[11] Le Talisman de la Mort
#1
Personne n'a fait une critique de l'un des DF les mieux écrits ? Ce "Seigneur des Anneaux" like, malgré un scénario réchauffé sur Tolkien, nous fait cependant passer de palpitants moments sur Orb, le monde du "Ninja". D'ailleurs, le panthéon divin et quelques PNJ sont repris d'une oeuvre à l'autre (normal, ce sont les mêmes auteurs, Jamie Thompson et Mark Smith).
Ce qu'on retient :

Une image: celle d'une carte en relief, d'un monde à nos pieds
Une saveur: un filet de paon mariné à l'essence de Gaye... Miam !
Un son: la voix mélodieuse et magnétique d'un Dragon
Une sensation: Ce poids autour du cou
Une conversation: sous tension avec deux habitués du Dragon Rouge.

J'ai aimé: L'introduction: on en apprend plus sur ce qu'on doit faire en lisant le quatrieme de couverture qu'en lisant l'intro. On est parachuté dans un monde qu'on ne connait pas, et en ne sachant pas quoi faire ! Le Talisman, dans son bestiaire ou les situations présentées, ne brillent pas par une originalité folle. Le déroulement de l'aventure serait "linéaire", parce qu'on traverse les mêmes lieux ( L'Abyme, Voyage jusqu'au vol du Talisman, les Voleurs et le Temple, Voyage jusqu'au Mont de l'Etoile, le Dragon Rouge), cependant, on peut vivre ces situations de plusieurs manières différentes, ce qui est plaisant à la relecture ( [color]on peut nous refourguer la patate chaude parce qu'on a été honnête ou parce qu'on a été hypnotisé, on nous vole le talisman à l'entrée de la ville ou suite à un piège, deux façons de parler aux voleurs[/color] etc etc etc )
Ici, chaque événement est parfaitement imbriqué dans l'intrigue et sert le scénario: le cambriolage (seul vrai originalité de ce DF) est intégré et sert l'histoire, alors que d'autres scenettes des DF sont intéressantes à vivre, mais ne sert pas l'histoire (exples qui me vient à l'esprit: l'archéologue des guerriers fantomes, le tournoi de tourtes des sombres cohortes, la course de bateaux de l'odysée d'althéos).
La qualité des PNJ, qui ne s'opposent pas à nous car ils sont croméchan et onnélegenti, mais parce que notre mission ne sert pas leur interet, que ce soit le blond et sa femme, Fauconna, ou le Dragon.
Griseguile sur Lande, qui si elle ne se revele pas aussi loufoque que Port de Sablenoir, aussi dangereuse que Kharé ou aussi mortelle que Port Noir, possède son lot de moines susceptibles, de morts qui ne veulent pas le rester, de cambrioleurs,de savants tarés ...
J'ai trouvé bof: Les points de sauvegarde (justifiés scénaristiquement). Il n'existe pas de PFA à proprement parler, car on revient à ces points de sauvegarde au lieu des PFA. Ca enleve la frustration de tout refaire depuis le début. Mais bon, c'est équivalent à un 14 de QdG ...
J'ai pas aimé: Le final, car ca devient un peu One true path, avec des objets précis à récupérer, et des actions à réaliser dans un ordre précis. One true path compensé par les sauvegardes, mais si les sauvegardes ne servent qu'à cacher le one true path final...

Si vous avez aimé, vous aimerez sans doute: le Seigneur des Anneaux, la Huitieme Porte (traversée du désert mais plusieurs facons de vivre cette traversée), la Voie du Tigre si vous aimez Orbus, les Esclaves de l'Eternité.
Répondre
#2
Très bonne analyse de cet excellent DF.
En effet, les personnages secondaires sont très subtils et c'est une des grandes forces du Talisman tout comme de la Voie du Tigre.
Quant au monde d'Orbus, il aurait pu atteindre la dimension et la richesse du Magnamund si un plus grand nombre de LDVELH lui avaient été consacré.
Répondre
#3
Un de mes DF préférés… J’y ai mené le combat le plus épique de mes souvenirs de joueur. Le potentiel de l’univers mis en place est énorme et sera exploité par la suite dans la série La Voie du tigre, mais on en ressent déjà la richesse dans cet opus. La quête du Talisman sur fond de lutte entre les multiples factions est épique, riche en rebondissements, en situations mémorables et en personnages hauts en couleur. C’est d’ailleurs l’un des points forts du livre, ils ont pour la plupart une personnalité bien marquée et il faut en tenir compte dans ses actions. C’est particulièrement vrai face à la Guilde des voleurs ; une erreur de jugement et c’est le PFA — pour une fois parfaitement justifié.

