[02] La Citadelle du Chaos
#1
[Image: defi2a.jpg]

2eme Défi Fantastique, La Citadelle du Chaos est une autre occasion pour Steve Jackson d'explorer un peu plus les possibilités du concept de l'hypertextualité de ses livres. Même si ce livre reste inférieur à ce qu'il fera par la suite, La Citadelle fut un bon laboratoire d'expérimentation et un moyen de se détacher du « Sorcier de la Montagne de Feu. »

Bon, la Citadelle du Chaos, c'est tout d'abord, le choc de la couverture. Autant celle du SdlMdF était superbe (et son dragon aura cassé les pieds de tout une génération de pros de la mise en page) autant celle-ci restera celle qui me viendra souvent à l'esprit lorsque je repenserais aux LDVEH : Un gros monstre très laid, devant une forteresse au lointain. Cette couverture va marquer beaucoup de lecteurs et justifier une forme de cliché de « littérature de mauvais goût » ou « range ta chambre au lieu de lire ces horreurs. » Tiens, ça m'est déjà arrivé il y a pas moins d'une semaine avec des amis venus me voir : « Alors, ça avance tes recherches sur tes trucs ? Moi, j'en ai jamais lus, mais quand je vois la couv... ! »
Pourtant, c'est à l'achat de ce tome que je me suis rendu compte de la valeur comique du dessin d'Emmanuel (qui, le pauvre, n'a jamais dû être engagé après ça). En effet, si on approche les yeux, on voit que le monstre n'est que le premier sur toute une ligne d'ennemis qui vont jusqu'à l'intérieur de la forteresse. Ca ne donne pas un côté « armée » mais un côté « file d'attente de personnage qui attendent de se faire buter par le héros. » Ce qui, au fond, est limite vrai.
Mais bon, ceci dit, le gros monstre (a mi-chemin entre un Bakanal de Loup Solitaire et Emmanuel Chain) se trouvant sur la couverture n'est jamais vu à un seul moment du livre, ce qui est dommage étant donné que la citadelle de Balthus en arrière plan est assez conforme.

En réalité, avec ce livre, Steve Jackson en profite pour donner du background à ses histoires. Même s'il s'agit d'un Kill The Sorcer comme le précédent, il y a quelque chose de plus consistant, tout d'abord avec une introduction avant la règle du jeu, puis un paragraphe n°1 bien plus fouillé. On sait pourquoi il faut battre Balthus car il y a un enjeu (l'invasion de la vallée des saules.) Et de son côté, votre personnage semble avoir une sorte de passé. Mais, à l'intérieur même du livre, on a le droit à des approfondissements, notamment lorsque l'on visite la bibliothèque : Balthus, la forteresse, ses monstres ont un passé, voire même une justification. De plus, lors des discussions diverses, on en apprend plus sur les différents monstres qui peuplent la forteresse.

Le côté cohérent est renforcé aussi par la structure de la citadelle : Il y a une entrée, une cour intérieure, des couloirs et enfin une tour que l'on monte. On a une structure assez cohérente qui se démarque du « labyrinthe traversé par une rivière (pourquoi ?) » vu dans le Sorcier de la Montagne de Feu.

D'ailleurs, Steve Jackson fait tout pour éviter que sa citadelle soit une sorte de « Labyrinthe de Zagor (bis) » : Les monstres utilisés sont soit des sortes d'hybrides de plusieurs animaux, soit totalement inventés : fini le bestiaire un peu cliché du 1er livre. De plus, même si on a toujours ce passages où des pièces sont en « option » avec un risque à l'intérieur, on se retrouve souvent face à des passages obligés, des rencontre inévitable et parfois structurées. (Même si c'est pas encore ça.)

D'ailleurs, les rencontre avec les différents monstre, grâce à la magie (l'autre grosse innovation de ce bouquin) peuvent être évitées, changées, et même en dehors du livre, on peut quasiment toujours négocier avec les créatures. On a ainsi bien plus de choix devant un obstacle et refaire le livre a un côté un peu moins répétitif. Car, ici, on doit s'y reprendre souvent avant de découvrir les bons objets qui permettront de passer les Ganjees, l'hydre, et de tuer enfin Balthus. Ça en devient limite lors d'ailleurs à la fin. C'est dû en partie au fait que les KTS ont un côté assez répétitif : Exploration des diverses voies, récupérations des objets utiles, épreuve. S'il on n'a pas les bons objets, on recommence. Si on a les bons, on continue. Et ainsi de suite jusqu'à la fin du jeu.

