Mini-Yaz 2020 Le Héros, la Mort et le Talisman (Kraken)
#1
Une proposition de suite du Talisman de la Mort, Défis Fantastique bien connu.

Le Héros, la Mort et le Talisman, une aventure de 50 sections par Kraken. Version ePub dispo !
Répondre
#2
J'ai beaucoup aimé cette AVH ! Elle est très bien écrite et fourmille d'idées originales qui s'équilibrent bien avec les références au monde d'Orb. On est pile-poil où il faut sur l'échelle qui va de l'hommage trop servile à l'évocation trop discrète. Rien que pour ça, chapeau !

L'aventure est plutôt linéaire, en fait elle donne un peu l'impression d'avoir été compressée de force dans le corset des 50 paragraphes. Il y a des endroits où on dirait que la liberté d'action du lecteur a été taillée à la serpe (les paragraphes sont tout de même très longs), d'autres où les péripéties s'enchaînent un peu vite. J'ai le sentiment que cette chouette aventure de 50 § aurait fait une super chouette aventure de 100 §.

Le concept qui consiste à faire dépendre certains choix de l'environnement est intéressant, mais du coup, je me demande :

Show ContentSpoiler:

Au 26, «  les monstres sur Rift » devrait être du, je pense.
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre
#3
Avis donné après cinq runs : une mort par blessures, une par PFA et trois fins "positives" (i.e. où l'on ne meurt pas).

J'ai bien aimé. Peut-être l'aimerais-je encore davantage si je relisais Le Talisman de la Mort ces jours-ci (mon premier LDVEH lu en anglais !). Le côté méta du début est finement amené sans que cela empoisonne le récit. Cependant, comme Meneldur, certains longs paragraphes de voyages ou de dialogues, imposant des passages plus linéaires, me font penser que cette suite d'une œuvre culte du genre aurait bénéficié de plus de paragraphes.

L'idée d'exploiter l'environnement présent du joueur est intéressante ; néanmoins, j'ai un peu de mal à me justifier pourquoi cette dépendance devrait s'appliquer dans le monde "réel" et dans le monde d'Orb. D'autre part, il faudrait veiller à ce que l'atteinte des fins possibles soit conditionnée aux seuls choix du joueur (cf. la remarque perspicace de Meneldur sur le code "estoc" : je n'avais pour ma part pas remarqué cette curiosité).

PS : Au paragraphe 33, on trouve une petite faute de français dans une phrase de dialogue, peu justifiable au regard du contexte (la personne qui parle) :
Citation :Le plan n’a pas fonctionné mais c’est pas grave.
Your life and your mission end here.
Répondre
#4
Merci beaucoup pour ce retour Meneldur! Je suis très content que tu aies aimé cette aventure. Content également de te revoir sur le forum et de pouvoir échanger avec toi, puisque je ne te connais essentiellement que par tes vieux post... Comme quoi, même quand on est déjà un ancien, il y a toujours plus ancien que soi!

Pour ce qui est de la linéarité, bien sûr tu as raison. J'ai dû tailler un max dans les branches de l'arbre pour parvenir à faire entrer mon histoire dans les cinquante sections imposées.

Par exemple, pour la première partie dans notre monde:
Show ContentSpoiler:

Pareil pour la rencontre avec Tyutchev et Cassandra, qui aurait dû être plus développée.

C'est un défaut récurent de mes mini-avh depuis quelque temps. C'était déjà le cas pour Soufrerole, puis ça a été le cas pour Ici sont les Dragons. Le positif c'est que ça me laisse éventuellement la possibilité de retravailler l'AVH sur un format plus grand, comme ça a été le cas pour Soufrerole qui est passée de 50 à 190 paragraphes.

Pour ton spoiler:
Show ContentSpoiler:

Petite question, à propos de nos interactions avec notre environnement: selon toi qu'est-ce qui fonctionne bien ou pas?
Répondre
#5
Merci également pour ton retour, Loi-Kymar. Je ne reviens pas sur ta remarque concernant la linéarité puisque j'en ai déjà parlé dans le post précédent. Pareil pour le code "estoc" (voir le spoiler ci-dessus).

Tu as raison d'évoquer la question de savoir si l'interaction avec l'environnement du lecteur se justifie à la fois dans le monde réel et sur Orb. De mon point de vue cela aurait été bizarre d'appliquer ce concept uniquement sur la partie qui se passe dans le monde réel, mais je serais curieux de savoir ce qu'en pensent les autres lecteurs.

