Rendez-vous au 1

Version complète : Conquistador
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
J'ouvre le sujet de feed pour cette mini-AVH.

! spoilers Inside!

Page de couverture: on dirait qu'il y a de la place pour une illustration. A voir si tu peux trouver quelque chose...

Règles: présentation un peu trop laconique, on a l'impression qu'écrire cette partie était une corvée et que tu n'attendais qu'une chose, écrire l'aventure proprement dite^^ C'est quelque chose que je peux comprendre, mais je pense que tu pourrais donner à cette rubrique un côté plus strict.

FA: vraiment très bien, elle est sobre mais efficace. Une suggestion: réduire la partie inventaire car on ne récupère pas grand chose au cours de l'aventure et augmenter la place dévolue aux combats.

Intro: l'aspect fanatique du personnage est tout de suite là. On ne pourra donc pas reprocher le parti pris de la suite. Par contre on peut trouver dommage que cette personnalité soit imposée. Je n'ai pas eu envie d'incarner ce personnage. Je me suis prêté au jeu mais n'ai malheureusement trouvé aucun intérêt car jusqu'au bout le personnage reste fidèle à ses convictions. J'aurai apprécié qu'il puisse au moins éprouver un certain remord à la fin, mais même pas. C'est pour moi le gros défaut de cette AVH: le personnage n'évolue pas d'un poil entre le début et la fin! Une AVH implique pour moi que le personnage évolue, en bien ou en mal d'ailleurs, mais là non on n'a aucun pouvoir de le faire changer un minimum, c'est dommage.

Des soucis de temps avec du passé simple qui s'invite dans le présent ("rajouta-t-il en souriant"), et valable à d'autres moments de l'AVH (§46 les Indigènes (...) commencèrent")

Pour ce §46, vraiment bien vu le coup de la réaction amicale, il aurait même fallu pénaliser le joueur d'une mort subite je pense.

Les combats sont trop faciles car les adversaires ont des stats très faibles. Un rééquilibrage s'impose.
Sympa le combat scénarisé contre les panthères.

Je trouve dommage le fait d'être puni de mort dès qu'on s'écarte du droit chemin de l'extermination, disons que je trouve que le trait est un peu trop forcé. Il n'y a que deux alternatives, tuer ou être tué, c'est un peu trop caricatural. J'aurai bien aimé que soit exploité le côté évangélisation forcée. Comme pour la rencontre les fameux indigènes qui font paisiblement la fête. On pourrait ériger une croix et les forcer à s'agenouiller devant. Une balle dans la tête pour le premier qui refuse. Les autres doivent alors se soumettre pour rester en vie... Voilà une piste, mais en 50§ c'est vrai que ce n'est pas si évident de tout caser.

Les événements sont variés, on sent des maladresses et le fameux côté patchwork, mais ce n'est pas mal du tout pour un premier essai.
Une mini-AVH de facture plus classique que celle de Maléfisse, mais comme la sienne pleine de noirceur. Franchement c'est d'un cynisme à toute épreuve. Ca fait presque froid dans le dos! A ton âge j'écrivais une AVH où certes on combattait des méchants, mais jamais je n'aurai pensé écrire quelque chose où on soit ainsi fier de commettre des atrocités au nom de Dieu.
Il y a là quelque chose qui relève de la soumission à l'autorité qui nous enlève notre libre-arbitre. Si quelque chose est cautionné par l'Autorité (ici Dieu), alors on le fait même si c'est d'une cruauté sans nom.
Une telle maturité, un tel cynisme surtout, franchement je le redis je trouve que c'est un peu flippant.

En tout cas bravo pour cette première œuvre plutôt bien construite pour un premier essai.

Et svp les jeunes pour vos prochaines œuvres montrez que la vie a aussi ses bons côtés. Quand on a 12 ou 13 ans, on devrait encore pouvoir goûter à une certaine insouciance.
@Tholdur : Mais non ! Mon AVH n'est pas noire ! D'ailleurs, je respire la joie de vivre ! Le message de fond est juste que si je n'ai pas de Mini-yaz d'or, vous finirez tous aux Enfers. ^^

Sur ce...

@ChanceLotus383 : On peut dire que dans l'ensemble, j'ai plutôt apprécié ton AVH. On retrouve le côté aventure des premiers Défis Fantastique, mais en plus court.

Règles :
Courtes et adaptées au contenu. Je n'ai pas eu à m'acharner à les comprendre, ce qui m'a permis de commencer tranquillement l'AVH. Malheureusement, elles sont très déséquilibrées. Malin comme un singe ourson, j'ai maximisé mon Habilité, ce qui m'a permis de vaincre sans problème tous mes adversaires. Leurs stats ne dépassent pas 2 H/ 3 E. Je n'ai utilisé ma chance qu'une seule fois en trois relectures, elle est donc sous-exploitée. A un moment de l'AVH, lorsque que je suis tombé dans une fosse, on m'a demandé de lancer deux dés alors que dans l'introduction, il est précisé que nous n'avons besoins que d'un.

