La différence entre CYOA et LDVELH
#1
Salut !
un de mes potes du forum italien a posé une question et j'ai pensé que cela pourrait vous intéresser, lisez donc ce qui suit:

"Comme vous le savez dejà, je ne considère pas vraiment les CYOA ou d'autres séries de littérature interactive comme de vrais LDVELH, mais plus comme des histoires interactives. Mon point de vue ne fait pas loi, mais au-delà de ça je voulais vous demander...

Jusqu'à quel point peut arriver une simple histoire interactive simplifiée come CYOA? La serie "Time Machine" sont un peu pareils, mais un peu plus complexes... dans ce cas, il n'y a pas les "42 fins possibles" mais seulement une "vraie" fin que l'on peut atteindre en faisant des allers et retours dans le temps... il s'agit là d'une évolution du système de base de CYOA.

Connaissez-vous des cas semblables, toujours plus complexes, sans pour autant avoir des règles, un inventaire ou des jets de dés ?"

Voilà, je vous transmets la question.
Répondre
#2
CYOA ?? Kezako ?? Confus
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#3
(29/03/2017, 09:41)Caïthness a écrit : CYOA ?? Kezako ?? Confus

(cyoa est l'acronyme de choose your own adventure = choisis ta propre aventure, une série célèbre de 184 volumes, dont très peu ont été traduit en français)

je vois les choses comme ça :

le point commun, c'est que ce sont tous les deux des récits "arborescent", une lecture non-linéaire.

la différence, c'est qu'il n'y a pas de règle du jeu dans un cyoa, contrairement aux gamebooks .

pour la question de l'italien, si j'ai bien compris il veut savoir s'il existe des ldvelh sans règles du jeu qui soient plus "travaillés" que les classiques livres a remonter le temps ou choisis ta propre aventure.  Emma, est le premier qui me vient à l'esprit, je ne sais pas si ça correspond à sa recherche. pas de règle du jeu, de nombreuses fin, l'équivalent de 157 section, ce qui est beaucoup beaucoup plus que les deux série anglaise pré-cités.  je vois pas plus "étoffé" en cyoa pour le moment.
Répondre
#4
tiens, un revenant lol

tu aurais un titre traduit en francais ? (voire connu)
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#5
je poste pas souvent, mais je lis tous les post en flux rss ^^

quelques exemples

http://planete-ldvelh.com/page/emma.html

http://planete-ldvelh.com/page/bond-destination.html

http://planete-ldvelh.com/page/transformers5.html

http://planete-ldvelh.com/page/choisi1.html

http://planete-ldvelh.com/page/bar.html

etc... pas de règles du jeu, des récits arborescent "simple", peu de choix.
Répondre
#6
ok merci. En gros, ca reviendrait a se retaper le débat de ce qu'est un LDVELH. J'ai déjà élagué avec un sujet plus large ici et sur la taverne lol !
Je signale aussi ce thread monstrueux de cdang sur la taverne.

Je pense que comme les DF et consort sont souvent blindés de règles et que ce sont eux qui ont frappé fort (l'imagination et le porte-monnaie), il est possible que l'absence de celles-ci soit une condition éliminatoire pour pas mal de nostalgiques...
En mettant tout dans un panier "lecture interactive", donc les LDVELH serait un sous-ensemble, on peut contenter pas mal de monde.
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#7
Les CYOA historiques, ceux qui arboraient la marque Choose Your Own Adventure, sont assez différents des livres-jeux tel qu'on les connaît du côté opposé de l'Atlantique. Il s'agissait en général de récits écrits au fil de la plume, sans réel soucis de cohérence, les différentes branches partant dans des directions complètement différentes sans jamais se recouper.

Pour donner une idée, aussi bien dans le ton employé que dans la forme, on est dans le registre d'une histoire racontée à de jeunes enfants, avec beaucoup d'improvisation et des péripéties très variées, souvent en dépit de toute logique, avec une situation changeant du tout au tout en conséquence de choix triviaux.

Les Livres dont Vous êtes le Héros sont eux issus de l'école anglaise, légèrement plus tardive, et se veulent plus comme des jeux de rôle solo, avec un univers fermé et cohérent avec lui-même, le donjon en étant l'exemple le plus parfait.

Là où ça devient tordu, c'est que le terme CYOA est aussi souvent employé comme synonyme de livre-jeu par une partie du public anglophones (un peu comme LVH en français), et apparemment aussi par les italiens, sans qu'il ne soit clair si c'est pour parler de cette série historique, très naïve et enfantine, ou des ouvrages interactifs en général.

Bref, si je comprends bien, la question initiale est juste de savoir si nous pouvons conseiller de bons livres-jeux avec peu ou pas de règles.

À cela je répondrais par la liste des ouvrages disponibles sur Littéraction entrant dans cette catégorie (avec en tête de liste ceux ayant été primés).

En plus ce sont des critères qui font ressurgir Labyrinthe, un ouvrage que je suis contractuellement obligé de citer au moins une fois par semaine.
Répondre
#8
(29/03/2017, 19:22)Skarn a écrit : Bref, si je comprends bien, la question initiale est juste de savoir si nous pouvons conseiller de bons livres-jeux avec peu ou pas de règles.

