La chute
#1
La chute, candidat pour les Yaz 2014, vous souhaite une bonne année, et attend vos retours!
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#2
J'ai décidé de commencer par cette aventure pour étrenner ce Yaz, en me disant que 25 paragraphes, ça va être très court.

HA HA HA HAAAAAA LA BONNE BLAGUE !!!!

Oui, donc, ce n'est pas court du tout. Il a beau y avoir quatre fois moins de paragraphes que dans "Les Noyés", le texte est presque deux fois plus long.


Quand on commente cette AVH, il y a d'abord une tentation forte à laquelle il faut résister : celle de dire que l'auteur fumait sans doute quelque chose d'illicite pendant tout le temps où il écrivait. L'excellent style suffit à prouver que ce n'était pas le cas, mais l'impression générale reste extrêmement surréaliste et psychédélique.

L'AVH est la suite des "Noyés" et elle est tellement différente qu'on peut se demander si le lien entre les deux aventures était bien nécessaire. Cependant, même si leurs atmosphères sont complètement différentes, les AVH ont comme point commun d'avoir des éléments lovecraftiens.

Le système de renvoi est indubitablement original. Je lui trouve cependant quelques problèmes techniques. L'un est que l'attention que le lecteur prête à la recherche des nombres/renvois peut distraire son attention de la narration elle-même (la plupart des nombres sont faciles à saisir, mais ce n'est pas le cas des "un"). Un autre est tout bêtement que, sous forme PDF, il n'est pas facile sans liens cliquables de naviguer entre les paragraphes, étant donné leur longueur considérable.


Une opinion générale sur l'AVH ? Je n'en ai pas pour l'instant. L'aventure est un tel OVNI qu'il va me falloir un peu de recul pour la digérer.
Répondre
#3
Les paragraphes sont indexés. Si tu fais apparaître la fenêtre du sommaire (en général en marge à gauche) dans ton lecteur pdf, tu devrais pouvoir naviguer d'un seul clic.
EDIT: les liens sont désormais cliquables.

Pour les "un", c'est effectivement difficile, mais on finit par prendre le pli. Si je les mettais en gras, cela devenait trop évident et distrayant. D'autres liens sont même encore plus retors. Cela fait partie de l'énigme, et je l'espère, participe au stress et au sentiment de non-retour. Qui survole, zappe ou décroche, perd.
EDIT: Les liens sont désormais marqués en gris.

Ce n'est pas une suite immédiate des Noyés en fait, il y a le tome 2 (non écrit...) entre les deux épisodes.

Et sinon, rien d'illicite n'a présidé à la genèse de ce truc, mais c'est vrai que je suis allé gratté aux portes de la folie pour l'écrire. ^ ^
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#4
J'ai parcouru l'avh en globalité (sans m'attarder sur les détails cependant) et voilà ce que j'en dirais:

Comme Outremer, je me suis fait avoir par la soit disant petite longueur en me disant que 25 paragraphes, ca allait être digne d’une mini-avh. Raté, ce n’est pas du tout court, c’est même très long. Et en lisant les premières lignes, je me suis demandé « Hein ? Mais qu’est ce que c’est que ca ? ». Hé oui, c’est l’avh la plus étrange à laquelle j’ai été confronté.

Scénaristiquement, il n’y a pas grand-chose à dire. Le héros souhaite s’emparer de la sagesse d’un livre nommé « L’aleph ». Il doit ensuite fuir et échapper aux pièges de la forteresse de Pandore. Voilà ce que j’appellerai un scénario original. Par contre, le livre pour son importance ne semble absolument pas protégé. Difficilement imaginable que le héros ne soit pas repéré avant alors qu’il semble s’être forgé une double identité et agit comme un schizophrène en période de crise (on pourrait même imaginer qu’il le soit réellement). C’est d’ailleurs ce que tu montres à travers ton écriture (qui est excellente au passage) avec toutes les pensées négatives du héros. L’ambiance dans laquelle tu plonges le lecteur est bien représentée par ailleurs et tu t’es attardé sur les descriptions.

Toutefois, cette avh trompe le lecteur. En plus de la fausse longueur, cette avh n’a justement rien d’une avh. Aucun lancé de dé, aucune part du hasard et un gameplay limité. Le lecteur peut certes avoir le choix de sauter ou non les paragraphes mais encore, faut il que le nombre soit suffisamment lisible. Quand ce n’est pas le cas, cela oblige à lire tout le reste. En parcourant un à un les paragraphes, cela ressemble à un roman où les séquences défilent et se répètent. C’est comme un ensemble de scènes entrecoupées au cinéma ou dans un film.

