Mini-Yaz 2019 Transduction (Vador59)
#31
Bien sûr que j'ai lu Fitz et Outremer, pas tout quand même... mais ce qui m'impressionne ici c'est que tu prends énormément de risques au niveau du style. Si ça tombe à plat, c'est une catastrophe... mais la ça fonctionne merveilleusement, parce que je trouve que ça colle parfaitement au sujet, à l'ambiance (modulo, je suis d'accord, les remarques du médecin sur son assistante, qui tombent comme un cheveu sur la soupe).
Là où je suis d'accord avec toi, c'est que pour avoir une telle unité de style et de souffle, c'est un avantage d'écrire sur une période de temps ramassée. De ce que j'ai compris, c'est une AVH à laquelle tu réfléchissais depuis longtemps, ça veut dire qu'elle a eu le temps de mûrir avant de sortir Smile
Répondre
#32
Citation :mais ce qui m'impressionne ici c'est que tu prends énormément de risques au niveau du style.

Oui, c'est vrai que j'ai pris des risques:
Show ContentSpoiler:
Répondre
#33
(03/07/2019, 13:39)Fitz a écrit : J’arrete ma lecture pour l’instant car j’ai l’impression De rater quelque chose.
J’ai appris le langage universel et note le code bizarre. Dans l’intro, il faut se rendre à un lien si on trouve un code. Mais ce lien redirige au 20 qui n’a aucun sens avec mon contexte. C’est quand même normal? Je dois continuer à partir du 20?

J’ai donc ignoré ce lien et plus tard, rencontré une énièmes série de symboles. Je pense que mon fameux code doit me permette de décrypter ces symboles mais comment?

Show ContentSpoiler:
Répondre
#34
en effet j'avais le vieux fichier, merci
Répondre
#35
J'ai entamé la lecture de "Transduction" et pour le moment, les concepts de cet univers ne sont pas simples à assimiler. Je crois qu'il va me falloir pas mal insister (comprenez "réfléchir") pour réussir m'immerger (haha humour) vraiment dans cette AVH.
Je peux cependant me prononcer sur le visuel : les illustrations sont sympa et donnent un petit cachet, mais la police est un chouia trop grosse et les marges un poil trop larges. C'est lisible sur un affichage 2 pages mais sur une seule page, cela nuit à la concentration dont j'ai besoin pour appréhender l'univers. Il aurait aussi été préférable d'autoriser les coupures de mots.
A suivre donc.
Répondre
#36
Le style de Vador est encore meilleur dans cette dernière AVH. Il était déjà agréable avant, mais là, j'ai trouvé que c'était écrit de manière encore plus soignée, avec un souci du détail, une grande volonté d'approfondir le vocabulaire et de l'ajuster avec précision à cette histoire exotique. Et non content de progresser sur ce plan, les défauts structurels et ludiques qui m'avaient gâché le plaisir dans la Guilde des Voleurs ou Dans l'Enfer du Jeu sont ici gommés. Le scénario est très solide, l'aventure parfaitement cadrée avec des fins multiples cohérentes, une enquête au rythme égal et le jeu satisfaisant.
Félicitations! C'est toujours un grand plaisir que de voir des écrits toujours meilleurs et l'envie de faire plaisir aux lecteurs. J'espère que ça va t'inciter à poursuivre sur ta lancée.

Mais la plus grande qualité de Transduction, c'est de nous immerger dans un univers tout nouveau, ô combien surprenant, riche, fouillé et issu d'une imagination fertile. Aucun terme n'est laissé au hasard pour nous faire découvrir ce monde alien qui n'a que quelques points communs avec notre faune océanique. J'ai savouré des termes évocateurs évocateurs comme "poisson-bouche", "limulettes", "la coule", "Lui-Natif" et j'en passe. Même les noms propres dans leur langue sont super raccords. C'est du grand art, on sent que tu t'es éclaté à bâtir l'ossature de cet univers puis à le peupler à foison.
Quant aux transitions monde réel - monde alien du début et de la fin, elles passent tout naturellement ce qui n'est jamais évident en SF.
Enfin, non content d'explorer de nouvelles voies avec cet univers original et cette histoire de métempsychose, la narration du point de vue de l'esprit collectif Natif qui décrit nos actions sans jamais interférer, un peu comme un dieu impotent, est particulièrement osée. Le changement permanent de pronom est parfois déstabilisant, je n'ai pas toujours compris pourquoi ça passait parfois du "Nous" au "Je", mais c'est diablement original et pas maladroit.

