Partie de jeu de rôle Diesel Punk
#69
Paul Martin était un étudiant en médecine de 24 ans sans histoire lorsque survint la guerre de 1914. La fougue de sa jeunesse le poussa à s'engager alors qu'il aurait pu rester non-mobilisable en hôpital civil. Il était peut-être mieux préparé que ses camarades à affronter les horreurs du conflit, habitué qu'il était à côtoyer la maladie et la mort. Ses compétences servirent à de nombreuses reprises et lui permirent de sauver la vie de plusieurs dizaines de soldats. Mais les conditions dans les tranchées étaient si terribles que souvent, bien trop souvent à son goût, il ne pouvait malgré tous ses efforts inverser l'évolution défavorable de l'état de ses patients. Se succédaient opérations traumatisantes et agonies de camarades face auxquelles il était impuissant. C'est tout naturellement qu'il commença à trouver refuge dans l'alcool. Bien qu'il en connaisse les effets, il ne pouvait se rendre au front sans prendre avant "un petit remontant". Il parvient malgré tout à ne pas sombrer complètement dans l'alcoolisme, mais une fois la guerre terminée ne put se défaire d'une consommation quotidienne. Il ne repris jamais ses études mais resta dans l'armée et participa à la guerre du Rif en 1925. C'est à cette occasion qu'il consacra du temps à perfectionner ses talents de tireur qui n'avaient eu que peu d'occasion de se manifester lors de la première guerre mondiale. Un supérieur tatillon qui l'avait surpris en train de boire une gorgée de sa flasque d'alcool favorite s'arrangea pour le faire expulser de l'armée. Malgré ses excellents états de service, le fait que l'alcool puisse émousser ses réflexes et mettre en danger la vie des camarades qu'il soignait fut l'élément déterminant dans le jugement qui suivi. Et sans doute aussi le fait qu'il n'ait jamais été cité pour la moindre décoration après 14-18...
La pension militaire qu'on lui octroya ne lui permit de vivre qu'assez chichement, mais il avait des goûts modestes et pût subvenir à ses besoins. Sa fierté l'empêchait de toute manière de solliciter l'aide de son ami de 14-18, Alexandre le Fol, ou bien du Professeur Rivière qu'il avait perdu de vue mais avec lesquels il correspondait toujours très régulièrement. Il s'installa dans un immeuble en collocation avec un jeune étudiant, Augustin Dupré, et afin de ne pas se laisser affecter par les effets de l'âge et de la boisson, entrepris de prendre des cours de boxe. Il devient assez vite un redoutable pugiliste. Après 40 ans, alors qu'il s'était entiché d'écriture, il devint plus bougon et assez facilement irascible. Ses poings avaient tendance à partir vite! Mais il avait gardé bon fond et, souvent, après s'être laissé emporter soignait méticuleusement le nez cassé ou l’œil tuméfié de son interlocuteur...

Edit: cela va sans doute à l'encontre du sang-froid exceptionnel, mais je vois plus ce sang-froid dans une situation de danger. Par contre quand on l'agace cela a tendance à "partir tout seul".
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Partie de jeu de rôle Diesel Punk - par tholdur - 04/05/2014, 19:21



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)