Paragraphe N :
On fait une scène.
Paragraphe N+1 :
On refait la scène en changeant quelques éléments.
Paragraphe N+2
On refait encore la scène en changeant quelques éléments.

Pas grand-chose à dire la dessus, c’est un ensemble d’essais-tests. Le scénario bouge peu ce qui peut amener à une lassitude. La plupart des paragraphes sont construits de cette manière : évènement catastrophique, volonté de s’en sortir, echec, mort et fin. Rien à dire de plus. On aime ou n’aime pas. La folie du héros n’aide pas toujours à comprendre et quand on voit la longueur de chaque paragraphe, on comprend que l’on est pas là pour se divertir mais pour se concentrer. Est-ce très raisonnable après une longue journée de travail ? A moins de passer plusieurs jours à lire ton avh.
Cela dit, le livre s’assume dans cette optique. Tu as d’ailleurs mentionné que chacun devait se forger sa propre lecture.
Dans les autres avh, les feeds sont globalement similaires. Ici, je sens qu’ils seront opposés. Tout le monde aura la même vision mais pas la même interprétation. Comme je l’ai dit plus haut : on aime ou n’aime pas. De mon coté, il me parait de ce fait difficile de faire un feed net et objectif.
Répondre
#5
Bravo pour ton plongeon, et pour avoir tenu bon, suffisamment pour en ramener des pépites de connaissances.

(13/01/2015, 20:17)titipolo a écrit : [c]’est l’avh la plus étrange à laquelle j’ai été confronté. [...] [Le héros] semble s’être forgé une double identité et agit comme un schizophrène en période de crise (on pourrait même imaginer qu’il le soit réellement). C’est d’ailleurs ce que tu montres à travers ton écriture (qui est excellente au passage) avec toutes les pensées négatives du héros.
Content que cet aspect te soit parvenu. J'ai cherché à explorer plusieurs versants de la folie. La trame apparente peut sembler bateau, mais...
Show ContentSpoiler:

Citation :Par contre, le livre pour son importance ne semble absolument pas protégé. Difficilement imaginable que le héros ne soit pas repéré avant
La suite répondra à ces interrogations...
Show ContentSpoiler:

Citation :Le lecteur peut certes avoir le choix de sauter ou non les paragraphes mais encore faut il que le nombre soit suffisamment lisible.
Merci de me rappeler cette difficulté. J'ai trouvé une solution qui n'accroche pas le regard lors d'une lecture globale (et romprait donc le flux) mais qui se remarque à la lecture de la phrase: les nombres sont mis en relief par une teinte plus grisée. Et les liens sont désormais cliquables! Elle est pas belle la vie? ^ ^
La nouvelle version est .

Citation :Quand ce n’est pas le cas, cela oblige à lire tout le reste. En parcourant un à un les paragraphes, cela ressemble à un roman où les séquences défilent et se répètent. [...] La plupart des paragraphes sont construits de cette manière : évènement catastrophique, volonté de s’en sortir, echec, mort et fin.
Oui, cette AVH possède une structure inhabituelle, que l'on pourrait appeler fataliste: si on arrive à la fin d'un paragraphe, on a perdu. Il y a des choix à faire en cours de route pour éviter cela, mais contrairement aux structures classiques de LDVELH, il n'y a pas de pause pour réfléchir. Chaque § est donc un PFA scénarisé, mais on peut en échapper!
Il y a bien une structure globale d'AVH, on peut le constater sur ce plan d'après mes notes:
Show ContentSpoiler:



Citation :La folie du héros n’aide pas toujours à comprendre et quand on voit la longueur de chaque paragraphe, on comprend que l’on est pas là pour se divertir mais pour se concentrer. Est-ce très raisonnable après une longue journée de travail ? A moins de passer plusieurs jours à lire ton avh.
Oui, ca me semble inévitable. J'ai fait le choix de rompre avec la tradition du paragraphe court, et c'est une autre lecture qui s'impose, une lecture qui prend son temps, en plusieurs fois, à la manière des livres de chevet d'antan.


Citation :Cela dit, le livre s’assume dans cette optique. Tu as d’ailleurs mentionné que chacun devait se forger sa propre lecture.
Oui, cela fait partie des objectifs de l'exercice. Chacun devrait donc pouvoir l'éclairer de son angle, de ses résonances.