Toutefois, il y a plusieurs façons de tuer Balthus, tout comme il y avait plusieurs façon de tuer Zagor. Et d'ailleurs, Steve Jackson fait une grosse différence entre les deux personnages, on a d'un côté un sorcier très « Merlin » avec ses sorts et sa barbe blanche, de l'autre un sorcier qui est aussi guerrier et chef de guerre : une carrure très solide et une tête assez fière.

Malgré cela, le jeu reste parfois très linéaire (la salle à manger est un passage obligé) et très brouillon, mais on a l'impression que Steve Jackson cherche presque à s'en excuser. Je rejoins l'avis que les salles sont complètement vides et les ennemis peu hargneux. J'ai l'impression que Balthus est un piètre chef de guerre (et que la vallée des saules ne risque pas grand-chose) : ses monstres passent leur temps à faire ce qu'ils veulent (et ils vous laissent facilement passer) et lui-même à dû mettre un code à sa porte pour qu'ils ne s'introduisent chez lui. Du coup, le nom de « Citadel of Chaos » est bien trouvé : c'est le bazar et plus personne ne contrôle rien.

D'ailleurs la fin est un peu bizarre, on vous explique que sans sortilège, il va falloir faire le chemin en sens inverse (et donc gaffe au Ganjees) mais c'est juste une formule de style histoire de dire que vous avez réussi et que vous vous en sortirez de toute façon.

Bref, la Citadelle du Chaos est une évolution par rapport au premier numéro en ce qu'il s'agit de la forme, mais pas vraiment dans le fond. On a là un Steve Jackson qui se cherche encore dans un livre qui est loin d'être le meilleur DF !
Répondre
#2
Mad_Dog a écrit :J’ai l’impression que Balthus est un piètre chef de guerre

Comme je l'ai déjà fait observer, il est certain que ce n'est pas exactement un grand stratège. La lumière du jour à le pouvoir de le tuer et pourtant il habite dans une chambre... avec des fenêtres ! Il n'y a qu'une paire de rideaux pour le protéger d'une mort instantanée !
Répondre
#3
(NdM : fusionné avec un sujet préexistant...)

Il s’agit du premier livre en solo de Steve Jackson, un de mes auteurs cultes et du deuxième volume de la série.

Par rapport au sorcier de la Montagne de Feu, les règles s’enrichissent d’un système de Magie. Normal, puisqu’on incarne un magicien. Le lecteur doit choisir un nombre de sorts (tiré aux dés) au départ dans une liste bien précise. Ses sortilèges pourront ensuite lui sauver la vie à plusieurs reprises dans la Citadelle. Ceci constitue un des intérêts majeurs du livre.
Cependant, le scénario reste aussi basique que celui du Sorcier de la Montagne de Feu. Il s’agit une fois de plus de tuer le grand méchant (ici Balthus le Terrible), qui se prépare à envahir le pays du héros.

Comme dans son prédécesseur, l’intrigue de la Citadelle du chaos se déroule exclusivement en intérieur, ce qui rend l’aventure un peu monotone. Signalons tout de même quelques paragraphes dans la cour extérieure de la forteresse au départ.
Le récit est relativement court, mais compense cela par une difficulté répulsive. Certains passages sont très difficiles à franchir (je pense surtout aux Ganjees) puisqu’ils demandent un objet indispensable, la plupart du temps peu évident à découvrir. Le lecteur devra donc recommencer un grand nombre de fois le livre avant d’arriver devant Balthus le Terrible. (En tout cas, j’ai mis longtemps). Peu, ou pas, de combats en revanche, et ceux existants se révèlent assez faciles. On retrouve la griffe de Jackson, qui se démarque de son compère Livingstone sur ce point.
Autant le dire franchement, j’ai trouvé l’aventure très plate, peut-être plus que dans le sorcier de la montagne de feu. Le style est peu accrocheur et l’ambiance proche de l’inexistant. Mais, c’est surtout la sensation de vide dans la forteresse qui m’a déçu. Balthus est censé avoir recruté une armée de monstres mais on n’en verra aucun durant l’aventure. Pas le moindre garde ne circule dans les couloirs de la citadelle et les rencontres avec un quelconque personnage sont très rares. Quelques originalités toutefois, comme les Micks ou les Calacorns. Mais on a plus l’impression d’explorer une forteresse abandonnée qu’une citadelle se préparant à la guerre.
Parlons brièvement du combat final, qui est l’un des points forts du livre. Il occupe une bonne vingtaine de paragraphes et s’avère très intéressant. On a de multiples façons de terrasser Balthus (très charismatique en passant) dont une sans même l’affronter. Le paragraphe final est quand à lui assez intéressant car il montre clairement que l’aventure ne s’arrête pas là et que le chemin du retour sera aussi périlleux que celui de l’aller.

