[Dragon d'Or] Le Dieu Perdu
#1
Pour ma première critique j'ai choisi un livre au hasard issu de la pile retrouvée au fond du placard. Bon, soyons francs, on est très loin de la perfection. Certains points sont même rédhibitoires à mon goût.

Mais commençons par le début...

L'histoire et l'ambiance

Vous êtes le Chevalier Dragon de Palados, autrement dit le Dragon d'Or. Vous êtes parti fouiller le tombeau du Dieu du Feu Katak de l'ancienne civilisation perdue d'Ankou. Au cours de vos périples, vous retrouverez la trace du méchant Domontor, un ancien compagnon d'aventure qui vous avait fait un enfant dans le dos à l'époque.

Le tombeau et la civilisation me font beaucoup penser aux aztèques. Les illustrations, plutôt réussies, vont d'ailleurs en ce sens. L'histoire dans son ensemble à mon avis été sérieusement inspirée d'Indiana Jones : recherche d'un objet dans un ancien tombeau, des pièges mortels comme la course folle pour échapper à un rocher qui dévale les escaliers, même le petit singe est là.

L'écriture est agréable et parfaitement adaptée à l'ambiance que les deux auteurs ont voulu faire passer. De ce côté-là, c'est plutôt pas mal.

Le système de jeu

Un excellent point pour la série dans son ensemble, j'ai beaucoup aimé le fonctionnement des combats : on lance deux dés, et on compare le résultat au texte contenu dans le paragraphe. Il faut faire le jet le plus élevé possible, car lors de combats contre plusieurs adversaires par exemple, les faibles jets impliquent que vous serez touché par tous vos opposants ! Le côté intéressant est que le système permet des affrontements très variés et chaque fois adaptés aux spécificités du monstre d'en face.

De plus, certains objets ou situations (l'effet de surprise par exemple) peuvent vous permettre d'ajouter ou de retrancher des points à votre lancer, modifiant ainsi vos chances de prendre des mauvais coups.

Il est cependant dommage que cette fonctionnalité soit sous-exploitée (dans ce volume du moins) : la plupart des combats se résument à :
"2-6 le gros truc globuleux à trois bras vous frappe et vous perdez 3 points d'Endurance,
7-12 il perd 3 points d'Endurance"
Cela aurait été l'occasion de décrire la façon dont se déroule le combat, avec des coups critiques, des attaques spéciales, etc.

Jouabilité

Le record est peut-être partagé avec d'autres ouvrages, mais Le Dieu Perdu possède l'exceptionnelle faculté de vous faire mourir dès le second paragraphe, si vous faites le mauvais choix au 1. En analysant rapidement les premiers choix du livre, on se rend finalement compte qu'il y a un passage obligé dès le début qui, si l'on s'en écarte, nous mène systématiquement à la mort.

Et ce n'est pas le seul endroit où se produit ce phénomène. Plusieurs fois dans le livre, des situations à priori identiques mènent, l'une à un objet quasi-indispensable pour la suite (voir ci-dessous), l'autre à une mort inconditionnelle.

Ensuite, on trouve beaucoup trop de choix hasardeux (plus de zéro, c'est déjà trop pour moi), où l'on doit choisir d'aller à gauche ou à droite sans avoir aucune indication de ce qu'implique notre décision. A plusieurs reprises, le livre vous impose un choix sans plus d'explication que "Vous décidez de ne pas ouvrir la porte et continuez dans le couloir". Pourquoi ? Je voulais l'ouvrir cette porte, moi.

Certaines énigmes sont assez intéressantes, comme par exemple celle de l'oeil démoniaque (la description de la créature me fait penser à cette troupe de Heroes of Might and Magic III) que l'on peut vaincre presque facilement si l'on a les bons réflexes. Le souci est que l'on a tellement peu l'habitude dans le livre de tomber sur des énigmes logiques où la possibilité de s'en sortir n'est pas uniquement due à un jet de dés, que l'on passe facilement à côté.

Parlons justement des jets de dés : il y en a à tout va, on lance parfois même trois dés d'un coup, rendant l'aventure extrêmement aléatoire et mortelle.

Enfin, certains objets sont indispensables pour finir le jeu si l'on n'a pas une chance de cocu. Ceux-ci nous évitent ainsi des jets de dés très défavorables, qui peuvent nous faire perdre 15 points d'Endurance d'un coup. Le souci est que ces objets peuvent se trouver derrière l'un des choix "anonymes" dont je parlais ci-dessus.

En résumé

Malgré une histoire de base qui "marche" plutôt bien et une lecture aisée, le mélange de dirigisme et d'aléatoire (si c'est possible) rend le livre techniquement difficile et très lassant à mon goût.
Arzarach, de cheval
Répondre
#2
J'ai un bon souvenir de ce livre, essentiellement dû au scénario original (traquer le méchant tout du long, je n'avais pas encore vu ; Dever a repris ce thème dans Le Combat des Loups) et à l'ambiance oppressante. A cet égard, l'illustration de couverture est superbe, vraiment effrayante pour un pré-ado.

