[39] Le Volcan de Zamarra
#1
Un Défis Fantastiques moyen (au même titre que les Gouffres de la Cruauté et l'Elu des six Clans du même auteur) avec de très bonnes choses et des très mauvaises. Luke Sharp a cette particularité de proposer les LDVELH les moins linéaires qui existent, si l'on excepte ceux à la construction particulière telle que le Marais aux Scorpions. Seule la toute fin propose un ou deux paragraphes convergents (et encore, je n'en suis pas sûr) et les chemins pour se rendre au volcan paraissent infinis. Comment fait cet auteur, surtout que l'aventure est tout de même assez longue? En fait, il ne développe les très nombreuses et variées rencontres qu'en deux ou trois paragraphes successifs ; aucune ne dure jamais vraiment. L'avantage, c'est qu'après chaque échec, les relectures apportent toujours quelque chose de nouveau puisqu'on passe très rarement par des paragraphes déjà lus. C'est un aspect appréciable, surtout pour les joueurs à la loyale car il faut compter plusieurs tentatives pour arriver au bout.
Malheureusement, cela constitue également le gros point noir du bouquin : pas de véritable fil conducteur, le scénario (rallumer un volcan situé au nord d'une citadelle assiégée tout en étant traqué par les sbires du maléfique Jaxartès) ne progresse que par touches épisodiques ou est même carrément absent. Ainsi, il est possible vers le début de l'aventure de se faire capturer et de rencontrer Jaxartès lui-même mais cet épisode intéressant n'est que facultatif et même difficilement trouvable. Idem pour nos alliés les moines wazarris qui peuvent nous en apprendre sur leur religion, nous expliquer le système des cubes blancs et nous dévoiler leur alphabet. Ces trois infos apportent une vraie identité à ce LDVELH ; malheureusement, on peut souvent faire toute l'aventure sans les obtenir.
Au niveau de l'écriture, le style est faible, rapide et pauvre en détails. L'aventure manque d'originalité même si certains passages sont plaisants (le géant joueur, les orques enrôleurs...). Surtout, elle est truffée d'incohérences ou de Deus ex machina agaçants. Exemple : ce message très important qu'un aigle tombé du ciel nous arrache des mains en une phrase et onze mots. Ou cette guerrière a l'épée ardente qui devient par une étourderie de l'auteur une petite fille deux paragraphes plus tard au moment d'être guidé chez les wazarris.
Pour clore le chapitre des reproches, rarement un livre-jeu n'aura proposé autant de choix gauche-droite ou équivalent (forêt ou plaine? la tour ou le château?). Il faut vraiment faire un effort sur soi-même pour surmonter le côté aléatoire du trajet.
Par bonheur, l'aspect ludique relève bien le niveau. Sans atteindre la qualité d'un Keith Martin, on a, en plus de la non-linéarité, plusieurs raisons de prendre plaisir à jouer correctement ce LDVELH. Les PFA injustes existent mais ne sont pas très nombreux. La fréquence des combats est bien dosée et ceux-ci sont jouables, surtout qu'aucun ne semble obligatoire. Néanmoins, il vaut mieux avoir de bonnes caractéristiques de départ.
Le passage du temps est aussi bien mené. Je n'ai jamais perdu à cause de ça mais la pression monte bien à l'approche de la fin. L'auteur n'oublie jamais ce facteur et toute perte de temps excessive est immédiatement sanctionnée. Les cubes blancs dans les illustrations sont marrants, même si ils ne m'ont concerné qu'une seule fois. Le côté anti-OTP avec pas mal de codes ou d'objets mais aucun obligatoire m'a pas mal plu également.
En conclusion, un LDVELH qui peut amuser ceux intéressés par l'aspect ludique mais qui risque de décevoir les autres.
Répondre
#2
Bon, je ne l'ai fait qu'une fois mais vu que ça m'a coupé toute envie de le refaire…

J'accorde qu'il avait un bon potentiel, et tant qu'on reste dans l'ambiance siège ça tient la route. Mais après… la vieille qui te flanque dans le puits… le village avec le magicien de 10 ans… les serpents bicéphales qui tombent de n'importe où…
A la limite ç'auraient été des éléments acceptables ( un DF avec coloration Brennan, après tout pourquoi pas ) mais qu'est-ce que ça a à faire dans une quête haletante comme la nôtre pour sauver le môôônde ? On voit ça, on se demande si on n'a pas changé de volume sans s'en apercevoir…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#3
Moi je l’aime bien ce défis fantastique.

Il est non linéaire, il y’a quelques rencontres marquantes, le méchant est assez charismatique et on le ne rencontre pas qu’à la fin.
Le compte à rebours des murs crée un certain stress.
Pour une fois, il ne s’agit pas d’éviter des problèmes futur, il y’a une vraie invasion de vilains pas beaux chez les gentils.

Bon j’admets qu’il a des défauts aussi,

au niveau du scénario :

Il confie une mission vitale à un troufion de base. Je sais qu’il faut que ce soit un inconnu, mais ils n'ont pas de troupe d’élite à Zamarra ?
Le méchant qui est au courant de notre mission n’a pas déployé d’armée à proximité du volcan pour nous arrêter. Il est venu seul (enfin presque)
Il y’a des passages à dormir debout comme notre intervention dans une salle de classe…

Il est très facile, je ne suis pas fan des livres quasi impossible à finir, mais rajouter un peu challenge n’aurait pas fait de mal.

Pour conclure, je lui trouve un certain charme, ce n'est pas (et de loin) mon LVDH préféré mais je classe plutôt dans la moyenne haute des DF.
Répondre
#4
Un livre que j'ai découvert tard. Enfant j'ai eu plusieurs fois l'occasion de l'acquérir mais à chaque fois j'en choisissais un autre. Je l'ai finalement acquis en 1999 et je l'ai lu l'année dernière seulement, soit 10 ans plus tard LOL

Bref, un livre vraiment moyen je trouve. L'aventure n'est pas très palpitante et je n'ai pas vraiment réussi à adhérer à l'ambiance. De plus je trouve les illustrations plutôt moches, ce qui n'arrange rien. Pas vraiment un mauvais DF, mais un DF quelconque pour moi. Peut-être que si j'avais lu ce livre étant gosse j'en aurais eu une opinion différente...
Répondre
#5
J avais assez apprecié ce livre surtout au niveau de la gestion de l ultimatum.
Je me souviens encore voir le moment fatidique s approcher tres vite.

Par contre passer d une ville assiégée a une salle de classe tranquille fait un peu tache quand on desire sauver le monde.
La recherche des cubes blancs est par contre tres sympathique.

A faire au moins une fois
Répondre
#6
à noter que la recherche des cubes blancs est faussée dans la VF car il nous manque des illustrations ...
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)