[QdG] Le Château des Ténèbres
#1
Premier tome de la série mythique de J.H.Brennan "La Quête du Graal", Le Chateau des Ténèbres est une bonne introduction aux futurs exploits de Pip (oui c'est dans le corps de Pip que l'on parcourt le royaume d'Avallon).

Les Avantages:
- une longue et passionnante introduction (avec la présence remarquable de Merlin pour une bonne partie).
- un humour savamment dosé qui au terme de ce premier volume n'est pas déplaisant. Par contre sur la longueur de la série, ça reste à voir.

Les inconvénients:
- L'aventure en elle-même est très courte. Il y a uniquement 156 paragraphes.
- une facilité déconcertante du fait que l'on commence notre parcours avec énormément de potions curatives, une arme très puissante (E.J. pour les intimes), un pourpoint qui nous protège vraiment bien, et des doigts et des boules de feu très dévastateurs pour nos ennemis.
Il est à mon avis très rare de mourir lors des combats. (sauf peut-être avec le sorcier Ansalom. Pour mon compte j'ai eu du bol avec mes deux boules de feu Wink ).

Le passage qui m'a le plus marqué: la rencontre avec Nosferax le rimeur. Quel génie, quel poète...mieux vaut pas se foutre de sa gueule Twisted .

Note: 7/10

PS:
Pour Balthus et Jeveutout: j'ai remarqué une erreur dans le paragraphe 86. Il nous est dit que les ennemis nous portent les premiers coups. Or lorsque l'on vient du paragraphe 118, c'est à dire en ouvrant la porte silencieusement, on a de ce fait l'avantage de frapper le premier.
Permettez que je vous accompagne au coeur du danger pour tirer de cette aventure une gloire éphémère.
Répondre
#2
Le passage qui m'a le plus marqué pour ma part, c'était les poules. C'est là qu'on comprend qu'on a affaire à une aventure vraiment pas ordinaire Surpris

Sinon, je n'ai pas trouvé ce tome déplaisant mais moins inventif et moins original que les autres de la série. Mais c'est vrai que l'intro est remarquable.
Répondre
#3
Je partage essentiellement ton avis. Ce premier tome sert surtout à présenter les personnages et le monde d'Avalon, comme tu l'as fait remarquer. Merlin, Nosférax, le roi Arthur, Guenière et même Ansalom sont des personnages que l'on retrouvera tout au long de la série. (Nosférax te fera un poème dans chaque livre. LOL)

L'aventure n'en en elle-même rien d'extraordinaire même si elle est divertissante et tout à fait bien construite. Je partage donc ta note de 7/10. Elle est en effet très facile mais cette facilité s'atténuera dans les tomes suivants. Seul Ansalom peut poser problème ici mais avec les boules de feu, ça passe tranquille.

L'humour est peu présent comparé au reste de la série. Brennan se lâchera plus dans les prochains volumes, pour notre plus grand plaisir. On sent qu'il est un peu réservé et se cherche encore sur ce premier livre. Quelques passages drôles tout de même comme le roi Pellinore (que l'on recroisera bien des fois) ou les poulets d'Ansalom.

Bref une bonne introduction mais le meilleur est à venir et ce dès le deuxième volume. Tongue
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
#4
Fitz a écrit :Le passage qui m'a le plus marqué pour ma part, c'était les poules. C'est là qu'on comprend qu'on a affaire à une aventure vraiment pas ordinaire Surpris

Effectivement j'oubliais les poules.
Lors de notre arrivée dans la cour du chateau, on a 4 choix possibles, dont celui de parler aux poules.
Je me suis dit:"allez je vais commencer tranquillou...hum...Confus "
Permettez que je vous accompagne au coeur du danger pour tirer de cette aventure une gloire éphémère.
Répondre
#5
Comme le disent Fitz et Aragorn, Brennan tâtonnait encore un peu en écrivant ce livre. La série ne trouvera véritablement son caractère si particulier que par la suite. "L'Antre des Dragons" est un peu mieux, mais c'est à mon avis avec "Les Portes de l'Au-Delà" que la série atteint son meilleur niveau (les deux livres qui suivent sont à peu près de même qualité, mais les choses commencent ensuite à décliner).

L'humour fait déjà ressortir "Le château des ténèbres" par rapport au LDVH classique, mais il sera beaucoup plus présent dans les livres suivants, qui abondent en situations loufoques.

La difficulté des "Quête du Graal" est souvent assez faible, étant donné l'équipement et les sorts dont on dispose. Elle est un peu augmentée par le fait qu'il est parfois possible de mourir pour avoir manqué de chance sur un unique jet de dé (c'est pour ça qu'il est utile d'avoir trouvé la Pierre de Chance dans "Le château des ténèbres"). A noter que, dans "Le voyage de l'effroi", on n'a ni équipement ni magie... et qu'on sent sacrément la différence.

Version numérisée et illustrée de Au coeur d'un cercle de sable et d'eau
Répondre
#6
J'ai lu avec délectations les deux seuls Quête du Graal que je connaisse, à savoir le Château des ténèbres et le Voyage de l'effroi. En revanche, je n'ai jamais essayé d'y jouer, tant Brennan est décidément le roi des règles immondes...

C'est dommage, car son style est savoureux. Mais la structure de ses AVH, franchement... On se ballade limite comme on veut d'un paragraphe à un autre au détriment de la cohérence narrative, et je trouve que c'est dommage.

