Ad Nauseam
#1
Glop glop,

L'aventure nécessiterait bien quelques relectures supplémentaires mais j’ajusterais les règles et corrigerais les fautes en fonction des éventuels retours.

Elle est disponible sur Littéraction : Ad Nauseam.

A bientôt.
Répondre
#2
Ouah, quelle claque cette AVH!

Je viens de crever dans l'abominable PFA 25 alors que je pensais être très bien parti pour gagner du premier coup. Moi qui avais décidé de la jouer misanthrope, je ne me la suis pas joué assez solo en fin de compte.

Gwalchmei, j'espère que tu as vu le dernier Mad Max! Wink

P.S. : et oui il aurait fallu une relecture de plus car il y a pas mal de fautes d'étourderies. Mais pour que je note a fur et à mesure ces coquilles, tu peux te la mettre sur l'oreille vu comment je suis mort...
Répondre
#3
Ah Ah Ah !! Mon PFA préféré ^^
Oui j'ai vu le dernier Mad Max au Cinoche et j'ai trouvé ça terrible !
Je vais relire d'ici la fin de la semaine pour faire un peu de ménage.
Répondre
#4
Je n'avais pas l'application pour jouer en musique, je ne me prononcerai donc pas là-dessus.

C'est une des meilleures mini-AVH auxquelles j'ai jouées. Je n'ai même pas eu ce fréquent goût de frustration une fois terminée car la difficulté est très bien dosée et les paragraphes étant longs, l'aventure linéaire, j'en suis sorti avec l'impression d'avoir lu une AVH de 100 paragraphes.

L'introduction est époustouflante. Le passage avec notre épouse d'une puissance rare, du genre à laisser l'image en tête à jamais.
La mention des "chiens effrayés" est l'exemple même de technique insufflant bien plus d'effroi que n'importe quelle description visuelle pour faire peur.

L'univers choisi est très pertinent, une variation du post-apocalytique encore plus inquiétante dans sa rudesse et dans son dénuement que les autres canons du genre (Mad max, zombies...). Bien sûr, j'ai pour ma part une certain dégoût mêlé de frayeur envers les arachnides et les gros insectes grouillants, donc ça aide. Mais d'une manière générale, l'effet terreur est particulièrement réussi. Après ma première tentative, bien que ce soit en plein jour, je me suis surpris à craindre une attaque inopinée de scolopendre ou autre créature chitineuse en faisant la vaisselle...

Si on a ce résultat, c'est évidemment grâce à la qualité d'écriture.
Au fil des ans, on arrive tous sur ce forum à progresser, à embellir et fluidifier notre style. Dans le cas de Gwalchmei, c'est ici carrément flagrant.
Dans ses précédentes AVH, c'était déjà très bien écrit mais parfois, à certains moments, un peu trop bien écrits. Avec une grosse densité de phrases longues, complexes, et d'une sémantique très précise. Le tout freinant peut-être la fluidité de lecture.
Ici, il n'y a plus rien à redire. Si ce n'est les nombreuses coquilles et quelques réparties dans les dialogues pouvant être encore plus naturelles. Mais dans le style, c'est impeccable, ça se lit comme une nouvelle fantastique d'excellente qualité. Le ryhtme s'accélère avec les scènes d'action et de tension. Les descriptions sont distillées à bonne dose et sont riches, précises avec ce qu'il faut parfois de poésie et quelques termes emphatiques judicieusement placés. Le vocabulaire est à l'avenant mais sans que ça donne l'impression de vouloir en jeter plein la vue au lecteur.

Les personnages sont crédibles et intéressants, bien campés dans leur rôle respectif. Le meilleur est sans doute le héros ce qui est pas mal quand même concernant une AVH, c'est assez rare pour être signalé.

Le scénario est parfait pour ce format. Un exemple pris sur le vif d'un quotidien terriblement barbare dans un monde perdu. Les aller-retours entre les témoignages du passé (infrastructures en ruines, noms de lieux français...) et la nouvelle réalité (la vermine géante, les fidèles de la veuve noire...) plongent le lecteur dans l'histoire et l'époque du récit.
La fin est réussie.