Même question que précédemment: dans les "interactions", qu'est-ce qui fonctionne bien ou pas, selon toi?
Répondre
#6
(01/06/2020, 23:35)Kraken a écrit : Merci beaucoup pour ce retour Meneldur! Je suis très content que tu aies aimé cette aventure. Content également de te revoir sur le forum et de pouvoir échanger avec toi, puisque je ne te connais essentiellement que par tes vieux post... Comme quoi, même quand on est déjà un ancien, il y a toujours plus ancien que soi!

Le mec il s'est inscrit en 2012 et il se prend pour un ancien ! Mrgreen

Concernant ta réponse à ma question spoiler, je comprends ton point de vue, même si je suis plutôt de l'avis de Loi-Kymar. Je trouve ça dommage de conditionner l'accès à l'une des fins sur une telle contingence. Pis c'est injuste pour les habitants d'Ushuaïa ^_^

(01/06/2020, 23:35)Kraken a écrit : Petite question, à propos de nos interactions avec notre environnement: selon toi qu'est-ce qui fonctionne bien ou pas?

Tout ce qui se passe dans notre monde fonctionne plutôt bien, même si certains détails des descriptions tirent dans l'autre sens en termes de véridicité. Par exemple, dès l'intro, tu parles d'une sonnette… un item qui n'existe pas chez moi. En revanche, juste devant ma porte, il y a une volée de douze marches assez étroites et je serais très curieux de savoir comment le fauteuil roulant a fait pour les gravir !

J'ai moins été convaincu par ces choix dans Orb, notamment

Show ContentSpoiler:

Ah, j'avais oublié : le titre, c'est une référence à Richard Matheson ?
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre
#7
(02/06/2020, 07:21)Meneldur a écrit : Par exemple, dès l'intro, tu parles d'une sonnette… un item qui n'existe pas chez moi. En revanche, juste devant ma porte, il y a une volée de douze marches assez étroites et je serais très curieux de savoir comment le fauteuil roulant a fait pour les gravir !

Ah ouais... ça c'est pas de bol pour moi. J'ai pourtant essayé d'être le plus flou possible (en parlant par exemple de logement à la place de maison ou d'appartement) pour essayer de maximiser l'identification, mais j'étais quand-même bien obligé de donner quelques détails aussi "polyvalents" que possible, sans quoi le récit aurait semblé trop déconnecté du réel.

(02/06/2020, 07:21)Meneldur a écrit :
Show ContentSpoiler:

Zut, c'est justement un passage dont j'étais très fier, lol. Bon, en y réfléchissant pour un combat c'est peut-être pas l'idéal. A la base j'avais plutôt prévu de m'en servir pour des épreuves.

Show ContentSpoiler:

(02/06/2020, 07:21)Meneldur a écrit : Ah, j'avais oublié : le titre, c'est une référence à Richard Matheson ?

J'ai pas mal lu Richard Matheson (ses nouvelles en particulier), mais pas le roman auquel tu fais référence. J'en ai pourtant probablement déjà entendu parler (même si je ne m'en souviens plus), donc possible que ce titre m'ait été soufflé par mon inconscient. D'après le résumé de ce roman que je viens de lire sur wikipedia, on peut trouver pas mal de points communs avec mon AVH, donc la référence se justifie. Bien vu!
Répondre
#8
(01/06/2020, 23:48)Kraken a écrit : Même question que précédemment: dans les "interactions", qu'est-ce qui fonctionne bien ou pas, selon toi?

J'ai trouvé que la plupart des questions posées sur notre environnement étaient... équilibrées, dans la mesure où selon les circonstances, on a à peu près autant de probabilité de répondre par oui ou par non.
Show ContentSpoiler:
Your life and your mission end here.
Répondre
#9
Il me vient a posteriori une question toute bête : quel est le rapport exact de cette aventure avec les péchés capitaux ?
Your life and your mission end here.
Répondre
#10
Le héros est accusé d'avoir volé le talisman.
Répondre
#11
Oui, les serviteurs du dieu de la mort reprochent au héros de les avoir privés du Talisman, ce qui constitue un péché de leur point de vue. Hyalée nous présente également le fait d'avoir réveillé Damolh comme un péché. Le péché est a prendre ici dans le sens d'une offense faite à dieu, d'une volonté de s'opposer à lui (même s'il s'agit en l’occurrence du dieu de la Mort).

