Fanzine 7 : préparation
#16
Si vous pouviez éviter ce genre de gros spoilers sur le forum...
Baaauuuuume Damohl, plus fort que la douleeeuuuur!
Répondre
#17
Tu parles de Tanid ? Désolé, je n'ai pas trouvé comment mettre un spoiler sur ce forum. Redface (mais je n'ai spoilé qu'une petite partie)
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
#18
bon on dira que c'était un gentil spoiler, merci bcp aragorn pour tes réponses !
Rendez-vous au 14.
Découvrez ma plume poétique sur le blog de Jules Cybèle.
Répondre
#19
Citation :1) La mise en scène de l'héroïne diffère-t-elle de celle du héros ? (argumenter que la réponse soit oui ou non)

2) En tant que lecteur-joueur : qu'attends-tu d'un personnage féminin ?

3) Quels personnages féminins de ldv t'ont marqué ? (et pourquoi?)

1)
Dans mon AVH, je n'ai pas du tout joué sur l'univers machiste des années soixante, même si la nouvelle se situe après mai 68 et que les mœurs ont peut-être un peu changé. Peut-être une erreur, je n'y pense que maintenant. J'ai préféré peindre un personnage séducteur et manipulateur quand il a besoin des autres (l'héroïne ne combat pas mais doit récolter des points d'influence auprès de ses alliés).

2)
Que l'idée, plutôt originale, soit réellement exploitée et qu'on se sente femme, ou tout au moins plus délicat, fragile, émotif, subtil.

3)
Flower Power est l'AVH dont le personnage féminin me paraît le plus réussi. Cette lecture date donc je ne sais plus trop pourquoi, je crois que l'esprit de la gamine était assez bien retranscrit, l'ambiance était la bonne. VFF 1 m'avait aussi bien plus, on sentait (en partie grâce aux règles, avec le tir à l'arc, la maniement de deux lames en même temps) que l'héroïne était agile, féline.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#20
'me demande pourquoi j'ai jamais senti l'envie d'écrire une AVH au féminin. P'tet que je suis pas si libre que je le croyais des clichés des LDVH. P'tet que j'ai peur de pas savoir échapper au cliché de la femme douce et fragile. P'tet que je manque d'imagination. P'tet que j'ai peur que Caïthness me dévisse la tête.
Répondre
#21
(03/03/2011, 18:58)Paragraphe 14 a écrit : si tu veux j'ai déjà une illustration que je peux te montrer en avant première pour patienter Surpris
En parlant illustrations, si jamais la Neige d'Automne de Oiseau est évoquée dans le dossier (bienvenu, au passage), je pense qu'il pourrait être sympa d'en joindre une illustration, et, à défaut d'utiliser une des deux couvertures existantes de Draco Venturus (ce qui ferait trop pub LOL ), d'utiliser plutôt le superbe logo que nous a dessiné Dahy pour cette nouvelle série Kaï, et qu'il se ferait sans doute un plaisir de mettre à disposition.

Ha, et pour l'anecdote moi je possède aussi, bien caché au fond d'une étagère de ma collection de livres-jeux, Derrière la porte, ldvelh du genre chaud, écrit par une femme, et ayant la particularité de pouvoir être joué et par un homme et par une femme (en fait ça inclut 2 aventures distinctes, mais qui se rejoignent).
Si jamais ça t'intéresse d'élargir ton analyse à ce genre de chose sulfureuse, dis-moi le et je retournerai le lire afin de t'en faire un retour détaillé -enfin dans la limite de la décence Mrgreen- (pour tout dire, je ne l'ai jamais fini, hum Redface).

Répondre
#22
Yaztromo a écrit :Si jamais ça t'intéresse d'élargir ton analyse à ce genre de chose sulfureuse, dis-moi le et je retournerai le lire afin de t'en faire un retour détaillé -enfin dans la limite de la décence Mrgreen- (pour tout dire, je ne l'ai jamais fini, hum Redface).
Et voilà ! encore une réplique que j'ai complètement zappée !! Pfffff

ça c'est le fait d'être d'être désabusé, à force de me persuader que personne ne réagit plus pour le zine, ben je n'ai pas vu ta réaction...

une fois de plus sincèrement désolé

et si ce n'est pas trop tard pour toi, OUI je suis grandement intéressé par cette analyse sulfureuse ! Et tu ne seras pas au bout de tes surprises en découvrant l'élément sulfureux du n°7 ^^!!

je n'en dis pas plus Twisted

Rendez-vous au 14.
Découvrez ma plume poétique sur le blog de Jules Cybèle.
Répondre
#23
Tu nous mets l'eau à la bouche, décidément !
Pour Derrière la Porte, même remarque que pour Défis Sanglants sur l'Océan : pas avant la semaine prochaine, si tu peux attendre.
Répondre
#24
je suis l'attente incarnée
Rendez-vous au 14.
Découvrez ma plume poétique sur le blog de Jules Cybèle.
Répondre
#25
Voici la couverture de FA 7, réalisée expressément par Gaelle
dont voici un des sites : http://www.gaellec.com
   
