Beowulf
#1
Comme vous l'avez sans doute remarqué, Beowulf fait son retour sur grand écran. Après sa première adaptation de 1999, où le mythe est transposé dans un univers post-apocalyptique, pour un résultat douteux, on propose enfin ce dont j'avais envie : un film médiéval-fantastique avec plein de vikings dedans. Quand en plus j'ai appris que Neil Gaiman avait mis la main à la pâte, la tentation était irrésistible.

Bilan :

Ce que je n'ai pas aimé : le fait que le film ait été réalisé avec la technique de motion capture. L'impact visuel aurait été plus fort avec des acteurs "réels"

Ce qui m'a fait rigoler : les artifices déployés pour que le sexe de Beowulf n'apparaisse pas à l'écran dans la scène où il combat nu. On veut bien montrer des arrachages de bras, mais un zizi, pas question : le puritanisme hollywoodien a encore frappé.

Ce que j'ai aimé : l'ambiance est fantastique, les modifications apportées au mythe original sont judicieuses (sauf l'introduction du christianisme qui, en plus d'être historiquement fausse (il n'apparaît au Danemark que trois bons siècles après la date indiquée), n'apporte rien à l'histoire; mais c'est un détail mineur). J'ai énormément apprécié que Beowulf ne soit pas un de ces héros irréprochables et tout propres comme on en rencontre trop souvent : il est menteur, vantard et corruptible.

Au final, j'ai bien aimé, en dépit du défaut susmentionné et du fait que je n'ai pu le voir qu'en VF.
Répondre
#2
Qu'est-ce que c'est, déjà, la motion capture ? (Je suis un peu une quiche pour tout ce qui touche à la technologie.)

J'ai vu Beowulf, moi aussi (en 3D et en IMAX). C'était sympa. Pas impérissable, mais sympa. La 3D contribue efficacement aux scènes d'action, l'atmosphère est très bonne et Beowulf est un excellent héros, qui ne correspond pas aux conventions habituelles.

En ce qui concerne la scène de combat où Beowulf est à poil, j'ai l'impression que le réalisateur fait exprès de choisir une succession d'objets improbables pour bloquer la vue du sexe du héros. Ca m'est apparu comme une façon humoristique de jouer avec la censure.
Répondre
#3
Ourgh a écrit :les modifications apportées au mythe original sont judicieuses (sauf l'introduction du christianisme qui, en plus d'être historiquement fausse (il n'apparaît au Danemark que trois bons siècles après la date indiquée), n'apporte rien à l'histoire; mais c'est un détail mineur)
Sauf que le poème a été écrit dans l'Angleterre anglo-saxonne (entre le VIIIè et le XIè siècle, je crois), et est bourré de référence bibliques. C'est intéressant que le film y fasse référence, même si c'est effectivement un anachronisme net (évité dans le poème, puisqu'il n'est évoqué que lorsque le poète lui-même parle).
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre
#4
J'en reviens a l'instant. C'est un bon divertissement, meme si j'ai pas compris le choix de la 3D.
Le coup de la scene du combat a poil, ca ma rappelé les Simpsons ou un des films d'Austin Power (où ce genre de procedé est tourné en dérision)
Je ne connais que vaguement la légende, et j'ai trouvé sympa le fait que la fin soit ouverte sur le personnage 'irréprochable et tout propre' comme dirait Ourgh, qui n'est pas le héros mais son second (succombera-t-il ???)

Sinon petite précision : j'ai vu le film en vf (a Grenoble la vo ils connaissent presque pas :/), et les monstres parlaient dans une sorte de français déformé. Je me doute qu'en vo il doit s'agir d'anglais déformé; et je voulais savoir si dans un cas comme dans l'autre il s'agit de langues anciennement parlées ?
Répondre
#5
En VO, c'est du vieil anglais, donc une vraie langue. Celle dans laquelle fut écrit Beowulf, en fait.
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)