YAZ 2020 Dans l'ombre des sept collines
#46
Pour les thermes, une anecdote savoureuse mérite d'être contée (peut-être trop belle pour être vraie d'ailleurs) :

Certains empereurs en personne fréquentaient ces immenses et somptueux établissements. Un jour, l'empereur Hadrien découvre un homme en train de se frotter contre un pilier et lui en demande la raison. L'homme lui répond qu'il est trop pauvre pour s'acheter un strigile (racloir). En effet, l'usage voulait que l'on s'enduise d'huile que l'on enlevait ensuite avec cet instrument. Touché, l'empereur lui donne de l'or.
Lorsqu'Hadrien retourne aux thermes, il découvre à son entrée plusieurs hommes se frottant ostensiblement contre les piliers. Avec un sourire amusé, l'empereur leur suggère alors de se frotter les uns les autres...
Anywhere out of the world
Répondre
#47
Bonjour à tous,
Je sais que le Yaz est fini mais en bon disciple de Nicolas Boileau ("Vingt fois sur le métier..." ah les cours de Français en 6e), j'ai mis en ligne une nouvelle version de l'AVH.
Rien de révolutionnaire : juste quelques petites corrections/modifications/améliorations, notamment suite aux récents retours de Voyageur Solitaire.
Le plus "grand" changement consiste dans l'ajout d'un paragraphe supplémentaire (le 304).
Bref, pas de quoi fouetter un galérien (ni même un esclave coincé dans une mine) :-)
Répondre
#48
Alors, après quelques recherches...

- Sur le Forum, il y avait bien un héraut qui proclamait midi quand le soleil passait entre l'arc de Tibère et les Rostres. Lorsque le soleil disparaissait derrière la prison, le héraut proclamait la dernière heure et les gens quittaient les lieux. Ici, le fameux arc n'existait pas encore mais cela confirmerait que les romains se fiaient plus à ce genre de repères, la position du soleil dans le ciel ou quand l'astre se positionnait par rapport à un endroit ou monument spécifique.

- Comme nous l'avons vu, la durée des heures variait selon les saisons. La plus petite heure, la minima, durait 44 minutes, le 23 décembre. La plus longue, la maxima, durait 75 minutes, le 25 juin. 
Quelques repères fixes :
La sixième heure se terminait toujours à midi.
En été, la première heure correspondait à 06h00 du matin. En hiver, elle correspondait à 07h30.
Les romains se levaient avec le soleil et la soirée commençait tôt, vers 16h30-17h00. La Cena (le grand repas du soir) se prenait à ce moment. Cela peut paraître tôt pour manger mais il faut se rappeler que le matin et le midi, les romains ne faisaient que grignoter.

- Il y avait bien une clepsydre publique à Rome, installée en 159 avant J.C. Mais j'ignore où elle était située. Un des officiers du Préteur observait l'instrument et proclamait solennellement la troisième, la sixième et la neuvième heure.
La fameuse clepsydre fonctionnait comme un sablier, l'eau remplaçant le sable et se vidant en 24 heures. Les plus simples consistaient en deux récipients superposés, le premier censé se vider intégralement dans le second en 24 heures. Le second récipient, qui recevait l'eau du premier, était gradué d'heure en heure. Les grecs se servaient de la clepsydre pour mesurer le temps des discours publics, chaque orateur devant avoir le même...
Les clepsydres plus perfectionnées étaient composées d'un haut cylindre gradué empli d'eau. Le niveau de l'eau baissait régulièrement, d'heure en heure, au fur et à mesure qu'elle se vidait.

Le Moyen-Age, lui, utilisera la chandelle graduée. Cette dernière était marquée sur le côté par une graduation ou un chiffre et à chaque fois que la flamme atteignait une graduation ou un chiffre, une heure s'était écoulée... Les chinois faisaient de même mais avec un bâtonnet d'encens...
Anywhere out of the world
Répondre
#49
Merci pour tes recherches poussées et ces précisions très instructives. Donc l’existence à un moment donné d’une horloge hydraulique sur le Forum à défaut d’être avérée reste plausible, et en tout cas n’a rien d’anachronique ou d’improbable.

J’en profite pour te poser quelques questions :

Comment tu t’y ai pris pour effectuer ces recherches ? Quelles sources utilises  tu ?

Par ailleurs, as tu également effectué ce type de recherches pour écrire ta trilogie des fils du soleil ? Si oui quelles sources as tu utilisées ?
Répondre
#50
Je suis un grand passionné d'Antiquité grecque et surtout romaine (origines italiennes) depuis toujours. J'ai dévoré quantité d'ouvrages, voyagé et séjourné à de nombreuses reprises à Rome, Naples, visité longuement Pompéi trois fois, assisté à des conférences, participé à des forums... En rajoutant quelques recherches sur le Net...

