[43] Le Repaire des Morts-Vivants
#1
Hou ! Prenez peur ! Voici le Repaire des Morts-Vivants ! Le titre français n'est pas franchouillard, pas tant par rapport à ce que l'oeuvre est censé exposer.

Bon, présentons les auteurs : Dave Morris, et Jamie Thomson, pour ne citer qu'eux ! Ils sont très aimés dans le domaine des LDVH, et leur collaboration dans le monde des DF, certes minime, a déjà vu un bel apport avec l'Epée du Samouraï (qui est oeuvre des Jamie Thomson et de Mark Smith). Me voici donc plongé dans le Repaire des Morts-Vivants. Résumons l'histoire : le Gouverneur Braxis envoya un message annonçant qu'il allait perdre sa place-forte devant Mortis, un seigneur mort depuis belle lurette, et qui a invoqué une armée de morts-vivants.

Le but du héros (toujours anonyme) est donc d'atteindre le domaine des morts-vivants pour y mettre fin, avant qu'elle ne fasse la jonction avec les pirates. Pour cela, le héros est doté d'Endurance, Chance et Habileté (les ingrédients nécessaires pour faire un DF, bon ou mauvais) et de deux caractéristiques supplémentaires : Détermination, qui désigne la capacité à résister aux horreurs mortes-vivantes, et qui peut monter jusqu'à 12. Et risque d'alerte, lors de la visite de la citadelle de brûlesang, où le héros devra se montrer le plus discret possible. Donc des caractéristiques qui ont su faire leur preuve. La détermination se calcule à 1dé + 5, mais augmente si l'on est Déterminé et diminue dans le cas contraire, ce qui donne un peu de piment pour la moyenne du jeu, mais risque d'être assez facile au cas où l'on commence avec un résultat très élevé (par exemple... 11).

Une mini-particularité de l'histoire est de posséder également un bracelet de télépathie, ancêtre du téléphone portable pour avoir l'avis du public (qui est le général et responsable supérieur du héros, qui commence mercenaire). La première étape est donc un voyage, dans les pleines contrées à visiter. Il pourra aller de village en village, rencontrer des personnes qui s'opposent temporairement à des morts-vivants ou à des pirates. Sans trop gâcher le plaisir du lecteur, on peut dire que c'est de la visite typique à la "Vengeance des Démons". De surcroît, il possible d'obtenir des artefacts relativement puissants, dont la Lance de Seighlière qui permet de doubler les dégâts face aux morts-vivants.

Une fois arrivé dans l'enceinte de la citadelle, le tout est de rester le plus discret. On en vient alors à la chance : des combats qui durent trop longtemps renforcent les bruits étranges et bizarroïdes, pouvant provoquer beaucoup de problèmes. Cependant, je suis excessivement déçu parce que j'ai terminé le jeu sans tricher d'une manière vraiment simplissime, sans avoir à m'opposer au boss de fin dans un duel (encore un de ces bouquins qui trouvent une méthode alternative pour se débarasser du grand méchant sans bonne caractéristique, encore faut-il parvenir jusque là).

Pour la critique constructive, il s'agit là donc d'un voyage relativement classique entre village avec l'acceptation de quête qui donne souvent un bénéfice assez significatif. Quelquefois la quête est relativement déséqulibrée (par exemple, résoudre la quête de la déesse de la chance nous oppose à un monstre résolument costaud, un 7/20 de mémoire). Comme dit plus haut, la Citadelle peut paraître outrageusement facile. De mémoire (je n'ai pas effectué les combats), la majorité des combats sont faisables avec des habiletés moyennes allant de 7 à 9 (quelquefois 10). De mémoire également il y a peu de moyen de regagner des points d'Endurance, il faut donc faire preuve de courage avec ses provisions.