Le jeu est bon aussi. Il m'a fallu trois tentatives pour atteindre le 50 donc c'est bien dosé. L'aventure est linéaire mais avec suffisamment de choix pour que ce ne soit pas une nouvelle déguisée.
Les noms de code, les points d'humanité et la gestion des munitions donnent une importance à chacun de nos choix.
J'ai beaucoup aimé le système de combat, un dragon d'or sophistiqué avec un dé mais maîtrisable grâce au choix des armes à chaque round. Simple et tactique à la fois. On gagne très souvent car on a un bon équipement mais après tout, on est le héros.

Les défauts (mineurs) :
- Je n'ai jamais dépassé le stade légèrement blessé
- La compétence athlète m'a paru presque primordiale en raison de la forte chance de perdre son sérum
- Le choix arbitraire de l'auteur à la fin. Je l'accepte car il me convient. Mais ça va à l'encontre de ce qui est présenté au départ, à savoir : qu'il nous est proposé deux grosses alternatives : se rapprocher des humains ou rester sauvage.
- le manque de relecture pour les nombreuses coquilles dans le texte
- le côté légèrement stéréotypé de nos compagnons. Mais vraiment très légèrement car ils ont l'avantage d'être facilement identifiables et très vivants autour de nous
- une petite insistance sur le côté moralisateur dans l'introduction mais, d'une manière générale, je suis complètement d'accord à cette morale

Bravo pour cette aventure, j'ai adoré. Encore au-dessus de Celui qui Hurle qui était pourtant très bonne.
Répondre
#5
Merci Fitz, ça fait toujours terriblement plaisir de recevoir un feed aussi agréable, d'autant plus de la part de quelqu'un de reconnu dans le milieu désormais.

Du coup, je ne reviendrais pas sur l'aspect positif, sauf pour dire que, oui, j'estime encore devoir progresser pour parvenir à un rendu qui me satisfera enfin. Les retours précédents m'ont fait réfléchir sur mon style et m'ont aidé à progresser.

Sur le reste :

- Je n'ai jamais dépassé le stade légèrement blessé
- La compétence athlète m'a paru presque primordiale en raison de la forte chance de perdre son sérum
- Le choix arbitraire de l'auteur à la fin. Je l'accepte car il me convient. Mais ça va à l'encontre de ce qui est présenté au départ, à savoir : qu'il nous est proposé deux grosses alternatives : se rapprocher des humains ou rester sauvage.


---SPOIL---
Là, c'est un véritable soucis du à un manque de tests plus poussés de mon AVH. En fait, dans mon objectif initial, il devait être presque impossible de réussir l'aventure si tu la jouais trop altruiste. Les combats devaient être durs, et le manque de munitions inciter à éviter les confrontations. Histoire de coller plus au thème de la déchéance, assimilée ici à une déshumanisation nécessaire à la survie. J'avais même envisagé un PFA si tu restais avec le groupe pour affronter les maraudeurs. Et la perte du sérum était aussi rédhibitoire. Donc c’est un problème car la fin parait brutale si tu t'es comporté avec humanité précédemment.

Donc pour moi, un mauvais équilibre des combats, munitions que je vais essayer de revoir.

Enfin, le paragraphe 50 est le premier que j'ai écris lorsque je me suis lancé dans le projet. Là encore, j'avais imaginé un personnage plus froid et calculateur, capable de sacrifier les autres pour parvenir à ses fins. Je me suis éloigné du thème en cours de route et la transition est brutale. Je l'ai ressenti aussi.

- le manque de relecture pour les nombreuses coquilles dans le texte
Oui, j'ai entamé ce travail ! Mea culpa

- le côté légèrement stéréotypé de nos compagnons. Mais vraiment très légèrement car ils ont l'avantage d'être facilement identifiables et très vivants autour de nous.

