Sondage : Qui est le plus mauvais ?
Vous n’avez pas la permission de voter pour ce sondage.
Le numéro 1
41.67%
5 41.67%
Le numéro 2
8.33%
1 8.33%
Le numéro 3
25.00%
3 25.00%
Le numéro 4
25.00%
3 25.00%
Total 12 vote(s) 100%
* Vous avez voté pour cette proposition. [Voir les résultats]

[Spoilers] Qui est le traître le plus nul ?
#1
Et hop, un sondage idiot. Rares sont les livres à inclure un traître, et le plus souvent, c'est assez raté. Selon vous, qui est le traître le moins crédible, le plus foireux, bref, le plus nul ?

Afin de ne pas spoiler, je leur attribue des numéros, et leur nom apparaît en blanc, afin que ceux qui n'ont pas lus les livres en question ne voient pas leur plaisir gâché, si tant est qu'il y en ait à démasquer un traître infiniment prévisible.
  • Le traître n° 1 sévit dans Les Sceaux de la Destruction, et il s'agit de Aka Ranth, votre magicien que vous croyiez fidèle.
  • Le traître n° 2 exerce ses talents dans Les Chevaliers du Destin : c'est le seigneur Kéris Beaucor.
  • Le traître n° 3, Henri Delacour, vous attend dans L'Œil d'Émeraude.
  • Le traître n° 4 se trouve dans Les Gouffres de la Cruauté. Il fait partie des chevaliers qui vous attendent à la sortie des grottes.
Répondre
#2
Le numéro 1 pour moi, uniquement à cause du jeu de mots pénible impliquant son nom et le numéro du paragraphe où l'on combat le TRAÎTRE.
Répondre
#3
Je dirais que le un est le plus grand de tous. Entre autres, pour son absence de subtilité (il nous charge avec sa dague alors qu'il est censé être
Show Content
. Ensuite, pour la vacuité du paragraphe où on l'affronte. Enfin, pour le jeu de mots pourri sur son nom. Pour toutes ces raisons, Waterfield a créé le TRAÎTRE !
Répondre
#4
en anglais ca donne quoi le jeu de mots ?

sinon, ya vonotar qui en est un aussi, dans la voix du tigre, il doit bien y en avoir un ou deux. En fait, c rare d'avoir des traitres car c rare pour les heros d'avoir des "amis"
Répondre
#5
Marcheur des Cieux a écrit :en anglais ca donne quoi le jeu de mots ?
Ifor Tynin.
Répondre
#6
Je choisis aussi le numéro 1. Il est en fait à l'image du livre où il apparaît, les Sceaux de la Destruction: fade (le moment où il apparaît est grandiose puisqu'il fait à peine une ligne), ridicule ([spoiler]censé être le plus grand mage du pays, il trouve le moyen de vous attaquer à la dague[spoiler]), et limite marrant (son nom et sa totale absence de background).
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
#7
Marcheur des Cieux a écrit :sinon, ya vonotar qui en est un aussi, dans la voix du tigre, il doit bien y en avoir un ou deux. En fait, c rare d'avoir des traitres car c rare pour les heros d'avoir des "amis"

Oui mais là on en cherche des nuls Mrgreen
Vonotar tenait un peu plus la route

Je donne également ma voix au numéro 1 qui était sans conteste des plus pathétiques. J'ai pas lu l'oeil d'éméraude non plus. Le numéro 2 y a échappé car malgré son aspect nul, il m'a quand même surpris au plus mauvais moment et j'ai bien failli perdre à cause de lui.
http://www.mangagate.com

"May he now rest under aegis of mirage
As the sands slowly turn to Elysian fields"


Répondre
#8
Je ne partage pas votre avis !

Le traître n°1 n'est pas nul du tout ! C'est même le meilleur moment du bouquin. La première fois, je me suis dit : "Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire de traître ?" Je pensais lire une aventure classique, où l'on va sauver le monde. J'étais complètement passé à côté du côté "enquête" du livre. Et, quand je l'ai relu, l'aventure m'est apparue sous un jour nouveau, nettement plus passionnant. Des faits dont je doutais fort de la cohérence ont pris sens ; ils sont devenus des indices. Et à la fin, je me suis écrié : "Mais oui, c'est lui ! Comment je n'ai pas compris depuis le début !" Et c'est seulement à ce moment-là que j'ai compris (non pas le jeu de mot mais) le nombre caché. C'est un excellent souvenir de mes lectures de LDVELH.
Pour apprécier, il faut vraiment entrer dans le bouquin, dans l'histoire. Ce qui n'est pas forcément facile, je le reconnais, en raison des nombreux passages creux et sans intérêt scénaristique qui interrompent le fil de l'histoire.
Je ne vois qu'un seul reproche : la façon dont il essaie de nous tuer. Mais cela ne me gêne pas outre mesure. Je me dis que, certain que vous n'ayez pas pu deviner sa présence, il croit nous tuer avec une simple dague et qu'il est surpris par notre réaction.

Le traître n°2 est très bien. Le reproche que je lui ferais, c'est son changement d'apparence : quel intérêt ?
Le jeu de mot du nom passe.