Un petit détail concernant le premier, vous louez tous sa facilité, mais il me semble que pour gagner il faut trouver une pièce secrète qui est justement très difficile à trouver, et au sujet de laquelle les règles sont comme toujours très confuses.
Répondre
#7
Oui, bien vu Jehan. Et je crois aussi me souvenir que pour garder le bel équipement que l'on a amassé, il faut avoir un artefact qui permet de conserver son équipement après la mort, mourir et revenir à l'endroit où se trouve la porte secrète. Un livre moins simple que je vous lis le dire.

Pour moi le meilleur de la série grâce à sa qualité de narration, que Brennan égalera difficilement par la suite. En plus, c'est l'un des rares livres sans plans numérotés à la c..
Seul Le Tombeau des Maléfices se hisse à son niveau, grâce à la qualité de son challenge.
Répondre
#8
J'ai essayé de jouer des quêtes du graal parfois. Oh, un mât. Oh un autre mât. Oh je suis mort. Mon équipement doit théoriquement totalement disparaître, dont la clé obligatoire pour ouvrir la porte au fond à droite. Bon, je crois qu'on va laisser tranquille les dés et la feuille d'aventure plutôt.
Bref, comme toujours avec Brennan : de bons livres, de très mauvais jeux.
Répondre
#9
Le Tombeau des Maléfices ? Ce machin impossible à finir là ? (Oui, comme les autres. Mais encore plus pire. Si, c'est possible.)

Jouer les Quête du Graal n'a selon moi aucun intérêt (même si je joue rarement les autres LDVH, je reconnais que ça apporte un plus). Brennan a fait avec les règles comme avec le texte : du brisage de codes délicieusement jouissif. Personnellement, j'adore.
Répondre
#10
Pour moi, le meilleur, c'est Le Temps de la Malédiction. L'ambiance y est vraiment glauque, la difficulté au rendez-vous (ah, l'hydre...) et le grand méchant très... spécial.
Par contre, c'est vrai que ce n'est pas le plus marrant.
Répondre
#11
Difficile de comparer ce livre à un LDVELH classique. Dans son genre, Brennan est un OVNI. Dès l'introduction, dès le premier paragraphe, on découvre un ton narratif audacieux, inédit et burlesque. L'auteur s'adresse directement au lecteur en se moquant gentiment du mythe de la table ronde. En parallèle, il tourne également en dérision les premiers LDVELH en proposant une aventure classique (tuer le sorcier, explorer le château) mais où les codes habituels sont mis à mal. Les objets magiques sont ainsi loufoques au possible (baguette à globules, canard magique...), les méchants sont attachants (Nosferax) et les gentils benets (le roi Pellinore). Mais là où pêche ce premier tome de la série, c'est qu'il ne va pas assez loin dans le délire.
Ainsi, la grande partie de l'aventure est un Porte-Montre-Trésor archi-rebattu avec des pièges, des monstres qui ne sortent pas de l'ordinaire (loup, sanglier, gardes...) et un château qui se visite finalement de manière assez linéaire. L'ensemble oscille entre quête sérieuse et humour britannique sans parvenir vraiment à trouver sa voie. Toujours dans les reproches, l'aventure est trop courte, sans surprise concernant le combat final et les péripéties permettant d'y parvenir. Mais le LDVELH mérite d'être lu seulement pour les quelques moments géniaux auxquels on a droit tels que Nosférax, les poulets, le laboratoire... Et concernant l'aspect ludique, c'est relativement jouable par rapport à Loup Ardent ou Epouvante du même auteur.
Dommage néanmoins que ce premier tome de la série soit si facile. Je l'ai terminé au 2ème essai car les combats sont rendus très aisés grâce à notre pourpoint en peau de dragon, à E.J. et à nos nombreuses potions curatives. Je suis mort seulement dans une fosse à pointes empoisonnées, un "mât" où j'avais seulement une chance sur douze de perdre la vie.
Globalement, malgré tous ces défauts, il s'agit d'un LDVELH plaisant. Les dialogues sont savoureux, la mise dans l'ambiance parfaite et si l'aventure est classique, au moins la mise en condition dans cet univers quelque peu déjanté se passe en douceur. A prendre évidemment au second degré mais le plaisir du livre-jeu n'est pas absent, contrairement aux autres séries du même auteur.
A noter que Brennan sait très bien écrire. Il utilise souvent des phrases courtes pendant l'aventure pour rythmer le récit et mettre ses touches d'humour (les commentaires du narrateur sont toujours semi-ironiques). Mais lorsqu'il s'agit de la longue introduction et de la conclusion, on a droit à de chouettes descriptions, à une multitude de détails, à des tournures de phrases beaucoup plus subtiles. En clair, c'est très plaisant à lire.
Répondre
#12
Bon je déterre ce sujet et en plus même pas pour donner un avis !

Vers la fin, on rencontre un vampire et là on nous demande si on n’a mangé notre ail ou non. Déjà je n’avais pas le souvenir dans avoir sur moi, mais le texte semble le considérer comme une évidence, bon admettons, et en plus on ne peut pas prendre de repas dans cette série alors c’est quoi l’intérêt de cette question ?

Si quelqu’un pouvais m’éclairer sur ce point.
Répondre
#13
Sans doute un simple trait d'humour "Brennanesque". Dans le même tome au début, on peut rencontrer un loup et tenter de l'amadouer avec un sandwich au rosbif Smile
Répondre
#14
Oui c'est un délire mais je crois qu'a un § il nous propose de manger donc peut etre que c'est a ce moment qu'on est supposé manger l'ail.
Répondre
#15
Je crois me souvenir qu'on en a dans l'équipement de départ, et qu'on peut en trouver aussi ( encore qu'assez moisi ) quelque part en route…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)