Oui, j'avoue aussi. Compliqué de développer des personnalités poussées en si peu de paragraphes. Certains ici ont un vrai talent pour ça. Je pense spontanément à Outremer ou Kraken. Je ne te citerais pas, j'ai décidé d'arrêter de te lancer des fleurs ^^

- une petite insistance sur le côté moralisateur dans l'introduction mais, d'une manière générale, je suis complètement d'accord à cette morale
Ok, je ne voulais pas tomber dans un écologisme prévisible ou anthropomorphisé à l'excès. Je crois que la planète nous survivra et qu'à part nous sauver de nous même, il n'y a pas grand chose à faire. J'ai repris le postulat principal du jeu de rôle Vermine, mais le côté Courroux Tellurique ne doit pas véhiculer une raison ou une morale à tout cela. C'est juste une réaction face à un danger. Je ne sais pas si je suis très clair ^^

Merci encore pour ce retour. C'est motivant et ça justifie les heures passées.

PS : Ah oui ! L'excuse pour ne plus faire la vaisselle ne prend pas ^^
Répondre
#6
Je me suis lancé dans la correction des fautes les plus visibles et un ajustement des combats/munitions.
J'ai donc retiré momentanément le fichier de Littéraction pour proposer une nouvelle version dans les prochains jours.
Répondre
#7
Nouvelle version postée sur Littéraction.
J'ai corrigé un paquet de fautes et modifié légèrement la difficulté.
Je ne pense pas avoir davantage de temps pour traquer les coquilles restantes d'ici la fin du concours.
Répondre
#8
Je précise que ce retour porte sur la V1.

1). LA FORME :

La mise en page est superbe !

Le style est agréable mais un peu plombé par les fautes assez nombreuses (qui ont « freiné » ma lecture).

J’ai trouvé bizarre d’avoir mis les dialogues en italique.

Les différentes informations nécessaires à chaque combat, en particulier le tableau de dégâts, sont très claires et bien présentées.

2). LE FOND :

J’ai trouvé le récit bien rythmé, avec une alternance de passages haletants et de descriptions plus calmes (et très précises dans les éléments de décors, on s’y croirait). Le tout va crescendo entre l’introduction et la fin.

L’introduction est bonne mais j’aurais bien vu certains passages un tout petit peu plus concis et donc efficaces.

Le cadre de cette AVH m’a beaucoup plu et impressionné.

Les péripéties sont variées et stressantes. Je me suis senti en danger permanent.

Le renvoi menant au dénouement est excellent je trouve.

3). LE JEU :

Mon parcours :
Show ContentSpoiler:

Je trouve l’aventure légèrement trop difficile à mon goût (4 essais pour une AVH de 50§).

Concernant les règles, elles sont très bonnes, notamment celles qui régissent les combats. Il y a pour ces derniers ce que j’appelle un « effet spirale » : quand on gagne, ça accélère notre victoire, inversement quand on perd (grâce/à cause des blessures qui donnent des bonus/malus). J’en ai fait les frais lors de mon premier essai ! Mais cet élément n’est pas mauvais car pris en considération dans le dosage, j’ai l’impression.

4). CONCLUSION :

Une fois déverminée (hé hé) de ses fautes d’orthographe, ce sera une très bonne AVH. Je dirais même que ça me plairait beaucoup d’en lire une autre dans ce cadre.

5). LE TRAITEMENT DU THÈME :

Comme cette mini-AVH s’inscrit dans un concours à thème, j’ajoute cette rubrique.

Le thème est parfaitement traité, sous l’angle « déchéance de l’humanité ».