Cependant, vous l’aurez compris, je n’aime pas beaucoup la citadelle du chaos. Ses quelques points forts, comme le combat final ou le système de magie, ne suffisent pas à faire oublier sa courte taille, son ambiance plate et sa difficulté élevée. Il s’agit probablement d’une sorte de « test » avant Sorcellerie mais ça ne suffit pas à faire apprécier le livre. Se situe au même niveau que son prédécesseur, c'est-à-dire dans la moyenne des DF.
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
#4
Aragorn a écrit :la sensation de vide dans la forteresse... on ambiance plate

Reconnaissons tout de même la présence de quelques personnages ou créatures assez sympathiques : la lingère fantôme, l'elfe noir dans le cellier, le golem, la femme tourbillon, le marchand d'armes, le lycanthrope... Et des lieux sympas : la Salle de jeux, la Bibliothèque, le Salon (très bien illustré, au 169)...
Répondre
#5
S'il n'est pas mon DF préféré, j'aime vraiment beaucoup la Citadelle du chaos. Au contraire d'Aragorn, l'ambiance m'a marqué ! L'absence relative de créatures ne m'a pas gêné. La citadelle est très grande, et il est logique que les soldats de Balthus soient cantonnés à leurs barraquements, quelque part, et qu'on ne les trouve pas en train de déambuler dans les cuisines, le salon ou la bibliothèque... A contrario, on a souvent l'occasion de croiser des gardes, dont la présence, pour le coup, est on ne peut plus logique. Bref, j'ai trouvé le peuplement de la citadelle très cohérent, moi.

L'ambiance, je l'ai dit, m'a beaucoup marqué. Les illustrations sont superbes, avec un style gravure médiévale (je trouve) qui sied à merveille à l'aventure. On a une multitude d'occasions de faire des rencontres intéressantes avec des personnages extrêmement variés (l'un des points forts du livre), dans des décors tout aussi variés, originaux et bien trouvés. Le dépaysement est le même à chaque tentative, pour peu qu'on essaye différents passages, et l'ennui n'est jamais au rendez-vous.

Le système de jeu est excellent, notamment avec la gestion des sorts, qui contredit le cliché n° 7. On se dit que dix sorts, c'est beaucoup, mais au fur et à mesure qu'on les utilise ou qu'on se rend compte qu'on n'a pas celui demandé, on en vient à se sentir nu et vulnérable... On en vient à choisir son arsenal magique avec le plus de discernement possible au fur et à mesure des tentatives, preuve que le challenge est extrêmement prenant.

Enfin, le combat final est d'anthologie... J'ai toutefois un reproche à faire au livre : c'est un one-true-path. Il y a quelques épreuves difficiles, mais pour la plupart, on peut les passer de deux manières (les ganjees, l'hydre), à une exception près : la porte de la chambre de Balthus. Il faut obligatoirement la combinaison, et donc se soumettre au cliché n° 48... Et c'est vraiment dommage, car ça nous oblige à passer à côté de beaucoup de lieux intéressants, comme la salle de jeux.

En résumé, malgré cette petite critique, un très bon DF qui fait passer un agréable moment.
Répondre
#6
Petite précision : sur les deux manières de vaincre les Ganjees, l'une est un leurre Jacksonnien car l'objet en question se trouve sur un chemin qui passe à côté d'une info indispensable...Rolleyes
C'est vrai que dans ce livre, l'ambiance est déroutante, mais je ne suis pas certain que l'armée soit à chercher dans la citadelle. Vu que l'assaut s'apprête à être donné, il est plus probable en effet que ladite armée soit déjà proche du théâtre des opérations... même si cela ne justifie pas que Balthus soit un peu seul (encore que... passer les monstres de la tour est loin d'être évident).