J'ai lu L'Oeil d'Emeraude. Pourtant je ne vois plus qui est le traître n°3... Neutre

Le traître n°4, lui, est vraiment LE gros naze. Le mec qui tombe comme un cheveu sur la soupe, qui ne sert strictement à rien, la fin complètement ridicule.
En lisant le titre du topic, j'ai tout de suite pensé à lui. Je ne pensais pas que le traître n°1 serait cité....
Répondre
#9
JFM a écrit :J'ai lu L'Oeil d'Emeraude. Pourtant je ne vois plus qui est le traître n°3... Neutre
C'est le type qui nous confie la mission au début, et qui nous attend au bout du labyrinthe pour nous tuer.
Répondre
#10
Ah, ok, merci. Seul son vrai nom m'était resté.

C'est fou comme ce livre m'a marqué.
Répondre
#11
JFM a écrit :Et à la fin, je me suis écrié : "Mais oui, c'est lui ! Comment je n'ai pas compris depuis le début !" Et c'est seulement à ce moment-là que j'ai compris (non pas le jeu de mot mais) le nombre caché.
Puis-je te demander comment tu as compris le nombre caché sans comprendre le jeu de mots ? Car le jeu de mots est le seul indice dans le livre pour trouver le paragraphe où il faut se rendre. En clair, si tu ne comprends pas qu'Aka Ranth se prononce "à quarante", rien ne peut t'indiquer d'aller au 40.
Répondre
#12
Je ne considère pas son nom comme un jeu de mot, mais comme un nombre caché, voilà tout.
Répondre
#13
Si tu pouvais nous lister tous les indices qui sont donnés au fur et à mesure de l'histoire (en dehors de son comportement bizarre lors de sa rencontre), cela m'aiderait beaucoup, parce que je vois pas trop à quoi tu fais référence.
Répondre
#14
bon, les sceaux, pour moi, c'est le livre pour lequel 400§ ne suffisent pas. L'idée du traitre caché dans cette aventure à l'endroit où il est (non, je ne spoilerai pas) m'a toujours semblé originale. Dommage que, pour des raisons de support, l'auteur n'ait pu faire autrement que d'amener le truc par un jeu de mots dont on peut légitimement s'irriter.
De plus, le tout aurait mérité un plus grand développement, afin de parsemer les indices et les contre-indices à la Agatha Christie tout au long de l'aventure, avec la possibilité pour le perso d'avoir un certain nombre de choix pour agir en conséquence de ce qu'il flaire... ou pas.
Là, on n'a pas d'autre choix que de se laisser porter par les événements.
Même si on peut sentir que quelque chose sonne faux (remarques sibyllines de certains PNJ) et cache une autre problématique, c'est mal fichu. Le lecteur qui flaire le coup se sent frustré par un personnage qui se pose des questions mais ne peut pas faire grand-chose pour éclaircir ses doutes ; le lecteur qui ne sent pas le coup trouve le tout capillotracté à l'extrême. Bref, pour moi, bon concept, mais qui aurait mérité de pouvoir jouer le perso de plusieurs manières différentes.

le n°2 : pas lu.

Le n°3 : ridicule.
Non pas que l'idée du traître soit mauvaise. Là-dessus, rien à dire. En revanche, le prétexte ne tient absolument pas debout. Comment un aventurier suffisamment expérimenté pour avoir survécu dans l'Allansia et pour envisager de tenter l'épreuve des champions peut-il se faire pipoter par un parfait inconnu au point d'absorber ce qui est présenté comme un poison mortel pour aller chercher un trésor sans autre garantie que la parole du type en question, tant au sujet du trésor qu'au sujet du contrepoison ?
De la même façon, si ce type est l'ordure que l'on nous présente, il aurait vraiment utilisé un poison lent (amanite phalloïde, par exemple, premiers symptômes une semaine après et l'antidote connu doit être absorbé avant le champignon), l'aurait administré discrètement (repas offert à l'auberge) et aurait gentiment pisté l'aventurier, attendu que le nain rentre chez lui, et que l'aventurier crève pour récupérer le magot. Au pire, si le nain restait, il lui réglait son compte pendant que l'autre agonisait.
Aucune crédibilité dans le scénario tel qu'il est.

Le n°4 : un souvenir confus... il me semble que, dès l'intro, on nous prévient qu'il faudra être vigilant en revenant, mais je ne me souvient plus si, au cours, de l'aventure, il y a des indices convaincants et cohérents susceptibles ne nous amener à penser que :
- il y a un traitre
- de qui il s'agit.
Je réserve donc mon jugement vis à vis de ce cas.
Segna, adepte de Slangg...
[Image: vampire_icone.png] La Traboule de Segna
Répondre
#15
Segna a écrit :Le n°4 : un souvenir confus... il me semble que, dès l'intro, on nous prévient qu'il faudra être vigilant en revenant, mais je ne me souvient plus si, au cours, de l'aventure, il y a des indices convaincants et cohérents susceptibles ne nous amener à penser que :
- il y a un traitre
- de qui il s'agit.
Je réserve donc mon jugement vis à vis de ce cas.
Exact, on nous alerte dès l'introduction, de façon assez vague, cela dit. Et tout au long de l'aventure, on n'a qu'un seul indice sur l'identité du traître : en gros, on l'espionne pendant notre exploration des Gouffres et on voit le symbole que porte son tabard, ce qui est nécessaire pour survivre à la fin, vu qu'on doit démasquer le traître à l'aide d'une illustration.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)