J’ai beaucoup aimé
Show ContentSpoiler:


6). LES FAUTES ET BUGS QUE J’AI RELEVÉS (j’ai la flemme de vérifier dans la V2 s'ils ont été corrigés)

P2: ça commence bien avec une faute dans la citation de Darwin (« la plus apte ») !
P5 : « avaient défrayé »
P7 : « des moyens de communication »
« de nouveaux courants de pensée qui cherchaient une nouvelle fois à s’imposer » => s’ils sont nouveaux, ils ne se sont pas imposés par le passé donc ils ne peuvent pas s’imposer « une nouvelle fois ».
« mettre le feu aux poudres »
P8 : « Certains restent amers »
P9 : « sujettes à d’effroyables récits »
P13 : « Quelles habitudes avez-vous gardées »
« vous les avez sauvés »
P16 : « comme si c’étaient »
P17 : « Les horreurs que chacun a traversées »
« que l’on enfouit »
« accumulées jusque là »
P19 : « fiers du royaume »
§1 : « à des charognards »
« les talons collés aux fesses. »
« La déchéance, c’était »
« Arrête-toi tout de suite ! »
« Les pneus crissent sur quelques mètres »
« T’en penses quoi ? »
« vous rendent aussi vulnérable qu’un moucheron » (ou bien garder « moucherons » au pluriel mais modifier tout le paragraphe au pluriel à partir de « une proie facile » => « des proies faciles »).
§2 : « fini de jouer ! »
§5 : « Ebert vous saisit par le col »
§8 : Makotch nous donne 3 balles de calibre 45 alors que page 17 il est indiqué qu’il n’en possède pas.
§10 : « L’effort vous a mit en sueur »
§19 : « les gouvernements avaient initié »
§26 : « une dizaine de mètres »
« Couchée sur le flanc, »
« elle court »
« trahit la nature du prédateur. »
« ça compte) »
§34 : « le code « Affaiblis ! » »
§35 : « regarde-toi. »
§37 : « Si vous avez préféré aider »
§41 : « vous dévisagent, »
« voix intérieure. »
§44 : « renforcent encore le débit » + un débit c’est une caractéristique d’un écoulement, ça ne tourbillonne pas (c’est l’écoulement qui tourbillonne)
« ont explosé sous la pression, »
« une autre issue que vous n’auriez pas encore découverte, »
§45 : « pétaradent autour de votre camion. »
§48 : « saisit la masse de chantier »
Répondre
#9
Merci pour ce Feed Thierry Dicule !

Je suis vraiment désolé pour toutes les fautes et te remercie au passage d'avoir consacré du temps à les noter durant ta lecture.

Je les ai prises en compte et proposé une nouvelle version sur Littéraction. J'ai posté la V1 trop vite à l'époque car je n'étais pas sûr de pouvoir finaliser ce projet.

Avis aux potentiels lecteurs donc : brulez la V1 et V1.1 ! La version la plus aboutie est la 1.2 (postée ce jour)...
Répondre
#10
Idem que les autres (j´ai joué la v1). La présence de fautes frappe d´autant plus le lecteur de stupeur que le style est maîtrisé et de très haut niveau.
Superbe réflexion sur la déchéance.
Aventure haletante.
La mauvaise fin "mal amenée" pour moi.
Show ContentSpoiler:
Pour le décompte des blessures par contre j´ai pas trouvé le tableau clair avec les cases de taille différente.
Ce mélange de Stalker (le jeu video) saupoudré de It came from the desert (le film) + mutations est en tout cas très réussi!
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#11
Yep yep yep,
Merci Tholdur (et les autres) pour vos réflexions que je note pour des projets futurs.
Je n'ai pas voulu réellement faire endosser le rôle de "méchant" à Paul. D'ailleurs, le Héros fait des suppositions mais rien n'est validé par des preuves concrètes (j'ai rajouté ce paragraphe à la toute fin. Initialement, l'effet de surprise était beaucoup plus proche de ce que tu décris, sans signe avant coureur).
Enfin, je me rends compte que cette V1 truffée de fautes me porte préjudice ! Espérons que les autres lecteurs téléchargeront la V1.2 ^^
Répondre
#12
Voilà, j'ai fini cette AVH (en 3 essais). Et ce que j'en tire :

J'ai trouvé le début absolument fluide, brillant. Y a pas d'autre mot pour désigner une telle qualité dans une oeuvre. Plus je lis les aventures disponibles sur ce site, et plus je me réjouis d'être tombé sur des gens qui chérissent la langue française. (HS: ce qui me conforte dans l'idée d'être entouré de gens vertueux, puisque ça me motivera à faire d'avantage d'efforts dans mes écrits).