Un parcours difficile, c'est sûr, mais du même niveau que Le Sorcier de la Montagne de Feu. Oui, je sais, c'est pas une référence !! Le design est moins linéaire et l'aventure peut se révéler assez courte, pour peu qu'on connaisse les passages obligés et qu'on n'ait pas envie de s'attarder. Ceci étant, d'autres passages du livre sont facultatifs et apportent des petites touches d'originalité à l'aventure. J'ai bien aimé notamment le passage du Calacorm. LOL
Personnellement, j'ai bien apprécié cette petite touche de "à la carte" car cela a rendu mes tentatives successives assez variées et, même après avoir gagné le livre, j'ai éprouvé quelque plaisir à le rejouer en découvrant d'autres possibilités de parcours.

A noter également que c'est un des rares livres dans lequel il est possible de gagner avec des scores minimaux, ce que je trouve appréciable.

C'est certain que ce livre sera difficilement perçu comme ayant une ambiance et un scénario à couper le souffle ! Mais, à mes yeux, il dispose d'une structure suffisament solide et bien pensée pour passer un petit moment divertissant.
Segna, adepte de Slangg...
[Image: vampire_icone.png] La Traboule de Segna
Répondre
#7
Segna a écrit :Petite précision : sur les deux manières de vaincre les Ganjees, l'une est un leurre Jacksonnien car l'objet en question se trouve sur un chemin qui passe à côté d'une info indispensable...Rolleyes

Tout à fait exact, ce qui me fait d'autant plus pester contre ce fichu code.
Répondre
#8
Je suis de l'avis de Jehan, mais avec un enthousiasme plus modéré.
Il ne m'a pas marqué par son histoire mais par les nombreux endroits cachés, les illustrations et les sortilèges qui me laissent le curieux souvenir d'un LDVELH un peu "à part". Juste pour ça, je me le relirai bien.
D'un autre côté, sa difficulté m'avait passablement agacé, surtout pour un parcours aussi court comme l'a souligné Aragorn.
Répondre
#9
Contrairement à Aragorn, je n'ai pas trouvé le livre difficile. Niveau structure de l'ouvrage, il n'y a que le code qui n'est pas évident à trouver. Heureusement, sinon le bouquin serait vraiment facile.

Comme Jehan, j'ai apprécié l'ambiance. Plein de passages intéressants à découvrir au fil des lectures (comme le Calacorm, +1 avec Segna).

Et comme tout le monde je crois, j'ai adoré le combat final.
Répondre
#10
Tout d'abord, salut les gars! Je n'ai plus de pied mais e suis quand même chez moi pour repartir demain à 22h, super! Mais je vais tout de même poster deux-trois comm'!

Je trouve que ce livre est l'un des moins bons de la série DF. Il faut que le bouquin possède une ambiance particulière qui ne me laisse pas indifférent ainsi qu'une histoire qui me captive à fond, même si ce n'est qu'un KTS. Il faut aussi qu'il y ait quelques combats et surtout, des évènements marquants. Or, dans ce livre, il n'y a rien de tout ça, je me suis un peu ennuyé. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de bonnes idées mais pas assez pour que j'ai une bonne opinion de se livre. Mais comme tout le monde le dit, c'était une sorte d'essai pour lancer la série Sorcellerie! qui est, pour beaucoup, l'une des meilleures des ldvelh! Comme quoi, Steve Jackson a bien fait d'écrire la Citadelle du Chaos!Wink
Adieu vieux frère, ton nom sera à jamais gravé dans mon coeur. Repose en paix.
~ Force et Honneur.. ~
Répondre
#11
J'ai relu dernièrement cet ouvrage et en suis venu à me dire que c'est un bon livre.