Intérêt : 70%. Une histoire classique, un voyage, un donjon final. Quelques bonnes idées (une elfe emerveillée et merveilleuse, des traîtres à tout va, un centaure plutôt prolixe et pompeux...)
Difficulté : 75%. J'ai effectué un voyage relativement simple et pas trop dur, avec des combats

EDIT : cette critique est disponible pour tous les sites (bibliothèque des aventuriers, site de jeveutout...)
Il ne faut pas attendre d'être heureux pour sourire... il faut sourire pour être heureux.
Répondre
#2
Je suis essentiellement d'accord avec ta critique. Le style de Morris et Thomson est savoureux et donne du piment au récit. l'histoire, bien qu'ultra-classique au départ, s'acère finalement très intéresssante.
Quelques PNJ hauts en couleurs et une difficulté remarquablement dosés et on comprend que le livre puisse plaire. Smile
Quelques idées originales aussi: l'anneau de communication, la Détermation, le fait qu'on puisse combattre Mortis dans la citadelle ou à l'extérieur, les différents moyens de le vaincre, plusieurs mini-quêtes, le passage du cimetière.....
Par contre, c'est vrai que le passage de la citadelle est relativement décevant: le risque d'alerte ne sert à rien et presque aucun ennemi ne se met en travers de notre chemin. Sad

Cela reste un très bon Défis Fantastiques qui accroche bien le lecteur et qui se laissse refaire sans problèmes.Big Grin

Intérêt: 76 %
Difficulté: 65 %;
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
#3
Glutinus a écrit :Bon, présentons les auteurs : Dave Morris, et Jamie Thomson, pour ne citer qu'eux ! Ils sont très aimés dans le domaine des LDVH, et leur collaboration dans le monde des DF, certes minime, a vu un bel apport avec l'Epée du Samouraï.
C'est Mark Smith qui a écrit L'Epée du Samouraï avec Jamie Thomson.

Avec Oliver Johnson, ça nous fait un quatuor de joyeux lurons créatifs, je comprends qu'on puisse les confondre vu leurs différents projets communs.
Répondre
#4
Morris n'a pas participé à "L'Epée du Samouraï", c'était Mark Smith !

J'aime beaucoup "Le Repaire des Morts-Vivants". Il est certain que c'est l'un des DF les plus faciles (mais il faut dire que les DF sont en moyenne nettement plus difficiles que les autres séries). Mais c'est peut-être aussi le DF doté du meilleur style : les dialogues et la description des lieux et des rencontres sont d'une qualité exceptionnelle, ce qui donne une très bonne atmosphère. J'apprécie également la grande non-linéarité de l'oeuvre et l'imagination qu'on y trouve.
Répondre
#5
OK, merci j'avais un doute mais je n'ai pas eu le temps de vérifier depuis, je vais faire une correc dans la critique !

lol Aragorn tu as déjà fait une critique du repaire des morts-vivants, tu avais mis 80% en intérêt...
Il ne faut pas attendre d'être heureux pour sourire... il faut sourire pour être heureux.
Répondre
#6
Non 8/10. Avec les pourcentages, c'est plus précis.Cool Mrgreen
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
#7
La grande liberté de choix qu'on ressent à la lecture de ce livre est une véritable bouffée d'oxygène : on peut visiter les lieux qu'on veut, à peu près dans l'ordre que l'on veut. Lesdits lieux sont tous fortement marqués (sauf la citadelle, un peu creuse), avec des PNJ hauts en couleur et des mini-quêtes intéressantes. J'ai découvert ce bouquin sur le tard, mais je l'aime énormément.
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre
#8
J'ai également beaucoup aimé ce DF, un de mes préférés. Dans un sens c'est plus les quêtes, l'univers développé qui m'ont séduit. Comme le souligne Meneldur, la liberté de choix était très bien vue surtout que, de ce que je m'en souviens, il n'y a techniquement aucun passage obligé et on peut finir le jeu quelque soit le chemin entrepris ce qui me changeait de LDVELH avec plusieurs chemins mais dont certains ne menant à rien on se retrouvait coincé. Je ressortais du Voleur de vie avant Le Repaire des Morts-Vivants et je dois dire que ça changeait radicalement.

On prend au final bien plus de plaisir à explorer le monde présenté, les annexes que la quête principale alors que d'habitude c'est l'inverse. Pas original mais superbement construit.

Mon principal regret c'est qu'on m'avait bousillé le bouquin (tombé dans un liquide très sucré), je l'avais gardé malgré son état (toujours lisible) mais quelqu'un de ma famille était tombé dessus et l'avait jeté estimant qu'il était dans un trop mauvais état. J'espère qu'il sera réédité que je remette la main dessus donc
http://www.mangagate.com

"May he now rest under aegis of mirage
As the sands slowly turn to Elysian fields"


Répondre
#9
Il faut vraiment que je refasse ce bouquin, alors.

