Du Sang sous les Vignes
#31
(20/03/2011, 23:11)Fitz a écrit : Si certains se souviennent, j'avais signé un contrat avec les éditions ICARE afin d'écrire un scénario solo pour le jeu de rôle ANTHEAS. Cette aventure ne sera jamais publiée et c'est pour ça que je la propose en AVH, j'ai envoyé le document à Oiseau.

Sympa le principe ! C'est assez pratique pour faire découvrir l'univers d'un jeu de rôles sans y jouer à plusieurs.

(20/03/2011, 23:11)Fitz a écrit : Le projet était pourtant proche d'aboutir, des illustrateurs avaient été mis sur le coup et le responsable d'Icare avait annoncé la parution imminente sur son forum... jusqu'à ce que l'auteur du jeu de rôle Anthéas m'écrive pour m'annoncer qu'il retirait tous ses droits d'auteur des éditions ICARE, qu'il était désolé mais qu'il n'y aurait plus d'autres suppléments du jeu de rôle de publiés. Je n'ai jamais su la raison exacte de ce retrait subit (et honnêtement, je m'en foutais tellement ça m'a dégoûté sur le coup), j'ai évidemment été très déçu même si j'ai aussitôt perçu une compensation financière comme c'était signalé dans le contrat.

Quel dommage que le projet n'est pas abouti à une version imprimée. Ceci dit je suis content de voir cette adaptation ici et je vais y jouer Wink.

Est-ce que tu as déjà participer à ce genre d'expérience avec d'autres jeux de rôles ?

Cordialement.
Répondre
#32
(28/04/2011, 08:29)Thierry Dicule a écrit : Fitz, est-ce qu’un jour tu pourrais avoir la gentillesse de nous pondre un navet stp,

ça doit faire super mal!


Salut didier69 (allez l'OL?)

D'après ton message, ça veut dire que tu connais Anthéas? Sinon j'espère que tu donneras ton ressenti, même rapidement, si tu lis l'AVH!
Non je n'ai pas créé d'AVH dans un univers de jeu de rôle même si j'ai écrit la moitié d'un gros roman dans l'univers de Warhammer (hélas, plus du tout la foi pour le terminer vu que c'est bien plus intéressant d'écrire des AVH).

A TD, merci pour ton feedback, détaillé et enrichissant comme toujours.

Pour les vignes, j'avoue ne pas avoir pensé à ça. Tu as peut-être raison. La ville de Vertmont et ses vignes se trouvaient indiquées dans le manuel d'Anthéas. Ce sont sans doute des plants transgéniques modifiés avec du sang de stryyx!

Pour une version sans combat chiffré, c'est envisageable en effet. J'irais même plus loin en pensant que les règles pourraient être modifiées de manière à ne pas comporter de lancers de dés sans que ça change grand chose. Après, c'est mon côté joueur invétéré qui a pris le dessus quand j'ai hésité à ce sujet...

Content que tu sois tombé sur le PFA 59! Mais celui que j'aime bien et que peu de monde va trouver à mon avis est un autre en ville, assez long. SPOILER : il se trouve au bout d'une ruelle à la porte marquée de jaune.

Pour le 175, en effet l'arbalète permet de tirer une fois, une seule.

Merci pour tes compliments, tes commentaires et ça me fait plaisir que l'aventure et les personnages t'aient plu.
Répondre
#33
Alors voici ce que j'en pense après 3 parties.

Le style est bon comme toujours ( on parle de Fitz, là ); l'univers est intéressant, le système marche très bien. La cité de Vertmont est un endroit qui cache de nombreux mystères ( faudra que j’y retourne rien que pour l'explorer à fond ) et le parcours dans les tunnels est très réaliste et prenant… peux pas dire que j’aie apprécié le PFA mais je n’aime pas les PFA; on aurait quand même pu avoir un test très difficile d’intelligence+connaissance des stryxx pour l’éventer…


J’aurais cependant des réserves sur certains points. Il y en a d’accessoires, mais d’autres non.