Citation :Dans les autres avh, les feeds sont globalement similaires. Ici, je sens qu’ils seront opposés. Tout le monde aura la même vision mais pas la même interprétation. Comme je l’ai dit plus haut : on aime ou n’aime pas. De mon coté, il me parait de ce fait difficile de faire un feed net et objectif.
L’œuvre n'est pas facile à lire, encore moins à commenter. C'est courageux de ta part de tenter un feed, et je t'en remercie! J'espère que d'autres suivront. Tu as en tout cas posé des bases sur lesquelles les suivants pourront se greffer ou au contraire s'opposer.

Merci pour tes premières impressions.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#6
Alors je ne nie nullement être une buse bourrine, mais le seul n° que j’aie trouvé au §0 c’est le 9 – « de neufs emprunts à d’inexplorées contrées » - et je peux bien le dire puisque le §9 n’a rien à voir. Crybaby

« le nez dans l’Aleph » MDR

quelques fôtes relevées - et pour cause - au seul §0 : mille ; s’il t’en restait ; butent
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#7
Lorsque j'ai vu "mille" dans l'introduction, je me souviens de m'être demandé si un paragraphe 1000 n'avait pas été glissé sournoisement dans cette AVH de 25 paragraphes. Tongue
Répondre
#8
(14/01/2015, 19:50)ashimbabbar a écrit : Alors je ne nie nullement être une buse bourrine, mais le seul n° que j’aie trouvé au §0 c’est le 9 – « de neufs emprunts à d’inexplorées contrées » - et je peux bien le dire puisque le §9 n’a rien à voir. Crybaby
Hélas, aventurier, ce mot traître n'était qu'un piège vicieux (des emprunts nouveaux)!
Est-ce que tu as la version 1.1, où les liens sont un peu plus gris que le reste, et cliquables?

Merci pour les fautes relevées, je corrige!


(14/01/2015, 20:07)Outremer a écrit : Lorsque j'ai vu "mille" dans l'introduction, je me souviens de m'être demandé si un paragraphe 1000 n'avait pas été glissé sournoisement dans cette AVH de 25 paragraphes. Tongue
Le paragraphe 1000 est effectivement réservé, mais va falloir attendre un peu avant que j'en sois là... ^ ^'
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#9
Voila sans doute l'une des AVHs les plus marquante que j'aie lu! Ça fait deux semaines que je suis dessus et mon avis sur elle ne fait que varier. A l'instant présent mon opinion est plutôt positive, alors j'en profite pour faire mon p'tit feedback!

Je vais commencer par ce que j'ai le moins aimé: l'aspect ludique. A noter que ce point a été TRES largement amélioré avec la version 1.1 (pas celle à laquelle j'ai joué, malheureusement), avec ses liens visibles et cliquables qui évitent de se casser la tête à rechercher des nombres noyés dans le texte, ce qui était particulièrement nuisible à l'immersion... surtout que certains d'entre-eux étaient affreusement difficiles à trouver (je m'en suis rendu compte en parcourant la "solution 1.1"). Il subsiste pourtant un autre inconvénient, sérieux pour une AVH: les choix sont peu nombreux, et il est très difficile de deviner s'ils seront favorables ou non. Dans cette aventure, le hasard règne vraiment en maître sur notre destinée! Autre point regrettable, cette fois apporté par la nouvelle version: comme les liens sont devenus visible, on se trouve de fait privé de la lecture de la plupart des magnifiques PFAs (si on joue l'aventure dans l'optique de gagner, mais ce n'est peut-être pas la meilleure façon de lire La Chute...)

Mais voilà que j'arrive à ce qu'il y a de plus réussi dans La Chute: le style et la richesse intellectuelle qui émane du texte. Sur le style tout d'abord: c'est brillant! Presque un peu trop parfois, car l'extrême richesse du vocabulaire utilisé nuit parfois à la bonne compréhension du texte pour un lecteur lambda comme moi. Certaines descriptions sont également parfois un peu trop imagées à mon goût. Par exemple:

"C'est immédiatement évident. La façade, comme le portail, sont aussi hauts que larges. Et à mi-hauteur de la rainure qui sépare les battants, c'est à dire en plein centre, des étoiles forment les coins de ce carré, vierge et parfait." => ben non justement, c'est pas évident pour moi!

