La mine perdue de Phandelver
#12
Pour le côté sympa, on repassera.

Alors qu’on progressait tranquillement vers Phandalin, on est tombés dans une embuscade tendue par des gobelins. Enfin, ça, c’est ce qu’ils auraient aimé quand ils ont bloqué la piste avec les carcasses de deux canassons criblés de flèches. Comme on n’est pas des jambons, on est restés sagement à distance et je suis allé faire un petit tour dans les bois pour voir si le loup n’y était p… Ah, non, ça c’est une autre histoire. M’attendaient quatre gobelins en train de roupiller. J’avoue, sur le coup, j’ai pas compris.

J’ai ramassé leurs armes — j’y peux rien, c’est un réflexe — et je suis retourné au chariot. J’ai appris plus tard que le marchand de sable responsable de la crise de narcolepsie des quatre peaux-vertes n’était autre que Pierre ; sans doute qu’il ne voulait pas être dérangé pendant sa lecture.

Leur sieste terminée, voyant qu’ils étaient à poil et que Goth s’avançaient vers eux avec des intentions civilisatrices, ils ont détalé. On ne comptait nullement se fatiguer à leur courir après, mais c’est là qu’on a vu que les chevaux calanchés étaient ceux de Gundren et de son garde du corps ! La poisse.

L’absence de corps et les traces au sol indiquaient qu’ils avaient très probablement été enlevés. Wulfwig a vite repéré la piste des ravisseurs, aussi on a planqué les bœufs et le chariot pour pouvoir partir à leur poursuite sans se faire piquer le chargement. On a aussi caché les deux carnes et j’ai effacé nos traces avec l’un des cimeterres piqués aux gobs. Cette camelote est tout juste bonne à servir de râteau, de toute façon. Et puis ça m’a rappelé l’époque où j’étais jardinier…

Sur le chemin, Wulfwig a failli se faire surprendre par un collet, avant qu’on ne tombe sur un autre piège particulièrement raffiné. Enfin, j’imagine qu’un gros trou d’à peine deux mètres de profondeur, sans rien au fond et recouvert par des branchages qu’on voit venir à trois lieues, pour un gobelin, c’est raffiné.

La promenade a continué jusqu’à ce qu’on aperçoive une colline, et, creusée dans le flanc rocailleux de ladite colline, l’entrée d’une caverne. D’après Pierre, c’est typiquement le genre de lieu de vie qu’affectionnent les gobelins. D’après deux gobelins perchés sur un poste d’observation tout proche, aussi. Je crois qu’ils étaient un peu hébétés de nous voir débarquer comme des fleurs, mais ils ont retrouvé leurs esprits — enfin, façon de parler — une fois hachés/transpercés/gelés par Goth/Wulfwig/Pierre.

On a pénétré dans la grotte. On s’est vite retrouvés dans une petite salle où trois loups étaient enchaînés. Wulwfig a bien essayé de les calmer, puis Pierre a bien essayé de les distraire, mais ils étaient mauvais comme la gale, alors Goth et Wulfwig les ont civilisés. Il n’est pas impossible que m’être faufilé entre leurs pattes pour aller voir ce qu’il y avait un peu plus loin les ait un tantinet énervés, cela dit…

J’ai découvert une sorte de cheminée et je me suis mis à grimper, le temps de passer ma tête par le trou pour voir où le puits débouchait. J’ai vu une grande caverne, un grand feu qui brûlait en son centre, des provisions volées dans un coin, deux gobelins, un goblours et un gros loup, alors je suis redescendu.

Le chemin qu’on suivait longeait une rivière. On a entendu un toc ! toc ! toc ! comme un bruit de pierre qui frappe une autre pierre, et la rivière s’est muée en torrent. Goth a failli se faire emporter par le flot, mais est heureusement parvenu à se raccrocher in extremis au mur. On s’est fait repérer par un gobelin, alors on a joué à cache-cache en s’enfonçant dans un boyau. Il y faisait noir comme dans un four, mais Pierre, qui est polyvalent, tenait la torche d’une main, ce qui lui laissait l’autre de libre pour lancer ses rayons de givre. Tiens, maintenant qui j’y pense, ça faisait feu et glace. Je suis sûr qu’il y aurait une très jolie métaphore à faire.

On s’est retrouvés dans une nouvelle grotte. Une pente escarpée d’environ dix pieds de haut nous masquait ce qui se trouvait au niveau du dessus, en revanche le feu qui brûlait en bas nous peignait un tableau très clair des cinq gobelins agglutinés autour. On les aurait bien laissés là, mais en escaladant discrètement la pente pour jeter un œil au-dessus, j’ai pu apercevoir un sixième gob mais surtout un humain, ligoté et dans un sale état : Sildar, le garde du corps de Gundren.