Les points positifs :

J'ai bien aimé l'ambiance générale du livre qui est aidé par de superbes illustrations. J'ai apprécié la possibilité de visité la forteresse par différents chemins ( même si certaines pièces sont indispensables) afin de se rendre à Balthus. La venue de formules magiques est une très bonne idée sans être une obligation. Nous pouvons nous reprendre assez souvent même si notre formule n'a pas l'effet escompté. Il y a également beaucoup de belles rencontres sur notre parcours qui rendent l'ambiance accrocheuse par moment. Je pense au farfadet qui se moquent de nous, au calacorm de la prison, au deux marchants à l'extérieur et qu'on aime ou non aux terribles ganjees. De plus, j'aime bien lorsque Jackson nous amène sur un chemin et qu'il nous fait croire qu'on est sur la bonne voie alors que finalement nous aboutissions à absolument rien. C'est frustrant mais en même temps ça nous amène à employer d'autres chemins et à parcourir le livre dans son ensemble.

Les points négatifs:

Je suis du genre qui peut acheter un produit lorsque la présentation est belle. Par exemple, chez un magasin de disques prendre le cd avec une belle pochette, chez un libraire prendre un livre avec une jolie couverture. Alors que la citadelle du chaos..... (Bon c'est très mineur comme points négatifs..) J'ai également trouvé que de pouvoir battre Balthus sans vraiment l'affronter est légèrement exagéré! Pourquoi rester dans une pièce qui peut le détruire aussi facilement! Douteux comme choix! Je suis d'accord pour que chaque créature est un point faible mais là s'en est tout un! Enfin, je crois que presque tout le monde a effectué quelques essais pour se rendre à la fin, nous savions tous comment le combattre sans l'affronter. Donc, sa enlève l'effet surprise d'avoir fait le bon choix.

En bref, un bon premier livre solo de sa part qui a plus de positif que de négatif mais qui s'avère un peu décevant par moment.

Pour ces raisons, je lui donnerait un 6/10.
Répondre
#12
Ah la citadelle du chaos, mon premier LDVELH et pas loin d'être mon détestéLOL

Je vais commencer d'abord par les maigres pts fort de ce livre:

On en connais un peu plus sur le héros que l'on incarne et sur l'ennemis à combattre avec une bonne raison de le faire (empêcher l'invasion de la vallée des Saules)

Un combat final plus élaboré que la plupart des défis fantastique et possibilité de le combattre sans les dés mais en ouvrant tout grand les rideaux ce qui est une possibilité pour les faibles habilité...(Contrairement à la crypte du sorcier pour les connaisseursWink)

On dispose de quelque pouvoirs magiques ce qui change de d'habitude!

Les illustrations sont pas mal, sauf la couverture qui est franchement laide, Je me suis toujours d'ailleurs dit que le premiers monstres de cette véritable cohorte était l'homme araignée qui pour ceux qui ont eux la malchance de le délivrer...


Et les pts négatif:

Trop peu de combat (tu peux quasiment faire l'aventure sans combattre!)

Chemin trop linéaire (Passage par la bibliothèque, la salle à manger, la chambre a coucher de la femme à Balthus et bien d'autre t'oblige à prendre un chemin bien précis.)

Durée de vie bien de trop courte...

En conclusion je dirais que ce livre n'est pas à acheter en premiers car certaine personnes moins motivé que moi pourrais abandonner rien que en regardant la couvertureLOL!

Intérêt: 45%
Difficulté: 65% (seulement a cause de la linéarité de ce livre...)
Tout ce qui est or ne brille pas...
Répondre
#13
(10/07/2007, 11:00)Jehan a écrit : Le système de jeu est excellent, notamment avec la gestion des sorts, qui contredit le cliché n° 7.

(10/07/2007, 11:00)Jehan a écrit : Il faut obligatoirement la combinaison, et donc se soumettre au cliché n° 48...

hmm les liens sont mort, c'etait quoi les cliché 7 et 48 ?
Répondre
#14
Avouez que la dernière édition a nettement amélioré la couverture (ce qui n'était certes pas difficile) :
[Image: 9782070610334.jpg]
Répondre
#15
(13/07/2010, 16:47)Jeveutout a écrit :
(10/07/2007, 11:00)Jehan a écrit : Le système de jeu est excellent, notamment avec la gestion des sorts, qui contredit le cliché n° 7.

(10/07/2007, 11:00)Jehan a écrit : Il faut obligatoirement la combinaison, et donc se soumettre au cliché n° 48...

hmm les liens sont mort, c'etait quoi les cliché 7 et 48 ?

Meneldur, tu as encore l'original de cette table ? Je crois bien l'avoir perdu.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)