D'ailleurs, je pense avoir trouvé confirmation de la présence d'une clepsydre sur le Forum :
A Athènes, elle compta la longueur des débats de l’Assemblée et surtout contrôla l’équité des temps de paroles au tribunal. Finalement elle donna l’heure sur la place publique, l’agora. A Rome, elle fit de même : garante du temps de parole, elle rythma les plaidoiries et les débats politiques tout en donnant l’heure sur le forum, l’équivalent romain de l’agora.
(source : chaux-de-fonds.ch)

Pour ma trilogie, c'est très différent : Shamanka n'est pas un documentaire sur l'Afrique, c'est avant tout un monde Fantasy inspiré de l'Afrique. J'y ai donc une liberté beaucoup plus grande. Je vérifie juste par exemple que certaines fleurs, certains arbres et animaux soient bien présents en Afrique. Histoire de ne pas balancer un tigre dans la savane ou un condor dans le ciel pour simplifier. Pour le reste, grand passionné d'Afrique, je puise dans mes souvenirs de voyages et séjours, dans des livres (il y a une littérature Fantasy africaine contemporaine très vive et malheureusement ignorée chez nous), des films, des oeuvres d'art, des évènements historiques...
Mais encore une fois, je ne suis pas assujetti à une quelconque vérité historique puisque Shamanka est un monde imaginaire et seulement inspiré par l'Afrique. Ce qui ne veut pas dire que je peux faire n'importe quoi : il faut que le lecteur ait quand-même une "impression d'Afrique" très forte. Même si c'est un monde imaginaire, si je mets un ours polaire, ça passera pas...

Au final, Shamanka est inspiré de l'Afrique australe (que je connais très bien), sauf pour les Montagnes Rouges et leurs monastères du second volume qui sont inspirés de la région du Tigray en Ethiopie. Le désert de sel et de soufre où l'on peut croiser le démon de sel dans le premier volume est inspiré du désert éthiopien de Dallol. Pour donner une idée :

LES MONASTERES DU TIGRAY (forumgratuit.org)

DESERT DE DALLOL (ETHIOPIE) (forumgratuit.org)

Enfin, la région des Grandes Collines que vous découvrirez dans le troisième opus est inspiré du Rwanda.
Les seigneurs blancs de Méroé seraient eux, des grecs ou romains qui se seraient aventurés et fixés en Afrique. Ronan et Danaé seraient eux venus de bien plus loin, d'origine germanique ou scandinave.
Anywhere out of the world
Répondre
#51
Merci pour tes recherches approfondies sur la clepsydre.

J’ai commencée en novembre dernier la rédaction d’une AVH dans une Afrique imaginaire (j’en avais fait le projet avant de lire tes deux livres dans cet univers). Mes connaissances dans ce domaine sont bien plus faibles que les tiennes d’autant que je ne suis jamais allé sur ce continent  mais j’ai prévu qu’il y ait une passage inspiré du pays des milles collines et aussi un dans une mine de sel... Il faudra que j’évite de me laisser influencer par tes écrits !

Si tu as un bouquin (ou un site web) plutôt synthétique du type « encyclopédie de la mythologie africaine » à me conseiller je suis preneur.
Répondre
#52
Alors, pour ce qui est de la mythologie africaine, et sans vouloir faire à nouveau de la pub pour mon forum, tu auras pas mal de réponses ici :

MYTHOLOGIE AFRICAINE (forumgratuit.org)

Après, tu peux puiser dans ce que j'ai écris, perso, ça ne me dérange pas du tout.
Bonne continuation !
Anywhere out of the world
Répondre
#53
Merci !

En fait j’ai parlé de « mythologie » mais j’ai déjà défini les dieux que je vais utiliser dans mon histoire. Le terme exact est peut être plutôt « fantastique / merveilleux africain » : sorcières, génies, magies, créatures fantastiques...