J’aime également beaucoup la courte partie située avant la ville et l’exploration solitaire de certains coins sauvages qui m’ont rappelé le plaisir que j’éprouve à parcourir les collines de Shamutanti dans le premier Sorcellerie. En revanche, j’aime un peu moins la partie qui suit la ville, malgré quelques scènes marquantes : les quatre cavaliers, Fauconna…

À l’époque, chaque mort me donnait envie de reprendre l’aventure, d’essayer différents chemins, de trouver le moyen de mener à bien la quête. Je ne me suis jamais ennuyé en relisant les paragraphes déjà parcourus, et je ne me souviens pas avoir éprouvé ce sentiment dans un autre livre-jeu.
Répondre
#4
Pour moi, le Talisman de la Mort est un DF culte qui ne me lassera jamais. J'ai déjà donné mon avis et écrit moultes critiques, mais ce livre en vaut vraiment la peine pour toutes les raisons que vous avez déjà citées.
D'ailleurs, je me réjouis de lire la suite écrite par VS (mais d'abord, je vais me replonger dans le Talisman de la Mort).
Adieu vieux frère, ton nom sera à jamais gravé dans mon coeur. Repose en paix.
~ Force et Honneur.. ~
Répondre
#5
Attention, chef d'oeuvre !
Un LDVH classique, harmonieux et parfaitement équilibré. Trois parties, pas de one-true path, pas de course aux indices à la con (du genre : combien les ogres mangent d'oreilles de farfadets ou l'âge du grand-père de YAZTROMO), un monde d'ORBUS fascinant, une intro impeccable...
Et le joyau, GRISEGUILDE, à la fois hautement civilisée et violente, érudite et dangereuse. On passe de la bibliothèque aux bouges sordides, d'un dîner chez Apothécus à la guilde des voleurs... Le tout gouverné par des ordres religieux dans un climat de tolérance dont on sent bien qu'il est fragile. Des morceaux d'anthologie, comme le cambriolage du temple de Kyrinla, des PNJ fouillés, interessants et complexes...
Un joyau, ciselé au laser.
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#6
Pour moi, c'est vite vu, le Talisman de la Mort est un chef d'oeuvre et ce, pour les mêmes raisons citées par VS (décidement, lui et moi avons les mêmes goûts). Des personnages haut en couleur et très charismatiques, une histoire prenante, une intro géniale, des péripéties mouvementés, des passages mémorables, des descriptions sublimes et un paragraphe 300 mémorable.
Bref, un vrai régal.
Adieu vieux frère, ton nom sera à jamais gravé dans mon coeur. Repose en paix.
~ Force et Honneur.. ~
Répondre
#7
C'est à mon tour, alors...

Je l'ai terminé il y a quelques semaines, et je vous livre ma critique.

Je l'ai trouvé très agréable : le monde, le gameplay, la quête... que du bon !

Les personnages, que ce soit la ville ou les êtres rencontrés, sont hauts en couleurs et inoubliables. J'ai du mal à développer, je reste encore scotché dans ce monde...

Souvenir d'un combat contre Fauconna à H12E14 comme elle où, rendu à 2 pts d'E, j'ai réussi (merci mes dés (je le jure (pour toi Ikar) sans tricher)) à la vaincre alors qu'il devait lui en rester 10 ou 12, le combat le plus incroyable de ma nouvelle vie de non-tricheur aux combats !

Autrement, plus sérieusement, j'ai aimé et pas aimé le fait d'avoir des points de sauvegarde : appréciables pour revivre l'aventure sous un autre angle, mais absence de sentiment d'échec donnant un goût de défi supplémentaire à une seconde ou tierce lecture...