- La création de personnage: la possibilité de majorer-minorer nos caractéristiques est bien mais trop étendue, on peut réarranger les totaux comme on veut. Autant alors dire qu’on lance 4 dés+12 et qu’on répartit le total.
Je suggérerais donc de la limiter à 3 points transférables après tirage des caractéristiques
- Pour l'équipement, normalement l’arbalète a une portée supérieure à celle de l’arc; on pourrait peut-être compenser en disant qu'elle tire 1/3 assauts ( c'est plutôt 1/6 assauts mais bon ) et pour le bouclier je verrais, plutôt que de fournir une protection, qu’il inflige ce malus à l’ennemi et non à nous; franchement c’est plus désavantageux qu’autre chose d’en avoir un…
Il me semble aussi que les prix sont assez mal équilibrés selon les endroits; mais c’est peut-être voulu ? ( d’ailleurs pourquoi une expédition de secours n’emmène pas assez de matériel pour tout le monde, je me le demande… )
En outre je ne vois pas très bien pourquoi le casque annule notre roublardise alors qu’il s’agit “d’effraction, de dissimulation et d’escamotage.”

C’est peut-être moi mais Saëmyanne je ne l’ai pas trouvée sympathique du tout, du tout… elle me hérisse à chacune de ses apparitions et c’est avec une joie sincère que je lui éclaté le crâne à coups de marteau à deux mains… Isolde au contraire me semble très bien suggérée par ce qu’on nous en dit, certes le héros ne s’effondre pas en larmes en pensant à elle toutes les cinq minutes, eh bien c’est normal… on a vraiment l’impression d’un couple qui a vécu ensemble… c’est extrêmement rare dans les histoires dont on est le héros…
Pour en venir à la fin. Je n’ai pas DU TOUT, DU TOUT apprécié ce PFA
Show ContentSpoiler:
Excuse-moi de te le dire Fitz, mais c’est vraiment l’auteur qui impose sa solution de façon complètement injustifiée et arbitraire… je trouve ça petit.

EDIT: " je trouve ça petit" est de trop. J'étais encore sous le coup de voir un excellent perso perdu après un combat bien gagné. Mais je maintiens "injustifié" et "arbitraire". On devrait avoir une chance
Show ContentSpoiler:
, c'est tout.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#34
Fitz,

Je connais Anthéas. Je l'ai lu mais je n'y ai jamais joué. Mais le monde me parassait très intéressant.
D'ailleurs je viens de voir qu'une campagne était sortie.

Quant à ton avh je viens de la commencer Smile.
Répondre
#35
(06/05/2011, 21:08)didier69 a écrit : Fitz,

Je connais Anthéas. Je l'ai lu mais je n'y ai jamais joué. Mais le monde me parassait très intéressant.
D'ailleurs je viens de voir qu'une campagne était sortie.

Oui, c'était la dernière publication prévue pour le jdr, le scénario solo aurait dû suivre juste après...

Merci beaucoup pour ton feedback Ashimbabbar.

Dommage que tu aies ressenti ainsi le PFA dont tu parles. Je ne voulais pas me montrer dirigiste à ce moment-là (cf les 3 fins possibles) mais pour moi, c'était suicidaire de vouloir vaincre en combat à la fois Saëmyanne et Jarlann. Même si on peut avoir de la chance aux dés et avoir créé un personnage très guerrier, je ne voulais pas que le lecteur puisse identifier le héros de l'histoire comme un excellent combattant, comme un Héros avec un grand H. Bien sûr, c'est comme tu dis le point de vue de l'auteur...

Tes remarques sur l'armement sont intéressantes. J'avoue m'être pas mal appuyé sur le système original d'Anthéas même si j'avais pourtant corrigé d'autres incohérences (du moins à mes yeux de joueur).