Dans mon souvenir, c'était l'archétype du livre plat et sans saveur.

Je vois qu'il fait quasiment l'unanimité, donc je me dois de m'y replonger.
Répondre
#10
Un très bon DF en effet. Le passage avec la vampire était bien ardu et bien flippant aussi.
Une fin un peu baclée malheureusement mais tout le reste est bon.
Répondre
#11
Une des conclusions assez récurrentes en ce qui concerne les LDVELH, c'est que un travail de deux (voir plusieurs) auteurs sur un même ouvrage apportait une qualité nettement supérieure aux autres : le sorcier de la montagne de feu modèle du dungeon crawl non linéaire, les séries "L'Epée de Légende" et "Terres de Légende" (qui sont elles, de Dave Morris et Oliver Jonhson), La voie du Tigre et le Talisman de la Mort, Les Chroniques Crétoises, Ian Paige et Joe Dever sur le Magnammund (je trouve que Astre d'Or a beaucoup plus de présence que Loup Solitaire, et ses interactions avec les PNJ beaucoup mieux décrits) ...

Par contre, on peut aussi noter le relatif échec du collectif Migou et des Solos, Sagas, Meta Solo ... J'avais vu une fois un livre où on incarnait un "techno-mage" ... très curieux ...
Répondre
#12
Je suis plutôt d'accord avec toi Skywalker. Je pense en effet à la saga du Prêtre Jean dont je suis un inconditionnel et qui a été réalisée par 3 auteurs, il me semble.
Répondre
#13
Marcheur des Cieux a écrit :Ian Paige et Joe Dever sur le Magnammund (je trouve que Astre d'Or a beaucoup plus de présence que Loup Solitaire, et ses interactions avec les PNJ beaucoup mieux décrits) ...

Tout à fait d'accord.
Répondre
#14
Mad Martigan a écrit :Il faut vraiment que je refasse ce bouquin, alors.

Dans mon souvenir, c'était l'archétype du livre plat et sans saveur.

Je vois qu'il fait quasiment l'unanimité, donc je me dois de m'y replonger.
J'étais dans le même cas que toi, Mad Martigan. Je l'avais lu le siècle dernier et il ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable (ni bon ni mauvais, d'ailleurs).
Je l'ai relu ce week-end et j'ai compris pourquoi.

Ce livre a de quoi être séduisant. Tel un Green, il bâtit sur un script classique une série de situations vraiment très agréables à jouer et très bien racontées. C'est fort plaisant à lire. L'inconvénient, c'est que, contrairement à Green, les situations sont assez facilement accessibles (il n'y a que le golem de roc qui semble un peu moins facile à trouver), on peut se passer de toutes pour arriver jusqu'à la fin, le livre se termine très vite. Bref, aucun challenge. Côté lecteur, j'ai pris plaisir à lire les situations ; côté joueur, quand je suis arrivé à la fin, je me suis dit "c'est tout ?" "Je me suis tapé toute cette sous-quête pour un bonus qui sert à rien ?"
Il aurait été plus intéressant de proposer plusieurs itinéraires pour arriver à la fin, avec sur chaque chemin une façon de tuer Mortis à la fin (en limitant le temps, par exemple), plutôt que de proposer une vicite touristique.


Fitz a écrit :Un très bon DF en effet. Le passage avec la vampire était bien ardu et bien flippant aussi.
Une fin un peu baclée malheureusement mais tout le reste est bon.
Si le souvenir que j'avais de ce bouquin était plus négatif qu'il ne l'est désormais, c'est qu'il était resté sur cette mauvaise impression finale : "Tout ça pour ça". C'est aussi pour cette raison que j'avais gardé des souvenirs trop négatifs du Sceptre Noir, de La Légende des Guerriers Fantômes ou du Port des Assassins. Ce sont des livres bien écrits et plein de bonnes idées, mais avec un final pas à la hauteur, qui laisse sur une mauvaise impression dommageable. J'ai vraiment bien fait de les relire.
Répondre
#15
Le Port des Assassins pas à la hauteur ??? Avec quasi le meilleur cliffangher de tous les LDVELH, exaequo avec la métropole de la peur !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)