La suite était… un poil confuse. On a voulu leur tendre une embuscade, mais ils ont repéré la flamme de la torche avant qu’on puisse se mettre en place. L’un des gobelins s’est approché pour voir, mais il est reparti et on n’a pas pu lui tomber dessus. Alors au final, Pierre a envoyé au lit une partie de ce petit monde, le javelot de Goth et l’arc de Wulfwig en ont « endormi » un autre, et l’épaule de leur chef présumé a fait la rencontre d’une de mes propres flèches. Mauvais joueur, ce dernier s’est précipité sur le garde endormi en nous menaçant de le jeter dans le vide si on ne déposait pas les armes.

Pour décrire le tableau : Goth menaçait d’exécuter l’un des gobs endormis, Wulfwig menaçait le chef, le chef menaçait Sildar et Sildar menaçait de tomber. Les palabres ont commencé. Pierre parle visiblement très bien le gobelin. Leur chef a essayé de passer un marché : il voulait qu’on dessoude Klarg en échange de la vie de Sildar. J’ai cru comprendre que Klarg, c’était le goblours que j’avais vu plus tôt. Par contre, il n’avait entendu parler d’aucun nain, ce qui tendait à indiquer que Gundren n’était pas leur prisonnier.

Pendant que tout ce beau monde causait, j’ai rasé la paroi pour passer dans le dos des gobelins accaparés par Goth, monté le petit escalier pour atteindre la plateforme et me suis planqué derrière un rocher. Et comme je n’aime pas les négociations qui s’éternisent (ça date de l’époque où je travaillais sur les marchés), j’ai sorti mon épée et je l’ai plantée dans le dos du chef. Tiens, ça me donne une idée de nom pour elle : je vais la baptiser « Argument Ultime ».

Pendant que j’évitais la chute à Sildar, les hostilités reprenaient en bas. Goth a tranché en deux un gobelin qui commençait à peine à se réveiller. Celui d’à côté devait être son meilleur pote, parce qu’il a mis notre guerrier — déjà amoché par l’une des sales bêtes civilisées plus tôt — à terre d’un violent coup de fauchon, pendant que son camarade échangait des amabilités et des flèches avec Wulfwig. Un rayon de givre a fini par achever le gobelin blessé par l’archer et ma flèche a transperçé la gorge du dernier gobelin valide.

J’ai dû redescendre aider Pierre et Wulfwig, qui n’arrivaient pas à stabiliser Goth. Il faut tout faire soi-même, je vous jure… Puis je suis remonté pour libérer Sildar et fouiller le chef : quinze pièces d’argent, trois dents en or (gné ?)… et deux potions de soin ! Qui a dit que les gobelins n’étaient pas serviables ?

J’en ai aussitôt fait boire une à Goth pour le remettre un peu d’aplomb, puis, se sachant repérés, on s’est barrés fissa. Une sentinelle gobelin surveillait la rivière depuis le pont en amont, mais Pierre a fait apparaître une main spectrale derrière lui pour jouer avec les cailloux. Ça n’a que moyennement détourné son attention, vu le raffut qu’on faisait, et il s’est mis à gueuler pour prévenir ses congénères. On a entendu un toc ! toc ! toc !… alors on s’est mis à filer en quatrième vitesse. Goth, qui fermait la marche, a une nouvelle fois esquivé la flotte d’extrême justesse. Et un javelot, aussi. Je crois que c’était pas son jour.

On est de retour au chariot. Pas fâché de prendre un peu de repos. Sildar nous a expliqué que les Cragmaw (c’est le nom que se sont donné les gobelins, parce qu’ils se taillent les dents en pointe pour se donner un air menaçant, si j’ai bien compris (ah ! ces cultures primitives…)) avaient un « château » quelque part, nommé Cragmaw Castle (original). Klarg avait visiblement des ordres pour y emmener Gundren. Problème, on ne sait pas où ça se trouve. Mais la réponse devrait se trouver à Phandalin, et comme Sildar nous offre cinquante pièces d’or pour l’escorter là-bas…
Répondre


Messages dans ce sujet
La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 02/05/2020, 20:12
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 02/05/2020, 20:41
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 15/05/2020, 20:38
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 19/05/2020, 19:51
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 26/05/2020, 20:48
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 06/06/2020, 18:13
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 06/06/2020, 19:20
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 07/06/2020, 21:51
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 13/06/2020, 18:01
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 17/06/2020, 19:32
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 17/06/2020, 20:28
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 26/06/2020, 17:08
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 26/06/2020, 18:12
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 05/07/2020, 18:20
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 11/07/2020, 17:14
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 18/07/2020, 16:06
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 19/07/2020, 13:26
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 20/07/2020, 08:34
RE: La mine perdue de Phandelver - par Skarn - 03/08/2020, 17:34
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 18/08/2020, 18:08



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)