EDIT: bon, je ne sais pas ce qui s' est passé avec ce #@$/! de téléphone mais toute la partie "positive" de mon feedback a disparu! Je l'écrirai à nouveau ce soir...
Répondre
#10
(21/01/2015, 00:31)Kraken a écrit : Ça fait deux semaines que je suis dessus et mon avis sur elle ne fait que varier.
Curieusement, je ne suis pas surpris. En l'écrivant, j'avais la sensation de produire une "nourriture spirituelle" qui à la manière des ruminants et leurs quatre estomacs, requerrait une longue digestion, en plusieurs étapes.
Je suis par contre surpris que tu te sois accroché aussi longtemps pour en arriver à ce degré d'assimilation (bravo!). Je suis resté sur l'impression d'être trop indigeste, et qu'il me faudrait encore plusieurs mois de travail pour rendre la chose plus amène. J'admire moi aussi ceux qui comme Outremer parviennent à rester simples dans leur style, et qui établissent un contact si direct et si sympathique avec le lecteur. Moi, j'excelle plutôt à le torturer ^ ^'.


Citation :A l'instant présent mon opinion est plutôt positive, alors j'en profite pour faire mon p'tit feedback!
Voilà une attitude constructive, qui me donne à réfléchir sur le bon moment pour rédiger les feedbacks. J'hésite souvent entre les faire à chaud ou à froid, mais ce n'est peut-être pas le bon critère!

Citation :Il subsiste pourtant un autre inconvénient, sérieux pour une AVH: les choix sont peu nombreux,
En fait, comparé à n'importe quelle AVH de 25§, les embranchements sont riches et complexes, il existe une multitude de chemins, et assez peu d'impasses. C'est la longueur des § qui donne cette impression de choix rares, puisque l'on doit généralement traverser de nombreux évènements avant d'avoir une opportunité de décision. De plus, ces opportunités sont éphémères, pour la plupart, si on les laisse passer, elles ne reviennent pas. L'idée est de transmettre une sensation assez submergeante, avec des évènements qui nous tombent dessus comme des catastrophes, et notre capacité d'agir réduite à un mouchoir de poche.

Citation :et il est très difficile de deviner s'ils seront favorables ou non. Dans cette aventure, le hasard règne vraiment en maître sur notre destinée!
Oui, c'est l'impression que j'ai voulu donner, mais c'est une impression trompeuse, même s'il y a bien une part de hasard présente à chacun des choix due à l'incertitude des conséquences (qu'une AVH classique aurait représentée par des jets de dés).
En fait, je voulais que la stratégie présidant aux choix soit différente des AVH habituels: comme les choix n'apparaissent pas en simultané mais dans la succession, ils se présentent comme des fenêtres d'opportunité limitées dans le temps. Ce qui en fait, au delà de l'action concrète qu'ils proposent, des dilemmes entre continuer sur notre lancée ou bien la bousculer. Or, l'inertie des évènements est contre nous, la flèche du temps - c'est à dire le texte - est orientée: nous sommes sur une pente fatale. Tôt ou tard, il faut obligatoirement sauter, sinon c'est la fin. Ce scénario, comme l'a repéré Titipolo, se répète à chaque §. Dans ce contexte, plusieurs martingales "méta" permettent de s'orienter:
Show ContentSpoiler:
A noter aussi que ce n'est pas un OTP, 8 variations mènent à la bonne fin.
Ceci étant dit, ces 25 § introductifs sont un passage volontairement confus et périlleux, un labyrinthe. La suite devrait offrir des choix plus développés et plus clairs!


Citation :Autre point regrettable, cette fois apporté par la nouvelle version: comme les liens sont devenus visible, on se trouve de fait privé de la lecture de la plupart des magnifiques PFAs (si on joue l'aventure dans l'optique de gagner, mais ce n'est peut-être pas la meilleure façon de lire La Chute...)
Je crois que c'est pour l'instant le compromis le plus intéressants, même si cela rend les PFAs plus évidents. Et tu soulèves une question que je me pose moi-même depuis le début: quelle est la meilleure façon de lire la Chute? J'espère justement avoir permis plusieurs réponses possibles.

Citation :EDIT: bon, je ne sais pas ce qui s' est passé avec ce #@$/! de téléphone mais toute la partie "positive" de mon feedback a disparu! Je l'écrirai à nouveau ce soir...
Curieux, parce que j'ai bien lu la suite hier, sans avoir le temps d'y répondre. Cela n'a disparu qu'aujourd'hui. J'espère que tu seras encore d'humeur positive, sinon, merci tout de tout même!



