[La Saga du Prêtre Jean] Les Mines du Roi Salomon
#1
Notre voyageur spatio-temporel débarque en Afrique, sur les terres du célèbre roi Salomon. Il doit rencontrer son conseiller Nikanor qui connaît le chemin de Shangri-La mais celui-ci a malheureusement été enfermé au fond des profondes mines de diamant et Jean va donc devoir y descendre afin de retrouver le conseiller. Au passage, il lui est demandé de tuer la Mort Blanche, une mystérieuse créature qui décime les mineurs.
Pour ce troisième tome, un 3ème auteur du nom de Pagel se joint à Monrocq et Headline pour l'écriture. Certains passages sont diablement bien décrits et je me suis demandé si ce n'était pas grâce à ce nouveau, même si les deux premiers étaient déjà très agréables à lire.
La première partie se déroule dans la jungle et est relativement décevante. Assez linéaire, elle propose un court parcours dans la jungle avec notablement une rencontre avec un clan de pygmées, sans grande surprise, puis un ordre de mission par le roi Salomon. On entre ensuite dans le vif du sujet avec l'exploration des fameuses mines.
Presque toute l'aventure se déroule dans ces souterrains. A première vue, cela peut faire peur. On craint un schéma livingstonien avec que des choix aléatoires et un classique porte-monstres-trésors. C'est sûr que l'ambiance est moins forte que dans les deux premiers épisodes, surtout que les mines sont peuplées d'humanoïdes classés "fantasy" tels que gobelins, kobolds, orques, ogres, gnomes et trolls. Mais la visite des mines s'avère néanmoins pleine de surprise et de rencontres marquantes. Certains passages sont vraiment immersifs, je pense en particulier à la tapisserie aux trois motifs, déroutante de par son atmosphère onirique.
Les mines sont un peu labyrinthiques et il existe donc de nombreux chemins différents pour les traverser. Chaque essai révèlera de nouveaux endroits, chacun comportant son lot de surprises. Ici, pas de place aux salles vides comme dans les moins bonnes oeuvres d'un certain Brennan. Ce qui change le plus est la difficulté, moins grande que dans les deux premiers épisodes. Les combats sont toujours aussi dangereux avec la règle du double as mais les PFA sont beaucoup moins nombreux. L'oeil magique reçu à la fin du tome 2 et les nombreux parchemins de sorts qu'il est possible de trouver permettent en plus d'échapper à certains combats bien redoutables. Du coup, il est facile de finir le livre en quelques essais seulement alors qu'il en faut bien plus pour découvrir les multiples chemins d'un aussi gros LDVELH. Les deux premiers étaient plus équilibrés de ce côté-là.
A noter par ailleurs un sens de la dérision poussé assez loin avec une private joke sur le monrocq, un monstre où l'on insiste sur sa pilosité, son odeur et la répugnance qu'il inspire alors qu'il s'agit ni plus ni moins que l'un des co-auteurs ; un jeu de mots terrifiant avec "les rames, il faudrait être fou pour dépenser plus" lorsque l'on a affaire avec un passeur ; et l'opportunité de combattre une souris blanche géante dans une cellule...
Une très bon LDVELH une fois de plus au final, plus fun et imaginatif que le tome 2 mais avec une ambiance souterraine plus faible que celle de l'Egypte ou des mystères de l'Orient.
Répondre
#2
Fitz a écrit :Pour ce troisième tome, un 3ème auteur du nom de Pagel se joint à Monrocq et Headline pour l'écriture. Certains passages sont diablement bien décrits et je me suis demandé si ce n'était pas grâce à ce nouveau, même si les deux premiers étaient déjà très agréables à lire.

Michel Pagel a énormément apporté à la qualité d'écriture de la saga. Il a fait du chemin depuis, puisqu'il a publié plus d'une quarantaine de romans, dont deux chefs-d'oeuvre : Le roi d'août et Orages en terre de France.
Répondre
#3
Ce n'est pas vraiment mon tome préféré dans la série. Je me souviens bien de la super armure grosbill... (sniff), dont on a parlé sur ce forum.
Ce qui m'a le plus marqué avec la private joke sur Monrocq, c'est l'illustration ... avec une cravate anachronique si mes souvenis sont bons. Quant aux rames ... perso je n'aime pas trop ces délires quand ils cassent l'ambiance, alors que j'affectionne les jeux de mots les plus douteux dans la vraie vie.

Sinon Je me rappelle d'une autre joke avec un monstre, nommé l' Ipage, l'illustrateur de la série s'appelant Ian Page. (dans Astre d'Or je crois...).

Fitz, j'espère que tu as les 5 tomes pour continuer la critique de cette saga, ce serait dommage de s'arrêter là...
Répondre
#4
VIC a écrit :Sinon Je me rappelle d'une autre joke avec un monstre, nommé l' Ipage, l'illustrateur de la série s'appelant Ian Page. (dans Astre d'Or je crois...).

