YAZ 2018 Chroniques de Titan 12 - La Demeure infernale (Tommy Badowski - Bruenor)
#6
La Demeure infernale de Tommy Badowski : version Lulu lue. Que dire ? Parlons histoire, ambiance, structure de jeu.


HISTOIRE
On remet le couvert avec la fine équipe des Rôdeurs de la Nuit, la Guilde des Voleurs, Rannik et son physique à la Errol Flynn (je reste persuadé qu'en son jeune temps, Rannik le Rouge était le Brigand du Marais aux Scorpions) et tout un tas de fripouilles aux noms colorés. Bargh la Roulette n'est hélas pas du voyage, rapport à certains escaliers à grimper. Et en guest star... le Jib-Jib !

[Image: rannik10.jpg]
Avec les années, Rannik a compris que les alliés,
ça sert à s'abriter derrière.

Mission d'infiltration et de nettoyage : bla bla bla Manoir du Seigneur Tombegrise, bla bla bla trésors inestimables, bla bla bla ramenez-moi le max d'or bande de dépendeurs d'andouilles si vous voulez garder votre carte du club. Là, on se dit qu'être membre de la Guilde des Voleurs n'est pas de tout repos. Plutôt Team Suicide que Syndicat des Métallos. Et oubliez Ocean Eleven : l'équipe ne bosse pas... en équipe, mais s'éparpille en mode "chacun pour soi" à peine le seuil du Manoir franchi. Début succinct mais efficace en diable. C'est le cas de le dire, comme on le verra bientôt.

Si vous aviez remarqué le côté film d'horreur, les membres de la team qui errent chacun de son côté dans une grande demeure sombre, et bien vous aviez vu juste. A mesure que notre héros progresse, s'enfonçant de plus en plus dans la gueule du loup, il croisera ses amis en train de se faire dévorer, ensevelir ou d'agoniser sur un crochet. Et interdiction de tourner les talons, il faudra aller jusqu'au bout de l'horreur pour se sortir vivant de ce piège...

Le final illustrera le sévère manque d'empathie du chef de la Guilde envers ses subordonnées. Rannik apparaît au final presque pire que le Seigneur Tombegrise, ce n'est pas peu dire...


AMBIANCE
Là, je suis partagé. Il y a une réussite et un bémol.

La réussite, c'est l'accumulation rapprochée de scènes flippantes diablement bien écrites. Clive Barker (Hellraiser) n'aurait pas renié les paragraphes 53, 78, 92 et 110. Je pense en particulier au SDF qu'on retrouve pendu au plafond, tête en bas, ses membres et sa peau distendus aux quatres coins de la pièce par des crocs de fer et des câbles... et qui survit dans cet horrible état si on le libère ! D'autres figures de l'horreur sont revisitées d'une manière parfois dérangeante, comme les squelettes... d'enfants, et le vampire... enfant aussi. Le lecteur est parfois pris au piège de souvenirs de lecture, par ex. quand il franchit le miroir en se croyant dans Le Manoir de l'Enfer... Sauf qu'une ennemie, qui a sans doute lu la fin de La Créature venue du Chaos, se contente de briser le miroir d'un bon coup de maillet pour nous éliminer ! Par ailleurs, j'ai bien apprécié le dialogue tendu avec le Changeur de Forme : est-ce qu'il sait ? Est-ce qu'il sait que je sais...?

Le bémol, c'est le héros qui ne semble ne s'étonner de rien, ou plutôt ne s'horrifier de rien. Il entre en stealth, tiens tiens le Manoir appartient à une Goule, oh comme c'est curieux : y a des monstres partout, ouf je saute par la fenêtre, allez un suppo et au lit, on dirait que c'est la routine pour lui  Confushock:


STRUCTURE & MECANIQUE
Règles DF un peu aménagées, petit regret quant à la quantité de place limitée à 4 Objets, alors qu'on apprend que la Guilde fournit des Sacs à Dos à compression dimensionnelle. On arrive même à y fourrer un Clavecin entier (!) au 109. Ce faible nombre d'emplacements a sa logique et sert à donnera un côté OTP -- d'autant qu'à la fin, il faut avoir trouvé certains Trésors bien précis pour ne pas être rejeté par la Guilde.

Pour les scores et Talents, voir la chronique de Vesper ci-dessus, +1

Du OTP sévère, il y en aura. L'exploration du manoir s'apparente à un donjon livingstonien, avec des Clés et des objets bien précis à trouver dans un certain ordre, ainsi que certaines informations pour trouver la sortie du labyrinthe de couloirs. Je regrette que l'explo ne se fasse pas plutôt sur plan numéroté, plutôt que par renvois. Le texte décrit des couloirs en T, en L et même en U, avec la branche A et la branche B de tel couloir, j'ai même cru que c'était les lettres d'un code, un mot à composer à mesure de notre avance.

[Image: pateal10.jpg]


BILAN
Flèche Essai horrifique intéressant et réussi dans certaines scènes qui donnent un réel frisson !
Flèche Structure labyrinthe + OTP frustrante.

Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Chroniques de Titan 12 - La Demeure infernale (Tommy Badowski - Bruenor) - par Dagonides - 17/09/2018, 20:19



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)