Au nord du désert, il n'y a rien (Outremer)
#16
(18/07/2016, 10:54)Namron le Barbu a écrit : Mais là... passé l'intro que j'ai relu 2 fois, je me suis aperçu que le paragraphe 1 faisait presque autant de lignes et je n'ai su retenir toutes les informations entre les personnages et les lieux.

J'aurais certainement dû rechercher un moyen de condenser un peu l'introduction. J'ai trouvé intéressant de décrire le cadre et le passé du héros, mais beaucoup des choses qui sont mentionnés à leur sujet n'ont en fin de compte que peu ou pas d'impact sur l'histoire même.


(26/07/2016, 13:31)Jehan a écrit : c’est quand même agréable de jouer une histoire dans un cadre inspiré de l’Afrique, tant ce continent et ses cultures sont riches de possibilités encore sous-exploitées

Je ne cache pas que l'idée m'a été inspirée par "Les tambours de Shamanka" de Voyageur Solitaire.

L'Afrique (en-dehors de l'Egypte ancienne) est en effet un cadre négligé et une source d'inspiration sous-utilisée, ce qui est dommage.


(26/07/2016, 13:31)Jehan a écrit : Ceci dit, est-ce que le sorcier est obligé de s’enfuir suite à cette issue ? Ne peut-il pas prétendre que le « sceptre » lui a simplement été volé, pour éviter le courroux de Malal ?

Non, parce que j'avais besoin d'un PFA clair et net. Tongue

(J'avais renoncé à le mentionner parce que le paragraphe 1 était déjà bien assez long, mais mon idée était que le chef de tribu, ayant obtenu ce qu'il voulait, voyait désormais le sorcier avec une certaine méfiance - craignant qu'il ne soit capable de reprendre ce qu'il avait accordé - et qu'il n'aurait pas fallu grand-chose pour que cela lui fasse prendre des actions radicales.)


(26/07/2016, 20:28)Fitz a écrit : Le fait que ça se passe sur une dizaine d'années est un peu déroutant et ne facilite pas l'immersion, d'autant plus que chaque période passe très vite, sans enchaînement.

C'est vrai que cet écoulement rapide du temps est assez étrange ! J'avais initialement envisagé des bonds en avant plus brefs (un ou deux ans), mais ça aurait compliqué la mise en scène de Kassi.


(26/07/2016, 20:28)Fitz a écrit : Ah j'allais oublier, j'ai aussi pensé à un parallèle politique, à quelque chose voulant critiquer ou mettre le doigt sur le thème du pouvoir, de l'ambition politique mais pouvant aussi bien s'appliquer à notre quotidien réel. Y avais-tu songé Outremer en écrivant?

Le thème du pouvoir (sa conquête et son exercice) est très riche et certainement intemporel, mais je n'avais pas l'intention de l'utiliser d'une façon autre que littéraire. Il n'y a jamais de message politique ou social dans ce que j'écris, je ne me sens pas la compétence nécessaire pour une telle chose.


(27/07/2016, 13:53)Jehan a écrit : J’ai tendance à en conclure qu’il n’y a aucune magie dans cet univers, et que même les esprits n’en sont pas vraiment.

Show ContentSpoiler:


Un grand merci à tous pour vos commentaires !
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Au nord du désert, il n'y a rien - par Outremer - 28/07/2016, 00:23



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)