Linéarité/Difficulté
:
L'AVH est linéaire, ce qui prolonge l'aventure mais restreint le plaisir éprouvé lors des relectures. Pas mal de choix de directions aléatoires, un défaut qui n'en ai pas un si jamais l'auteur pense à détailler les différentes possibilités. Enfin, l'Avh est trop facile, même si elle ne manque pas de PFA, qui sont souvent justes, mais le contraire existe. Niveau construction, c'est du bon travail. Le moment où on calcule le nombre de personne présentes avec nous démontre que l'aventure a une part de gestion.

Style :
Ton style est prometteur, on sent un potentiel qui s'exprimera au fil de tes écrits. Certaines maladresses et répétitions font sourire, mais je pense qu'elles disparaîtront dans peu de temps. Je n'ai décelé aucune faute d'orthographe choquante, même si je suis le plus mal placé pour faire une remarque là-dessus. Mais il y a quelque chose qui doit vraiment être amélioré : c'est la longueur des paragraphes. Ils sont trop courts. Il n'y a pas assez de descriptions et l'immersion en prend un sérieux coup. Il faut prendre le temps de décrire ce que ressent VOUS, les personnages rencontrés, l'univers dans lequel évolue le lecteur. Qu'il éclate de rire lorsqu'il massacre un gobelin, qui se mette à pleurer quand il est renvoyé au 1. (Bon, j'exagère évidemment).

Cohérence/Logique : Il y a du bon et du moins bon.
D'un côté, on sent un travail de recherche pour nous glisser dans le contexte de l'époque (j'aime d'ailleurs beaucoup la lettre à notre dulcinée). Les scènes dans la forêt sont sympa, notre voyage pour exterminer les infidèles est appréciable.
Mais de l'autre, l'aventure manque clairement de cohérence. (Mention spéciale pour le passage où un autre conquistador nous tue sans raison parce que nous n'avons pas appuyé sur la gâchette en même temps que les autres.) Nos compagnons ne sont pas crédibles, d'ailleurs à plusieurs reprises, je ne me souvenais même plus qu'ils étaient à mais côté, faute de dialogues. La vision de l’évangélisation que tu nous montres est erronée et bizarre, même si elle a un fond de vérité. Enfin, certaines situations ont un côté de déjà-vu, malgré leur fraîcheur.

En gros : Je l'ai dit, je le répète, cette aventure est appréciable. Même si elle comporte des fautes de débutants, que je fais aussi mais en pire.
pas grand-chose à ajouter sinon deux détails: on dit "mettre en joue" et Laury, ça ne fait pas très espagnol pour la dulcinée d'un conquistador.
Contrairement à la mini-AVH de Maléfisse, on ressent l’emblée l’âge de l’auteur ici. Il faut aussi dire que c’est une première œuvre, contrairement aux Limbes du Passé. Plus que les fautes, finalement assez rares, c’est la courte taille du texte qui est gênante car il est difficile de s’immerger pleinement dans l’ambiance. Il y a trop peu de descriptions et de dialogues, je pense que tu devras améliorer ça pour tes écrits futurs.
L’immersion est également mise à mal par le caractère du personnage qu’on incarne. Je ne suis pas un connaisseur de l’époque des Conquistadors mais le portrait tracé ici en fait des purs psychopathes ! Le paragraphe où le héros se félicite d’avoir tué un indien est le plus évocateur mais grosso modo, la mini-AVH se résumé à massacrer à peu près tout ce qui bouge. J’ai eu un peu de mal à adhérer au concept même s’il y a un cynisme et un humour noir assez réjouissants. Je trouve que tu aurais du soit faire une œuvre véritablement fidèle historiquement ou alors aller carrément dans le délire. Là on oscille un peu entre les deux, et on a parfois du mal à s’y retrouver.
Un autre défaut est le peu de présence de nos compagnons mais avec ce format court, il était très difficile d’y remédier.

Côté jeu, l’ensemble m’a semblé plutôt bien équilibré, même si un tantinet linéaire. En tout cas, cela reste jouable ce qui est bien le principal. Il m’a fallu deux tentatives pour arriver au 50.

