Rendez-vous au 1

Version complète : Club des démotivés
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Pages : 1 2 3 4 5 6
C'est gentil, mais faut vraiment que je les finalise, ça commence à faire long...
Bon courage et bonne continuation à tous !
Long : 3 avh en moins d'un an, je trouve pas ça long.
Après plusieurs mois de démotivation, je reviens au taquet. Pour ça, j'ai supprimé minutieusement la dernière partie de mon histoire, qui s'est révélée faire partie du FBI : fausses bonnes idées. Et là tout est plus clair.

Comme quoi, des fois ça tient à rien.
Il y a un paragraphe déterminant qui donne le ton pour la suite sur lequel je butais depuis un certain temps. La semaine dernière, après plusieurs heures d'efforts, j'aboutis enfin à quelque chose de satisfaisant. AU MOMENT où je sauvegarde mon travail, coupure de courant!
Résultat: fichier corrompu.

D'habitude en plus je sauvegarde après chaque paragraphe, mais cette fois-ci, complètement immergé dans l'écriture, je n'y avais pas pensé.

Et maintenant que j'ai l'occasion de me rasseoir, retour à la case départ! Bien évidemment j'ai tout oublié de ce que j'avais écrit, mais je garde la sensation que je n'arriverai jamais à refaire aussi bien! Grrr!

Enfin bon, cela fait partie des choses à savoir surmonter!
Pour éviter cet enfer du texte perdu, je bosse sur google drive, "le cloud".

Sinon je te comprends, je déteste ce sentiment du "grrr je pourrai pas faire mieux" !!!
Mais si en fait !!!!!!
(17/09/2013, 21:42)Zyx a écrit : [ -> ]Bien évidemment j'ai tout oublié de ce que j'avais écrit, mais je garde la sensation que je n'arriverai jamais à refaire aussi bien! Grrr!

Pour éviter ça en général avant d'ecrire un § important je le "vois" dans ma tête, un peu comme si je lisais a voix basse avant de l'écrire. Comme ça même en cas de perte, j'arrive a me souvenirs des grandes lignes et donc par jeu d'assemblage, du reste.
À force de perdre du code et du texte et compagnie avec les Ctrl + W accidentels, les coupures de courant et les plantages, j'ai pris l'habitude de frapper "Ctrl-S" toutes les poignées de secondes, de manière complètement automatique et pratiquement inconsciente ^^
Mon projet sur un hommage de la Vengeance des Démons est en cours.

Cependant, étant au taf toute la journée (je suis consultant et n'ai pas de mission, donc pas de boulot) je suis quand même gêné vis à vis des mes collègues de mitrailler mon clavier. Cela avance très lentement donc. J'ai honte.
Citation :étant au taf toute la journée (je suis consultant et n'ai pas de mission, donc pas de boulot) je suis quand même gêné vis à vis des mes collègues de mitrailler mon clavier. Cela avance très lentement donc. J'ai honte.

Fais passer ça pou un projet super secret Big Grin
Si tu es entouré de développeurs, ouvre un IDE quelconque, mets une coloration syntaxique aléatoire, et garde dans un autre onglet un vrai fichier de code.

Si tu es entouré de commerciaux ou d'administratifs, prends n'importe quel fichier Excel qui traîne, et ouvre en parallèle un traitement de texte.

N'oublie pas de grogner si on t'approche d'un peu trop près, genre "Tu me déranges au milieu d'un travail super important", et de façon générale, suis les conseils de PHDComics.
Le geste qui sauve, c'est [Alt]+[TAB]. Wink
Bon, je up ce sujet parce que ça ne va pas du tout, je fais n'importe quoi avec les AVH que je tente laborieusement d'écrire !

Je dis bien les parce qu'à l'instant, c'est au moins le quatrième embryon d'aventure que je viens de mettre à la poubelle (alors que j'ai passé beaucoup de temps dessus.)

Je comprends la raison de mon problème : je tente obstinément de reproduire la même occurrence que celle qui m'avait permis de terminer l'Ecume . Brillante idée me direz-vous ? Non ! J'aurais mieux fait de m'inscrire le code routier en travers de la figure avec un fer à souder. On ne connaît pas deux fois une première fois, le côté "tout nouveau tout beau" des premiers jours c'est fini !

