[Chasseur de Monstres] Douce Nuit
#16
(10/01/2019, 12:57)Skarn a écrit : J'ai été tellement traumatisé par des renvois virtuellement invisibles dans d'autres ouvrages que j'ai volontairement appliqué une politique du « mieux vaut trop visible que pas assez ».

Certains renvois auraient sans doute pu être plus discrets, mais ça vaut mieux que l’inverse, comme tu le fais remarquer.
 
Concernant l’intégration des choix à l’illustration, j’oubliais de mentionner l’idée rigolote du 150, où l’héroïne imagine dans deux bulles séparées les deux comportements qu’elle pourrait adopter (bluffer ou attaquer sans tarder). C’est astucieux et ça marche bien, mais ça ne pourrait bien sûr pas être utilisé à de multiples reprises sans paraître répétitif.
 
 
Il y a beaucoup de choix de direction (normal dans une BD-jeu), mais il y a aussi une bonne quantité de choix tactiques, ce qui est appréciable.
 
Les talismans sont une idée sympathique, qui présentent l’avantage de s’insérer facilement dans les illustrations, sans nécessiter de boîte de texte.
 
On peut à vrai dire assez rarement se servir des talismans de force et de vitesse, mais il aurait sans doute été lourd qu’ils soient trop souvent utiles. J’ai d’ailleurs apprécié le fait qu’on peut tout à fait réussir l’aventure sans le moindre talisman (lors de ma première partie, j’ai utilisé un talisman de force et un autre d’énergie, mais j’aurais réussi sans eux).
 
Les talismans d’énergie sont en revanche un peu trop utiles à mon avis. Le fait de pouvoir annuler n’importe quelle blessure est très puissant et il aurait peut-être fallu limiter le nombre de talismans d’énergie que l’on peut avoir sur soi (un seul par mission, par exemple) ou alors diminuer leur puissance (un talisman n’annulant qu’un ou deux points de dommage). En l’état, si on en achète autant que nous le permet notre argent, j’ai l’impression qu’il devient presque impossible de perdre à moins de tomber sur l’un des rares PFA.
 
(En parlant de PFA, et parce que j’aime bien pinailler, il est un peu injuste que le PFA du 39 ne prenne pas en compte la possibilité qu’on ait un talisman d’énergie pour annuler la blessure.)
 
 
Le scénario de l’aventure est simple, mais convient bien au concept. Je suis complètement passé à côté lors de ma première tentative, mais il y a dans les trois premières missions des références astucieuses qui présagent la mission finale.
 
Show ContentResident Evil:
 
 
Comme je le mentionnais, l’aventure est laconique, mais pourrait l’être plus encore. Il reste ici et là des bouts de texte qui n’étaient pas nécessaires, car l’illustration était suffisamment éloquente.

(Quelques exemples tirés de l'hôpital. Au 79, il n'est pas vraiment utile que l'héroïne dise quoi que ce soit. Au 121, le texte n'est pas utile : on saisit bien ce qui est en train de se passer. Et au 48, je pense que la scène est suffisamment expressive et hilarante pour se passer de commentaire.)
 
Bien sûr, je réalise qu’il n’est pas facile pour un auteur de retrancher autant de texte qu’il le pourrait. Il risque de finir par se demander s'il sert encore à quelque chose ! Mais comme disait l’autre, « la perfection, c’est lorsqu’il ne reste plus rien à retirer ».
 
L’atmosphère générale est très sympa : légère et dynamique, bien loin des excès ultra-sombres dans lesquels sombrent facilement les histoires de monstres. Bien que l'histoire ne soit pas globalement humoristique, il y a un certain nombre d'éléments comiques qui contribuent positivement à l'atmosphère (difficiles de citer tout ce qui m'a amusé, mais j'ai par exemple bien aimé "Le lycanthrope malin" et les réflexions mathématiques d'Amira au 50).


Les illustrations sont très bien, et collent idéalement au style de l'aventure. Les scènes d'action sont excellentes (j'ai un faible particulier pour la course-poursuite du 100). Les expressions du visage de l'héroïne ne le sont pas moins et elles se marient très bien avec le laconisme de l'aventure (j'aurais du mal à dire quelle est mon expression préférée, car il y en a des tas qui sont géniales ; peut-être celle du 6, car son caractère inattendu la rend encore plus hilarante).

L'aspect visuel de la BD me semble cependant comporter un défaut : les illustrations sont très bien mais... elles n'occupent pas une proportion suffisamment grande des pages ! Les bordures blanches qui entourent les cases sont énormes, bien plus épaisses qu'elles ne l'étaient dans des BD comme "Captive" ou "Les larmes de Nüwa". Je ne trouve pas que ce soit une bonne chose.
Répondre
#17
(10/01/2019, 12:57)Skarn a écrit :
Outremer a écrit :Dans les livres précédents, certains des renvois insérés dans les illustrations étaient extrêmement discrets. Dans "Chasseur de Monstres", il sont généralement bien visibles...

