Le Retour vers Fang
#31
Juste une remarque sur le final : il me semble que tu t'es privé d'un effet de suspense en ne fractionnant pas le paragraphe de fin, qui contient un énorme "deus ex machina" avec l'arrivée du Maître qui actionne le verrou extérieur au moment précis où il le faut. On aurait pu passer du désespoir le plus profond (avec des choix désespérés comme dans le LVDH de la série LP/4ème dimension où sous l'effet d'une drogue qui provoque des crises d'angoisse, on a juste le choix [je brode de mémoire] entre "s'effondrer en pleurant", "se mettre à hurler"; "se précipiter dans le vide", etc.) à une joie inespérée... C'eût été, je pense, une fin plus marquante que l'actuelle !
Répondre
#32
(05/06/2012, 10:15)AlvEric a écrit : Juste une remarque sur le final : il me semble que tu t'es privé d'un effet de suspense en ne fractionnant pas le paragraphe de fin, qui contient un énorme "deus ex machina" avec l'arrivée du Maître qui actionne le verrou extérieur au moment précis où il le faut. On aurait pu passer du désespoir le plus profond (avec des choix désespérés comme dans le LVDH de la série LP/4ème dimension où sous l'effet d'une drogue qui provoque des crises d'angoisse, on a juste le choix [je brode de mémoire] entre "s'effondrer en pleurant", "se mettre à hurler"; "se précipiter dans le vide", etc.) à une joie inespérée... C'eût été, je pense, une fin plus marquante que l'actuelle !

Cette remarque est très juste. Je ne suis pas satisfait du "pavé" final (enfin des pavés finaux). Je crois d'ailleurs l'avoir dit à ashimbabbar en MP. Mais je n'ai pas vraiment trouvé de solution.
La faute en partie à la contrainte - stupide mais bon... - des 214§ (c'est au §214 du LdlM que l'on rencontre le fameux prisonnier).
J'ai pensé à "faire traîner" le texte à ce moment là, à laisser du temps avant que n'arrive l'élément salvateur, mais le problème est que déjà cela aurait rajouté des lignes à un passage déjà trop fourni à mon goût, et surtout que le personnage est soit pris en chasse depuis pas mal de paragraphes avant d'arriver à celui-ci, soit il va tout juste être pris en chasse: s'il se morfond trop longtemps, çà pourait encore passer dans le cas où il est poursuivi depuis peu (les gardes ne savent pas trop quoi faire/ où chercher), mais on me reprocherait une incohérence avec une trop grand lenteur de réaction des poursuivants si on est dans le cas du personnage poursuivi depuis longtemps, car les gardes savent très bien par où on est passé et devraient arriver bien avant qu'on ait fini de se morfondre.
C'est pour cela que j'ai fait survenir très vite l'élément salvateur: comme il n'y a pas vraiment de pause, que l'on soit poursuivi depuis un moment ou depuis peu ne change pas grand chose et on peut lire le paragraphe sans sentir de mauvaise gestion du temps des poursuivants. Bien sûr la vitesse ressentie de la poursuite n'est pas la même selon les deux cas de figure. Le lecteur qui arrive à ce paragraphe avec un personnage poursuivi depuis un moment aura le sentiment que les poursuivants ne sont pas extrêmement rapide, tandis que celui qui lit ce paragraphe avec son personnage qui est poursuivi depuis peu aura le sentiment que les poursuivants sont très réactifs.
La solution aurait été de doubler les paragraphes en amont, pour distinguer les deux cas de poursuite, mais il m'aurait fallu encore pas mal de paragraphes à ajouter, et à ce stade de l'aventure c'est plutôt un noeud de rassemblement des différents itinéraires que j'ai voulu faire.
Déjà que la fin est rédigée avec 4 paragraphes différents...

Même la fin du (enfin des) paragraphe(s) de fin me semble trop brutale: j'aurai voulu mieux faire ressentir en profondeur le sentiment de la liberté retrouvée. Mais là encore même chose. Le personnage est toujours "menacé": je me trouve face au dilemne de détailler la description de joie, d'en faire ressortir vraiment tout ce qu'il y a d'émouvant, mais du coup de faire perdre de vue l'urgence de la situation. Et cela rajouterait encore des lignes au texte déjà trop chargé.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#33
J'ai joué à l'aventure à mon tour. Cela fait à vrai dire bien longtemps que je n'ai pas rejoué au "Labyrinthe de la Mort" et j'ai certainement manqué la plupart des références (il m'était arrivé la même chose avec "Retour à Griseguilde" de VS, également basé sur un DF).

J'ai bien apprécié le concept : le but du héros et son handicap sérieux sont originaux. J'ai également apprécié qu'il y ait une bonne quantité de choix à faire, même s'ils sont un peu trop souvent à l'aveuglette (d'après mes souvenirs, c'est la même chose dans le DF de base). La présence d'un compagnon possible pendant une bonne moitié de l'aventure est bien gérée.

Les rencontres sont correctes, mais l'atmosphère et le cadre ne m'ont pas absolument passionnés (c'est sans doute en partie subjectif, bien sûr).
Répondre
#34
Normalement le cadre de la deuxième partie devrait être plus coloré puisqu'il s'agit de la ville de Fang et plus de cette successions de tunnels.
Enfin si j'arrive à me remotiver...
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)