À cela je répondrais par la liste des ouvrages disponibles sur Littéraction entrant dans cette catégorie (avec en tête de liste ceux ayant été primés).
Ouahh, j'ai écrit un CYOA sans savoir ce que c'était ! Classe Cool

(29/03/2017, 19:22)Skarn a écrit : En plus ce sont des critères qui font ressurgir Labyrinthe, un ouvrage que je suis contractuellement obligé de citer au moins une fois par semaine.
j'ai jeté un œil a ton historique : t'es à la bourre sur ce coup-là Lool
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#9
Salut !

Je vous remercie pour vos réponses supersoniques et votre disponibilité.

Avec CYOA je parlais de la collection "Choose your own adventure" qui est une serie d'histoires interactives simples se déroulant dans des univers bien connus: il y a Indiana Jones junior, par exemple (vous souvenez-vous de la serie télé diffusée sur TF1 au milieu des années 90 ?)

En fait, mon collègue veut savoir si il existe d'autres séries sans règles et sans dés qui proposent des intrigues complexes. Mais je pense que os propositions pourraient l'intéresser (j'aurais du boulot niveau traduction et résumé... )

Encore une fois, merci à toutes et à tous !

Que les vents de la fortune vous guident toujours plus loin !
Répondre
#10
Est-ce que « sans règles » signifie sans même avoir le moindre code à noter ?

Si c’est le cas, il n’y a rien qui me vienne en tête. Même les fictions interactives numériques qui ne demandent aucune gestion de la part du lecteur, comme Cactus Blue Motel, ont des mécanismes internes qui ne pourraient s’affranchir d’une implication du lecteur (codes à noter, compteurs à incrémenter…) si elles étaient adaptées au format papier.

Une fiction interactive qui fonctionnerait uniquement avec les « rendez-vous au… » serait une sorte de roman à choix multiples. Aurait-elle toujours un côté ludique ? J’imagine que cela dépendrait de la fin : si l’auteur a clairement défini une (ou plusieurs) bonne(s) fin(s) et plusieurs mauvaises, son récit serait un labyrinthe dont il faudrait trouver la sortie. En ce cas, on garde le côté ludique. Si, au contraire, il n’y a qu’une seule fin, et qu’on l’atteint quoi qu’il arrive, alors il me semble qu’on reste dans de la littérature pure, juste sous une forme particulière.

Je n’ai aucun exemple de fictions interactives sans règles, ludiques ou non, mais je serais très curieux d’en lire, je dois dire.

(Et d’en écrire, mais ça… bref.)
Répondre
#11
À la réflexion, quand je dis qu’une fiction interactive purement littéraire n’aurait qu’une seule fin, que le lecteur atteint quoi qu’il arrive, je devrais plutôt dire qu’elle n’aurait pas de mauvaises fins. Rien n’empêche d’imaginer un roman qui laisse le lecteur en choisir l’issue, par exemple.

D’ailleurs, maintenant que j’y pense, il me semble qu’Amélie Nothomb a écrit quelque chose de tel… Voilà, j’ai retrouvé : le roman en question s’intitule Mercure. J’en ai entendu parler mais ne l’ai pas lu. L’aspect interactif y est minimaliste à l’extrême, puisque l’auteur se contente de proposer au lecteur deux dénouements possibles.
Répondre
#12
Jehan,
tes réponses sont très intéressantes. Je pense que "sans règles" implique le fait de ne pas avoir de codes à noter, mais je demanderai.

Perso, je pense que meme un roman avec les "rendez-vous au..." et les fins multiples (la "vraie fin" et les "fausses fins") est une oeuvre ludique, mais mon opinion n'implique que moi.

Je ne connais pas "Cactus blue motel", c'est une oeuvre gratuite à télécharger? est-elle disponible en Anglais?

Merci encore à tous.
Répondre
#13
(30/03/2017, 20:45)Pirate des Alpes a écrit : Jehan,
tes réponses sont très intéressantes. Je pense que "sans règles" implique le fait de ne pas avoir de codes à noter, mais je demanderai.
je pense pas que noter un code ou faire des opérations simple sur les numéros de section soit vraiment une "règle du jeu" ; sinon, dire qu'il ne faut pas lire les sections dans l'ordre numérique et suivre les instructions est aussi une règle lol


(30/03/2017, 20:45)Pirate des Alpes a écrit : Je ne connais pas "Cactus blue motel", c'est une oeuvre gratuite à télécharger? est-elle disponible en Anglais?
Skarn devrait pouvoir nous faire une traduction Lool (pour info, "Cactus blue motel" est en anglais américain d'origine)
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#14
(30/03/2017, 20:45)Pirate des Alpes a écrit : Perso, je pense que meme un roman avec les "rendez-vous au..." et les fins multiples (la "vraie fin" et les "fausses fins") est une oeuvre ludique, mais mon opinion n'implique que moi.

Il est vrai que la notion de jeu est éminemment subjective… D’aucun pourrait considérer qu’un roman policier possède un aspect ludique, puisque le lecteur peut s’amuser à y trouver le coupable.
Répondre
#15
(31/03/2017, 13:55)Jehan a écrit :
Il est vrai que la notion de jeu est éminemment subjective… D’aucun pourrait considérer qu’un roman policier possède un aspect ludique, puisque le lecteur peut s’amuser à y trouver le coupable.

Il y a les romans d'Ellery Queen dans lesquels l'auteur interpelle le lecteur avant le dernier chapitre et le défie de trouver le coupable en faisant la liste des indices et des mobiles .

@Caithness: merci pour le link !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)