Mais en lisant ta critique au sujet de l'aléatoire à tout va et de la difficulté injuste, ça me fait effectivement remonter quelques mauvais moments passés.
Encore un livre qu'on me donne envie de relire!
Répondre
#3
Ce n'est pas dans mon habitude mais je vais faire une petite critique car ce livre est mon LVH préféré, toutes catégories confondues. C'est certainement l'ambiance qui, à l'époque, m'a scotché littéralement, avec les dessins aux perspectives particulières de Leo Hartas, et la course-poursuite ponctuée de vengeance.
Ah ! Le petit Ouistiti, la jolie jeune fille dans la cage, le cruel Domontor et ses guerriers de Cauchemar, les horricrânes volants, les momies danseuses et cette fameuse malédiction des Prêtres-Rois avec son test de PSY de malade !
Je n'ai jamais autant exploré un LVH que celui-ci, à part peut-être le Manoir de l'Enfer, et tout cela à cause de cette fameuse malédiction. Et l'exploration vaut le coup d'oeil, puisqu'il faut avoir une logique totalement inverse dans certaines situations pour arriver à trouver l'objet qui nous sauve de cette fameuse malédiction. Ces fameux choix "anonymes" sont justement ce qui fait l'originalité de ce livre pour moi.
J'avais même commencé à en faire une adaptation en jeu vidéo à l'époque, et je compte bien y arriver un jour peut-être ! Smile
Répondre
#4
Salut Linflas.
J'avais refait Le Dieu Perdu il y a quelques années, avec la vieille idée que les Dragons d'Or étaient un peu trop simplistes. Surprise, j'avais trouvé qu'il tenait bien la route: un ldvelh efficace en effet, avec une bonne athmosphère. Mais comme je joue sans dés ...

Petite question : Ton projet d' adaptation était-il sous RTC ? J'ai souvenir d'avoir téléchargé un jour un de tes donjons sous RTC pour DM (Sukhumvit ?), mais je peux me tromper (de toute façon mon ordi de l'époque à rendu l'âme alors...)
Répondre
#5
Content de te revoir en tout cas, ça faisait un bail.
Répondre
#6
merci, c vrai que je ne post pas souvent mais je vous lis Smile
@Vic : je suis effectivemenr sur RTC, mais je uis en train d'adapter la Foret de la Malediction. On verra plus tard pour le Dieu Perdu.. As-tu été loin dans Sukumvit ?
Répondre
#7
@Linflas :
ça avait l'air pas mal du tout, mais je n'étais pas allé bien loin. J'étais bloqué dans la série de salles avec les herses mobiles. Puis mon PC a surchauffé et il faudrait que je réinstalle RTC et tout ça mais pas possible pour le moment.
Néanmoins, j'espère pouvoir m'y remettre un jour.
En attendant, un ptit cadeau custom pour toi : un perso pour DM RTC librement inspiré de Linflas et de Loup solitaire, dispo sur dmweb.free.fr avec d'autres de mes créations:
[Image: FanMade-Screenshot-Portrait-Bastet-Howling.png]

Bon, je sens qu'il faut recoller au topic et poster sur le dieu Perdu...
Répondre
#8
chouette et bien oldschool ton avatar Smile si tu rejoue à Sukumvit's Labyrinth, tu peux potentiellement tomber sur un clin d'oeil que j'ai fait au Dieu Perdu : l'un des prisonniers des miroirs que tu peux inclure dant ton équipe est le justement le Dragon de Palados, ce qui est une bonne transition pour revenir au sujet de ce topic !

en fait, je suis déçu d'avoir constaté que ce livre n'a jamais réellement soulevé ici le même enthousiasme que moi. et pourtant, ce n'est pas mon premier LVH, il n'a pas de valeur particulière à l'origine.
je crois que son côté anonyme vient du concept général de la série Dragon d'Or qui n'a jamais vraiment mis de lien entre ses histoires à part ses règles de combat et de stats particulières. c'est pourtant le seul livre de la série qui fait penser que nous SOMMES ce fameux Dragon d'Or.
et pourtant, quelle introduction pour le Dieu Perdu ! ce rêve flashback m'a fait entrer tout de suite dans l'histoire, je n'avais pas encore atteint le paragraphe 1 que je haïssais déjà Domontor ! que s'est-il réellement passé auparavant et comment le chevalier de Palados s'en est-il sorti finalement ? tout ça pourrait peut être faire une AVH interessante Smile
Répondre
#9
Merci ! L'effet vintage oldschool est bien voulu pour rester dans l'ambiance DM (juste améliorer un peu les graphismes mais pas trop).
En effet, il y a de quoi faire une AVH potentielle. Pour les dragons d'Or, si nous avions pu conserver le même perso et en conservant l'équipement de manière à avoir un cycle, l'intérêt aurait été autre. Mais les auteurs sont différents, les ambiances aussi, qui ne sont pas toutes "fantasy classique", ce qui peut déconcerter. Et puis ils ont été édités en VF dans le désordre. Le mieux serait que je les refasse cet été.
Arzarach souligne que les combats reviennent un peu au même.
Citation :Cela aurait été l'occasion de décrire la façon dont se déroule le combat, avec des coups critiques, des attaques spéciales, etc.
=> C'est bien dommage, car le sytème des Dragons d'or pour moi avait un énorme potentiel.
Les points PSY aussi, peut-être gérés un peu comme les points de peur du Manoir de l'enfer, auraient pu y gagner pour faire ressentir le danger.
Si j'ai bien compris Arzarach, le gros problème semble se situer au niveau de la jouabilité, l'éternel problème des ldvelhs ...
Répondre
#10
Oui, je confirme, VIC.