Quant à Saëmyanne, elle a en effet un fort caractère qui peut irriter. J'espère que d'autres héros auront pu quand même être séduits par ses qualités.
Répondre
#36
C'est marrant, pour mon projet dans la Guerre de Cent Ans, j'ai fait des recherches sur l'armement médiéval aussi, en particulier, arbalète, arc normal et longbow anglais... Et je me suis rendu compte que les caractéristiques de ces armes ne sont pas DU TOUT ce qu'elles sont dans les jeux et les films. Quand on veut mettre en avant l'héroïsme et la bravoure des chevaliers qui vont en contact, on les rend beaucoup moins efficaces (D&D, univers arthurien). D'un autre côté, on a la scène de Robin de Bois, avec les gens qui font "ooooooh" quand Robin arrive à planter une flèche dans la cible en détruisant la flèche du concurrent précédent... Y a aussi tous les héros de cape et d'épée qui coupent une corde d'un tir de flèche. C'est pour montrer à quels points les persos sont très bons. Sauf qu'apparemment, contrairement à l'arc court, l'arc long était pas DU TOUT un arc de précision. C'est juste un arc super puissant, dont la flèche transperce une armure de part et en part, et qu'on utilise presque uniquement en tir en parabole pour faire tomber une masse de flèches sur l'ennemi. En plus, apparemment, les cordes des arcs puissants claquaient une fois sur quatre (d'où l'expression "avoir plus d'une corde à son arc"), chose qu'on ne risque pas de voir dans un jdr ! Comme c'est plus héroïque aussi, les arcs sont souvent traités comme plus précis et globalement meilleurs que les arbalètes... Alors qu'en réalité, une arbalète c'est beaucoup plus précis et beaucoup plus facile à apprendre à manier qu'un arc. Son gros défaut (raison pour laquelle les arbalétriers français se sont faits poutrer par les archers longs anglais), c'est la lenteur. Apparemment fallait 300 ans et dix minutes pour en réarmer une sur un champ de bataille.
Je pense bien jouer avec les deux conceptions... Mettre des armes plus "réalistes" dans certaines aventures (pour changer), et avoir une version plus cape et d'épée dans des aventures plus épiques...

À propos d'ashimbabbar qui ne supporte pas la vision "imposée" de l'auteur... Comment tu as décidé de mettre en scène ton héros, Fitz ? (Je n'ai pas encore testé ton AVH) Est-ce qu'il a une histoire avec une certaine personnalité de base, influencée par les choix du joueur... Ou est-ce que c'est une "page vierge" comme dans beaucoup d'aventures ?
Tout le monde dit que c'est mieux pour éviter le côté "ce n'est pas moi, je ne parlerais pas comme ça, je ne pense pas ça... c'est sensé être un livre dont JE suis le héros", mais j'ai jamais été vraiment d'accord. J'ai toujours trouvé au contraire que ça DONNAIT à nos héros, justement, une personnalité neutre, molle, et inintéressante. J'ai pas de problèmes à jouer un héros, moi, après yen auxquels on s'identifie plus que d'autres. Visiblement ça pose problème à personne que "vous" êtes un gros guerrier super entraîné avec des disciplines Kaï, qui tue des gens sur le champ de bataille alors que la plupart d'entre nous ne le ferait jamais aussi légèrement... Mais bref...
Après tout dans un film, les héros les plus définis sont les plus intéressants. Les héros sans personnalité nous endorment. Et pourtant, on arrive à s'identifier à eux - même si tout le monde aura pas le même personnage préféré dans une série par exemple. Je suis fan de Daniel Jackson, alors que d'autres potes sont des inconditionnels d'O'Neill...
Après, oui, un film et une AVH c'est différent, là on s'adresse à "nous". Mais bon, c'était juste pour montrer qu'une personnalité définie me semble pas une impasse...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#37
donc l'arc long était utile uniquement comme arme de tir collectif, pour arroser toute une zone et les malheureux qui s'y trouvent en peu de temps ? Très intéressant…

Sinon Lyzi ton argument sur la personnification des héros ne manque pas de pertinence mais ce qui me faisait ( et me fait touours ) râler dans l'AVH de Fitz c'est
Show ContentSpoiler:
… ça n'a rien à voir avec la personnalité ou l'absence de personnalité du héros…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#38
Citation :donc l'arc long était utile uniquement comme arme de tir collectif, pour arroser toute une zone et les malheureux qui s'y trouvent en peu de temps ? Très intéressant…
Uniquement, non, je pense qu'il devait aussi il y avoir du tir direct (encore que j'ai lu des choses contradictoires là-dessus). Mais ça ne devait pas être la technique la plus efficace ou la plus utilisé. À Crécy et à Azincourt (ou "comment les Français sont capables de faire deux fois la même grosse erreur à 80 ans d'intervalle"), les archers longs étaient planqués derrière des piquiers, donc c'était quand même mieux de tirer en cloche que sur les copains.