Un thème qui ne rappelle que trop bien Starship Troopers ou bien Mad Max, avec une touche d'insanité mentale, sans le plagier ni le parodier. Je pense même que la réflexion de la bande de sauvages est bien plus effrayante dans cette AVH, puisqu'il n'y a pas de héros à proprement parler, pas de promesse de happy end, et que ces maraudeurs ne sont pas les seuls dangers dans le coin.

Sur les personnages, j'ai souri à l'instant où Yâka m'a fait penser à Casca dans la série de mangas Berserk, de par son air ado bercée par ses hormones, tantôt incroyablement tenace et forte. Les autres m'ont paru trop caricaturés, mais ce n'est pas vilain en soi puisqu'il s'intègrent très bien à l'environnement (un alcoolique dans le groupe ? normal). Je n'ai pas vu de décalage dans la cohérence des choix, puisque dans ma tête de psychopathe je reste convaincu que les seuls survivants d'une telle apocalypse ne peuvent être que contraints à "placer en tête de liste" leurs besoins primaires, à savoir : sécurité, bouffe, et tout moyen de "lâcher la pression". S'ils laissent la place à des paramètres arbitraires (empathie, etc.), cela perturbe la sécurité et (on le voit bien) tout échec est synonyme de mort.

Mais trêve de psychologie, j'ai bien aimé les grosses bébêtes, avec suffisamment de crédibilité et de présence pour qu'on ne passe pas son temps à se demander comment ça fonctionnerait dans le vrai monde... mais plutôt à se demander si leurs crocs sont enduits ou non de poison mortel, ou si c'étaient pas plutôt leurs copines avec le gros dard qui arrivent en galopant sur les murs. Rien qu'à y penser j'en ai des frissons...

Le système de combat, nickel, pareil que pour Thierry Dicule j'ai bien apprécié le système simple, mais dont les effets diffèrent en fonction des prérequis : une arme plus efficace sur tel ou tel chose par exemple. Au début j'ai un peu paniqué en voyant que chaque personnage possède des munitions différentes... je me suis demandé si l'auteur était au courant que ce n'est pas très stratégique de faire cela, puisqu'une fois à cours de "ses" munitions, on ne peut pas s'en faire prêter. Puis j'ai réalisé que le jeu était jouable sans avoir à trop gérer cette facette, alors j'ai continué ma lecture. ça donne même un petit côté "cool", genre si t'as préféré tel ou tel personnage tu t'identifie à lui et tu fais des remarques sur ses préférences. Par exemple, j'aime bien Ebert malgré ses défauts. Cool

J'aime beaucoup la fin, et >le PFA avant la fin (que je considère, à titre personnel, comme une fin valable !)<.

Le fait de jongler avec l'empathie est très intéressant, et c'est un paramètre que j'ai clairement identifié comme une plus-value au gameplay. Après je regrette que l'aventure soit courte, mais qui sait ? Peut-être que >l'auteur aura envie de narrer la suite des aventures, un jour, en format LDVELH<.

Mon seul véritable regret, c'est >l'absence des voix intérieures en plein milieu de partie. Au début, on entend une voix intérieure (concept que je trouvais vachement cool), puis à un moment donné plus rien<.
~ Par la barbe de mes aïeux !! ~
~ La Dèche: incarnez un sdf dans cette mini-aventure ~
Répondre
#13
J'ai beaucoup, vraiment beaucoup aimé cette AVH. :D

Le style de Gwalchmei est toujours aussi bon, à la fois riche et créatif. J'ai bien apprécié les petites notes d'humour parfois présentes au moment des renvois. Le contexte de l'aventure est déjà par lui-même impressionnant, mais la façon dont la plume de l'auteur nous plonge dans cet univers post apocalyptique de cauchemar est franchement brillante. Chapeau!