Je reste sur ma faim concernant la troisième partie : un peu trop OTP, surtout après une ville si intéressante... mais bon, je pinaille. Les 36 façons de se faire bouffer par le dragon en valent la peine.

En résumé, un must indispensable, une ambiance à nul autre DF pareille (normal, c'est pas le même monde (en plus je suis un fan de longue date de la Voie du Tigre)), des PNJ très marquants qu'on n'est pas obligé de massacrer, une incertitude très stressante (vais-je arriver à récupérer ce sacré Talisman ?), que du bonheur.

Intérêt : 100%
Difficulté : 65%
Au petit matin, le dernier des deux fois nés était deux fois mort...
Répondre
#8
J'étais sûr que t'allais aimé! Ce livre est vraiment must. Je pense qu'on peut compter sur les doigts d'une seule main le nombre de personnes qui trouvent ce livre bon ou moyen.
Adieu vieux frère, ton nom sera à jamais gravé dans mon coeur. Repose en paix.
~ Force et Honneur.. ~
Répondre
#9
A moi !

Le Talisman de la mort :

ATTENTION SPOILER !!!

C’est parti pour le onzième volume de la série Défis Fantastique coproduit par Mark Smith et Jamie Thomson. L’un des meilleurs de la série, et pour moi, le meilleur LDVELH.
Le scénario est inspiré de la trilogie « Le Seigneur des Anneaux ». On est un personnage dont on ne connait absolument rien, qui ne serait venu sur Orbus (le Monde de l’histoire, d’une beauté incroyable) que par la volonté des Dieux. Son but : revenir dans son monde, vivant. Mais tout de suite, des croisés (des guerriers, combattant les forces du mal) vous demandent de rapporter quelque chose dans votre monde : Le talisman de la mort. Si cette quête réussi, Orbus aura regagné sa splendeur d’antan.
Ah ! Ce talisman va vous causer des soucis, croyez-moi !
On commencera dans des landes, pourchassées par des créatures ignobles et sans-pitié.
Heureusement, des femmes guerrières accepteront de nous escorter à Griseguilde, ville ou règne le mal et la terreur…
Dans cette terrible ville, il vous faudra alors faire de bons choix ou vous ne tiendrez pas longtemps.
Vous aurez tout de même l’occasion de vous faire un ami, qui vous conseillera de vous rendre dans la taverne du Dragon rouge, à la sinistre réputation…
Mais on aura alors l’occasion de rencontrer des Personnages non-jouables incroyables comme Tyutchev ou Cassandra. Puis nous serons dans l’obligation d’être aider par des assassins de la guilde de Voleurs pour reprendre le Talisman à une prêtresse sanguinaire et cruelle :
Fauconna. Mais attention, ces voleurs n’hésiteront pas à vous trahir : Les Voleurs n’ont pas d’honneur…
La dernière partie du livre m’a quelque peu déçu, j’avoue m’être ennuyé à la fin…
Pour en revenir au livre, les illustrations sont tout bonnement incroyable, les descriptions du paysage et le scénario de même. La difficulté n’est pas très élevée, donc ce livre est réservé à toutes gammes de joueurs. Hélas, peu de combats vous seront proposés.
En gros ce livre-jeux est vraiment l’un des meilleurs, et tout lecteur de LDVELH qui se respecte doit posséder ce livre.

Intérêt : 96 % (aucun livre n’est parfait !)
Difficulté : 67 %
~ "Dépasser la souffrance et gagner le respect" ~
Répondre
#10
C’est là certainement un des meilleurs LDVH jamais écrits. Presque tous les personnages qu’on rencontre, presque toutes les situations où on se trouve sont frappants; et superbement servis par les illustrations de Bob Harvey qui touchent au sublime. On ne saurait trop insister sur cet aspect. Tyutchev, Cassandra, Fauconna, les voleurs, le Dragon - je ne puis les citer tous - sont gravés dans la mémoire de tous les ldvheurs qui ont fait ce livre ne serait-ce qu’une fois. “ Vous ne regardez pas les pierres tombales, de peur de trouver votre nom devant une tombe ouverte ”… WINS