Désolé d'être un gros bleu sur ce forum, mais PFA, je devine que c'est l'abbréviation de "Paragraphe de Fin d'Aventure" ? (Le Lexique gamebookeux me dit que oui...). J'appelle ça une "mort subite", moi... En effet, tu as raison : je me dis qu'un combat que l'on *remporte* ne devrait en général pas amener une PFA... Si c'est un combat "suicide", à ce moment là, ça devrait être mieux amené par des choses du genre "si vous êtes encore vivant après 2 assauts, rendez-vous au XX". Comme dans "Rendez-vous avec la M.O.R.T.", par exemple. Bien sûr, il y avait des exceptions. Je pense au Maître du manoir à la fin du Manoir de l'Enfer, par exemple... L'instant de "oh oh" est juste énorme... Je m'en souviens encore...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#39
MMMmmm... je ne suis pas vraiment d'accord. Je ne vois pas en quoi mon PFA est moins légitime que celui du Manoir de l'Enfer. Mais c'est effectivement une question d'interprétation.


Répondre
#40
Je ne suis pas tombé sur le PFA en question (j'avais la main brûlée au troisième degré, ce qui ne m'incitait pas à prendre des risques). Lorsque je l'ai découvert en lisant les paragraphes que j'avais manqué, mon opinion a été que Fitz n'avait tout simplement pas envie de nous laisser tuer le personnage en question. Je ne peux pas vraiment le blâmer : lorsque j'étais Maître du Jeu, il y avait un certain nombre de personnages que je m'arrangeais toujours pour empêcher mes joueurs de tuer...


(07/05/2011, 17:48)Lyzi Shadow a écrit : l'arc long était pas DU TOUT un arc de précision. C'est juste un arc super puissant, dont la flèche transperce une armure de part et en part, et qu'on utilise presque uniquement en tir en parabole pour faire tomber une masse de flèches sur l'ennemi.

C'est une utilisation logique dans les grandes batailles, où l'important était de maximiser la portée de tir. J'imagine que les archers de l'époque ajustaient leur angle de tir en fonction de la distance à laquelle se trouvait l'ennemi et se livraient ensuite à un tir nourri sans se préoccuper de viser une cible précise.

Citation :Alors qu'en réalité, une arbalète c'est beaucoup plus précis et beaucoup plus facile à apprendre à manier qu'un arc. Son gros défaut (raison pour laquelle les arbalétriers français se sont faits poutrer par les archers longs anglais), c'est la lenteur. Apparemment fallait 300 ans et dix minutes pour en réarmer une sur un champ de bataille.

Il me semble que les arbalétriers s'abritaient parfois derrière des pavois (portés par les bien-nommés porte-pavois). Ca devait être un peu encombrant tout de même...

Ca m'avait amusé d'apprendre que l'arbalète avait fait l'objet d'un interdit (absolument pas respecté) de la part de l'Eglise, qui n'appréciait pas qu'elle permette au premier péquin venu de dézinguer un chevalier en armure.
Répondre
#41
Pour le FPA, tu aurais pu le "déguiser" avec un combat "gagnable", mais où les lames de notre adversaire seraient empoisonnées par exemple (on se prendrait au départ un premier coup inévitable avant le combat proprement dit) et nous tueraient après notre victoire.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#42
(08/05/2011, 11:06)tholdur a écrit : Pour le FPA, tu aurais pu le "déguiser" avec un combat "gagnable", mais où les lames de notre adversaire seraient empoisonnées par exemple (on se prendrait au départ un premier coup inévitable avant le combat proprement dit) et nous tueraient après notre victoire.

Je ne vois vraiment pas la différence…

" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#43
On tue quand même notre dernier adversaire au lieu de le laisser filer, ce n'est pas une mince différence!
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#44
(08/05/2011, 04:13)Outremer a écrit : Il me semble que les arbalétriers s'abritaient parfois derrière des pavois (portés par les bien-nommés porte-pavois). Ca devait être un peu encombrant tout de même...
Les pavois ou les arbalètes ? D'encombrants ?