En bref, pour un écrivain de 13 ans c’est assurément déjà pas mal mais face à la concurrence franchement relevée, cela dépareille forcément un peu. Félicitations en tout cas pour cette première œuvre, en attendant tes prochaines AVH !
Cher ChanceLotus,

Je viens d'ouvrir ta lettre et suivre le récit que tu nous a proposé. Le rôle d'un conquistador est dans ta tête très manichéen voire même très diabolique. Tu n'as pas tort et la fougue de la jeunesse parle pour toi. Je pense qu'à ton âge j'aurais moi aussi craché sur ces conquérants européens venus décimer des tribus entières dans le seul but de leur imposer leur religion. Le thème de l'Amazonie est bien respecté et le sentiment de désolation, de génocide prend le pas sur le lieu même de l'histoire. Ce chapitre de l'histoire a du te marquer pour que tu nous offres la joie d'incarner l'un de ces bouchers. J'ai donc pris mon rôle au sérieux et tué tout ce que j'ai rencontré ou pris des décisions les plus méchantes possibles (pas sauvé l'enfant devant le temple, tué le danseur qui m'attaquait au lieu de le raisonner etc...).
J'en arrive au chapitre des règles, elles sont simples, efficaces et je dirais même plus équilibrées que les règles DF standard (est-ce du au simple dé contre 2d6 messieurs les matheux ?). Par contre vu que tu proposes une répartition par le lecteur, j'aurais mis une habileté moyenne des ennemis de 3. Chaque lecteur jouera au moins en 3H 4E 3C. Je ne pense pas voir un jouera se donner 1 ou 2 points d'habileté. Le guerrier indigène avec son unique point d'habileté face à mon 4/4/2 n'a rien compris de ce qui lui arrivait. Mon cher Chancelotus, tu recevras ma lettre accompagné d'une mèche de ses cheveux, tu pourras voir à quel point ces sauvages ont le poil dur comme le crin...
L'immersion dans ce territoire maudit est quelque peu freinée par la faible longueur des chapitre de ton courrier. Il manque des descriptions, moi qui ne bouge jamais de mon port, je ne peux pas bien me rendre compte de ce que tu vis là-bas. enfin grâce au seigneur, nous devrions atteindre les Amériques d'ici quelques jours.
Je dois reconnaître que pour ton jeune âge tu n'as pas hésité a te lancer dans une épopée en 50 chapitres, ce qui est courageux. De plus le thème de fond et le ton employé est assez mature, voire sordide. Reste que les trop nombreuses fautes, les erreurs de jeunesse (§ trop courts) et l'ensemble pas assez fouillé font que je resterais sur ma faim d'exotisme amazonien.
Mais le talent s'annonce pourtant clairement, c'est ta première aventure, je pense qu'avec quelques expériences de plus, ta plume deviendra aussi tranchante que ton épée.
J'espère que ton retour au port de Toulon se fera sans encombres, nous entrons aujourd'hui même dans le triangle des Bermudes, nous ferons escale dans la mer des caraïbes avant de longer la côte vers la Colombie.
Que Dieu nous bénisse.
Je dois terminer mon écrit à l'instant, le capitaine Drake nous fait mander sur le pont.

John Dickinson, première arme du capitaine. 1586
Une mission d'évangélisation qui consiste à mettre en joug des indiens et à leur tirer dessus s'ils paniquent. On reçoit des applaudissements si l'on appuie sur la gachette, on est puni si on montre de l'humanité! J'aimerais dire que ce n'est pas crédible tant c'est caricatural, mais un coup d'oeil sur l'actualité me dit que quatre siècles plus tard, nous en sommes au même point.
Cependant, la cohérence psychologique des personnages pourrait être un peu plus travaillée. Dans le §46 par exemple, plusieurs passages donnent l'impression d'une déconnection avec la réalité:
Show ContentSpoiler:

Les paragraphes sont trop succints. Ils correspondent à l'étape de la prise de note qui donne l'ossature de l'histoire, mais il manque celle de la rédaction qui lui donnera la chair. Pour être immersif, il faut donner l'illusion de la vie, avec des détails, des émotions, des sentiments auxquels viennent se mêler les raisonnements. Pour chaque paragraphe, je te recommande de te plonger dans la situation jusqu'à ressentir quelque chose, et de le transmettre.


J'ai trouvé intéressant le ton conversationnel avec le lecteur, qui donne un peu l'impression que l'aventure est un happening, comme si un maître du jeu nous racontait les scènes et nous donnait les règles au fur et à mesure.
exemple: «Alors voilà les règles de cet affrontement ... »
« Ne vous inquiétez pas, ... »

Le point fort de cette AVH est de forcer le lecteur a des choix absurdes, horribles, inhumains et immoraux, un exercice d'écriture plutôt risqué au demeurant, et de montrer cet engrenage meurtrier dans lequel un soldat peut se retrouver coercé: tuer ou être abattu par les siens, un mouvement de masse assez flippant quand on y pense.