Merci pour tes critiques. Je prends en compte les défauts signalés et je me corrige; merci d'avoir remarqué aussi des qualités, que je m'efforcerai de maintenir vivantes à l'avenir.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#11
(21/01/2015, 20:24)Zyx a écrit :
Citation :EDIT: bon, je ne sais pas ce qui s' est passé avec ce #@$/! de téléphone mais toute la partie "positive" de mon feedback a disparu! Je l'écrirai à nouveau ce soir...
Curieux, parce que j'ai bien lu la suite hier, sans avoir le temps d'y répondre. Cela n'a disparu qu'aujourd'hui. J'espère que tu seras encore d'humeur positive, sinon, merci tout de tout même!

En fait je sais très bien pourquoi cela à disparu: j'ai voulu compléter un peu mon feed, et au final mon téléphone vieillot m'en a mangé la moitié!

Citation :Merci pour tes critiques. Je prends en compte les défauts signalés et je me corrige; merci d'avoir remarqué aussi des qualités, que je m'efforcerai de maintenir vivantes à l'avenir.

La première partie de mon post était la plus critique (à tort parfois puisqu'avec tes explications je comprends mieux certains aspects de ton AVH). Voici la suite, plus glorifiante! Je reprend là ou mon message précédent a été coupé:

Mais ces quelques problèmes de compréhension ne sont que des broutilles comparé à l'excellence de certains passages; en particuliers, les dernières lignes des PFAs sont extrêmement soignées et réussies:

"Ténèbres sur l'humanité, ses vies gaspillées. Elle subira le joug de ses maîtres jusqu'à l'extinction de la dernière étincelle."

ou:

"Mais tu souris, déjà ailleurs: quelque part, l'humain a échappé à l'usine."

Il y en a plein d'autres comme ça. Splendide!

Dernier point à aborder: l'aspect intellectuel du texte. Voilà à mon avis le côté le plus réussi de cette aventure. Certainement, les réminiscences diverses que subit le héros sont riches en messages, en particulier sur le sens de la vie humaine et l'évolution de notre société. Ces réflexions ne sont pas présentées ouvertement mais en filigrane, par le biais des expériences du personnage principal; elles sont bien construites, souvent pertinentes; je ne sais pas si elles reflètent la pensée du héros ou de l'auteur. A titre personnel je me suis senti puissamment interpelé, au point de me pousser à m'interroger sur mes propres convictions... Mon existence s'achèvera-t-elle à la façon de l'un ou l'autre des PFAs de La Chute? Peut-être que sur mon lit de mort je penserai encore à cette AVH étrange, et que je regretterai de ne pas avoir fait de ma vie un combat... On verra bien! Wink

Pour conclure, je dirais que cette aventure est triplement originale: par son système de jeu, l'écriture unique de l'auteur et son engagement philosophique. Je pense que chacun doit la juger à son aune: les joueurs seront probablement déçus, tandis que les amateurs de Littérature pourront crier au génie. Etant moi-même un peu entre les deux, mon cœur balance... En tout cas un très grand bravo pour cet accomplissement! Big Grin
Répondre
#12
(21/01/2015, 23:36)Kraken a écrit : les dernières lignes des PFAs sont extrêmement soignées et réussies
C'est presque un sine qua non de l'écriture, en tout cas pour moi: travailler les débuts et les fins. En caricaturant un peu, on pourrait oublier le développement et les péripéties - bon, il y a certainement des bornes internes qui comptent aussi -, mais ce qui frappe et marque l'imaginaire, ce sont ces deux portes. Les AVH, avec leurs fins multiples et leurs nombreux PFA, offrent une richesse inégalée à ce niveau-là. Je dirais-même que littérairement, c'est un de leur point fort. Du coup, leur rédaction comme leur lecture doit en être jouissive - il n'a d'ailleurs pas été facile d'être à la hauteur pour la Chute, avec ses 25 § mais 100% de PFA! ^ ^

Citation :Dernier point à aborder: l'aspect intellectuel du texte. Voilà à mon avis le côté le plus réussi de cette aventure. Certainement, les réminiscences diverses que subit le héros sont riches en messages, en particulier sur le sens de la vie humaine et l'évolution de notre société.
Un point de départ à l'élaboration de la Chute est la constatation double que les tropes des LDVELH se cantonnent un peu trop aux ornières de leurs origines et que certains appétits d'adultes, en particuliers intellectuels, ne sont pas traités.