Merci pour Loi-Kymar pour tes précisions. Dans la version post-yaz je rallongerai la distance de quelques pas!

EDIT: mais comme quoi c'est à savoir: toujours lire une AVH avec une arme sous la main! ^^
Répondre
#12
Je sais pas trop quoi en penser.

Y'a des qualités formelles indéniables, mais j'ai pas vraiment accroché. Je pense que ça vient de ma relation au Talisman de la Mort.

C'est un livre que j'ai lu assez tard, après la plupart des Défis Fantastiques et Loup Solitaire fondateurs. Je me demande même si je ne l'ai pas découvert après La Voie du Tigre, série nettement plus aboutie des mêmes auteurs et dans le même univers.

En conséquence, il m'a pas vraiment marqué en fait. Pour moi, c'est juste un isekai parmi d'autres. Par exemple, j'ai cru comprendre que Fauconna avait été source d'émois de début d'adolescence pour certains ici. Dans mon cas cependant, je ne saurais sincèrement plus dire qui c'est.

Et donc, parcourir cette aventure, c'était peu comme de lire une fanfic d'une série dont je n'aurais vu que quelques épisodes. Assez de matière pour remarquer les caméos un peu forcés (les trois bandits) et les Original Characters un peu trop fortement liés aux protagonistes canoniques, pas assez d'affection pour le matériau de base pour les apprécier.

Sinon, c'est solide, bien écrit, y'a des idées intéressantes sur l'inclusion du meta dans l'histoire... Mais c'est vraiment une œuvre faite par un fan du Talisman pour des fans du Talisman.
Répondre
#13
Cette AVH m'a un peu déboussolé, énormément surpris, en bien comme en mal.

L'originalité est là, indéniablement. Le fait d'intégrer la réalité qui nous entoure, nous lecteur, à l'histoire qu'on est en train de jouer, m'a épaté. Totalement inattendu, déroutant et bien trouvé. C'est assez surprenant mais ça change agréablement des sentiers battus une fois qu'on a pris le pli.

Par contre, j'ai été déstabilisé et je n'ai pas du tout apprécié de tomber sur Tyutchev, Cassandra et Thaum en aubergistes… D'accord, c'est original, c'est même poilant, mais ça fracasse tout le mythe quand-même. Je sais pas, c'est comme imaginer Red Sonja avec 25 kilos de plus, huit gamins et devenue taulière d'un bordel de province… Ou Conan tenant le comptoir d'une boutique de matériel de camping ou Corto Maltese travaillant dans une agence de voyages spécialisée dans les croisières, genre "L'aventure vous attend sur la mer avec Corto Croisières"... Non, désolé, je suis trop puriste pour apprécier. Chez Brennan à la limite, mais pas là.
A noter aussi que l'endurance fond comme neige au soleil. Du moins dans les chemins que j'ai empruntés.

Au niveau du style, la façon de parler des personnages du monde d'Orb m'a paru parfois trop moderne, trop actuelle.
C'est bien écrit mais ça manque un peu de liant, avec ce que j'appelle une écriture "catalogue" :
Vous faites ceci.
Il se passe cela.
Vous décidez de poursuivre.
Cela continue.
Vous vous obstinez.
Un côté "énumération" ou "description" que l'on peut facilement retoucher en liant certaines phrases, en utilisant des conjonctions de coordination… Histoire de rendre l'ensemble plus fluide, plus dynamique.
A noter pour chipoter un oubli dès le début :
Le bruit résonne à nouveau, avec plus insistance. Il manque le d' (avec plus d'insistance).
Des répétitions parfois :
Des jolis yeux lilas qui s'accordent joliment à ses cheveux noirs.

Au final, je trouve qu'il y a là un potentiel et une originalité plutôt formidables, mais comprimés par les 50 paragraphes. Une originalité qui a été parfois trop loin pour moi mais là, c'est un avis totalement subjectif, qui tient de ma conception de la Fantasy (quelque part, je me dis qu'un Brennan aurait sûrement apprécié cette histoire par contre). En plus, j'ai trop aimé Le Talisman de la Mort pour ne pas être chatouilleux et pointilleux sur ce genre de chose. Dans la querelle entre Anciens et Modernes, je l'avoue, je suis majoritairement du côté des Anciens.
Mais au niveau originalité, une fois encore, c'est une réussite, de surcroît inattendue, avec de vraies bonnes idées qui gagneraient à être plus fouillées et développées.
Anywhere out of the world
Répondre
#14
Merci à tous les deux pour vos retours.