Si cette aventure veut être épique et y réussit, ce n’est pas gratuitement. On sent réellement que le destin d’un univers entier - immense, barbare et fantastique - pèse sur nos épaules, à nous, petit archiviste mou ( mettons ) emmené sur Orb et soudainement doté d’un physique de vainqueur et de capacités de combat héroïques. On sent les griffes aveugles du Dieu de la Mort qui nous traquent et menacent de se refermer sur nous. La scène où
Show ContentSpoiler:
est le genre de chose que Tolkien aurait dû écrire s'il avait voulu qu'on prenne son bouquin au sérieux…
Dans la dernière partie, on sent véritablement qu’on touche à une réalité plus grande, plus élémentaire, aux assises mêmes de ce monde dont le destin se décide ( Damohl, les dinosaures, l’esprit de Fauconna… )
Cette aventure répond entièrement à la définition de l’épique: tout y est plus grand que nature et rien n’y est exagéré, tout y est à sa place. Pour ce qui est du parcours, on peut perdre, mais jamais se plaindre que les auteurs aient été injustes.

( On se demande vraiment comment les auteurs ont pu ensuite commettre le Ninja, et insister que c’est dans le même monde en plus. Tirons un voile… )

Si excellent soit-il, ce LDVH n’est cependant pas entièrement parfait et j’aurais, sur deux points mineurs, à lui faire des reproches
- le passage avec les deux savants fous et leur créature est grotesque et dépare complètement l’ambiance ( encore heureux que l'illustration qui la représente ait été passée à la trappe dans la VF ) alors qu'ils fournissent un objet utile.
- au point de vue théologique, ça se réduit à un affrontement entre la Mère de Toutes Choses et le Dieu de la Mort, les autres jouent les utilités. Essayez voir d’en appeler à un autre dieu et vous comprendrez votre douleur. On aurait pu croire que de voir toute vie s’éteindre sur Orb et le Dieu de la Mort régner sans partage les aurait concernés un peu…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#11
(28/02/2012, 00:35)ashimbabbar a écrit : Tyutchev, Cassandra, Fauconna, les voleurs, le Dragon - je ne puis les citer tous - sont gravés dans la mémoire de tous les ldvheurs qui ont fait ce livre ne serait-ce qu’une fois.

C'est amusant que tu dises ça, parce que j'ai à peu près tout oublié de ce LDVH. Je me rappelle de Tyutchev et Cassandra parce qu'ils apparaissent dans bien d'autres livres de Mark Smith, mais Fauconna et le dragon ne m'évoquent que des souvenirs fort vagues.

Show ContentSpoiler:

C'est sans doute en partie subjectif, mais l'atmosphère, l'histoire et les péripéties de ce livre m'ont très peu marqué. Je ne me souviens pas de lui avoir trouvé de défaut particulier et je ne crois pas avoir passé un mauvais moment à y jouer, mais il ne m'a pas du tout inspiré la passion que semble éprouver pour lui beaucoup de ceux qui y ont joué. Il faudrait que je le réessaye...

Répondre
#12
Moi y'a surtout une illustration qui m'a marqué et que j'ai toujours eu en tete en pensant a ce livre, celle du §130, l'emissaire de la mort.
Répondre
#13
Oui, Outremer, tu gagnes à le relire !
Avec le temps et l'âge, on se rend mieux compte à quel point ce livre est réussi !

Tout comme inversement on se rend compte que Le Temple de la Terreur n'est pas si génial... Flèche
Répondre
#14
Etonnamment, c'est le monde d'Orb(us) qui m'a plu le plus parmi ceux des LVH que j'ai pu lire et cela, certainement à cause des illus de Bob Harvey. Le fameux "Abyme" à côté duquel on se retrouve au début était resté un lieu particulièrement "mystique" pour moi avant que je ne commence les "Voie du Tigre" Smile
Répondre
#15
(05/03/2012, 14:07)linflas a écrit : Etonnamment, c'est le monde d'Orb(us) qui m'a plu le plus parmi ceux des LVH que j'ai pu lire et cela, certainement à cause des illus de Bob Harvey. Le fameux "Abyme" à côté duquel on se retrouve au début était resté un lieu particulièrement "mystique" pour moi avant que je ne commence les "Voie du Tigre" Smile

L'Abyme a pour moi perdu toute saveur quand j'ai "fini" La Voie du Tigre... mais c'est une autre histoire.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)