Détails:
§40: préparer vous -> préparez-vous
§25: si vous ne sortez perdant -> si vous sortez perdant
§19: vous continuer
§15: « la boisson est sans étiquette ». En effet, les indiens en 1585 ne respectaient pas encore les normes ISO. ^ ^
§46: ta narration est au présent puis passe soudain au passé, il faut choisir. (je trouve que cela passe mieux au présent)
"... qui sera dans quelques siècles appelé Guyane.": cela instaure une distance entre le lecteur et l'action, cela détruit l'illusion d'un présent de narration.
Linkifier les références de § serait bien.
J'ai lu cette aventure, je me suis amusé et je t'en remercie. J'ai quelques remarques à faire car j'aurais pu encore plus m'amuser si certains détails ne m'avaient sorti de mon immersion. Pour avoir parcouru rapidement les messages précédents je crois que je vais répéter quelques critiques, mais comme cela tu pourras te dire : "ah, cela faut vraiment que je le change pour me perfectionner".

Les règles rédigées rapidement donnent une mauvaise impression et dévaluent ton travail, qui ne mérite pas de l'être une fois qu'on l'a lu.

Quel est l'intérêt du titre "introduction" ?

Le passé simple et le présent se mélangent. Il faudra choisir. Perso je préfère le présent.

Le style est un peu trop lapidaire et/ou décalé et/ou enfantin à mon goût :
Par exemple au 7 :
Un bruit retentit, puis le silence revient. Le cadavre du vieillard git sur le sol. L’un de vos compagnons s’approche de la victime, et dit : « Bravo, cher ami en pleine tête. Vous êtes vraiment un bon tireur. »
Bravo ! Vous venez d’éliminer un homme, maintenant vous pouvez quitter la maison en 23 ou bien alors chercher s’il n’y a pas d’objets de valeur en 45." Ou au 23 "alors voilà les règles de cet affrontement". L'immersion en prend un coup...
Au 50 on trouve le massacre magnifique.

Règles
En répartissant 10 points, avec 4 en habileté on pulvérise tout !

La prise en compte du nombre de compagnons restant est une bonne chose.

L'originalité tient à la focalisation interne très brutale : "petit détour" quand on a massacré une famille entière, "mélodie disgracieuse", "créature de Satan", "où sont les autres de son espèce"... On incarne un salaud. Le parti pris est total.

Mise en page
Manque les liens hypertexte. C'est quand même pratique.

Bug
Des numéro de paragraphe veufs en bas de page...
Au 21 , 32, en joug -> en joue
au 3 doivent périrent -> périr
au 27 diriger en 50 -> vers le

Contradictions
On vient évangéliser les indigènes et on se réjouit de n'avoir perdu que le prêtre...
Dans l'intro les indigènes devaient être évangélisés au lieu d'être fait esclaves et voilà qu'on en fait des esclaves au 50, conduits en Europe...

Félicitations en tous cas pour avoir réussi à ficeler ton projet, en gardant sa ligne directrice du début à la fin. Oorgan, Maléfisse, toi : vous me bluffez ! J'aimerai voir la tête de tes camarades quand tu leur montre ce travail.
Il me tarde de te relire
Une mini-AVH vraiment mini de par ses paragraphes très courts. Elle est très vite survolée et c'est donc difficile de l'apprécier de la même manière que les autres.
Le style est donc bref et j'ai été gêné par les changements de temps. Le récit oscille entre le présent et le passé ce qui est évidemment très gênant.

Après, je ne sais rien de l'auteur. Il s'agit peut-être de ton premier essai en matière d'AVH et dans ce cas, je préfère m'attacher aux qualités.
Je trouve que le thème est bien choisi car sortant des sentiers battus. On a déjà peu d'AVH historiques, encore moins sur ce thème des conquistadors. Seul me vient en mémoire une LDVELH de la Collection Histoires à Jouer qui n'était vraiment pas de bonne facture.

La façon d'aborder ce sujet est également singulière puisque il existe un parti-pris du réalisme en nous faisant interpréter un Européen convaincu de son bon droit et du caractère démoniaque des Indiens. La compassion est immédiatement punie et le paragraphe 50 n'est même pas ambigu : on est heureux d'avoir tout massacré. Peut-être aurait-il fallu la mention d'un léger remord comme il est par contre évoqué dans un certain PFA. Mais bon... c'est peut-être aussi bien comme ça.

Quant aux règles, quitte à en faire des simplifiées, je pense qu'il y a mieux à prendre que le système DF abrégé. En fait, pour une si courte aventure, on pourrait même se passer de règles de combat et instaurer uniquement des pertes d'endurance selon les choix.