Ode au One-True-Path
#16
(19/02/2013, 12:02)kinornew a écrit : ...C'est a se demander si les auteurs jouent eux-même a leurs propres livres...
Demande légitime et réponse prévisible : beaucoup d'auteurs "pros" de ldvelhs ne testent pas leur livres.
J.Green notemment avec l'impossible sépulcre des ombres, pourtant très bon. Heureusement que ce n'est plus le cas pour ses récents ldvelhs.
Ou bien bien les Sceaux de la Destruction avec une seule chance sur 12 aux dés de récupérer un objet indispensable : ce serait folie de le tenter loyalement.
et j'en passe...
Répondre
#17
A vérifier mais le plus démoniaque et absurde dans le genre est Les Chevaliers du Destin de Green.
Je crois que c'est là où le 12 initial en Habileté est nécessaire pour survivre aux combats mais qu'un test d'Habileté doit être échoué pour trouver un objet vital Rolleyes
Répondre
#18
(20/02/2013, 00:37)Fitz a écrit : A vérifier mais le plus démoniaque et absurde dans le genre est Les Chevaliers du Destin de Green.
Je crois que c'est là où le 12 initial en Habileté est nécessaire pour survivre aux combats mais qu'un test d'Habileté doit être échoué pour trouver un objet vital Rolleyes

exact, mais à moins d'avoir l'objet magique de la mort qui te donnes un bonus juste dans cette situation tu y as un malus à ton Habileté, donc tu peux dire que tu as raté malgré ton score de 12 en gardant bonne conscience Mrgreen
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#19
(22/08/2006, 15:09)Jehan a écrit : J'ai oublié de parler d'une condition importante à mon appréciation d'un OTP : la linéarité.

Je reprends, une fois de plus, l'exemple de l'Ancienne prophétie. C'est un bon OTP car (hors considérations sur le style, l'histoire, indépendantes du type de jeu) :

– Il n'est pas basé sur le hasard, à l'exception malheureuse d'un jet de dé au début du jeu ;
– Les combats ne sont ni en trop grand nombre, ni insurmontables ;
– Les PFA sont de petits bijoux d'écriture ;
– Et surtout, il est – relativement – linéaire.

J'entends par ce dernier point qu'un écart de paragraphe mène assez vite à la mort, et c'est souvent l'occasion pour le joueur de découvrir une fin d'anthologie. (Le centaure, le chef de bande…)

Ce n'est pas franchement exact: on peut louper l'apprentissage des sorts au début ou milieu de l'aventure et se faire zigouiller peu avant la fin à cause de ça. De même pour les histoires de Marzai, plans de bataille et compagnie. On a donc bien un bon otp des familles, bien vicieux (ce qui ne l'empêche pas d'être bien!), et bien abusé sur la fin (Biantai, Shangsuo, Boapo, Tiao-Teh: choisis ton camp camarade!). On peut aussi crever de maladie sans comprendre pourquoi, parce qu'on a une cassette sertie de bijoux et se faire jeter dans le vide parce qu'on porte un tatouage. Oui en fait ce sont des "objets-codeur-de-chemin-pris" une originalité du livre (systématisée ouvertement dans le chasseur de mages) qui a son charme et qui participe de l'ambiance mystérieuse du livre.

Sinon, otp, pour moi, implique non-linéarité: un otp linéaire, ça s'appelle un roman Big Grin Par ailleurs, j'ai trouvé un record de onetruepathitude dans la créature venue du chaos: 25 paragraphes consécutifs strictement sans aucun écart permis
Show ContentSpoiler:
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)