[Le Maître du Destin 1] La Forêt du Dragon
#16
Pour Ikar, je te déconseille de remuer ciel et terre pour les racheter. Certains LVH prennent un nouvel intérêt quand on les lit avec 10-15 ans de plus (Chroniques Chrétoises? Loup Ardent?) mais ce n'est sûrement pas le cas de la série Le Maître du Temps.
Répondre
#17
D'autant plus que cette série est bourrée de bugs, d'après mes souvenirs. Elle est de loin la plus médiocre d'entre toutes. J'en étais convaincu, mais le fait de lire vos impressions confirme l'objectivité de la mienne. aucun charme, aucune magie là dedans. et, d'après mes souvenirs, de nombreux bugs, donc
Répondre
#18
bon ben finallement en lisant vos avis , je me dit que c'est pas une grande perte que d'avoir raté cette série! (une des rares que j'avait loupé)
Répondre
#19
en toute objectivité, le système de règles n'est pas indigne d’intérêt.
Pour toucher un ennemi il faut faire au moins 7 avec 2dés. Le lancer est modifié par d’éventuels modificateurs en Attaque ( selon la Force de l’attquant ) et en Défense ( selon la Dextérité et l’armure de l’adversaire ).
La Force pour frapper, la Dextérité pour se défendre - bon sang, mais c’est du pur D&D ! Et comme à D&D investir dans une bonne protection est primordial. Considérez que cotte de mailles+bouclier donne un bonus de 3 en défense, donc, au lieu de toucher sur 7 ou plus, il faut sortir 10 ou plus - soit 6 chances sur 36 au lieu de 21 sur 36.
Outre les avantages propres à nos stats de héros - on les tire sur 1dé+6, soit 1 chance sur 6 à chaque fois d’avoir un bonus de +2 et 2 chances sur 6 d’avoir un bonus de +1, on a en outre l’initiative automatique et l’ennemi ne peut pas riposter si on tire un 9 ou mieux. Ceci dit, la plupart des ennemis un peu sérieux ayant des bonus défensifs, tirer un 9+ n’est pas gagné.
Les armes font des dommages fixes et ceux-ci sont soustraits de la Force ou de l’Habileté du perdant, diminuant donc ses capacités.

Tel quel le système marche, même s’il n’a rien d’extraordinaire. Il garantit que la plupart des coups ne blesseront pas et il faut larder à plusieurs reprises des adversaires même moyens pour en venir à bout, un système de coups critiques aurait amélioré les choses.
En outre, si on met la main sur un des anneaux de protection+2 on devient presque intouchable.

Le point qui mérite vraiment d’être retenu est dans la gestion de nos points de Pouvoir. Nous jouons un guerrier-magicien, avec un haut score en Pouvoir ( 1dé+4 ); nous connaissons une batterie de sorts et en jeter un consomme des points de Pouvoir. Et c’est là qu’est le truc: notre résistance à la magie se fait par un test, non de notre score initial de Pouvoir mais de notre quantité actuelle !
Techniquement, les tests se font avec 1dé+1; en cas d’égalité on résiste au sort mais on perd 1 point de Pouvoir.
On conçoit quelle importance cruciale notre niveau de points de Pouvoir aurait dans une aventure bien conçue; on serait sans cesse tiraillé entre utiliser nos sorts pour nous sortir des situations difficiles et conserver nos points pour garder notre bouclier aussi intact que possible contre les mauvaise surprises magiques.

Une aventure bien conçue. Oui. Écoutez, c’est assez pénible comme ça.

Les illustrations sont ignobles, et je pèse mes mots. Quant à l’aventure elle-même, le contexte D&D me fournit une piste: Paul Vernon devait être un Maître de Donj’ dépourvu de tout talent à qui quelqu’un a parlé deux minutes des LDVH et qui s’est dit, moi aussi je peux en faire ! À moi la gloire, le fric et les femmes !
Le résultat est connu ( et ceux qui ne le connaissent pas ne perdent rien, au contraire )
Ce qui est surprenant c’est qu’il ait trouvé un éditeur pour les deux premiers tomes, et qu’en plus ça ait été traduit ( ne dites pas à ma mère que j’ai traduit Paul Vernon elle croit que je suis pianiste dans un bordel, etc, etc. )

Mais je maintiens que le système de points de Pouvoir est très bon et mérite une aventure digne de lui. C’est bien à cause de lui que je parle de cette chose…
Messieurs les créateurs, je vous fais signe !
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#20
(07/08/2012, 19:51)ashimbabbar a écrit : Ce qui est surprenant c’est qu’il ait trouvé un éditeur pour les deux premiers tomes, et qu’en plus ça ait été traduit ( ne dites pas à ma mère que j’ai traduit Paul Vernon elle croit que je suis pianiste dans un bordel, etc, etc. )

Les livres dont vous êtes le héros marchait bien au milieu des années 80, ca dû pousser des éditeurs peu scrupuleux à éditer ce livre pour faire du fric sans trop regarder la qualité.

Sinon, il faut reconnaître à cette série qu'elle est une des rares à faire unanimité contre elle.

Répondre
#21
Comme dit dans le 286 du maitre du feu: "j'étouffe un bâillement d'ennui et je projette sur le livre une flamme ronflante. Il est immédiatement réduit en cendres..."
Sinon dans le PFA (321) est marrant (mais c'est le seul dans ce cas).
Dommage car la structure de cette série (notamment avec les numéros de paragraphes à noter pour y revenir) est originale.
D'ailleurs, pourquoi le PFA est-il le 321: réponse dans les sombres cohortes
Show Content
Répondre
#22
(07/08/2012, 19:51)ashimbabbar a écrit : Quant à l’aventure elle-même, le contexte D&D me fournit une piste: Paul Vernon devait être un Maître de Donj’ dépourvu de tout talent à qui quelqu’un a parlé deux minutes des LDVH et qui s’est dit, moi aussi je peux en faire ! À moi la gloire, le fric et les femmes !

En fait, c'est un peu plus compliqué que ça.

Vernon était quelqu’un de bien considéré dans le milieu anglais des débuts d’AD&D. Il a écrit plusieurs scénarios sortis dans des magazines et une campagne publiée en boîte qui ont reçu de bonnes critiques à l’époque, et divers articles de fond et critiques qui tous tendent à un ancrage réaliste du background et des scénarios.

J’ai un des scénarios, Trouble at Embertrees, publié dans le White Dwarf n°34 d’octobre 1982, et il est effectivement de bonne facture – un village dont l’économie repose sur l’exploitation raisonnée d’un bosquet d’arbres magiques se voit menacé par deux forces mauvaises concurrentes (dont l’une, vous l’aurez deviné, veut exploiter les arbres à outrance sans souci de développement durable).

Par ailleurs, dans le milieu AD&D anglais que fréquentait Vernon on avait pas mal exploré la possibilité de remplacer le système 'Vancien' de Gygax par un système de points de magie, qui a abouti entre autres à Dragon Warriors/Terres de Légendes ( d'où l'Épée de Légende en ldvh ).

J’avais donc raison de le situer dans ce milieu, mais il y occupait une place bien plus honorable que je ne l’avais cru. Comment alors cet individu honnêtement compétent dans son domaine a-t-il réussi à pondre de telles bouses ? Il faudrait le lui demander…

( si quelqu'un met la main sur sa campagne Starstone, là je suis intéressé )
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)