J'ai cependant essayé de donner mon impression sur les différents aspects du livre, même si j'en ai une impression globale plutôt défavorable, ce qui déteint forcément sur les côtés positifs.

La jouabilité est pour moi primordiale dans un livre-jeu, et plus particulièrement la gestion du hasard. Tous les livres que j'ai vraiment aimés vont dans ce sens, et toutes mes futures critiques seront affectées par cet aspect !
Arzarach, de cheval
Répondre
#11
(23/02/2009, 13:55)Arzarach a écrit : Oui, je confirme, VIC.

J'ai cependant essayé de donner mon impression sur les différents aspects du livre, même si j'en ai une impression globale plutôt défavorable, ce qui déteint forcément sur les côtés positifs.

La jouabilité est pour moi primordiale dans un livre-jeu, et plus particulièrement la gestion du hasard. Tous les livres que j'ai vraiment aimés vont dans ce sens, et toutes mes futures critiques seront affectées par cet aspect !

Ne t'inquiète pas, tu n'es pas le seul à estimer que la jouabilité est un facteur très important. De toute façon, toute critique et/ou analyse est bonne à prendre : un joueur que l'injouabilité ne rebute pas sera tout autant intéressé par ta critique qu'un joueur qui préfère une jouabilité bien dosée, leurs conclusions seront peut-être un peu différentes, je te le concède ! Wink

Personnellement, sur ce livre, mon ressenti est plutôt : ambiance intéressante, jouabilité mal dosée, et l'exploration en est ainsi faussée, tous les chemins n'étant pas équivalents en terme de probabilité de survie.
Difficile cependant de le classer mieux ou moins bien que d'autres, beaucoup de livres souffrant en effet de ce genre de défauts.
Les ldvh, c'est un peu comme la ligue 1 de foot : on distingue vite le haut du classement (même si on n'aime pas forcément), le bas du classement et le reste, pour faire le tri, c'est plus dur !
Segna, adepte de Slangg...
[Image: vampire_icone.png] La Traboule de Segna
Répondre
#12
(22/02/2009, 18:24)VIC a écrit : Et puis ils ont été édités en VF dans le désordre.

Ce qui est aussi bien, vu que L'Oeil du Dragon est le vrai summum de la série (+ difficile, + de pouvoirs, ...).
Répondre
#13
Ce qui m'étonne c'est que l'Oeil du Dragon est le livre le plus abouti de la séris, hors, je trouve bizarre que ce ne soit pas le dernier qui ait été écrit.
Adieu vieux frère, ton nom sera à jamais gravé dans mon coeur. Repose en paix.
~ Force et Honneur.. ~
Répondre
#14
Bon… juste pour dire que pour moi aussi, le meilleur c'est l'ambiance, la traque du méchant… le héros avec un passé, le méchant qui a une certaine profondeur… aussi des scènes excellentes, comme quand on frappe le tambour pour mener les momies à l'attaque… et qu'i y a effectivement beaucoup d'arbitraire, de trucs non justifiés.

Cependant au sujet du système de combat je tiens à dire que JE M'INSURGE.
D'abord ce jet de deux dés est beaucoup trop simpliste à mon goût… vous me direz, ça me regarde. Soit.
Mais là où le bât blesse c'est dans le combat contre plusieurs adversaires… alors là c'est le n'importe quoi le plus total,
1/ parce que c'est infiniment plus dangereux de se battre contre trois adversaires médiocres que contre un puissant… désolé mais pour moi un héros, un vrai, un Chevalier-Dragon, ça balaie la piétaille même quand elle vient en hordes, et les dangers se présentent dans des duels épiques. C'est pour ça que le Tombeau du Vampire est mon préféré de la série ( outre que c'est le premier de la série que j'ai fait, quand j'étais jeune et impressionnable ): on n'a qu'une seule fois à affronter 2 adversaires ensemble. Et ces deux archers de m… sont plus dangereux que le Comte au corps-à-corps, vérifiez si vous ne me croyez pas.
2/ parce que vu que la table de combat change chaque fois qu'on tue un adversaire ( remarquez, vu comment ça marche, en général on se fait tuer avant… ) ça consomme encore plus d'espace dans des livres déjà nettement trop minces.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#15
Moi aussi je trouve que le système de combat est pourrave, c'erst pas nouveau.
Adieu vieux frère, ton nom sera à jamais gravé dans mon coeur. Repose en paix.
~ Force et Honneur.. ~
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)