Rendez-vous au 14.
Découvrez ma plume poétique sur le blog de Jules Cybèle.
Répondre
#26
Et bien je crois que ça "colle" parfaitement au sujet.
Le lecteur a l'air particulièrement "réjoui" !
Bravo à Gaelle.
Répondre
#27
Peu de news, mais des news quand même
http://users.skynet.be/fa301409/ldvelhportail/index.htm
Rendez-vous au 14.
Découvrez ma plume poétique sur le blog de Jules Cybèle.
Répondre
#28
Salut Paragraphe 14,

Je ne sais pas si tu as vu, mais Draco Venturus 2 est enfin sorti (draco-venturus.fr/telechargements.fr). Bon, pas de bol, il y a eu un bug justement sur la critique de la FA (oubli de la critique de l’AVH) mais ce sera rectifié au plus vite.

Pour revenir à la nouvelle FA, bon ben si tout n’est pas bouclé encore, voici enfin quelques éléments supplémentaires annoncés des mois en arrière déjà sur la gent féminine dans les ldvelh, et tellement maigres que j’en ai honte.

Mais en même temps la pêche (dans la Mer Intérieure) fut maigre, et c’est donc la faute à Andrew Chapman ! En plus, le bigre d’auteur est responsable aussi du temps que j’ai mis pour faire ma remontée (à la surface) : je pensais avoir terminé Défis sanglants sur l’Océan il y a des années, mais en ressortant ma vieille feuille d’aventure, je me rends compte que je l’avais certes pas mal écumé mais que je ne l’avais jamais fini, et du coup je m’y remets en me disant « chouette ce sera l’occasion d’enfin boucler ».
Quelle folie ! Je pensais que Steve Jackson avec son Manoir de l’Enfer ou Livingstone avec pas mal de ses titres étaient des pervers du ldvelh, mais Chapman tient la comparaison : depuis deux mois, je me suis bien refait une vingtaine d’essais, avant d’enfin sortir victorieux. Le livre porte bien son nom, c’est bourré de dangers et toutes les carac sont sollicitées allègrement, rendant difficile une victoire sans hauts scores de départ et de la chance -au sens large- ensuite.

Mais bon revenons au sujet : les femmes.
Et bien, pour ceux qui n’ont pas encore joué ce ldvelh mais savent qu’on y incarne un pirate, qu’ils renoncent à leurs espoirs de croiser de belles captives, de fougueuses pirates à la mèche rebelle, des princesses orientales (vu l’ambiance du secteur) ou autres filles de bonne compagnie des ports : rien de tout cela.
La présence féminine dans ce livre se résume à :
- une superbe femme vivant seule dans une île avec pour seule compagnie toutes sortes d’animaux ;
- des indigènes d’un village de fêtards.
Alors certes c’est peu, mais elles ont quand même le mérite d’avoir été représentées par l’illustrateur Bob Harvey, voici des zooms :
   
   
Bon, et maintenant, séquence spoil, afin de savoir ce qu’on peut en dire de beau (ou pas), de ces femmes khuliennes (rien d’obscène malgré les apparences, je vous rassure) :
- La femme aux oiseaux, incarnation de l’hospitalité, de la gentillesse, d’une vie simple en harmonie avec la nature et à la beauté troublante, ne pouvait qu’avoir des trucs à cacher. Mrgreen
Elle offre à boire et à manger à ses invités, puis les voilà transformés à leur tour en oiseaux et en animaux domestiques ! Bref, toute mimi qu’elle soit, une superbe Sorcière.
Tout pirates qu’ils soient, ils avaient rien demandé, mince alors ! Bon, certes, c’est sans doute le seul adversaire de toute l’aventure, en dehors des lutteurs de Calah, ne cherchant pas à faire couler le sang sauf quand elle s’y voit contrainte (et encore, indirectement, par chats magiques interposés), c’est en quelque sorte une espèce de pacifiste dans un monde de brutes… mais où la paix recherchée ne peut se faire qu’autour de sa personne, et selon sa loi très particulière : c’est vrai que l’avantage des animaux sur les hommes, c’est que ça ne parle pas de sport et ne raconte pas de blagues graveleuses.
Tous les détails sur la Sorcière de Kazallu, donc, en 108 et les paragraphes suivants.
- Les seules autres femmes présentes dans le livre le sont en suggestion, simplement parce que l’une d’entre elles est représentée en train de danser. Si celle-ci n’a pas de rôle particulier dans la fête traquenard organisée dans l’une des Trois Sœurs (non, pas par l’une des trois sœurs du village, je parlais d’un archipel au sud-ouest de Shurrupak), on peut supposer qu’elle et les autres villageoises participent au relâchement organisé pour piéger les voyageurs croyant avoir affaire à d’accueillants sauvages : accueil chaleureux, invitation à manger, boire, danser, le tout jusqu’au bout de la naïte… et surtout jusqu’au fond de jolies cages en bois.
Le déroulement du piège sur l’ïle aux Vergers est lisible à partir d’ici : 386