Tu aurais un autre lien pour cela stp ?
Répondre
#54
Dans ce cas, je pense que tu peux déjà parler d'esprits, de chamanisme, de guérisseurs, voire de Vaudou (sous un autre nom peut-être)... L'Afrique est profondément païenne et dans ce domaine, il y a de quoi faire... Ne reste plus qu'à "habiller" l'ensemble : plumes, peintures tribales, bijoux barbares, scarifications, tambours, torches et serpents... Bon, on est dans le cliché là...
Anywhere out of the world
Répondre
#55
Hello grattepapier,

Je viens de faire plusieurs "runs" comme on dit si bien dans les roguelite pour terminer cette jolie oeuvre qu'est "Dans l'Ombre des sept collines". Je dois avouer que lorsque j'ai ouvert le PDF, sans avoir lu le résumé (honte à moi ?) je m'attendais à une aventure très politique, très assommante, et c'est la raison pour laquelle, malgré le yaz d'or, j'ai commencé par la Nuit du Nécromancien de Flam.

Je suis revenu par la suite et quand j'ai lu les règles j'ai bien vite compris mon erreur  Wink il faut savoir par exemple, que récemment après avoir fait l'acquisition de BD DVELH de chez Makaka, j'étais tombé sur "Hold-Up" et j'ai trouvé l'idée vraiment simple. Pas besoin d'aller botter le cul à un Sorcier, juste chercher ce que recherche un "aventurier" : de l'argent ! Si dans les LDVELH, jeu de rôle ou autre, le moyen devient l'objectif (on recherche de l'argent pour mieux le dépenser en équipement après), il est rare qu'il en soit l'objectif final, quitte à être dilapidé.

Par cette idée très simple et une structure ouverte facile à lire (et qui facilite un peu le design, même s'il est certainement plus complexe que j'imagine) cela donne plusieurs phases de lecture intéressantes. Les descriptions sont d'ailleurs très agréables et on est très vite plongé dans cet univers fascinant. Typiquement, l'Antiquité romaine attire par différents axes : son commerce, ses jeux, sa politique, sa maison, sa sexualité, son hygiène (thermes et latrines). Il est donc aussi enrichissant - je l'espère - pour le héros de l'AVH de visiter ces lieux que pour le lecteur de découvrir cette oeuvre assez bien documentée.

Dans les faits, je suis tombé évidemment très vite dans des pièges et me suis retrouvé en prison ; puis après transpercé d'un coup d'épée. Puis fini galérien. A force de lecture et de relecture j'ai pu obtenir quelques autres fins : plébéien, parvenu (bien aimé celle-ci), malfrat, et d'autres encore que je n'ai pas trouvées mais que j'imagine difficiles à obtenir.

La seule chose est sûrement de corriger les petites erreurs de liens : soient morts, soient orientent vers une mauvaise. Par exemple, dès le début on peut joindre Merlura mais le lien mène vers Septimius, je n'ai pas fait attention au texte et j'ai crû que c'était la même personne qui offrait une offre d'emploi ; et au final je me suis retrouvé avec le mot-code Trésorier, malheureusement c'était ma première "run" où j'ai croupi en prison. C'est seulement après que j'ai vu que c'était une erreur, et que pour rencontrer Septimius ce n'est pas si facile.

Bref, à part ça c'est une belle aventure, différente, qui n'est pas 1000% originale mais qui emploie très bien le design de la liberté et dont l'objectif est vraiment très simple. Bravo bravo !
Il ne faut pas attendre d'être heureux pour sourire... il faut sourire pour être heureux.
Répondre
#56
Glutinus,

Merci pour ton retour.

(27/08/2021, 15:31)Glutinus a écrit : Dans les faits, je suis tombé évidemment très vite dans des pièges et me suis retrouvé en prison ; puis après transpercé d'un coup d'épée. Puis fini galérien. A force de lecture et de relecture j'ai pu obtenir quelques autres fins : plébéien, parvenu (bien aimé celle-ci), malfrat, et d'autres encore que je n'ai pas trouvées mais que j'imagine difficiles à obtenir.

Il y a en effet pas mal d'autres fins : gladiateur, aurige, dominus, renégat...
De ces 4 là, la dernière (renégat) est sans doute la plus facile à accéder (un seul code suffit).

(27/08/2021, 15:31)Glutinus a écrit : La seule chose est sûrement de corriger les petites erreurs de liens : soient morts, soient orientent vers une mauvaise.

Désolé... j'en ai bien conscience. J'utilise un traitement de texte qui, à la moindre correction, que je fais dans le fichier a tendance à détériorer les liens hypertextes. Malheureusement je n'ai pas le temps ni la motivation de remettre les liens au propre.

(27/08/2021, 15:31)Glutinus a écrit : Bref, à part ça c'est une belle aventure, différente, qui n'est pas 1000% originale mais qui emploie très bien le design de la liberté et dont l'objectif est vraiment très simple. Bravo bravo !

Merci ! Content si cela t'a plu.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)