Citation :Ces réflexions ne sont pas présentées ouvertement mais en filigrane, par le biais des expériences du personnage principal; elles sont bien construites, souvent pertinentes; je ne sais pas si elles reflètent la pensée du héros ou de l'auteur.
Je suis parti à la recherche d'une formule qui réduise l'écart mentionné et assouvisse les divers horizons dont j'ai faim de parler ou d'entendre parler, sans que ces réflexions soient forcément les miennes, il suffit qu'elles me semblent intéressantes.
Le couvert de la tempête intérieure déchaînée par l'Aleph et le statut plurivalent de Pandore permettent de justifier jusqu'à un certain point l'aspect fourre-tout de cette tentative, en sachant que cela devrait se tasser pour la suite et sera amené d'autre manière - au détour de conversations par exemple. L'exercice m'a permis de dégager mes intentions et de leur trouver forme, même s'il reste une bonne couche de gangue - et tant mieux, rien de plus fertile que de conclure une œuvre en gardant des défis sous la main.


Citation :A titre personnel je me suis senti puissamment interpelé, au point de me pousser à m'interroger sur mes propres convictions... Mon existence s'achèvera-t-elle à la façon de l'un ou l'autre des PFAs de La Chute? Peut-être que sur mon lit de mort je penserai encore à cette AVH étrange, et que je regretterai de ne pas avoir fait de ma vie un combat... On verra bien! Wink
A vrai dire, je ne m'attendais pas à atteindre le but avec ce travail exploratoire. J'ai cherché à écrire ce que j'aimerais lire, je pense être sur une voie intéressante mais il me reste du chemin à parcourir. Je ne surprendrai personne en relevant que les AVH et leurs multiples embranchements sont particulièrement adaptés pour mener des réflexions sur la vie, sur la vie réelle, avec ses choix qui font basculer notre destinée. Mais comment donner chair à cette possibilité? Content en tout cas que le texte t'ait fait réagir. Je serai toujours surpris de la capacité de certains pour gommer les défauts et boucher les trous, et pressentir l'esprit que le texte galère encore à manifester. Bravo et merci à toi, voilà qui m'encourage à persister!

Citation :Pour conclure, je dirais que cette aventure est triplement originale: par son système de jeu, l'écriture unique de l'auteur et son engagement philosophique. Je pense que chacun doit la juger à son aune: les joueurs seront probablement déçus, tandis que les amateurs de Littérature pourront crier au génie. Etant moi-même un peu entre les deux, mon cœur balance...
Voilà qui est intéressant. La Chute se déploie dans plusieurs directions simultanée, parfois contradictoires. Si l'on n'arrive donc pas à la jauger selon une seule mesure, linéairement, cela me semble bon signe, cela veut dire probablement qu'il y a eu une lecture à niveau multiples. Chose que je trouve intéressante parce qu'avec notre tendance naturelle à vouloir tout étiqueter, noter, réduire à des conclusions, nous dressons, d'épitaphes en épitaphes, un cimetière sur notre vécu. Mais les choses multiples résistent mieux, elle ne se laissent pas si facilement épingler dans notre catalogue, au contraire, leur danse nous oblige à les chasser: c'est nous qui sommes mis en mouvement. N'est-ce pas ça être vivant, être éveillé?
(Enfin bon, je m'emballe un peu. Pour relativiser, je sais que ce type de digestion compliquée, chiante et douloureuse, donnera juste la colique à d'autres! ^ ^)

Qu'en est-il de tout ça pour la Chute? On verra, comme tu dis, quand tu auras fini de soupeser la jouabilité versus la littérature, s'il lui reste des dimensions...

Citation :En tout cas un très grand bravo pour cet accomplissement! Big Grin
Un grand merci à toi, tes critiques sont très stimulantes! A bientôt, au plaisir d'une autre conversation.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#13
J'ai eu la bonne idée de lire et de finir cette aventure en janvier (avec la v 1.0), d'oublier de donner mon avis, et de devoir le recomposer maintenant à partir de notes éparses.

Ma première impression sur l'aventure a été que son approche est tout sauf facile. À la lecture du premier paragraphe (de fin d'aventure), j'ai été pour le moins déboussolé. Il m'a fallu le relire plusieurs fois pour bien comprendre où j'en étais et ce que je devais faire.