Ian Page est en fait l'auteur principal des Astre d'Or, avec Dever en soutien logistique, et ce monstre est le garde du corps du big boss de la série (bien qu'on ait de très fortes chances d'esquiver le combat avec lui).

J'ai lu ce Prêtre Jean très récemment, et je n'ai pas encore bien exploré tous les différents chemins possibles, mais je l'ai globalement trouvé un peu en-dessous des autres tomes de la série, justement à cause du fait qu'il se passe presque intégralement dans des mines de fantasy pure plutôt que dans les décors plus vivants composé d'un mélange de réalité historique et de fantastiques des autres tomes. Il reste cependant d'un niveau correct avec son non-linéarité et la diversité des rencontres possibles.
Répondre
#5
Oui j'ai les 5 tomes. Je bénis encore JFD de m'avoir échangé un exemplaire de l'introuvable 5ème tome que je fantasmais d'avoir depuis au bas mot... euh... presque une vingtaine d'années Merci encore à lui

Merci pour l'info Kaminari ; ça me fait plaisir, je ne me suis pas fait une vue de l'esprit.

Je ne sais plus si c'est pas Segna qui avait le manuscrit du 6ème tome en sa possession, celui qui n'a jamais été édité...
Répondre
#6
C'était Balthus, et il avait aussi les notes des auteurs pour les derniers tomes. Il avait proposé de finir la série, mais personne n'en avait rien eu à cirer (comme d'hab' dans les parages).
Répondre
#7
En même temps cite-moi une seule série qui a été finie après coup par un co-auteur en suivant les notes de l'auteur original qui n'a pas été décriée par la fanbase pour trahir l'œuvre originelle, ou au contraire trop l'imiter ? Les fans sont une espèce bizarre. Personnellement je ne me sens pas de continuer cette série. Je ne suis pas assez fan pour être correctement imprégné de l'univers du Prêtre Jean, ce qui serait nécessaire pour ne pas créer une rupture de continuité. Sinon Prester John va se retrouver avec une magical girl sur le dos.
Répondre
#8
Ne pas négliger LA scène où le Prêtre Jean se fait draguer par un gobelin… il repousse ces avances avec indignation, bien entendu. Mais bon, depuis La Citadelle du Chaos on sait que les gobelins tringlent n'importe quoi.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#9
Je viens de le finir aujour'hui et j'ai trouvé ca drole le coup du "il faudrait etre fou pour depenser plus" Big Grin

Répondre
#10
tout de même c'est un vrai nul Nikanor… ou alors c'est pour venger sa bestiole… il aurait mieux calibré son sort à un mois près, on pouvait rencontrer Souhsan et ne pas se taper l'exploration de chaque quartier de Babylone…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#11
(09/09/2008, 22:10)Meneldur a écrit : Il avait proposé de finir la série, mais personne n'en avait rien eu à cirer (comme d'hab' dans les parages).

Qu'on se rassure, je suis là

" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#12
Troisième tome de la Saga du Prêtre Jean. Le moins bon de cette saga, justement.
Il n’est pas nul, mais disons que les opus précédents n’ont à peu près rien à voir.
Le début est sympathique, la traversée jusqu’au Royaume de Salomon est certes courte mais vraiment plaisante.
La seconde, en revanche, à la recherche de cette Mort Blanche, est un peu décevante…
Les galeries se ressemblent toutes, aucune impression d’avancer. C’est dommage, parce que le scénario était vraiment alléchant.
Les illustrations sont une fois de plus assez bonnes, la difficulté très bien dosée, pas de gros PFA en vue.

Donc petite déception, mais le bouquin n'est pas pour autant mauvais.

Intérêt : 14/20

Rapha
~ "Dépasser la souffrance et gagner le respect" ~
Répondre
#13
Ce livre-ci ne m'a pas fait forte impression. Contrairement à l'Egypte Ancienne où se déroulait le tome précédent, le cadre est cette fois fort transparent. On visite l'Afrique au 10ème siècle avant J-C sous le règne du roi Salomon, mais on pourrait aussi bien être en Amazonie au 10ème siècle après J-C sous le règne de Rascar Capac, ça ne changerait virtuellement rien. Le fait que l'essentiel de l'aventure se déroule dans un labyrinthe souterrain signifie que l'aspect historique passe presque complètement à la trappe.

Le labyrinthe lui-même ne casse pas trois pattes à un canard mutant. L'atmosphère et les rencontres sont un peu au-dessus de ce qu'on trouve dans le DF moyen, mais pas tant que ça tout de même. Les créatures relèvent souvent de l'héroic fantasy très classique. Quant au scénario, il est évidemment simpliste.

Show ContentSpoiler:


Au niveau de l'humour, j'admets que ça m'a bien amusé de rencontrer l'ancêtre de Philippulus le Prophète.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)