Ma dernière tentative s'appelait Venator, on aurait dû y incarner un apprenti chasseur de démons qui se retrouve à petaouchnok après que son maître l'ait trahi et laissé pour mort.
J'étais très motivé à la base par ce thème et les quelques idées que je comptais lui associer, très mobilisé également lorsque j'ai écrit les règles VDT améliorées que j'avais soigneusement mitonné avec amour, je l'étais toujours lors des premiers paragraphes...
Sauf qu'au bout d'un moment, ne sachant absolument pas où je voulais en venir, j'ai fini immanquablement par me retrouver confronté au PFA cauchemar des auteurs en manque d'inspiration : je me faisais chier, et chaque description devenait pour moi une torture (déjà que c'est chiant à pondre en temps normal, en plus j'écris comme un gogol quand j'ai pas envie.)
En bref, il ne suffit vraiment pas d'avoir des "intentions de" pour tenir la distance.

Autre erreur qui résulte probablement de la principale, avoir trop d'idées d'un coup multiplie beaucoup trop la charge de travail présente et à venir (j'envisageais 400 § pour Venator, en trois mois j'en ai fait 42 lol.)
des petites choses qui peuvent aider...

- évite de te relire.
- tu bosses sur des périodes de 25 minutes séparées par de courtes pauses (pomodoro).
- si un truc t'ennuie, passe à autre chose... sans cesser d'écrire.
Je crois qu'Ich bin dans le club moi aussi...

J'ai eu une motivation de folie pour envoyer le tome II de samuraï et le tome II de shamaan. Mais au bout de quelques (nombreux) essais pour finir l’arborescence de samuraI t2, je me suis rendu à l'évidence :

Je tournais en rond putain...

Me direz-vous avec les p'tits bonhommes qui appellent maman-papa toutes les quatorze secondes, c'est pas évident de se concentrer.
J'ai donc avancé mon "vrai" roman. Par petites sessions d'écriture, histoire de ne pas divorcer d'avec le clavier. Je sais que la motivation va revenir, mais la question est quand ?

J'espère dans peu de temps car j'ai beaucoup d'avh en attente que je souhaite absolument écrire.
Wait and see ?... Sad
Pour l'instant je suis en pause aussi pour plusieurs raisons, d'une part le manque de disponibilité, d'autre part, parce que si le potentiel des AVH me semble très intéressant, je ne trouve pas encore de terrain commun entre un public dépassant la dizaine et moi.
Je ne trouve pas de truc simple et rapide à écrire qui m'intéresse. Et d'un autre côté, si c'est complexe et long, je ne vois que peu de lecteurs qui accrocheraient.
Du coup, j'ai du mal à m'investir sur des projets annuels, et je migre vers des petits projets d'écriture qui ont de moins en moins à voir avec les AVH. En ce moment, j'en suis même à des projets de moins de 4h: j'écris un texte, je le récite, et c'est fini! Et là, du coup, cela ne me dérange pas de n'être écouté que par trois auditeurs!

Sinon, quand je travaille sur une AVH, je ne compte pas sur la motivation comme "moteur". Tout comme j'ai des créneaux pour travailler ou faire des courses, j'ai un temps réservé pour l'écriture.
Souvent, je ne fais que de la prise de notes ou de la rédaction de scènes isolées, mais du moment que cela rentre dans un plan plus grand, cela finira par être intégré. C'est pourquoi je mets toujours un grand soin à planifier, afin de pas avoir à remettre en question mes efforts lors de l'écriture. D'une certaine manière, c'est comme si je couchais ma motivation "générale" par écrit. Du coup, lors de chaque séance d'écriture, je n'ai plus qu'à me poser la question "qu'est que j'ai envie de dire à propos de telle ou telle scène.

Ca marche en tout cas pour des projets trimestriels: pour les Noyés, j'ai dû passer un mois à dresser les plans, et deux mois à rédiger.
Pages : 1 2 3 4 5 6