L'histoire se veut une plongée dans la folie de l'intérieur, et de ce point de vue là, c'est une franche réussite. Le lecteur partage pleinement, l'égarement, la dualité, l'épuisement, la démence du héros. Le contrecoup, c'est un hermétisme certain. Il faut du temps pour se plonger dans cette ambiance et une fois qu'on en est ressorti depuis très longtemps, il est bien dur d'y revenir.

Cependant, quand on est dedans et bien dedans, c'est assez fascinant et captivant.

Malgré son format surprenant, c'est aussi une vraie avh, avec des embranchements réguliers et entremêlés. Ils sont juste présentés différemment, avec un système original et très sympathique. Par contre, folie oblige, le lecteur a peu de chance de deviner quel est le bon chemin en se basant sur son bon sens uniquement.

Et pour le reste... Honnêtement, je ne sais trop que dire. Comme tout le monde, je suis un peu déboussolé. L'aventure est bien, mais elle est tellement hors-norme, tellement à part, tellement expérimentale, qu'il est assez dur de la classer selon les critères habituels des livres-jeux.

Autres remarques :
  • Je me joins à l'avis général que les liens grisés de la v1.1 facilitent grandement la lecture, et surtout les relectures.
  • Le 24 m'a rappelé une scène de Gunnm Last Order. Coïncidence ?
Répondre
#14
Je viens de relire l'avh (cette fois-ci la nouvelle version avec les liens cliquables). Cette fois, c'est plus clair, je n'avais capté en fait aucun nombre (il faut dire que sixième n'était pas un nombre pour moi). En fait,l'avh se révèle assez courte car on passe par exemple du 6 au 21. En revanche, je n'ai pas vu ce qui permettait de passer du 21 au 24 alors que je pense avoir choisi le bon chemin (l'autre mène sur un pfa au 25).

Il y a quelques passages prenants comme le barrage ou le geyser. Par contre, le seul choix dont nous disposons est le paragraphe 2 ou l'on peut se rendre au 4 ou au 6. Il n'est pas vraiment facile de choisir, ce choix me parait plus relever du hasard que de la logique. On rate par contre tous les autres paragraphes ce que je trouve un peu dommage. Quand je vois le plan que tu as dressé, j'aurais préféré une avh plus longue avec plus de chemins ou il aurait été possible de parcourir plus de paragraphes. Le paragraphe 24 est quand à lui intéressant (je le remarque surtout en le relisant, la première fois, il ne m'avait pas tant marqué que ca) et je me demande bien quelles surprises tu nous réserves au cœur de Pandore.

Ton écriture (bien qu'elle soit excellente) mélée avec le labyrinthe mental du héros n'aide pas toujours mais je suis sur que maintenant qu'il est en sureté (à moins que les gardes soient toujours sur ces traces à cause de l'aleph), tu nous reserves de bonnes surprises par la suite. Le fait qu'il soit accompagné et qu'il y aie beaucoup de dialogues aide beaucoup plus à comprendre. En fait, c'est le 24 le plus compréhensible.

Une seconde lecture qui me permet de réviser une nouvelle fois mon jugement comme d'autres avh. Certes, on ne retrouve pas l'aspect jeu des autres avh et seul un choix nous est proposé mais bon, on finit par s'y faire.

Bon courage pour le yaz.
Répondre
#15
Salut Skarn, merci de ton retour.

(22/02/2015, 22:47)Skarn a écrit : Malgré son format surprenant, c'est aussi une vraie avh, avec des embranchements réguliers et entremêlés. Ils sont juste présentés différemment, avec un système original et très sympathique. Par contre, folie oblige, le lecteur a peu de chance de deviner quel est le bon chemin en se basant sur son bon sens uniquement.
J'atténuerai cet effet dans la mesure du possible lors de la prochaine version, mais en plus des considérations "méta", déjà citées plus haut en spoiler, qui permettent de prendre des décisions quant à ces dilemmes hasardeux, deux autres considérations sont à prendre en compte:
- l'une, c'est qu'en glissant une ou deux impasses gratuites dans ces 25§ qui forment le début d'une aventure plus longue, les conséquences ne sont pas aussi dramatiques qu'en les mettant bien plus tard. En étant forcé de recommencer, on ne perd ici que quelques embranchements.
- l'autre, c'est qu'il y a plusieurs chemins possibles; les premiers choix ne sont pas mortels, ils offrent simplement de la rejouabilité.