Quelques petits regrets quand même.
Le jeu est bien fichu, surtout dans la structure. Cette enquête en temps limité qui permet de récupérer plusieurs objets/indices pour accéder à plusieurs fins victorieuses cachées, c'est motivant et ça ne laisse pas sur la faim. Les tests de volonté à un dé évitent de récolter tous les indices du premier coup et ont donc leur utilité. Ils ne sont généralement pas trop punitifs. En moyenne on les réussit deux fois sur trois donc ça va. Ce qui est dommage, c'est que leur conséquence est toujours la même : un échec et on passe à côté d'un objet/indice utile. Cela incite beaucoup à tricher! Il aurait fallu des passages alternatifs aux échecs plutôt que de simples "échoué, tant pis pour vous, repartez sans noter le code".
Autre conséquence de ce système de jeu, un 8 en Volonté au lieu de 7 est éminemment profitable pour la suite donc on va forcément aller dès le départ à l'endroit où l'on peut gagner 1 point. Mais ce gain est conditionné par un test à pile ou face qui fait au contraire perdre 1 point en cas d'échec. C'est un peu abrupt...

Concernant le scénario, la grande liberté d'action ne laisse pas la place à un ou des rebondissements. C'est globalement assez calme malgré quelques scènes d'action qui tiennent sur un paragraphe. On enquête, on connaît des succès ou des désillusions, mais on avance à notre rythme en quelque sorte, sans trop d'élément extérieur pour nous surprendre ou nous déstabiliser dans notre objectif. Même si pour contrebalancer ça, j'ai bien aimé le glissement progressif qui nous amène à passer de l'animosité envers ces amphibiens monstrueux prêts à asservir l'humanité vers un sentiment au contraire de honte envers nos semblables.

Encore de bien bonnes aventures pour ce cru, un choix difficile à faire (mais je ne sortirai quand même pas mon D4...)

EDIT : moi j'ai bien aimé la réflexion du médecin sur son assistante LOL
Répondre
#37
Salut Fitz.

Je lis et je relis ton post avec délectation tant il me fait plaisir... Je suis surtout content que tu ais été emballé par mon AVH, surtout au niveau du style.
Pour ce qui est de l'aspect jeu, en effet, j'ai opté pour quelque chose de très simple, sans prise de tête inutile. D'aucuns peuvent dire que le recours aux dés n'est pas forcément utile, mais comme tu dis, on réussit les tests assez souvent. La difficulté des épreuves est souvent fixée à 3, ce qui laisse une marge en terme de réussite. Ca commence à devenir difficile quand le niveau de Volonté baisse, mais il existe plusieurs moyens de le faire partir à la hausse (au prix d'un test, il est vrai, tu as totalement raison). En cas d'échec, il existe toutefois des alternatives, car les codes sont tout de même assez nombreux étant donné le nombre de fins possibles (5).
Je concède aussi un certain manque de rebondissements. J'ai essayé de compenser le calme de cette cité de corail par le recours à un environnement déconcertant, comme tu l'as souligné. J'ai aussi essayé, dans la limite des 50§, d'évoquer de larges pans de cette planète et de son biotope: religion, culture, langage, écriture... Peut-être ai-je trop privilégié le background au détriment de l'action.

Un grand merci pour ce retour.

PS: moi, je me suis éclaté à imaginer ce médecin lubrique et voyeur!!
Répondre
#38
Une aventure où nous sommes propulsé sur une planète étrange dans un corps qui n'est pas le nôtre.

J'ai apprécié cette aventure pour plusieurs de ses aspects. D'abord, la façon dont nous est décrit l'univers que nous découvrons, avec ses propres lois, ses propres fonctionnements. L'introduction est un peu longue, mais dès que nous sommes dans le vif de l'histoire, les choses deviennent captivantes. Les interactions entre les espèces, le fonctionnement de la société des Natifs, et autres détail montrent un univers cohérent. Le choix de donner une lecture décalé de l'histoire, où c'est l'esprit de la planète qui narre la progression, et non notre personnage, est bien trouvé dans la mesure où ça montre le côté personnifié d'un environnement où tout est connecté, et donc dé-personnifié pour les individus qui le compose.

Le système de plan à élaboré en combinant les différents objets et informations accumulés lors de nos explorations est aussi une mécanique intéressante, qui laisse une liberté au joueur.
Show ContentSpoiler:

Par contre, le système de Test de Volonté est un peu superflus. Un test à 3, avec une volonté de 7, c'est quand même une chance sur trois d'échouer.

Conclusion, une très bonne escapade sur une planète extra-terrestre.
Répondre
#39
Transduction a été pour moi avant tout un voyage. Un voyage dans un autre monde, dans une autre peau, avec une sensation d'émerveillement à laquelle je ne m'attendais pas.