Bon donc, le point commun entre ces deux apparitions féminines : les figures féminines jouent dans ce DF, et comme dans beaucoup d’autres, sur une certaine séduction pour piéger.
Pas très sympa pour l’image de la femme, et rien de très nouveau sous le soleil, mais bon vu l’âge de ce DF, on ne peut de toute façon pas parler de quelque chose de nouveau.

Allez, pour ne pas que Paragraphe 14 reste sur sa faim, quelques mots quand même sur cet autre ldvelh qui, lui, est rempli de figures féminines : Derrière la Porte, d’Alina Reyes (sa photo dans le livre, unique illustration en dehors de la couv, ne gâche rien au plaisir de la lecture). J’avais promis de ne pas en parler ici pour ne pas choquer les âmes sensibles, mais je vais tâcher de reste sobre, car il serait dommage que cette œuvre, unique en son genre, ne soit pas au moins mentionnée dans le dossier du prochain FA.
Ici, les femmes rencontrées sont au service des fantasmes du lecteur… et même j’imagine un peu de la lectrice si j’en crois la variété des fantasmes illustrés dans la partie destinée aux lecteurs (car le livre a la particularité d’être partagé en deux aventures, destinées respectivement à des lecteurs de chaque sexe, et moi je n’ai joué que celle me concernant… pour l’instant du moins car ce sera sûrement amusant aussi de jouer l’héroïne). Bon, en fait, le lecteur est lui aussi souvent au service des fantasmes des femmes qu'il croise, mais pas de combats, pas de stats, pas de dés, et malgré quelques situations s’apparentant à des pièges, cette aventure est dédiée au plaisir, même si on peut ne pas accrocher à certains chapitres, et même si sa conclusion va un peu plus loin que ce seul aspect. Sans déflorer le sujet (hum), on rencontre ainsi, parmi de très nombreuses autres figures une jeune mariée, une belle (très) endormie, une « inspectrice » en uniforme, une veuve éplorée, des « nourrices », une secrétaire consciencieuse, des adeptes du hammam, une danseuse classique, une joueuse de tennis, sans oublier, ldvelh oblige, une « ogresse » et une « sorcière » bien entendu ! Et le tout dans différents lieux plus ou moins étranges, répartis dans une espèce de labyrinthe obscur.
Bref, ce livre appartient indubitablement (pas de jeu de mots foireux svp) à la famille des livres-jeux, mais il est très particulier. On ne peut bien entendu pas comparer véritablement les figures féminines qu’on y trouve avec celles des ldvelh, mais ça méritait d’être mentionné je crois, dans la perspective du dossier de Paragraphe 14.

Dossier que je suis impatient de lire !
Répondre
#29
cela vient, cela vient ^^ en plus avec la perspective d'augmenter ma collection de DF, donc d'être encore plus précis sur ce dossier !!
encore merci pour cette analyse, et pour avoir mentionné Derrière la porte !
Rendez-vous au 14.
Découvrez ma plume poétique sur le blog de Jules Cybèle.
Répondre
#30
De rien pour Derrière la Porte, ça m'a donné l'occasion de la repasser, et sans déplaisir. LOL
Mais en repensant à ta demande initiale "des AVH où on joue des femmes", je me dis que j'aurais mieux fait de te faire une mini-chronique de la partie féminine de l'aventure plutôt que le contraire.
Bon, ceci dit, il y a fort à parier que ça ressemble pas mal à ce qu'on trouve dans la partie masculine que j'ai décrite...

Je crois qu'il existait aussi une série de 2 ou 3 ldvelh "aventuro-érotiques" dans les années 80, mais là aussi où on jouait un homme et pas une femme, et j'ai jamais essayé de les acheter tellement les couv faisaient peur (je sais que c'est idiot, moi j'ai beaucoup de mal quand j'accroche pas aux illus de couv ou internes de ldvelh, c'est ce qui s'est passé par exemple avec la dernière série de ldvelh historiques publiée par Gallimard, alors que si ça se trouve ils sont bons). Les résumés que j'en ai vu ne m'ont pas trop inspiré non plus.

De toute façon, c'est pas le sujet de ton dossier non plus, "femmes et érotisme", faut garder des idées pour de futurs dossiers. Wink
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)