Citation :[*]Le 24 m'a rappelé une scène de Gunnm Last Order. Coïncidence ?
J'en étais resté à Gunnm, je ne connais pas cette suite et je ne peux donc que jouer aux devinettes pour répondre à ta question. Si Gunnm Last Order est fidèle aux thèmes originaux, on peut s'attendre à des points communs avec la Chute: habitants de la ville du bas et des endroits abandonnés, personnes incomplètes en quête d'identité et d'équilibre, esprits torturés, malaise, luttes incessantes... Ce genre de contexte pose assez logiquement la question de l'innocence, du bien-être, de l'aménagement des souterrains, du havre, dont les mises en scènes sont donc des tropes probables puisque chargés de sens, des sortes de réponses.

Salut titipolo, merci d'avoir donné une seconde chance à l’œuvre!

(26/02/2015, 22:39)titipolo a écrit : En fait,l'avh se révèle assez courte car on passe par exemple du 6 au 21. En revanche, je n'ai pas vu ce qui permettait de passer du 21 au 24 alors que je pense avoir choisi le bon chemin (l'autre mène sur un pfa au 25).
En fait, tu as foncé tout droit dans une impasse. On ne peut pas passer du 21 au 24.

Citation :Par contre, le seul choix dont nous disposons est le paragraphe 2 ou l'on peut se rendre au 4 ou au 6.
Je comprends tout à fait ta perception, mais c'est justement la caractéristique de la Chute de proposer des choix discrets.

Par rapport à la disposition classique des AVH, avec le flux de lecture qui s'arrête en fin de paragraphe devant la liste des choix possibles, les choix de la Chute consistent à continuer de lire ou bien changer de paragraphe. Il n'y a pas d'arrêt sur l'image ni de mise en scène "forte" des choix.

La force du dilemme dépend donc du lecteur et de la manière dont il gère sa lecture. Et si l'on triche en lisant ce qui suit pour revenir ensuite à une possibilité de saut, cette lecture non-linéaire s'intègre tout à fait, du moins je m'y suis efforcé, à l'expérience psychonautique produite par l'Aleph! ^ ^

Ainsi, pour passer du 0 au 1, et du 1 au 2, tu as dû faire un choix, le choix de sauter ou de plonger. Tu es passé à côté d'une option au 6, aussi, qui permettait de descendre au 15.
Donc, sans t'en apercevoir, en parcourant le 0->1->2->6->21, tu es tombé sur deux bifurcations, deux trifurcations et une impasse. Et on peut même argumenter qu'il y a des choix de lecture à faire supplémentaires, qui dépassent le cadre linéaire habituel.


Citation :Il n'est pas vraiment facile de choisir, ce choix me parait plus relever du hasard que de la logique.
Comme dit plus haut, je n'ai pas proposé d'intuition immédiate, même s'il devient vite évident qu'il faut mieux tenter une expérience que d'attendre que le cours des choses décide pour nous. On peut tout de même appliquer des stratégies (cf. supra)


Citation :Quand je vois le plan que tu as dressé, j'aurais préféré une avh plus longue avec plus de chemins ou il aurait été possible de parcourir plus de paragraphes.
Moi aussi! Moi aussi! Je n'ai pu consacrer qu'un trimestre à l'écriture en 2014, mais j'espère écrire 75-100 § cette année (qui seront un peu plus courts... enfin, certains...) ^ ^

Citation : Le paragraphe 24 est quand à lui intéressant (je le remarque surtout en le relisant, la première fois, il ne m'avait pas tant marqué que ca) et je me demande bien quelles surprises tu nous réserves au cœur de Pandore.
Maintenant que le couvercle est soulevé, il faut s'attendre à tout... d'ailleurs, c'est exactement ce que j'ai prévu de mettre.

Citation :Ton écriture (bien qu'elle soit excellente) mélée avec le labyrinthe mental du héros n'aide pas toujours mais je suis sur que maintenant qu'il est en sureté (à moins que les gardes soient toujours sur ces traces à cause de l'aleph), tu nous reserves de bonnes surprises par la suite. Le fait qu'il soit accompagné et qu'il y aie beaucoup de dialogues aide beaucoup plus à comprendre. En fait, c'est le 24 le plus compréhensible.
Tout à fait. Le 24 est un peu la sortie symbolique du labyrinthe, la lumière au bout tunnel. A partir de là, les explications vont structurer le monde et l'histoire et ce sera plus facile, d'autant plus qu'il y aura plus d'interactions sociales et donc de dialogues.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)