La découverte du poisson-bouche, la visite du temple, la cité... J'ai aimé la manière dont on se promène finalement avec sérénité, le danger n'étant pas omniprésent, un calme fluide nous permettant de savourer l'exploration pure. Bien sûr, la contrainte liée au nombre de cycles et l'enjeu que l'on devine majeur nous poussent à chercher les fameux codes, à tenter de sauver "notre" espèce, mais finalement, même si j'ai joué loyalement, c'est vraiment la plongée totalement dépaysante dans le monde et dans l'esprit de ce peuple aquatique qui m'aura marqué après la lecture !

Il m'a fallu du temps pour me lancer dans ce feedback. Transduction est une aventure ambitieuse... Difficile de peser rationnellement les points forts ou les défauts d'une telle entreprise.

L'aspect "planet opera" de l'aventure est une vraie réussite (avec cette cohérence, cette sensation de voir véritablement vivre sous nos yeux un monde radicalement différent du nôtre, mention spéciale à l'éclipse que j'ai adorée tant elle nous montrait aussi le passage du temps et l'impact des phénomènes naturels pendant notre exploration). Mais ce résultat ne repose pas que sur une imagination fertile et inspirée : le travail des termes, la présentation des paragraphes, l'alphabet inventé (?), le style soigné avec des passages très originaux, en harmonie avec les descriptions, l'audace de l'introduction (et tout au long de l'histoire, le curieux point de vue : qui parle, sinon l'intelligence collective ? Et pourtant l'immersion est totale... Bravo pour ce pari gonflé gagné haut la main !)... et sans doute une grande patience dans la construction, l'écriture.
Formidable ! Merci de m'avoir offert un tel enchantement.

Du point de vue ludique, disons de la motivation, j'ai courageusement ressorti mon dé (et je crois pouvoir dire qu'il est officiellement pipé : ses 1 et ses 2 m'ont permis d'avancer sans problème... avec un dé "normal" j'ai l'impression que l'aventure serait quand même difficile, compte tenu des pertes éventuelles de points de volonté). J'ai donc eu l'impression de triompher sans souci d'un certain nombre d'embûches même si j'ai dû recommencer deux fois avant d'atteindre une fin.
Le système de cycles et de visites successives du même lieu fonctionne très bien (sauf un bug il me semble avec les contenus des outres : après avoir trucidé le marchand, je me retrouve sur un paragraphe inapproprié : 38 --> 35 (fouille) --> 46 (succès) --> 47 (première outre) ou 48 (deuxième outre) qui nous ramène au 13 et le marchand est vivant).

Le système de codes me laisse un peu plus circonspect : j'aime bien l'idée de combiner des éléments pour élaborer une stratégie, cela me rappelle des jeux d'aventure point and click comme the day of the tentacle (histoire d'être raccord avec le thème ^^), mais là je n'ai pas eu l'impression de réfléchir efficacement. J'ai finalement ajouté un peu au hasard les nombres jusqu'à obtenir un résultat (et à ma troisième tentative j'ai obtenu la fin 100% très rapidement).
Par ailleurs je n'ai trouvé qu'un code avec le numéro 1 (pour le cristal d'aigue marine) alors que l'on peut trouver un cristal de roche (donc idem ?) au 41 par exemple (mais sans code).
Enfin, il y a un ou deux codes avec le numéro 4, ce qui est assez perturbant (même si, sauf erreur, il n'entre pas dans les combinaisons gagnantes ?). Ou bien est-ce volontaire ?

Quant aux fins, même si elles sont nombreuses et intéressantes, je n'en ferai pas le point fort de cette AVH : bien sûr, l'idée fondatrice est solide et originale (help gaïa) et le fait que nous luttions contre une menace sans que c'en soit réellement une pour notre planète est assez frappant... toutefois cela dissout notre personnalité, et j'ai eu l'impression de me retrouver au sein d'un jeu cosmique un peu démesuré et aléatoire (car la fin ne correspondait finalement à mes choix ou à ma personnalité, davantage aux hasards de l'exploration). Evidemment, c'est sans doute impossible en 50 paragraphes, mais peut-être aurait-il fallu que le dénouement fasse fidèlement écho à notre comportement dans la coule... Pour les mêmes raisons, je ne trouve pas si motivant le classement en % (d'autant que le 100 % est celui que j'ai obtenu en premier, sans trop d'efforts)

Malgré ces remarques, je n'oublierai pas cette AVH peu commune : un modèle de construction d'univers avec un engagement total de l'auteur dans son projet (forme, écriture, point de vue...) qui réussit pleinement à émerveiller le lecteur et à impliquer le joueur !
Répondre
#40
Après tous ces retours dithyrambiques, voici le point de vue d'un "casual reader".

