité les Choix Déments à la Outremer

A partir de maintenant, je n'accepterai plus ce genre de remarques de la part d'un tordu qui a imaginé des fins accessibles de manières que seul Paul Mason trouverait sensées. Tongue


Oui, donc, j'ai finalement joué à la V2 de l'aventure. Les points de vie étaient assez superflus dans la V1 et ils ont été adroitement éliminés ici, ce qui est tout à fait pour le mieux.

Parmi les trois fins supplémentaires, deux sont en réalité des PFA, mais ils sont nettement plus détaillés et imaginatifs que les classiques "Vous êtes mort et le monde va être détruit par les forces du mal". Je les ai bien aimées toutes les deux.

La fin ultime a visiblement été inspirée par les "visual novels" où on ne peut atteindre la fin idéale qu'après avoir déjà découvert toutes les autres. Je ne sais pas si ce genre de choses me brancherait dans un jeu qu'il faut des heures pour terminer, mais ce n'est pas une mauvaise idée pour une AVH brève de ce genre. Pour atteindre cette fin, il faut cependant avoir joué au moins six fois à l'aventure, ce qui est tout de même beaucoup (considérant qu'il n'y a que quatre choix à faire et que les éléments de l'aventure restent essentiellement les mêmes, bien que dans un ordre variable).
De manière générale, cette fin ultime est une bonne conclusion à l'aventure. Une fois que le joueur a essayé tout l'écheveau des choix et des parcours accessibles, elle lui offre une voie qui lui permet d'y échapper et de parvenir à un meilleur résultat.
Répondre
#24
J'avoue, l'astuce de construction qui permet d'accéder à la fin bonus n'est pas sans rappeler celle des Mercenaires du Levant, qui est encore, plus de vingt ans après, l'idée la plus tordue jamais imaginée à ce jour dans le monde des LVH ou des AVH.

Show ContentSpoiler:

C'est effectivement un mécanisme très courant dans les VN que de cacher certaines voies lors des premières lectures. Autant cela apporte une récompense au joueur persévérant, autant je trouve souvent cela assez artificiel. Généralement, cela prend la forme d'un choix que l'ordinateur ne vous propose purement et simplement pas lors de votre premier parcours, quelles qu'aient été vos décisions. Par contre, dès que vous avez débloqué un certain événement dans le jeu (généralement une fin précise), ce choix surgit comme s'il avait toujours été là. Magie !

Moins conflictuel, un épilogue général, une fois toutes les voies terminées, est aussi une pratique courante. Comme je trouvais ces concepts encore trop simples, j'ai mélangé les deux. Accessoirement, procéder ainsi m'éviter de modifier les embranchements existants, ce qui est devenu une sorte de hantise chez moi, parce que j'ai l'impression que changer un seul renvoi risque de tout faire exploser. J'ai essayé de faire un graph' de l'aventure. J'y ai perdu la moitié des cheveux sans réussir à produire quoi que ce soit de lisible.

Sur l'intérêt de la chose... J'avoue ne pas savoir. J'aime bien l'idée des contenus bonus réservés aux joueurs acharnés (par exemple la quête secondaire dans Les Noyés de Zyx) mais j'ignore dans la pratique quelle portion de joueurs est prête à dépecer son ouvrage à la recherche de ce genre de su-sucres. À mon avis, cela dépend à la fois de la qualité générale du livre et de l'art de l'auteur d'en suggérer l'existence sans trop en dire pour attiser la curiosité de son lecteur.
Répondre
#25
Skarn, tes oeuvres sont toujours des moments de lecture inoubliables (je tenais à le dire Smile)
Concernant Ultima Dea, j'ai une petite question pour le paragraphe 9, il y a deux fois un renvoi au paragraphe 22 est-ce normal ?
Au plaisir de te lire.
Répondre
#26
À chaque fois que je repasse sur une des anciennes avh, j'y découvre de nouvelles fautes d'orthographe... Mais dans le cas d'Ultima Dea, c'est surtout un joli mal de crâne qui m'accueille, car j'ai toujours le plus grand mal à retrouver les liens de causalité entre les différents paragraphes.

J'ai l'impression que c'est normal au sens que cela ne crée pas de bugs. Je suppose que j'ai dû fusionner deux paragraphes proches par le sens et faire un bête remplacement automatique, d'où ce doublé. À moins qu'il s'agisse d'une façon maladroite d'empêcher l'accès à la seconde alternative au cas où le joueur aurait les 4 mots de passe à la fois.

Cependant, je n'en suis pas sûr. Il faudrait que je dissèque intégralement la chose pour m'en assurer, ce qui va me demander beaucoup de calme et de patience.

Dans l'immédiat, continue à jouer comme si le texte avait raison, et si tu as l'impression que cela provoque des incohérences, n'hésite pas à me le remonter, cela voudra probablement dire que je me suis trompé quelque part.
Répondre
#27
Errant comme une âme en peine sur "Litteraction", je suis tombé par hasard sur Ultima Dea.
J'ai trouvé ça terrible ! Le style est flamboyant, onirique et plein de poésie. Défilaient dans ma tête au cours de ma lecture les scènes de combat sous forme d'un dessin animé qu'aurait illustré Franz Frazetta, le tout porté par une musique de Verdi (le requiem, Dies Irae bien évidement). Excellent moment donc même si je n'ai pas (à mon avis) atteint le meilleur épilogue ( il me satisfait néanmoins par sa dramaturgie Shakespearienne et l'équité cosmique qu'il provoque comme semble le souhaiter la Mort : la fin d'un héros).
Bravo.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)