Citation :Ca m'avait amusé d'apprendre que l'arbalète avait fait l'objet d'un interdit (absolument pas respecté) de la part de l'Eglise, qui n'appréciait pas qu'elle permette au premier péquin venu de dézinguer un chevalier en armure.
Oui, ils ont essayé d'interdire l'arbalète... Ça paraissait trop "facile" de tuer quelqu'un avec, donc c'était l'objet du diable !!! lol... Notez, je crois que les Grecs ont eu à peu près la même réaction avec les arcs ("maudit soit le premier archer, il n'était qu'un lâche"... bon ça, c'est une citation du 19e mais bon...) Mais ça se tient, ça partait dans une logique où la guerre devait être quelque chose de noble et de glorieux. Celui qui devait triompher devait être le plus habile, le plus entraîné, le plus courageux. Pas le plus chanceux et celui prêt à faire les pires trucs pour survivre. D'où la tactique dominante du moyen-âge qui est de foncer dans le tas, et de voir après ce qui se passe - oubliant toutes les tactiques de mouvement et les formes d'armées de l'Antiquité. (La tactique en bataille, hein, pas la stratégie globale... au moyen-âge la stratégie dominante était plutôt d'éviter le combat et de piller là où y a pas de défense)

Mais tu sais, dans la même "logique", l'arc était l'objet d'un "interdit" similaire. Dans le code de la chevalerie, il était interdit de tirer une flèche sur un noble ou un chevalier. Les flèches, c'était pour la piétaille ! À Crécy et à Azincourt, les Anglais ont trahi le code de la chevalerie, et ont tiré en masse sur les chevaliers (à l'époque ça devait être aussi choquant que pour nous si quelqu'un utilisait des armes biologiques...). Mais on peut pas vraiment leur en vouloir : ils étaient une poignée de simples soldats peu entraînés face à une masse de chevaliers largement plus nombreux et bien entraînés. Pour eux, c'était faire les pires trucs pour survivre ou être massacrés... (Encore que... les Français étaient tellement bravaches et indisciplinés qu'ils ont foncé comme des abrutis, écrasant leurs propres archers sous leurs chevaux et fonçant sur les fers des piquiers... tu parles d'une menace... Il y avait des vétérans plus subtiles et plus disciplinés, bien sûr, mais ils n'ont pas été écoutés par les plus jeunes)

Pour illustrer à quel point c'était interdit de tirer sur un noble : en revenant des Croisades, Richard III (Coeur de Lion), décide de poser le siège au passage devant un château français. Au moment de monter au rempart, il se fait descendre par le trait d'un arc ou d'une arbalète française.
Ben le simple soldat s'est fait pendre !
Pourtant, ça a arrêté le siège, donc il a fait gagner son propre camp... Mais on bute pas un Roi quand on est qu'un péquin !

C'est un peu comme dans un film si on voyait James Bond se faire descendre par un sbire anonyme pendant la scène de combat final Tongue Si un héros qui disparaît, on veut bien, à la limite, que ce soit de la main du pire méchant qu'il est rencontré, avant de passer le relai, mais un sbire sans nom ? Les gens mettraient le feu au cinéma !
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#45
d'un carreau d'arbalète qu'il s'est fait étendre le Cœur de Lion… et alors qu'il avait pardonné au tireur, ses lieutenants l'ont fait écorcher vif dès la mort du roi…

Sinon, il ne faut pas oublier que l'usage de l'arbalète était permis contre les hérétiques, les sarrasins et autres païens ( on a soutenu avec vraisemblance que les succès fréquents des Croisés avec des armées généralement inférieures en nombre venait d'une bonne coordination entre les arbalétriers qui fauchaient l'ennemi à distance et les chevaliers qui venaient l'enfonçer après ).

Que je sache, la première utilisation connue dans une bataille rangée en Europe était à Legnano. Les chevaliers allemands de l'empereur Frédéric Barberousse avaient facilement battu les chevaliers italiens pourtant bien plus nombreux, mais ils se sont brisés sur le bloc des fantassins de Milan - ils n'ont pas pu entamer les lanciers devant et les arbalétriers derrière les ont descendus comme à la foire.

Quant à l'arc long, à Crécy c'était encore l'arme des Gallois qui étaient alors considérés comme guère mieux que des sauvages ( et qui ont égorgé pas mal de chevaliers au lieu de les faire prisonniers au grand chagrin du roi, ne comprenant pas le français… )
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)