Pour ma pomme, lire une AVH devrait être une détente. Je me suis fait des nœuds au cerveau pour réussir à me mettre à la place de cet humain piégé par une entité cosmique dans un corps aquatique. La faute notamment au style employé pour la narration : la troisième personne et de surcroît, à l'imparfait. Je lisais donc une histoire racontée au passé par "quelqu'un d'autre" et dans laquelle un genre de triton se trimbalait au hasard dans une cité sous-marine pour comprendre le fonctionnement de l'éco-système alien local et sauver le monde, parce que c'est un "intrus" sur qui la lobotomie n'a pas fonctionné (allo Matrix ?).

Cela dit, la narration du point de vue de "l'ennemi", les termes inventés pour le bestiaire, les glyphes des 2 langages, tout cela est absolument brillant... pour un roman SF d'anticipation (ça m'a rappelé, dans une certaine mesure, l'excellent "Oeuf du Dragon" de Robert Forward). L'idée de transférer son esprit dans un corps résolument différent rappelle pas mal d'autres histoires (allo Avatar ?) mais ce corps aquatique apporte une dimension qui colle parfaitement au thème du mini Yaz.

Bref, toute cette surenchère ne convient pas au genre "mini-AVH" de mon point de vue. A vouloir faire original, on en fait trop, tout simplement. Les habitués et auteurs du forum, devenus très exigeants au fil des années, (s')imposent un véritable tordage de neurones qui, des fois marche bien et des fois, non.
Répondre
#41
@ Salla: un grand merci pour ton feed et heureux que mon AVH t'ait dépaysé!

C'est vrai que
Show ContentSpoiler:

@ Merlinpinpin: eh beh... Que te dire? Que d'éloges! Aventure ambitieuse, je ne sais pas... en tout cas, j'avais cette volonté d'essayer de retranscrire, dans la limite de 50§, le plus de pans possibles d'un univers, effectivement un planet opera. Visiblement l'objectif est atteint, et c'est ma plus grande satisfaction. Pour ton interrogation sur les codes, voir le spoiler pour Salla. Néanmoins, je comprends ce que tu veux dire quand tu évoques cette absence de réflexion. J'avais pensé que les circonstances et la description des objets liés à l'obtention d'un code auraient suffi à vous aiguiller sur la pertinence du choix pour les PFA: là, j'ai fait chou blanc apparemment. Mais tout ceci m'a donné une idée, que j'exploiterai dans un futur proche. Alors... chut! Wait and see!

@ Linflas: je suis désolé que cette lecture t'ait torturé à ce point, ce n'était absolument pas l'objectif. En plus, Dagonides peut en témoigner, l'essentiel de l'AVH était posé sur le papier pour le mini yaz... 2017! J'ai dû procéder à un gros remaniement pour l'adapter à la thématique de cette année. Je ne me suis donc imposé aucun tordage de neurones, mon objectif n'est pas de rentrer dans un supposé cadre fait exprès pour les mini yaz. En tout cas, tu as apprécié l'aspect littéraire et j'en suis flatté. Par contre, tu vas pouvoir me charrier... je n'ai vu, ni Matrix, ni Avatar... (c'est grave docteur?).

Merci à tous pour vos commentaires!
Répondre
#42
J'ai fini l'aventure, mais je n'en ai pas encore exploré tous les recoins, donc je vais me limiter pour l'instant à quelques observations :

L'aventure est pleine de créativité en ce qui concerne son style de narration, son atmosphère, son cadre, son scénario et le déroulement de son histoire. En y jouant, je me suis senti tout du long dépaysé, intrigué et incertain. C'était très agréable.

Le fait de résoudre l'aventure en combinant les codes qu'on peut obtenir est très original.


Show ContentLes fins:


L'unique point faible de l'aventure, c'est le système de tests, qui donne une importance exagérée à la chance. Un test raté nous fait souvent perdre un point de Volonté, et une fois qu'on est tombé à 5 en Volonté, nos chances de réussir encore un test deviennent très réduites, ce qui aboutit facilement à un cercle vicieux où on ne réussit plus à accomplir quoi que ce soit.

En-dehors de ça, très bonne mini-AVH.
Répondre
#43
Salut Outremer!

Content que tu ais apprécié mon AVH !

Pour ce qui est de la Volonté, il y a des possibilités de récupérer des Points (mais il est vrai qu'on a 50% de chance d'en perdre un autre, comme l'a fait remarquer Fitz...). Néanmoins, un test raté ne conduit pas systématiquement à une perte de Volonté, heureusement! J'essaie de m'améliorer avec la gestion du hasard, ça a l'air d'être mieux que dans mes premiers écrits, mais j'ai encore des progrès à faire Wink

Merci pour ton retour, Outremer!
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 3 visiteur(s)