J'ai été tellement traumatisé par des renvois virtuellement invisibles dans d'autres ouvrages que j'ai volontairement appliqué une politique du « mieux vaut trop visible que pas assez ».

Je me demande si on peut trouver des astuces pour s'assurer que les renvois restent toujours visibles tout en les rendant difficiles à trouver...

J'en suis au même constat. A tel point que les paragraphes vraiment cachés ont presque disparu de Magica Tenebrae ou du Grand Tournoi. Certains sont discrets mais je n'ose plus aller trop loin dans ce petit jeu, chat échaudé craint l'eau froide.

Une idée : Gorobei est assez spécialiste pour camoufler des numéros en les entremêlant dans le décor. Ils sont alors non pas petits mais se confondent avec l'environnement. Dans Pirates certains numéros étaient faits de lianes tortueuses. Autre exemple, dans Hocus & Pocus, à la case 213.
Répondre
#18
(pour tout ce qui est mise en page/commentaires sur des cases précises, je répondrai dès que la saga de mes exemplaires auteur perdus sera terminée, parce que là c'est pas super pratique de consulter le PDF à chaque fois)

Outremer a écrit :Les talismans sont une idée sympathique, qui présentent l’avantage de s’insérer facilement dans les illustrations, sans nécessiter de boîte de texte.

Autant les talismans étaient prévus dès le départ, autant leur intégration a l'histoire a énormément changé en cours de route.

Au début, j'avais envisagé de tout simplement piquer le système de magie Magica Tenebrae, avec des bordures de cases décorées et du +10/-10 à ajouter/retrancher au numéro courant selon le talisman utilisé. Autant vous dire que c'était particulièrement lourd à l'usage pour pas grand chose.

Ça a très vite évolué vers des talismans directement représentés dans l'image, mais toujours avec des modificateurs à appliquer péniblement soi-même.

Au final, après des retours mitigés à ce sujet, Tom a proposé de rajouter le numéro auquel se rendre directement sous la case, idée que j'ai embrassée avec joie car elle permettait de corriger le tir sans retoucher à la mise en scène des illustrations existantes.

Avec l'expérience, la meilleure solution aurait probablement était d'intégrer dès le départ les talismans ET leurs numéros directement dans l'image, côte à côte et partageant la même couleur pour que tout soit bien clair.

Oui, exactement selon le modèle du plus tardivement réalisé combat avec le boss final, dont l'iconographie est probablement une réussite, car il n'y a pas ne serait-ce qu'un mot pour l'expliquer, et pourtant il n'y a eu aucun retour négatif à ce sujet.

tl;dr Les bonnes idées, c'est bien de les avoir en fin de projet, mais encore mieux de les avoir au début.

Outremer a écrit :Les talismans d’énergie sont en revanche un peu trop utiles à mon avis. [...] En l’état, si on en achète autant que nous le permet notre argent, j’ai l’impression qu’il devient presque impossible de perdre à moins de tomber sur l’un des rares PFA.

Tu mets le doigt sur quelque chose je pense. J'ai surtout testé l'aventure en mode radin, et ai sans doute négligé de ne pas la rendre trop facile quand on a le portefeuille moins sensible. Ce qui explique sans doute aussi des commentaires (ailleurs qu'ici) parfois totalement contradictoires sur la difficulté ressentie.

Outremer a écrit :la course-poursuite du 100

Je l'aime bien aussi, mais quelqu'un a fait remarquer qu'elle était à « l'envers », c'est-à-dire qu'elle commence en bas à droite au lieu du en bas à gauche ordinaire (sens de lecture français), et depuis je ne vois plus que ça.

Fitz a écrit :Une idée : Gorobei est assez spécialiste pour camoufler des numéros en les entremêlant dans le décor. Ils sont alors non pas petits mais se confondent avec l'environnement. Dans Pirates certains numéros étaient faits de lianes tortueuses. Autre exemple, dans Hocus & Pocus, à la case 213.

Il faudra que je regarde les exemples que tu cites, mais travailler sur Chasseur de monstres a déjà été l'occasion de se rendre compte à quel point Gorobei est bon pour placer des numéros clairs dans ses illustrations (par la couleur, l'ajout éventuel de petites flèches etc.). Tom s'est souvent référé à son œuvre dès que je lui passais un cas un peu tordu (c'est-à-dire à peu près tous les renvois, car je suis naturellement tordu).
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)