[Sherlock Holmes Presses Pocket] La Statuette brisée
#1
Deuxième découverte pour ma part d'un Sherlock Holmes Presses Pocket après la Malédiction de Shimbali qui m'avait plus satisfait que ceux de Gallimard. Une fois encore j'ai trouvé le système de jeu mieux fichu même si ce n'est pas la panacée non plus. Le livre fait un peu "cheap" au premier abord avec ses illustrations vraiment pas terribles et ses paragraphes très courts. C'est pour moi le point le plus négatif, les descriptions sont minimalistes et l'enquête est menée tambour battant sans tenir compte de l'atmosphère ni de la personnalité des protagonistes (ou alors très peu).
Pourtant, le style n'est pas mauvais et pour être complet, les personnages ont tous droit à de petits détails vestimentaires et certains, comme la mondaine en Egypte, sont même relevé par une pincée d'humour. Mais globalement, l'ambiance est sacrifiée au bénéfice de l'enquête, tout à l'inverse de celles de Nils Jacket.
Niveau jeu, il est dommage qu'une caractéristique prime sur toutes les autres : la Perception qui à elle seule est 5 fois plus utilisée que le physique, le manuel et la communication réunis. Comparé à Sherlock Holmes Gallimard, il est agréable de voir que les échecs aux lancers de dés n'empêchent pas de découvrir la solution à l'énigme finale puisqu'il existe plusieurs moyens pour trouver un même indice. Le jeu est d'ailleurs très (voire trop) facile car j'ai eu la meilleur fin possible à ma première lecture, sans avoir bénéficié d'une chance particulière ni avoir fait preuve d'une magnifique perspicacité et en ayant utilisé qu'un seul joker Sherlock Holmes. D'ailleurs, j'ai vraiment eu le sentiment que ce LDVELH était conçu pour être lu en une seule fois sans relecture. Non pas que la linéarité soit insupportable mais il est possible de parcourir de nombreuses pistes dans l'ordre de notre choix. Surtout, j'ai repéré en feuilletant des PFA d'échec qui dévoilaient tous les ressorts de l'intrigue...
A propos de l'intrigue, celle-ci est plutôt simple et classique, guère palpitante avec des protagonistes peu charismatiques. La seule originalité est que la seconde partie de l'enquête ne se déroule pas à Londres mais en Egypte. En fait, ce LDVELH m'a fait penser à un Agatha Christie commun : à lire pour la satisfaction fugace de réussir quelques déductions et d'avoir de bonnes intuitions mais une fois terminé, on ne voit pas l'intérêt de le rouvrir plus tard.

Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)