La dernière remarque de Skarn est tout à fait juste. C'est une AVH faite pour les fans du Talisman, et j'imaginais bien qu'un lecteur qui n'a pas lu le livre premier ou qui n'en garde pas un souvenir impérissable ne l'apprécierait pas forcément. Je comprends également l'avis de Voyageur Solitaire, à propos de la reprise que j'ai fait de la bande à Tyutchev; néanmoins je ne me voyais pas non plus proposer quelque chose de trop semblable à l’œuvre originelle. La littérature interactive a évolué depuis les années 80, et sans jeter le vénérable travail des grands anciens aux orties, je pense qu'un auteur actuel à tout intérêt à essayer de proposer quelque chose de neuf, même lorsqu'il s'agit de reprendre un canevas existant. Dans la grande guerre de la nature, l'absence d'évolution conduit presque inévitablement à la dégénérescence et à la mort. Je pense que c'est pareil pour les AVH.

Toujours à propos de la bande à Tyutchev: du temps à passé depuis nos premières aventures sur Orb. Je ne crois pas que j'aurais pu les reprendre exactement comme ils étaient avant, tel des Hibernatus directement sortis du congélo. Et même si ces personnages sont indéniablement très réussis, pleins de charisme, ils restent tout de même assez archétypaux dans les livres d'origines. En tant que fan de la première heure, j'ai toujours regretté de ne pas avoir eu l'occasion de vraiment les connaître, de découvrir qui sont réellement les hommes et la femme cachés derrière leurs apparences de spadassins badass. La rencontre présente dans cette aventure est évidemment trop courte pour réellement "briser la glace", mais il s'agissait surtout de renouer contact avec eux. Si j'avais eu plus de paragraphes à ma disposition, il est certain que notre héros aurait eu l'occasion de partir avec eux à l'aventure - la trahison pouvant lui tomber dessus à tout moment, bien entendu. Cela dit c'est une vision toute personnelle et je serais curieux d'avoir d'autres avis de lecteurs sur ce point.

Je retiens vos appréciations positives sur l'aspect "interactions avec l'environnement" qui est l'autre point majeur que j'ai essayé de développer avec cette AVH. J'étais vraiment très curieux de connaître l'avis des lecteurs concernant cela, n'arrivant pas moi-même à me forger une opinion. Je vois que ça a l'air de fonctionner pas trop mal, tant mieux. Merci également VS pour les petites coquilles et répétitions relevées, pour les conseils d'écriture, sur la fin j'ai été un peu pris par le temps (j'étais parti sur une histoire complètement différente, une histoire d'espionnage pendant la guerre froide, à la James Bond, mais avec des hommes-lézards. J'ai changé mon fusil d'épaule un mois avant la fin de la période de rédaction. J'ai dû pas mal cravacher pour finir dans les temps).
Répondre
#15
Pour être franc, même si ça m'a surpris, ce n'est pas tant le fait de retrouver nos trois personnages en tenanciers d'auberge qui me gêne, mais la façon dont ils se comportent. Cassandra et Tyutchev ressemblent à un vieux couple digne de Scènes de ménage. J'ai trouvé ça poilant mais ça ne s'accorde pas avec ce que l'on sait d'eux, ce que l'on a connu d'eux.

Je peux imaginer et accepter un Tyutchev vieilli ou qui suite à une mauvaise blessure, se voit contraint de changer de vie. Il s'achète alors une petite auberge, d'accord, pourquoi pas. Mais à ce compte là, je le vois propriétaire d'un bouge mal famé, à la clientèle peu recommandable et trafiquant volontiers dans l'arrière-salle avec quelques voleurs ou receleurs à l'occasion. Et je vois plutôt Cassandra à une table de jeu, plumant avec habileté les trois coquins non avertis qui jouent aux cartes avec elle. Je n'arrive pas à imaginer la farouche Cassandra en serveuse proposant son plat du jour et son petit vin blanc de l'année. Ce n'est donc pas tant leur changement de vie que j'ai du mal à accepter que la façon dont il est présenté on va dire.
Anywhere out of the world
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)