L'immersion et le réalisme, voilà à mon avis les deux réussites majeures de cette AVH. L'immersion parce qu'on à vraiment la sensation d'être dans la peau d'une sorte de "mad max" désabusé, tant la personnalité du héros et celles de ses compagnons sont cohérentes et bien décrites; le réalisme car même si la trame de départ est un peu saugrenue quand on y réfléchit bien, la narration est si riche en détails vraisemblables qu'on se prend à y croire quand-même. Le fait que l'aventure soit concentrée sur la survie au lieu de l'habituel "sauvetage du monde" en est l'illustration parfaite.

Puisqu'il faut bien relever des points négatifs - sinon ce ne serait pas rigolo - j'en citerai deux:
- l'aventure est peut-être un peu courte: certains éléments ne paraissent pas exploités autant qu'ils auraient pu l'être - je pense en particuliers aux rôdeurs et à leur remarquable commandante.
- l'aventure est peut-être un peu longue, dans sa narration: la lecture de chaque paragraphe est un délice, mais peut-être que, parfois, un supplément de concision aurait donné un peu plus de punch au récit. Ça n'aurait pas été un inconvénient pour une nouvelle ou un roman, mais à mon sens quand on lit une AVH on a envie de jouer, de faire des choix; on ronge donc un peu notre frein quand l'aventure est palpitante, comme c'est le cas ici.
- il y a aussi (tiens, ça fait trois :P) quelques petits problèmes de cohérence, principalement scientifique, en particulier autour du sujet Alpha, mais ça à la limite on s'en fout, on est là pour s'amuser!

Au final, l'une des meilleures aventures de survie en milieu hostile que j'ai lue, et une AVH de premier plan qui vient rejoindre "Celui qui hurle" dans mon panthéon personnel des plus belles réussites de Gwalchmei.

PS: c'est dommage mais je n'ai pas pu jouer avec la musique, je suis en cours de déménagement et je n'ai pas actuellement de connexion internet valable. :NoGreen:
Répondre
#14
Hé ! Merci pour ces retours.

@Namron :
- Pour l'inspiration, je suis vraiment parti du background de Vermine, le jdr, lui aussi inspiré sans doute de plein de références post-apo. Les maraudeurs, oui, c'est clairement Mad Max ^^ Starship Trooper, je n'y avait pas pensé.
- Je ne suis pas un grand fan de manga, mais je connais Berserk. C'est marrant cette analogie avec Casca.
- Pour les munitions des PNJ, c'était vraiment pour montrer le peu de ressources dont disposent les survivants. D'ailleurs, les balles et cartouches sont devenues une monnaie précieuse dans un univers aussi compliqué.
- J'aime aussi beaucoup Ebert ^^
- Vrai, pour le PFA qui est en fait une fin annexe, plus dramatique et peut-être, plus humaine ?
- J'aimerais bien poursuivre les aventures de Gabriel, oui !
- Pour les voix intérieures, on peut imaginer que le héros à force de voyager seul a perdu un peu pédales. Du moment où il se retrouve en groupe, ce phénomène s'atténue du fait qu'il y a des gens avec qui échanger.

@Kraken :
- Je ne sais pas si c'est saugrenue, mais en tout cas j'ai toujours trouvé compliqué de maitriser des parties de Vermine (sur table) avec ce postulat de départ. Dans le jdr, les insectes ou arthropodes géants sont très rares. Tout se joue sur la peur de la contamination, des hordes grouillantes, de la folie qui s'est emparé du monde. Mais effectivement, la confrontation n'étant pas directe ou frontale avec la vermine, c'est assez dur à structurer. Quant à la vengeance d'une Terre outragée, bon, c'est ce que pense les animistes suite à la chute de l'humanité. Mais peut-être que ce n'est juste qu'une interprétation anthropomorphique de phénomènes naturels...
- Trop court/trop long : yep, c'est sur qu'il faut faire des choix dans une mini-AVH et parfois on se laisse un peu déborder par des PNJ ou des évènements qu'on avait pas prévu et qui demanderaient plus de développement. Et oui ^^ pour la longueur des paragraphes, je me suis laissé prendre par l'ambiance et j'ai rédigé le tout en quelques jours (ce qui explique -ou pas- le nombre de fautes dans la première version). En la relisant, je réalise en effet que le trop plein de narration nuit au dynamisme. C'est noté !
- Le sujet Alpha est un petit clin d’œil à Resident Evil. Pour la cohérence, hihi, je repasserais !

Merci encore une fois à vous deux. Ça fait vraiment plaisir ! Pour la musique, c'est une play-list que j'aime bien. Au pire, Vous pouvez écouter les morceaux sur youtube (référence à la fin de l'AVH) ou autre à l'occasion (étant en plein enregistrement/mixage d'album, j'ai voulu jeter une passerelle entre ces deux passions). Dans Walking Dead (série TV) par exemple je trouve que la BO est terriblement efficace et les morceaux choisis collent vraiment à l'ambiance.
Répondre
#15
Gwalchmei a écrit :Pour l'inspiration, je suis vraiment parti du background de Vermine, le jdr, lui aussi inspiré sans doute de plein de références post-apo. Les maraudeurs, oui, c'est clairement Mad Max ^^ Starship Trooper, je n'y avait pas pensé.

C'est vrai que la partie de l'AVH avec les rôdeurs, le mégaphone, etc... est vraiment géniale. Un grand moment!

Gwalchmei a écrit :J'aime aussi beaucoup Ebert ^^

Moi aussi!!! Big Grin

Gwalchmei a écrit :Vrai, pour le PFA qui est en fait une fin annexe, plus dramatique et peut-être, plus humaine ?

Je l'ai vu comme une fin aussi valable que l'autre. Peut-être celle que je préfère personnellement.

Gwalchmei a écrit :J'aimerais bien poursuivre les aventures de Gabriel, oui !

Yep

Gwalchmei a écrit :Je ne sais pas si c'est saugrenue, mais en tout cas j'ai toujours trouvé compliqué de maitriser des parties de Vermine (sur table) avec ce postulat de départ. Dans le jdr, les insectes ou arthropodes géants sont très rares. Tout se joue sur la peur de la contamination, des hordes grouillantes, de la folie qui s'est emparé du monde. Mais effectivement, la confrontation n'étant pas directe ou frontale avec la vermine, c'est assez dur à structurer. Quant à la vengeance d'une Terre outragée, bon, c'est ce que pense les animistes suite à la chute de l'humanité. Mais peut-être que ce n'est juste qu'une interprétation anthropomorphique de phénomènes naturels...

Disons qu'une évolution biologique aussi rapide, c'est quand-même assez peu plausible à mon avis. Comme pour le sujet Alpha, je vois mal pourquoi des militaires chercheraient à créer une bestiole encore pire que celles qu'ils veulent combattre. Mais c'est vraiment un point de détail qui ne vaut pas qu'on s'y arrête, ça n'a nullement diminué le plaisir que j'ai eu à lire cette AVH. Au contraire même, peut-être que ça la rends encore plus fun en lui donnant un petit côté série B!

Gwalchmei a écrit :Trop court/trop long

Trop court ça c'est sûr, mais c'est le format du mini-yaz qui veut ça. N'empêche que je voudrais bien retrouver dans une autre AVH cette mystérieuse femme araignée et sa bande de déglingués... Clown
Trop long, c'était vraiment une chicanerie de ma part.

Gwalchmei a écrit :étant en plein enregistrement/mixage d'album, j'ai voulu jeter une passerelle entre ces deux passions

Faudrait que tu nous présentes ça! Big Grin
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)